Call for a team work, for papers:

Foundation of the human NSFMTETMT
Nonoctave polyScalar Fields Music Theory Explorators Theorists Musicians Team

concerned people

THE NONOCTAVE SCALAR FIELDS MUSIC THEORY FOR THE 21 CENTURY

Time to share

Creation of an exploratory theorists team for the 21st century music.
My proposal is practical and can be realized, but only with curiosity, interest and goodwill:

Research Team
We must be several to develop the possibilities of the Nonoctave Scalar Fields [the musical theory expected and necessary for the 21st century]: which is too much for 1 isolated alone person, for the others (and oneself). With all its consequences, for the music and for the next generation of musical instruments.

 

There is a story
A story that explains why the Nonoctave Scalar Fields did not emerge after the Spectral movement in Paris in the 1980s, while its filiation seemed to be logical.

Can one justify this absence, by the susceptibility of my youth at that time? Yes and no. The contempt between composers competing instead of appreciating their differences has become pathological. Hostilities that still operate today 40 years later! But the observation is simple: when we do not tolerate diversity, it is because we fear for our own legitimacy. The fear of sharing is motivated by our illegitimacy.

A musical system is not a scientific theory who must justify its results in relation to be agreed with postulates, means: the accepted figuration of the world (or the commonly accepted illusion of the world). Music (and philosophy) has no postulates, it reconsiders the established beliefs at each of its creations. Because music does not exist by the norm, but by its opposite: the error, and its exception (the exceptional and unique error that delights the listeners). Music (and human life) feeds itself with errors (without errors we cannot learn). Its theory too. The musical exception is tied to play with errors, its healthy existence depends on it. Error is what is unexpected. In order to sound the singularity of a musical work, there is no other choices than to integrate the errors = which makes any theory a mean to open our minds (but if the error exists, it is only by the existence of its opposite: the doctrine dogma. Which has to be balanced. And which it is not since the 1980s, the start of the global censorship of the avant-garde (disobedient) spirit).

The eighties of the twentieth century were years of anguish (but anxiety persist until nowadays) each one feared for its personal survival, which set up a painful relational climate. I left Paris for Toulouse in 1991, for that reason. To live my short life with good times (near the mountains and the sea) and not to live a life full of useless pains of constant professional relation ship contempt. My disagreement with the governing members of the ‘contemporary music’ world has been solved by simply leaving their environment. To go elsewhere: to hear, to play, to experience, to perform, and to learn. I had to get out from the sterilized cocoon of the contemporary written music. Because any musician and orchestra perform my music, I had to become a musician. This is a story of most composers without musicians. It starts with my composition: 'It is Impossible to Give a Title...' at the IRCAM world premiere in 1984, I had to perform my composition first myself: imagine the huge stage fright of a first and solo performance in front of a (half) full hostile audience! It started my career as a musician.

I joined the music rejected to the underground by the official ‘contemporary music’ (the ‘experimental music’ living the inaccessibility to the major scenes) because these musics did not persist to mark the borders between their genres, and to keep their properties stamped by the toll of the copyright. Today, unfortunately, they are isolated themselves. The sterility that had infected contemporary music had spared the others despised music. But the economic global siege destroyed these music too. Yes, inventiveness had left the official ‘contemporary’ (not avant-garde any more since the 1980s) circle for the underground musics networks abandoned by the (timorous) audience. Which nowadays left it too. Since then, I sail between the chapels, creating what I have to music. This is one of the reasons of my anonymity, accompanied by a false reputation of bad character (to not invite me to perform), because I do not abdicate in the facility of what it is imposed by the programmers believing holding the only musical truth. Many still act that way (the temptation of domination to humiliate alive composers cannot be refused? It seems not) despite the global desolation of alive (intelligent) music. Today, I am 56 years old, my long illness has stopped me to adventure everywhere (living and acting in different countries and music worlds) to offer me to gather my writings, to fill them, to write more, to explain, and to publish them. The work began 35 years ago, following the works of Wyschnegradsky, Xenakis, Varese and Grisey and many others such as Miereanu, Radulescu, and Jean Claude Eloy.

