PEOPLE who participated to:
De l'Extase la Musique Extrême

December 2007, 3 hours of intense music De l'Extase, la Musique Extreme (affiche 2007) conceived & directed by Myster Shadow-Sky

photos by Kevin Fibe

Mathius Shadow-Sky musical instruments
Myster Shadow-Sky part of his musical instruments
the stage with everybody: l'Extreme Sonique Sans Concession Réuni =
the stage with everybody: l'Extreme Sonique Sans Concession Réuni =
the Uncompromising Extreme Sonic Associated
Nataly Nato in the Women Screaming Choir
Nataly Nato in the Screaming Women Choir
part of the Women Screaming Choir
the Screaming Women Choir
part of the Women Screaming Choir
the Screaming Women Choir

the Screaming Women Choir
extase in the dark
the Screaming Women Choir

the Screaming Women Choir
the Women Screaming Choir & Trombone Quartet
the Screaming Women Choir & the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes
Aloof Proof & the Women Screaming Choir
Aloof Proof on electronic guitar & the Screaming Women Choir
Nico Blast on drums
Nico Blast & Guy "Canar" Bayssac on drums
Nico Blast & Guy "Canar" Bessac on drums
Nico Blast & Guy "Canar" Bayssac on drums
the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes
the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes

Cyril Marche on electric contrabass, Guy "Canar" Bayssac on drums & the Screaming Women Choir
Aloof Proof & the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes
Aloof Proof & the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes

the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes

l'Extreme Sonique Sans Concession Réuni
the Uncompromising Extreme Sonic Associated
Iris Lancery mezzo soprano
Iris Lancery mezzo soprano

Nico Blast on drums, the Trombone Quartet: Le Sex-Tuor de Trombes & Aloof Proof on guitar
52 tracks quadraphonic sound control
52 tracks quadraphonic sound control by Robert Vucko
Shadow-Sky on cello cubic, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on cubic cello, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on cubic cello, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on cubic cello, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on cubic cello, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on cubic cello, the Screaming Women Choir & Aloof Prof on electronic guitar
Myster Shadow-Sky on Bauhaus cubic cello
Myster Shadow-Sky on Bauhaus cubic cello

Myster Shadow-Sky thank you everybody for delightful 3 hours of music
Myster Shadow-Sky thank you everybody for delightful 3 hours of music

 

this December 12
"Something incredible: the magic of the music provoqued mental changing state of the audience: an outburst of happiness."

DE L'EXTASE, la musique EXTREME

with

l'Extrême Sonique Sans Concession Réuni
the Uncompromising Extreme Sonic Associated

the 12 December 2007 team was composed by:

Georges Bataille, l'Initiateur / the Initiator (textes from his books: video projected, howled and said)
Nicoblast, le Frappeur Explorateur grindcore / the grindcore Striker Explorer (drums)
Guy Canar Bayssac, le Frappeur Explorateur free-jazz / the free-jazz Striker Explorer (drums)
Aloof Proof, le Solitaire / the Being Solitary (electro-guitar)
Myster Shadow-Sky, le Provocateur / the Being Provocative (electric guitar, synthesizer, cello, voice, composition, organization, video pictures and textes-projection composition)
Iris Lancery, la Vagabonde Errante / the Lost Wanderer (mezzo-soprano)
Cyril Marche, le Distenseur des Temps / the Distanced-slack of Times (contrebasse & electric basse)
EMB - Electro Magnetic Bomb - L’Amoureux au Yeux Doux / the Lover with Soft Eyes (électronique modificatrice et génératrice)
le Choeur de Femmes Hurlantes (the Screaming Women Choir):
Isabelle Lartigue, la Femme Hurlante / the Howling Woman (performeuse)
Aurore Urribelarea, la Femme Hurlante / the Howling Woman (performeuse)
Elizabeth Masse, la Femme Hurlante / the Howling Woman (comédienne)
Nathaly Nato, la Femme Hurlante / the Howling Woman (performeuse)
Carine Vogel, la Femme Hurlante / the Howling Woman (performeuse)
Fatima Guevarra, la Femme Hurlante / the Howling Woman (performeuse)
Jeanne Ribis, la Femme Hurlante / the Howling Woman (chanteuse)
Le Sex-Tuor de Trombes:
Teddy Doris, le Sonneur Espiègle / the Mischievous Ringer (trombone)
Guillaume Pique, le Sonneur Espiègle / the Mischievous Ringer (trombone)
Christophe Bocle, le Sonneur Espiègle / the Mischievous Ringer (trombone)
Fabien Binard, le Sonneur Espiègle / the Mischievous Ringer (trombone)
Reno Menat, l’Enthousiaste Happeur / the Enthusiastic Snaper (VideoShooter)
Christophe Calastreng, le Têteur de Sensibles / the Sensitives Sucker (quadriphonic recording)
Robert Vucko, quadraphonic sound reinfocement
Nicolas Gastard, stage light
Benoît Maestre, Le Pilleur d’Ames / the Souls Plunderer (filmeur-acteur invisible camera)

