Le masque dans la forme
(effet de masque)

 

La technique du masque consiste à superposer dans la profondeur différents instruments dont ceux plus forts sont censés « masquer » les autres moins forts. Le procédé du masque est une polyphonie de dynamiques des registres qui permet entre autres des apparitions ou des disparitions dans une masse polyphonique d'instruments autonomes. Ce procédé est très amusant, car il permet de faire douter l'auditeur de ce qu'il entend ou pas et où est mis en jeu son degré de concentration (plus sa concentration est forte plus il entendra de détails moins elle est forte moins il entendra de subtilités) et sa faculté de détecter ce qui se passe dans la musique disant : « est-ce une illusion ou est-ce vraiment arrivé ? ».

Pour opérer un masque (ou plusieurs), 2 attributs principaux doivent être précisés : l'intensité et le registre de chaque instrument de l'orchestre (transclasse ou transculturel) ainsi que la densité spectrale d'un son plus ou moins riche : un spectre riche possède un pouvoir masquant supérieur sur un instrument à spectre plus pauvre dans le même registre. Un trombone au son timbré masque la flûte, mais des spectres proches du sinus peuvent traverser une masse orchestrale; je pense au triangle.

Une contrebasse avec archet écrasé à grande vitesse => son riche et puissant
masque-t-il le son d'une flûte piccolo jouant des « whistle sounds » ?

QUI MASQUE QUI ?
est le jeu

Tout dépend d'un autre attribut.

Il existe une autre variable dans l'effet de masque qui est la localisation des musiciens par rapport à l'auditeur. Dans un jeu acoustique (sans amplification électrique), si la flûte est plus proche de l'auditeur, elle a des chances de se faire entendre malgré la puissance de la contrebasse. Un autre attribut à prendre en compte dans le procédé du masque est l'acoustique du lieu : une longue réverbération perpétuera les instruments aux sons les plus puissants, mais un effet salle de bain peut amplifier un instrument discret s'il joue dans le registre valorisé. L'effet salle de bain amplifie les sons d'un certain registre comme une caisse de résonnance qui avantage certains sons et pas d'autres (filtre en cloche).

Récapitulons les variables qui permettent l'écriture du masque dans la forme :

1. amplitude
2. richesse spectrale
3. registre
4. localisation
5. acoustique architecturale

Pour se constituer une carte des effets de masque possible, la courbe de Fletcher n'est pas inutile pour se rendre compte de la force nécessaire de l'amplitude en fonction du registre. Un son émis à 3kHz nécessitera moins de puissance qu'un son émis à 60Hz.

Notons que pour les musiques utilisant des haut-parleurs, jouer de l'effet de masque est plus aisé moins il y a de haut-parleurs, c'est-à-dire moins il y a de localisations possible. Dans un dispositif monophonique, les effets de masque sont flagrants.

...

Le jeu du masque s'opère dans le mixage des différences

Le mixage temporel et spatial est l'action principale qui favorise le jeu du masque. Le mixage se retrouve avec chaque caractéristique du son qui donne la possibilité de masquage à différents stades de strates : certains sons sont immasquables (je pense aux bips. À moins de surenchérir les bips par une musique de bips). Le mixage ne s'opère pas uniquement dans la puissance ou la faiblesse sonore : un son faible peu se démasquer en se positionnant dans la profondeur d'une réverbération du son masquant positionné au premier rang.

Voici le schéma de mixage des ingénieurs du son pour disposer les instruments dans l'espace stéréo : espace stéréo de mixage
La disposition des instruments de musique dans cet espace stéréo (orchestre acoustique ou sonorisation) s’opère avec le panoramique gauche-droite et le taux de réverbération-son direct où plus l’instrument se “noie” dans la réverbération (en position prefader) plus il sera perçu à l’arrière et vice et versa. Il faut savoir qu'un son aigu est plus favorable à l'éloignement qu'un son grave. Le mixage des volumes de chaque instrument s’opère dans un second temps. Notons que plus le nombre de plans est grand, plus les possibilités de localisation sont grandes : ensuite, à chacun la faculté de pouvoir localiser ce qu'il désire localiser ou pas.