In 1991, I founded the centrebombe, an independent place for musical original creation for composers, musician, and students, without any public support. The experience was, that most artists are keeping without giving: they want always more, without thinking to others, with no exchange at all. Strange, because in the (music) world we need each other to create the music. This attitude bankrupt the research centre (my motivation), but at the same time it gives: the ephemeral Trans-Cultural Syn-phônê Orchestra! The centrebombe still exists as an Internet place to share music knowledge and gifts.

 

Here, now it is time (that)

Nonoctave POLYScalar Fields becomes the musical theory of the 21st century:
to free the dying (intelligent) music from its classical uniform: its self-sterilization.

An easy title for the easy memorization of this 21st century music theory? does it matter?
First I proposed: ‘the theory of Cortèges (= mobile suites of people in procession) in the Jungle’ (= tangled matted space), in my book: To Master Materials in 1987. Then: ‘the Nonoctave Scalar Fields’, in my avoided book: Formalization and Expansion of the Scalar Systems Fields (title quite pompous), in 1991. The field in the sense of a space (POS = pressures + orientations + speeds) of the evolving games. Scalar for localizing scales: to know, from which scale any pitch belongs. Stays in my online book: Dans le Ciel, le Bruit de l’Ombre.

How do I imagine the operation of this explorers team?
Free and gathered around the public site of joint publications of the discoveries called: something.public.com with nonoctave, or music, or centrebombe, what ever to be understood. Where any interested explorer curious by the new musical theory communicates via email (for now) a request to receive the pass to get into the site to publish his/her work and discoveries, where everybody will know everybody.

To publish, yes, the most practical and direct tool is internet. I began to gather my exploratory work in my book: ‘Dans le Ciel, le Bruit de l’Ombre’ (= In the Sky, the Noise of the Shadow) published in French in the centrebombe.org web site starting 20 years ago. The idea is to create a centrebombe parallel public access website where each explorer has access to publish his discoveries. The site in question: something.public.com will be created in this sense. I talked to my host who hosts centrebombe.org, and he is ready for this experience. Publishing stays as simple as possible using basic HTML, and links. The centrebombe website receives an average of 10,000 visits per month. http://centrebombe.org/dansleciel,lebruitdel’ombre.html. Publishing our discoveries on the something.public.com website will (should) install the new music theory where each musician will locate this basic knowledge for her/his music creation in a known and common place with: immediate access, nonexclusive (no pass, no registration, no cookies), and free downloads.

The work is to complete, up to date, and makes existing the nonexistent:
Evolving my started work (with me too, I am still alive!) a continuation of Wyschnegradsky, Xenakis, and others, works, by:

1. Discovering all other nonoctave scales, and first the means, the calculation tool to discover them; each type of nonoctave scales is discovered with a different tool. The tone ones was discovered with the help of Iannis Xenakis ‘Cribles’ theory.
2. Each one is identified by its sonority (exactly like the Debussy’s ‘gamme par ton’ which, as every one, has its unique sound identity)
3. Discovering the correspondences between all nonoctave scales. Numerical correspondences, but especially sound identity correspondences to build up the nonoctave harmony-synthesis organism (not a program to click).
4. Extraction of ‘all’ the modes (from one and several nonoctave scales) and their agreements of these correspondences to establish links: the links create the system, their mobilities create the organism.
5. The polyscalarity fields offer scalar mutations (more, and further than transposition and per-mutation which are not abandoned) one to one, one to several to one, and so on (see set relations).
6. Creation of coincidences algorithms: to form large maps to avoid long and laborious steps to their access.
7. The revealing tool I used first, were an oscillator with a frequency meter and a pocket calculator, since 2003 I use the Scala program made by Manuel Op De Coul [http://www.huygens-fokker.org/scala]
8. I began this abundant harvest of discoveries since 1982.
(Intermittently, consequence of nonexistent orchestral solution, except the solitary world of electronic music)
9. I thought about a Nonoctave Scales Mutations Synthesizer, to play their metamorphoses in parallel, and independent of the sounded music.
10. Considering the start of new harmonies/synthesis, and so on...