 

dOwnlOad the full album of collected media [778Mo] including all pictures, music & video

 

 

Pictures extracted from the 3 screens video of "La Musique Extrême de l'Extase" the 9 scene of the Myster Shadow-Sky Erotic Opera of Extreme Ecstasy
URGENCE OPERATOIRE
OPERA PANIQUE


opera extase scene 1 video picture
ecstasy opera scene 1 l'expérience intérieure [video picture extracted]
extase opera scene 2 video picture
ecstasy opera scene 2 l'Histoire de l'Oeil : la révolte [video picture extracted]
extase opera scene 3 video picture
ecstasy opera scene 3 d'accord, tout ce que tu voudras : la soumission [video picture extracted]
ecstasy opera scene 4 video picture
ecstasy opera scene 4 le piège [video picture extracted]
ecstasy opera scene 5 video picture
ecstasy opera scene 5 Madame Edwarda : le jeu [video picture extracted]
ecstasy opera scene 6 video picture
ecstasy opera scene 6 la guerre [video picture extracted]
ecstasy opera scene 7 video picture
ecstasy opera scene 7 le supplice [video picture extracted]
ecstasy opera scene 8 video picture
ecstasy opera scene 8 TRANSE & EXTASE [video picture extracted]
ecstasy opera scene 9 video picture
ecstasy opera scene 9 triste humain [video picture extracted]

video pictures by Myster Shadow-Sky, le centre de la bombe 2007

 

Myster Shadow-Sky's

LA MUSIQUE EXTREME DE L'EXTASE [Bataille Opera]
quasi-opera for
4 trombones,
2 drummers,
the Screaming Women Choir (7 screamers),
mezzo-soprano,
electric contrabass,
sonic computer,
cello cubic,
electro-guitar,
analogue synthesizers,
sampler,
9 ton electric guitar,
speaking voice,
singing male voice,
quadraphonic P.A.,
video projection on 3 screens.

total duration 181:37

world premiere: the December 12, 2007 at "MixArt Myrys "
pirates recorded the December 12, 2007 at "MixArt Myrys " (31 Toulouse, France)

composition, video creation & analogue synthesizers, sampler, 9 tone electric guitar, speaking voice, and singing male voice performance: Myster Shadow-Sky
electronic guitar: Aloof Proof
4 trombones: Teddy Doris, Guillaume Pique, Christophe Bocle, Fabien Binard
2 drummers: Nicoblast, Gui Canar Bayssac
the Screaming Women Choir: Isabelle Lartigue, Aurore Urribelarea, Elizabeth Masse, Nathaly Nato, Carine Vogel, Fatima Guevara, Jeanne Ribis
mezzo-soprano: Iris Lancery
electric contrabass & bass guitar: Cyril Marche
sonic computer: EMB [Electro Magnetic Bomb]
Texts: Georges Batailles, Charles d'Orléans, Mathius Shadow-Sky


quadraphonic sound engineers: Robert Vucko, Christophe Calastreng
3 screen vjeing: Reno Menat
video recording of the performance: Benoît Maestre

 

 

Générique de Fin (12 décembre 2007)

URGENCE OPERATOIRE
OPERA PANIQUE
ESQUISSE D'OPERA
INCONFORT DE TRAVAIL
ARGENT MANQUANT
SANS ESPACE
SANTE EPUISEE
DANS LE JEU DES IMPOSSIBLES
JE TRANSGRESSE

L'IMPOSSIBLE EST TRANSGRESSE
JE M'INFILTRE DANS LA MOINDRE BRECHE
DES REMPARTS DE L'IMPOSSIBLE

POUR DONNER,
POUR OFFRIR,
UN SACRIFICE
POUR VOUS
POUR QUOI

OEUVRE SANS TITRE :
« LA MUSIQUE DE L'EXTASE EXTREME »
« LA MUSIQUE EXTREME DE L'EXTASE »
N'EST PAS UN TITRE,
MAIS UN SOUHAIT,
IL N'Y A PAS DE FORME PERCEVABLE,
MAIS UN REFUS DE REMPLIR LE TEMPS
PAR DES DIVERSIONS ENVIABLES.