 

Le mixage est un jeu d'équilibre pour clarifier le signifiant sonore dans une masse d'informations non signifiées multiples. Quand on baisse l'un, les autres remontent et vice versa. L'équilibre des volumes de chaque instrument masque (fait disparaître) ou démasque (fait apparaître) l'audible sélectionné de la masse. De plus, notre écoute sélective opère des choix en fonction de l'intérêt au « prix d'une attention un peu plus soutenue ». Le compositeur, le musicien joue avec le mixage qui guide ou perd l'écoute active de l'auditeur de ses choix obligés. Quand l'auditeur lâche l'écoute il se détache de la musique par incompréhension, ou par ennui, ou par fatigue, ou par stress, etc. Aujourd'hui en tant que compositeur je constate la fermeture volontaire de l'auditeur à écouter ce qu'il ne souhaite pas connaître : l'auditeur manifeste un refus catégorique de ce qui ne le rassure pas. D'où la niaiserie des musiques dominantes d'aujourd'hui pour masquer toute remise en question qui saperait la morale de son obéissance.

 

La version partielle du masque est le maquillage. Dans nos sociétés de l'apparence qui masque notre honte.

 

L'auditeur et le masque

L'effet de masque démasque l'écoute active de l'auditeur. Un désir d'isolement (dans la ville) crée un masque auditif avec des sons distrayants ou une irritation avec des sons discontinus et inattendus : les sons domestiques continus se font oubliés même dans le cas d'assourdissement : je pense aux masses sonores élevées dans les trains et les avions. À la limite de notre audition sélective répond l'effet de masque, son contraire où tout dépend de l'attention focalisée sur la sélection de l'objet sonorisé. L'audition sonorise la vibration. L'attraction et la répulsion envers une sonorité suscitant la gêne ou le plaisir ne sont pas liées aux sons eux-mêmes, mais à ce qu'ils représentent. Les sons de l'amour exaspèrent le voisinage qui est en manque de relation sexuelle. L'urbanité permet l'anonymat qui permet l'isolement, contrairement à vivre dans un village où chacun se connait, où règne la familiarité qui empêche toute isolation. La question est de savoir : pourquoi les humains cherchent-ils à s'isoler de leur présent, de la présence d'autres humains ? Le désir d'isolation répond à ne plus tolérer aucune compagnie, car toute compagnie est jugée hostile : elle contrarie la liberté d'être tout en favorisant la médisance. La jeunesse manifeste cette volonté par l'utilisation exclusive des écouteurs dans les espaces publics. Le walkman est né dans ce contexte d'une demande volontaire d'isolation par la distraction : la fille Sony s'ennuyait avec son père toujours en affaire et lui demanda un appareil pour « écouter en silence ». J'ai fait l'expérience du walkman en pays communiste (au paysage décoloré) avec la musique disco joyeuse des ... : j'avais l'impression de vivre dans un film : tout le présent était relativisé par le retrait de son importance : une pure évasion de la sinistrose : je n'étais plus impliqué dans le présent imposé. Le désir d'isolation est une réponse à la vie cauchemardesque de l'existence : un désir de soulagement à l'hostilité permanente. Une « ambiance sonore » personnelle ou collective (elevator music) fait partie du « drone urbain » de mis en isolation volontaire de chacun « dans un monde meilleur » (sic) : un masque au refus d'entendre. Bien que le ronronnement des voix de la radio ou de la télévision allumée en permanence tient le rôle de compagne dans une isolation involontaire. Mais certaines personnes vont jusqu'à ne plus supporter les sonorisations involontaires de leur propre corps et à fortiori celles des autres. Tout cela témoigne du malaise existentiel où le masque cultive le secret pour se protéger des autres.

...

.

.

.

suite

les procédés qui créent les formes, l'identité remarquable et l'altérité commune (fonctions formelles premières d'opération de la musique)

re tour à la table des matières

saut vers :
l'apport et le désapport de la musique par ordinateur