Any directions of any explorations has to be proposed, without censorship, discussed (together), which will create a new chapter in our common book for the new music theory: the Nonoctave Scalar Fields (or what ever), with a new HTML page. The model?: http://centrebombe.org/dansleciel,lebruitdel’ombre.html

Various computer easy access musical instrument for nonoctave harmony/synthesis are available, such as: the sampler NI Kontakt andor the Philippe Guillaume’s Pianoteq keyboards collection: historical keyboards (are both parts of my pianomorphs = percussive (and not) mutating keyboards) both compatible with .scl files from the Scala calculator. I published Scala files and Kontakt sampler tuned files to play to listen the nonoctave scales (to get used to them) with its synthesis (additive/subtractive) harmony. Scales, modes with their specific metamorphoses are available for listeners with usual audio data compression files. Other suggestions are always welcome.

This new music theory, a nonsystematic musical system (the surprise must be preserved) is a continuity, a necessity in the evolution of Western (intelligent) music. This theory has been awaited for a very long time, almost a century. Some of the first wishers have died like: Wyschnegradsky, Varese, or Xenakis, for the 3 most known composers who perceived ‘the possible richness of this space’, ‘to escape the imposed old one’, ‘to flourish an elsewhere here’. If this open-mind theory (which is nonexclusive, nonabsolute, and does not use the contempt to enhance itself) takes so long time to emerge, to knowledge, it is because ‘the global circumstance context’ is unfavourable to musical inventiveness and audacity. All of us know it. The reasons are many, and fundamentally, it does not matter, we know they are based on mismatches, on disagreements that flourish out of our fear (the obedience of people making obedient societies that sources in her/his constant fear). The 80s (feeling as a end of something) were propitious to these painful feelings, until today. Those governing others have created a total mess of misery, starting with the desolation of the intelligent music they claim to defend! This is why it is time to write together, with this team of explorators musicians theorists, which will become the solution tool, to flourish the music through these new scalar fields being nonoctave.

 

Mathius Shadow-Sky
centrebombe at gmail dot com
in waiting for any suggestions and questions

to the online free book: Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre

 

Appel pour une équipe de travail et d'articles :

 

FONDATION DE L'ÉQUIPE D'EXPLORATRICES.TEURS POUR LA THÉORIE MUSICALE DES CHAMPS SCALAIRES NONOCTAVIANTS DU XXIe SIÈCLE

 

Il est temps de partager

 

Création d'une équipe exploratrice de théoriciens.nes musiciens.nes de la musique du XXIe siècle.
Ma proposition est concrète et ne peut se réaliser qu'avec la curiosité, l'intérêt et la bonne volonté :

Équipe
Il faut être plusieurs pour développer les possibles des Champs Scalaires Nonoctaviants [la théorie musicale attendue et nécessaire au XXIe siècle] : qui est trop pour 1 seul, destinés aux autres (et à soi). Avec toutes les conséquences de mutations pour la musique et la nouvelle génération des instruments de musique.

 

Il existe une histoire.
Une histoire qui donne à comprendre pourquoi les Champs Scalaires Nonoctaviants n'ont pas émergé après le mouvement Spectral à Paris dans les années 80, alors que la filiation semblait logique.

Peut-on justifier cette absence par la susceptibilité de ma jeunesse d'alors ? Oui, non. Le mépris entre compositeurs qui se mettent en concurrence au lieu d'apprécier leurs différences est pathologique. Mépris toujours en activité aujourd'hui 40 ans après ! Mais le constat est simple : quand on ne tolère pas les diversités, c'est qu'on craint pour sa propre légitimité. La peur de partager est motivée par son illégitimité.