L’INSCRIPTION DE L’HORAIRE DANS SA MEMOIRE
CREE UNE APPREHENSION DU REMPLISSAGE
DE CES DUREES, TROP LONGUES A HABITER.

GEORGES BATAILLE NON PLUS
N'EST PAS UN TITRE,
MAIS UN HOMME QUI S'EST ATTACHE
A « L'INCONNU DE L'HOMME »
EN Y PENETRANT PAR EXCES
AU-DELA DU POSSIBLE.

L'HUMAIN SE COMPREND
A CE QU'IL NE SUPPORTE PAS.
EN POSANT LA QUESTION
A L'INSUPPORTABLE VIVRE.

SACHEZ QUE JE DETESTE
TRAVAILLER DANS CES CONDITIONS,
SANS MOYENS, SANS APPROFONDISSEMENT
: CE N’EST PAS MON DESIR DE ME MONTRER
NU A LA LAPIDATION :
LE CREUSET OU LA CRITIQUE SE DECHAINE

LA CREATION D'UN SPECTACLE INACHEVABLE
PROVOQUE APRES SON EXECUTION
UNE GRANDE FRUSTRATION
MAIS JE L'AI FAIT
DANS LE DEPASSEMENT

Mathius Shadow-Sky

cette Esquisse Spectaculaire n'aurait Jamais Existé sans :

l'Extrême Sonique Sans Concession Réuni

avec

le Chœur de Femmes Hurlantes :
Isabelle Lartigue la Femme Hurlante (performeuse)
Aurore Urribelarea la Femme Hurlante (performeuse)
Elizabeth Massse la Femme Hurlante (comédienne)
Carine Vogel la Femme Hurlante (performeuse)
Fatima Guevarra la Femme Hurlante (performeuse)
Jeanne Ribis la Femme Hurlante (chanteuse)
Nathalie Nato la Femme Hurlante (performeuse)

les Sonneurs Espiègles du Sex-Tuor de Trombes :
Teddy Doris le Sonneur Espiègle (trombone)
Guillaume Pique le Sonneur Espiègle (trombone)
Christophe Bocle le Sonneur Espiègle (trombone)
Fabien Guinard le Sonneur Espiègle (trombone)

les Frappeurs Explorateurs
Nicoblast le Frappeur Explorateur (batterie grindcore)
Guy Canar Bayssac le Frappeur Explorateur (batterie free-jazz)

Les Autres
Iris Lancery la Vagabonde Errante (mezzo-soprano)
Cyril Marche le Distenseur des Temps (contrebasse électrique)
EMB - Electro Magnetic Bomb - L’Amoureux au Yeux Doux (électronique modificatrice et génératrice)
Aloof Proof le Solitaire (électro-guitare)
Gaël Trellu le Restaurateur Goûteux (chef cuisinier)
Myster Shadow-Sky le Provocateur (réalisateur et joueur de ce quasi-opéra)

Composition
Textes
Georges Bataille
Mathius Shadow-Sky
Charles d'Orléans
Images vidéo
composées et transformées par Mathius Shadow-Sky
Tirées des oeuvres de
Walerian Borowczyk
Vitaly Bakhvalov
Catherine Breillat
Gui Brigaudiot
Eugene Vardanyan
Juzo Itami
& Anonymes
Musique composée par Mathius Shadow-Sky

cette Esquisse Spectaculaire n'aurait Jamais Existé sans :
l'invitation de Mix'Art Myrys à travers Joël Lécussan
merci à Robert Vucko pour la maîtrise de la sonorisation difficile de ce spectacle
merci à tous ceux qui ne se sont pas nommés et qui sont essentiels dans la réalisation de ce quasi-opéra.

 

...GENS PERSONNES DE LA CULTURE DONNEZ-NOUS LES MOYENS DE TRAVAILLER...
...Gens Personnes de la culture donnez-nous les moyens de travailler...

 

 

 

back home

go elsewhere

more music

more music to download

 

 

De l'Extase la Musique Extrême

 

LIVRET

2007

TEXTES VIDEO-PROJETE & HURLES (EN DIALOGUE)
les narrations de Georges Bataille sont formatés au slogan
par Mathius Shadow-Sky pour être vidéo-projeté en étant.
hurlé, mais aussi ordinairement chanté et parlé.
la projection vidéo dynamique des textes de l'Opéra.
Du surtitre qui conte le déroulement de l'action
choix et écrits de textes de Mathius Shadow-Sky
à vidéo-projeter et à hurler pour l'opéra
"la Musique Extrême de l'Extase" donné le 12 décembre 2007.