Tout système musical n'est pas une théorie scientifique qui doit justifier ses résultats par rapport à des postulats convenus, c'est-à-dire : la figuration acceptée du monde (ou : l'illusion commune admise du monde). La musique (et la philosophie) n'a pas de postulats, elle reconsidère à chacune de ses créations les croyances établies. Parce que la musique n'existe pas par la norme, mais par son contraire : l'erreur, et son exception (l'erreur exceptionnelle qui enchante). La musique se nourrit d'erreurs. Sa théorie aussi. Sans erreurs impossible d'apprendre. L'exception musicale est tributaire à jouer avec les erreurs, son existence saine en dépend. Pour sonner la singularité d'un ouvrage, il n'y a pas d'autres choix que d'intégrer les erreurs = ouvrir son esprit à l'improbable. L'erreur est ce qui est inattendu. Pour sonner la singularité, il n'existe pas d'autre choix que d'intégrer l'erreur. L'erreur crée la théorie. La théorie sert à ouvrir nos états d'esprit. Mais si l'erreur existe, ce n'est que par l'existence du dogme de la doctrine. L'erreur maintient l'équilibre. Equilibre qui a été rompu dans les années 80 du XXe siècle, début des persécutions des esprits (désobéissants) avant-gardes.

Les années 80 du XXe siècle étaient des années d'angoisse, chacun craignait pour sa survie, ce qui installait un climat relationnel pénible. J'ai quitté Paris pour Toulouse en 1991, pour cette raison. Vivre ma courte vie de bons temps (près des montagnes et de la mer) et non de peines inutiles. Mon désaccord avec les membres gouvernants du milieu du monde de la « musique contemporaine » s'est résolu en quittant simplement le milieu. À aller entendre jouer et apprendre ailleurs. Il fallait que je sorte du cocon stérilisé de l'écriture de la musique contemporaine, il fallait que je devienne musicien, je le suis devenu par obligation. Presqu'aucun musicien ne joue ma musique. La création de « Il m'est impossible... » à l'IRCAM en 1984, j'ai dû la jouer moi-même. Imagine le trac d'une première en solo devant un parterre (à moitié) hostile ! ça a débuté ma carrière de musicien.

J'ai rejoint les musiques rejetées de la « contemporaine », dans l'underground (vivant l'inaccessibilité aux scènes majeures), car ces musiques ne s'obstinaient pas à marquer des frontières entre genres pour re-garder sa propriété estampillée par le péage du droit d'auteur et du copyright (qui dans le sérialisme ou le spectralisme faisait sourire, vu que ça sonne à peu près pareil !). Aujourd'hui, malheureusement, ces « musiques expérimentales » se sont renfermées sur elles-mêmes, dissoutes et transformées en objet de commerce. La stérilité qui avait infecté la musique contemporaine avait épargné les autres musiques méprisées, mais l'état de siège économique mondialisé a eu raison d'elles. Oui, l'inventivité avait quitté le milieu « contemporain » officiel (qui a lâché son avant-garde pour le confort classique) pour aller se mélanger dans les réseaux souterrains de la musique lâchée par le public craintif. Qui en fin du conte l'a quitté aussi. Depuis, je navigue entre les chapelles, à créer ce que j'ai à musiquer. C'est l'une des raisons de mon anonymat accompagné de ma fausse réputation de mauvais caractère (pour ne pas m'inviter à concerter), car je n'abdique pas dans la facilité de ce qui est imposé par les programmateurs croyants détenir la seule vérité musicale. Beaucoup fonctionnent encore comme ça, malgré la désolation globale de la musique savante vivante. Aujourd'hui, j'ai 56 ans, ma longue maladie a stoppé de m'aventurer (à bourlinguer) pour me donner à rassembler mes écrits, les étoffer, écrire + et les publier. L'ouvrage a débuté il y a 35 ans, à la suite des ouvrages de Wyschnégradsky, Xenakis, Varèse et Grisey et bien d'autres tels Miereanu, Radulescu et Jean Claude Eloy.

Puis j'ai fondé en 1991 le centrebombe, lieu indépendant de création musical, sans aucun soutien public, assez bien équipé. L'expérience a été que tous les artistes prennent + qu'ils ne donnent : ils veulent toujours plus sans échange. Pourtant la musique se crée ensemble dans l'échange. C'est cette attitude qui a ruiné la motivation de ce centre de création et d'exploration, mais en même temps à donné les Trans-Cultural Syn-phônê Orchestra ! Le centrebombe existe toujours en tant que lieu de transmission du savoir et de dons à travers Internet.

 

Là, maintenant, il est temps (que)

Les Champs POLYScalaires* Nonoctaviants deviennent la théorie musicale du XXIe siècle.
Pour désenclaver la musique savante vivante mourante dans l'uniforme de la stérilité.

* LES CHANTS POLISONNES ? LES CHAMPS POLYSONS ?
Le polisson n'est pas de la police, mais de la dérobe, de la raison, il est petit, c'est un enfant à qui les adultes lui interdisent tout, pourtant il ne s'apitoie pas sur lui-même (à se considérer malheureux), il égalise avec espièglerie les injustices sociales par la dérobade (= l'esquive). La polysonie (= polyphonie) est exactement l'attitude polissonne qui sans elle n'aurait jamais entendu les larges oeuvres musicales audacieuses occidentales à partir de l'Ars Nova du XIVe siècle jusqu'aujourd'hui. La turbulence est antiecclésiastique (anticléricale), la désobéissance est antisociale :
2 qualités qui contrarient toute domination et politique et religieuse qui peine tant de monde, tant d'êtres humains.


 

 

 

 

Un titre facile pour la mémorisation aisée de cette théorie musicale du XXIe siècle ? Importe peu.
J'avais proposé d'abord : la théorie des Cortèges (= suites mobiles dêtres en procession) dans la Jungle (= espace emmêlé), dans Maîtrise du Matériau en 1987, puis : les Champs Scalaires Nonoctaviants, dans Formalisation et Expansion des Systèmes de Champs Scalaires (titre pompeux), en 1991. Le champ dans le sens d'un espace (POV = pressions + orientations + vitesses) de jeux évoluant. Scalaire pour les échelles localisantes. Appellation qui est restée dans le livre en ligne : Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre.

Comment j'imagine le fonctionnement de cette équipe d'explorateurs.es ?
Libre et rassemblée autour du site public de publications communes de ses découvertes (dont chacune et chacun reçoit le pass pour accéder au serveur pour publier ses découvertes) : nommé machin.public.com, machin pour music, nonoctave ou centrebombe : à décider entre nous. Tout exploratrice.eur rejoignant l'ouvrage m'envoie (pour l'instant) une demande par email pour recevoir le pass du site pour publier ses découvertes. Oui, pour publier ses découvertes, l'outil pratique reste Internet. J'ai commencé à rassembler mon travail exploratoire dans mon livre : Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre, publié dans le site web du centrebombe.org qui cette année 2017 a 20 ans. L'idée est de créer un site parallèle commun et public où chaque explorateur a accès pour publier ses découvertes. Le site en question : music.public.com (ou autre) sera créé dans ce sens. J'en ai parlé à mon hôte qui héberge centrebombe.org qui est prêt pour l'expérience. La rédaction utilise au plus simple le HTML de base. Le site du centrebombe reçoit en moyenne 10 000 visites par mois. http://centrebombe.org. Publier nos découvertes dans le site machin.public.com va (devrait) installer la nouvelle théorie de la musique où chacun.e localisera cette masse de savoir de base pour la création musicale originale dans un lieu connu et commun avec : accès immédiat, non exclusif (pas d'enregistrement, pas de pass public, pas de cookies) et téléchargements sans condition.