 

: neuf scènes d’un même acte de vie humaine où notre Réel n’est Que notre projection narcissique et rien d'autre

 

SCENE 0
extrait video de la scene 0
attente
Textes vidéo du contexte 0 pour les déroulants et projections vidéo  :

DISPOSITION DE LA MARCHANDISE ET ATTENTE

« Le Chœur de Femmes Hurlantes sont des guerrières issues d’armées mercenaires du renseignement qui opèrent dans les conditions limites de la survie exclusivement dans l’antre ennemi. Surentraînées, ce sont des femmes à tuer. Elles tuent par la terreur des rêves, la régression mentale, l’autosuggestion au suicide, l’auto empoisonnement corporel, l’auto déclenchement de maladies graves et mortelles. Elles sont les maîtresses d’un jeu de la mort où les victimes se rendent coupables par leurs propres actes. La mort sans preuve criminelle est la spécialité des Femmes Hurlantes. Personne ne les connaît et nous ne savons même pas si elles existent vraiment en tant que mercenaires. Ici elles hurlent et ne sont pas totalement contrôlables. Le risque qu'a pris Shadow-Sky de les inviter, il l'a pris sur lui. Et il y a la possibilité qu'il y ait une de leurs victimes parmi nous : on ne peut pas le savoir, seul le sait leur commanditaire séquestré durant l'opération »

« Marcelle n’est pas morte, elle erre à la recherche ici de son armoire strangulatoire de tombe égarée. »

« (de la pute à la mère jusqu’à la sainte) Madame Edwarda est une mère de famille élégante particulièrement passionnée par tout ce qui lui modifie son état de conscience comme : l’alcool, la drogue, les croyances morales, l’orgasme, les manèges, l’éducation, la grossièreté et la terreur. Quelque chose l’attire ici par pure jouissance de n'importe quoi. »

« Le Mâle Inexistant, dissimulé invisible, est obsédé des tâches administratives qui rebutent tout le monde. La comptabilité des nécessités et la distribution de ces nécessités (les contraventions) à chacun par un système efficient sont sa nécessité qu’il exécute avec une méticulosité proche de la maniaquerie. Son attachement affectif pour ses habitudes sont vitales à exister : la répétition obsessionnelle est indispensable à l’existence de sa matière inexistante. Il n’a qu’un rapport administratif avec le monde, et le plaisir que les femmes et les hommes recherchent lui demeurent intouchables que par l’intermédiaire de la manipulation d’objets intermédiaires. »

« Le Confesseur vient témoigner ici de son bonheur de vivre »

« ce restaurateur va te nourrir
pas pour t’empoisonner,
mais pour ton plaisir en bouche
laisse toi faire
et goûte au plaisir de ta chair.
Reste protégé dans ton bavoir
pour échapper aux coulures
et autres chutes possibles »

« La manipulation de l'opinion est un des thèmes de cet opéra »

« pour votre sécurité »

« la police est là pour vous assister »

« pour votre sécurité »

 

SCENE 1
extrait video scene 1
l'expérience intérieure
Textes hurlés et mis en vidéo de l'Expérience Intérieure de Georges Bataille

      Textes du chœur de Femmes Hurlantes, en pré-répons au texte vidéo

01. « Au bout du possible de l’homme »

02. « Niées les autorités les valeurs existantes »

03. « L’expérience est l’autorité »

04. « qu’on glisse au fond illuminé du rire »

05. « l’impossible sévit »

06. « exorbitant, indubitable »

07. « supplice »

08. « Nous ne pouvons être sans fin ce que nous sommes »

09. « Pourtant l’angoisse était sa chance »

10. « A vide »

10. « ……………………..cris sans paroles »

11. « En vérité je suis agi »

      Textes vidéo, en réponse au texte du chœur de Femmes Hurlantes :

01. « Un voyage au bout du possible de l’Homme »

02. « Cela suppose niées les autorités, les valeurs existantes qui limitent le possible »

03. « L’expérience devient elle-même la valeur et l’autorité »

04. « Il est dans les choses divines une transparence si grande qu’on glisse au fond illuminé du rire à partir même d’intentions opaques »

05. « Le possible se dérobe et l’impossible sévit »

06. « Etre face à l’impossible – exorbitant, indubitable – quand rien n’est plus possible »

07. « Supplice »

08. « Condamné à devenir Homme »

09. « Nous ne pouvons être sans fin ce que nous sommes »

10. « Serais-je le premier sur terre à sentir l’impuissance humaine me rendre fou ? »

11. « Qui ne meurt pas de n’être qu’un Homme ne sera jamais qu’un Homme »

12. « Au lieu d’aller à la profondeur de son angoisse, l’anxieux babille, se dégrade et fuit »

13. « Pourtant l’angoisse était sa chance »

14. « A vide »

14. « L’essentiel est l’extrême du possible, où Dieu lui-même ne sait plus, désespère et tue »

15. « En vérité je suis agi »

 

SCENE 2
extrait video scene 2
la révolte
l'Histoire de l'Oeil de Georges Bataille
23 paroles vidéos et hurlées

1
Il faisait chaud.
Elle mit l’assiette du chat
sur un petit banc,
sans quitter mes yeux,
s’installa devant moi,
s’assit et trempa
sa vulve dans le lait.