Poser « au jour » l'inexistant existant :
À continuer mon travail entamé, à :

1. Découvrir toutes les autres échelles qui existent, et d'abord les moyens pour les découvrir. Chaque type se découvre avec un outil différent. Telles, les échelles nonoctaviantes tonales ont été découvertes grâce à la théorie des Cribles de Iannis Xenakis.
2. Chacune s'identifie par sa sonorité (exactement comme « la gamme par ton » qui possède son identité sonore unique)
3. Découvrir les correspondances entre elles. Correspondances numériques, mais surtout sonores pour disposer son harmonie-synthèse.
4. Extraire (tous) les modes et les accords de ces correspondances et poser des liens (les liens créent le système, leur mouvance, l'organisme).
5. La polyscalarité offre la mutation scalaire (en + de sa transposition et de ses per-mutations) une à une, une à plusieurs à une, etc.
6. Créer des algorithmes de coïncidences : de grandes mappes pour éviter les étapes laborieuses et longues à leurs accès.
7. Les outils de calcul que j'utilise étaient d'abord un oscillateur avec un fréquence-mètre et une calculette et depuis 2003 le programme Scala de Manuel Op De Coul [http://www.huygens-fokker.org/scala/]
8. J'ai commencé cette abondante récolte de découvertes depuis 1982.
(de manière intermittente vue les débouchées orchestrales inexistantes à part dans le monde solitaire de la musique électronique)
9. j'ai pensé à un synthétiseur d'échelles, à jouer leurs métamorphoses en parallèle et indépendamment de la musique sonnante.
10. Considérer le début des nouvelles harmonies/synthèses, autres...

Les directions d'explorations sont à proposer, sans censure se discutent (ensemble) et s'inscrivent dans un chapitre du livre en ligne à la de la table des matières en créant un lien vers sa page HTML propre.

Pour réaliser l'écoute des échelles et modes nonoctaviants, divers instruments informatiques sont disponibles tels les samplers NI Kontakt et la collection de claviers Pianoteq du Toulousain Philippe Guillaume : des modélisations de claviers historiques (qui à eux 2 forment les parties de mes pianomorphes) programmes qui sont compatibles avec les fichiers .scl du calculateur Scala. Je publie au centrebombe.org les fichiers Scala et des fichiers compatibles pour le sampler Kontakt. Échelles, modes et leurs métamorphoses disponibles à l'écoute par les fichiers usuels de compression de données audio. D'autres propositions sont toujours bienvenues.

Cette nouvelle théorie musicale, un système d'ensemblage non systématique (il faut préserver la surprise) est une continuité, un besoin dans l'évolution de la musique occidentale, cette théorie est attendue depuis très longtemps, déjà presqu'un siècle, dont certains des intéressés sont décédés : Wyschnégradsky, Varèse, Xenakis, pour les 3 + connus qui percevaient « la richesse possible de cette évasion » pour un ailleurs ici. Si cette théorie, ouverte d'esprit (elle n'est ni exclusive, ni absolue, ni ne se sert du mépris pour se valoriser), met un temps si long à émerger, à la connaissance, c'est que « le contexte des circonstances sociales » est défavorable à l'inventivité musicale en général. On le sait. Les raisons sont multiples et au fond, importent peu, car nous savons qu'elles reposent sur la mes-entente, le dés-accord qui fleurissent à partir de la PEUR. Les années 80 étaient propices à cette peur qui perdure jusqu'aujourd'hui. Ceux aux commandes ont foutu et foutent une merde royale, jusqu'à la désolation de la musique qu'ils prétendent défendre ! C'est pour ça qu'il est temps de rédiger ensemble avec cette équipe de théoriciens.nes exploratrices.eurs musiciens.nes qui deviendra l'outil de l'épanouissement de la musique savante à partir de ces champs scalaires nonoctaviants. Histoire de retrouver un peu d'enchantement dans la musique qui pense.