2
Immobilisé et tremblant
le sang cogne dans ma tête
je vis sa chair rose et noire
baignant dans le lait blanc
qui coulait jusqu’au bas de ses cuisses

3
elle est si avide
de ce qui trouble les sens
que le plus petit appel
donne a son visage
un caractere evoquant le sang
la terreur subite, le crime
tout ce qui ruine sans fin
la beatitude et la bonne conscience

4
- tu peux faire pipi en l’air jusqu’à la raie de mon cul ?
- Oui, mais la pisse va couler sur ta robe et sur ta figure.
- pourquoi pas

5
une frénésie brutale
animait nos trois corps
2 bouches juveniles se disputaient
mon cul mes couilles et ma verge
et je ne cessai pas d’écarter
des jambes humides de salive et de foutre

6
La pluie chaude tombait à torrents
et nous ruisselait sur le corps
De grands coups de tonnerre
nous ébranlaient et accroissaient notre rage
Nous arrachant des cris
redoublés à chaque éclair
par la vue de nos parties sexuelles

7
Elle avait trouvé
une flaque de boue
et s’en barbouillait
Elle se branlait
avec la terre
et jouissait

8
Elle contracta la manie
de casser des œufs avec sa vulve
Elle se plaçait pour cela
la tête sur le siège d’un fauteuil
le dos collé au dossier
les jambes repliées vers moi
qui me branlais
pour la foutre dans la figure
Je plaçais alors l’œuf au-dessus du trou
elle prenait plaisir
à agiter dans la fente profonde
Au moment où mon sperme jaillissait
les fesses cassaient l’œuf
elle jouissait
et plongeant ma figure dans sa vulve
je m’inondais de ces jus abondants

9
Veuillez je vous prie
ne pas m’envoyer la police
J’emporte un revolver
Les premières balles seront pour eux
et la dernière pour moi

8'
le délire
qui l’avait fait s’enfermer
dans l’armoire
s’y branler
avec tant d’abandon
qu’elle n’avait pu
se retenir de pisser

11
les régions marécageuses du cul
auxquelles ne ressemble que
les jours de crue et d’orage ou
les émanations suffocantes des volcans
et qui n’entrent en activité
comme les orages ou les volcans
qu’avec quelque chose d’un désastre

les regions marecageuses du sexe
qui ne ressemble qu'aux nuits
de crue et d’orage tiedes et
aux emanations suffocantes des volcans,
ne rentrent en activite qu’avec
quelque chose d’un desastre sublime.

12
ces régions désespérantes que Simone
dans un abandon
qui ne présageait que des violences,
me laissait regarder comme en hypnose,
n’était plus désormais pour moi
que l’empire souterrain
d’une Marcelle suppliciée
dans sa prison et
devenue la proie des cauchemars

13
le supplice est-il égal au degré d’intolérance de sa morale ? (demande Mathius Shadow-Sky)

14
un si grand trouble des sens

15
une main ensalivée
avait saisi ma verge
et la branlait
un baiser baveux et brûlant
me pénétrait l’intimité du cul

16
Marcelle ne pouvait jouir
sans s’inonder,
non de sang,
mais d’un jet d’urine claire,
et même, lumineux.
Ce jet, d’abord violent,
coupé comme un hoquet,
puis librement lâché,
coïncidait avec un transport de joie
inhumaine

17
cette hallucination personnelle
se développait
avec la même absence de borne
que le cauchemar global
de la société humaine

18
la sueur me poissait le visage
J’avais les yeux sanglants et gonflés
mes oreilles criaient
je claquais des dents
mais j’avais sauvé celle que j’aimais

19
nous imaginions de coucher Marcelle
retroussee mais chaussee
et gardant sa robe
dans une baignoire
à demi pleine d’œufs
dans l’écrasement desquels
elle ferait pipi

20
vêtue
d’un peignoir trempé d’eau chaude
et collant
mais laissant la poitrine nue
je lui énerverais les seins
en prenant leurs bouts
dans le canon
d’un revolver chargé
venant de tirer

21
…elle ferait couler de haut et ruisseler de la crème fraîche sur l’anus gris…

22
surtout dans la fente des fesses

23
le spasme
longuement continua
de la révulser,
le visage souillé
de salive et de sang

 

SCENE 3
extrait video scene 3
la soumission
TEXTES VIDEO-PROJETE & GEMIS

1
d'accord

2
tout ce que tu voudras

 

SCENE 4
extrait video scene 4
le piège
Phrases de Georges Bataille choisies par les Hurlantes à hurler :

Carine a choisi :
« le cœur est humain dans la mesure où il se révolte » (scène 4)
« qui ne meurt pas de n’être qu’un homme, ne sera jamais un homme » (scène 6)
« l’érotisme est la probation de la vie jusque dans la mort » (scène 6)

Jeanne a choisi :
« le rire est plus divin et même plus insaisissable que les larmes » (scène 6)
« je peux me prosterner devant lui, si je crois qu’il n’existe pas » (scène 6)
« enfermé dans le temps dans l’instant dans la pulsation du sang » (scène 4)
« comme des voix dans un espace qui n’est pas sonore » (scène 6)

Isabelle a choisi :
« comme au bordel. Dieu a le « choix ». » (scène 4)
« la névrose : nostalgie de l’angoisse qu’à Dieu » (scène 6)
« le ciel érotique ouvert : coïncidence d’une musique de fête (frénésie perdue) et d’un silence de mort » (scène 6)
« Dieu n’endure pas un instant de penser, c’est pourquoi il ne peut pas être » (scène 6)

Fatima a choisi :
« rien de tel n’apparaissait dans l’érotisme rudimentaire du mariage. » (scène 4)
« nous sommes de toute façon des animaux » (scène 6)
(L’érotisme)
« je suis moi-même la guerre » (scène 6)
(extrait de « incapacité de la guerre » 1939 magazine Acéphale)

Aurore a choisi :
« Dix cent maisons tombent »
cent puis mille morts » (scène 4)
« c’est l’âge du renne. »
« J’ouvre en moi-même un théâtre
où se joue un faux sommeil
un trucage sans objet,
une honte dont je sue. »
« La mort habite mon cœur comme une petite veuve elle sanglote elle est lâche elle rit jusqu’au soleil elle déchire les oiseaux »
« J’ai faim de sang
faim de terre au sang
faim de poisson, faim de rage,
faim d’ordure, faim de froid »
(extrait de « L’Orestie », Lascaux, ou la Naissance de l’Art », « l’œil pinéal »)

Elizabeth a choisi :
« le cœur démesuré j’étouffe
ton ventre est nu comme la nuit. » (scène 4)
« Pour me livrer au vits
j’ai mis ma robe à fendre l’âme » (scène 6) (extraits de Poèmes et Nouvelles Erotiques)
« elle mit sa langue dans ma bouche » (scène 6)
« j’ouvre les jambes » (scène 6) (extraits de Saintes)

Nathaly a Choisi :
« l’angoisse suppose le désir de communiquer » (scène 4)
« l’angoisse évidemment ne s’apprend pas » (scène 6) (extraits de l’Expérience Intérieure)
« je pense comme une fille enlève sa robe » (scène 6) (extraits de Méthode de Méditation)

Phrases hurlées dans les scènes 4 et 6.

 

SCENE 5
extrait video scene 5
le jeu
Madame Edwarda de Georges Bataille
20 textes vidéo projetés

01
si tu as peur de tout,
lis ce livre :
si tu ris,
c’est que tu as peur.
Sais-tu jusqu’à quel point
l’homme est « toi-même » ?
imbécile ?
et nu ?

02
au coin d’une rue,
l’angoisse,
une angoisse sale et grisante,
me décompose

03
je retire mon pantalon
que je mets sur mon bras ;
je veux lier la fraîcheur de la nuit dans mes jambes,
une étourdissante liberté me porte.
Je tiens dans la main mon sexe droit.

04
au milieu d’un essaim de filles,
Madame Edwarda,
nue,
tire la langue

05
je me trouve absurde :
Edwarda et moi
n’avions pas échangé deux mots

06
la vulve d’Edwarda me regarde,
velue et rose,
pleine de vie
comme une pieuvre répugnante

07
je suis Dieu
elle

08
Edwarda maintient sa position provocante.
Elle ordonne :
- embrasse
– … devant les autres ?
– bien sûr !
je titube et pose mes lèvres sur la plaie vive

09
les talons de Madame Edwarda
sur le sol carrelé,
le déhanchement de ce long corps obscène,
l’âcre odeur de femme qui jouit,
humée par moi,
de ce corps blanc…

10
la nudité du bordel
appelle
le couteau du boucher.