 

Mathius Shadow-Sky
centrebombe à gmail point com
Dans l'attente de questions et suggestions...
Qu'on se le dise...

le livre libre en ligne : Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre

Exploratrices & Explorateurs travaillent ensemble pour la nouvelle théorie musicale du XXIe siècle :

May 26, First Receivers:
Anastasia Georgaki, André Dion, Andrea Szigetvari, Arnaud Romet, Bertrand Fraysse, Bob Ostertag, Charles Amirkhanian, Chercheurs de sons, Christine Wodrascka, David Fenech, Didier Marc Garin, Elisa Trocme, Elzbieta Sikora, Etienne Brunet, Fabien Binard, Florian Nastorg, Nicolas Field, François Rossé, Falter Bramnk, Fred Leblond, Frédéric Acquaviva, Gérard Assayag, Gerard Nicollet, Giorgio Magnanensi, Gregory Oh, Guillaume Blaise, Gustavo Matamoros, György Kurtag, Hélène Morault, Hélène Sage, Horacio Vaggione, Iris Lancery, Jean-Claude Eloy, Jean-Jacques Birgé, Jean-Marc Montera, Jean-Marc Duchenne, Jean-Yves Bosseur, Jean-Robert Sédano, João Victor Bota, Johann Bourquenez, Johnny Reinhard, Julien Gineste, Kasper T Toeplitz, Laura Zattra, Laurent Avizou, Leslie A Bennett, Lou Mallozzi, Ludovic Florin, Manuel Op de Coul, Marc Battier, Marek Choloniewski, Mathieu Werchowski, Matt Leslavssoon, Mattyo Ostrowski, Mats Lindström, Mats Erlandsson, Patrick Portella, Peter Giger, Philippe Guillaume, Pierre Mersadier, Rhys Chatham, Roland Ossard, Sarah Brault, Takuro Mizuta Lippit, Tadeusz Sudnik, Tod Machover, Todor Todoroff, Toy Bizarre, Walter Boudreau, Wilfried Wendling, Will Guthrie, Xavier van Wersch, Y-S Chiang, Yannick Puybaret, Zhang Xiaofu, Ануфриева Ксения, NIME community <community@nime.org>

First answers:

May 27, Elisa Trocmé "proposition bien intéressante (...) je m'y plonge, je révise ton texte qui en anglais n'est pas assez lisible, il est alambiqué et te dessert plus qu'autre chose".

May 30, André Dion "Vaste programme ton affaire ! Courage, ce sera long sûrement ! Moi, je serais plutôt hors échelle. Comme disait Varèse, tout nouveau dogme est encore un nouveau système qui limite. J'aime la musique électroacoustique, sans hauteur, sinon toutes, sans mesures, sans cadres, et même en dehors de l'esthétique purement musicale : poésie, théâtre, mémoire sonore toute origine, etc. soyons fous ! Mais respect pour ton idée"

June 1, 2017, NIME Community; Unfortunately, your recent post to the NIME Community group was denied by a group moderator.
Message from the moderator
Your message for the NIME Community mailing list has been rejected by the moderators. Please understand that this is not a reflection of the quality of your message - it's just that this is a low-volume list for specific kinds of posts. Posts to the list should be restricted to calls for papers/works, job announcements, and topics of specific interest to the NIME community. Except where specifically relevant to a large proportion of the NIME community, posts regarding products, software and concert performances should not be posted.
Possible reasons your post was rejected include:
Your post was more relevant to a different category, group, or topic.
Your post did not conform to the posting guidelines of this group.
Your post needs more information.

Answered back with this short announcement:
Call for papers
The Free University of Centrebombe calls for papers on the subject of: Nonoctave Scalar Fields theory: the new basic musical theory for the 21th century.
Please send your proposal to: centrebombe at gmail
Read the introduction page at: http://centrebombe.org/team.work.html
Mathius Shadow-Sky
protector of
the Free University of Centrebombe
(Centrebombe Université Libre)

June 2017, the University of Toulouse (le Mirail) department of musicology rejected the collaboration saying being busy by other duties. They blocked at the same time the research access to students who could work on this next Western musical theory. Why to block? because their own duties and occupations would feel useless in comparison. It is only a matter of ego censorship.

August 7, 2017, nobody called yet :(
People in slavery are not available during free time: because they are under the authorization (the order) to do not work. How many are they? they are billions.
.