11
Madame Edwarda me fascine,
je n’ai jamais vu de fille plus jolie
– ni plus nue.

12
elle est Dieu

13
je tremble
à l’idée
qu’elle peut,
à jamais
disparaître …
... évidemment
venue d’un autre monde

14
elle hurle :
j’étouffe,
mais toi,
peau de curé,
JE T’EMMERDE…

15
elle s’effondre...

Comme un tronçon de ver de terre,
elle s’agite, prise de spasmes respiratoires

16
l’extase desséchante de la fièvre,
à ce point,
naît de l’entière impossibilité d’arrêt

17
A la racine,
la crue qui l’inonde rejaillit dans ses larmes :
les larmes ruissellent des yeux.
L’amour dans ses yeux,
était mort,
un froid d’aurore en émane,
une transparence où je lis la mort.

18
le flot de volupté
n’arrête pas
de glorifier son être,
de faire sa nudité plus nue,
son impudeur plus honteuse.

19
je devrai lâcher prise
et me vendre au non-sens

20
Dieu, s’il « savait »,
serait un porc.

 

SCENE 6
extrait video de la scene 6
la guerre
Phrases de Georges Bataille choisies par le Choeur des Femmes Hurlantes à hurler :

Carine a choisi :
« le cœur est humain dans la mesure où il se révolte » (scène 4)
« qui ne meurt pas de n’être qu’un homme, ne sera jamais un homme » (scène 6)
« l’érotisme est la probation de la vie jusque dans la mort » (scène 6)

Jeanne a choisi :
« le rire est plus divin et même plus insaisissable que les larmes » (scène 6)
« je peux me prosterner devant lui, si je crois qu’il n’existe pas » (scène 6)
« enfermé dans le temps dans l’instant dans la pulsation du sang » (scène 4)
« comme des voix dans un espace qui n’est pas sonore » (scène 6)

Isabelle a choisi :
« comme au bordel. Dieu a le « choix ». » (scène 4)
« la névrose : nostalgie de l’angoisse qu’à Dieu » (scène 6)
« le ciel érotique ouvert : coïncidence d’une musique de fête (frénésie perdue) et d’un silence de mort » (scène 6)
« Dieu n’endure pas un instant de penser, c’est pourquoi il ne peut pas être » (scène 6)

Fatima a choisi :
« rien de tel n’apparaissait dans l’érotisme rudimentaire du mariage. » (scène 4)
« nous sommes de toute façon des animaux » (scène 6)
(L’érotisme)
« je suis moi-même la guerre » (scène 6)
(extrait de « incapacité de la guerre » 1939 magazine Acéphale)

Aurore a choisi :
« Dix cent maisons tombent »
cent puis mille morts » (scène 4)
« c’est l’âge du renne. »
« J’ouvre en moi-même un théâtre
où se joue un faux sommeil
un trucage sans objet,
une honte dont je sue. »
« La mort habite mon cœur comme une petite veuve elle sanglote elle est lâche elle rit jusqu’au soleil elle déchire les oiseaux »
« J’ai faim de sang
faim de terre au sang
faim de poisson, faim de rage,
faim d’ordure, faim de froid »
(extrait de « L’Orestie », Lascaux, ou la Naissance de l’Art », « l’œil pinéal »)

Elizabeth a choisi :
« le cœur démesuré j’étouffe
ton ventre est nu comme la nuit. » (scène 4)
« Pour me livrer au vits
j’ai mis ma robe à fendre l’âme » (scène 6) (extraits de Poèmes et Nouvelles Erotiques)
« elle mit sa langue dans ma bouche » (scène 6)
« j’ouvre les jambes » (scène 6) (extraits de Saintes)

Nathaly a Choisi :
« l’angoisse suppose le désir de communiquer » (scène 4)
« l’angoisse évidemment ne s’apprend pas » (scène 6) (extraits de l’Expérience Intérieure)
« je pense comme une fille enlève sa robe » (scène 6) (extraits de Méthode de Méditation)

Phrases hurlées dans les scènes 4 et 6.

 

SCENE 7
extrait video de la scene 7
le supplice : transgression de l’interdit

18 textes vidéo-projectés de l’Erotisme de Georges Bataille

01
la transgression
n’est pas la négation
de l’interdit,
mais elle le dépasse
et le complète

02
le viol de l’interdit
est fondamental
à l’existence de l’interdit,
il est l’objet même
de l’excitation du désir

03
le meurtre
est recevable dans
la guerre,
la vendetta
et le sacrifice.
Il est criminel
dans l’assassinat

04
l’assassinat
est un acte d’ignorance
difficile à saisir

05
la guerre est un luxe,
pas pour accroître
la richesse d’un souverain :
c’est une exubérance agressive,
maintenant la largesse de l’exubérance.

06
la guerre
développe une cruauté
dont les animaux
sont incapables :
le massacre.

07
les prisonniers de guerre,
sont la proie
à tous les supplices extrêmes
dans l’ivresse de la transgression.

08
l’humiliation
et les supplices sexuels
infligés par les guerriers dominants
sont l’acte ultime
pour l’annihilation totale
de l’autre, restant vivant

09
assoiffés de sang,
des guerriers délirants
pourtant
ne se massacrent pas
les uns les autres

10
le supplice
est un acte organisé
de la cruauté
pour la victime vivante,
une domination absolue
de la vie sur la mort
« vaincue » méprisée

11
le supplice infligé
est la manifestation suprême
de la terreur orgasmique
face à la mort

12
la transgression autorisée
du meurtre collectif
confirme l’interdit
destiné aux victimes
se délectant dans la soumission.
la levée des interdits
ne s’adresse
qu’à une certaine classe
d’élus au détriment de ces victimes

13
les interdits sexuels permanents
provoquent l’exaltation
de la débauche malsaine
des fidèles
frustrés dans la honte :
leur pire, constamment
s’exalte dans l’assassinat sexuel

14
au-delà de l’impossible,
le pouvoir de l’homme
se manifeste toujours
dans la cruauté sexuelle :
la confrontation du vouloir
à la peau et aux orifices
de la victime dominée

15
par contre
l’assassinat
est l’oubli
de l’autre

16
le baiser
est la manifestation
de l’adoration
de l’autre
pour l’autre en soi-même,
l’extase de l’autre en moi

17
l’amour comme la mort
est le supplice de la fusion
de soi avec l’autre :
l’extase

18
je t’aime

 

SCENE 8
extrait video de la scene 8
la transe et l'extase
15 textes-projection vidéo de l'Expérience Intérieure de Georges Bataille

01
La douceur des choses
me pénètre

02
je tombe
dans un état
de félicité

03
je passe brusquement
de l’inattention
à la surprise

04
je ressens
cet état
avec plus d’intensité
comme si un autre
et non moi l’éprouvait

05
la douceur du ciel
se communique à moi
et je sens l’état
qui lui répond
en moi-même

06
je la sens à l’intérieur de la tête
comme un ruissellement vaporeux,
subtilement saisissable,
mais participant
à la douceur du dehors,
me mettant en possession d’elle,
m’en faisant jouir.

07
J’entre en possession
de chaque arbre mouillé
et je ne le quitte
que tristement
pour un autre

08
La déchirante
étrangeté
de leur passage

09
Je m’abandonne,
je m’absente,
souriant j’absorbe
doucement les choses

10
l’extase devant le vide
est toujours fugitive,
furtive
et n’a que peu de souci
de persévérer dans l’être

11
je me fonds
dans une félicité
plus grave
où je capte
en l’enveloppant
une douceur diffuse

12
je me perds
dans la plénitude
du mouvement intérieur
qui se dégage du discours
et accède à l’inconnu de l’être

13
Mon corps
se pulvérise
en milliards
de particules : individus conscients
qui alimentent
les vents de poussières,
les boues bouillantes
et les mers glacées
de cette planète vivante.

14
Mon corps explose
pour maintenir
et envahir la vie
de mes atomes autonomes.
Je meurs dans l’orgasme
par ma conscience morcelée.

15
Sa présence durable
demande
une contestation des apparences,
tout échappe
je ne suis pas anéanti,
j’entrevois est ramené
au plan des objets
connus de moi.

 

SCENE 9
extrait video de la scene 9 finale
triste humain, l'homme et la peine être dedans
12 textes-projection de la scène 9 finale :

01
Le monde est un équilibre
que l’humain veut briser

02
Cela est dû
à sa condition
d’humain vivant,
sa honte profonde
d’être humain

03
l'homme doit trouver
le moyen de briser
cet enfermement
dans l’humain

04
La mort
est le moyen
le plus sûr

05
Mais l'homme persiste
dans son arrogance humaine
de croire qu’il peut vivre

06
alors que vivre homme
ne panse
que ses blessures accumulées

07
l’homme ne serait pas
un loup pour l’homme
s’il ne souffrait pas
de sa condition d’homme

08
En vérité
nous sommes
Tous agis

09
L’homme n’est que
l’homme pour l’homme :
si peu en vérité

10
Nous n’avons qu’une échappatoire
à notre condition d’homme :
pénétrer les extrêmes impossibles,
processus nécessaire
à notre déshumanisation,
pour embrasser l’extase :
celle de n’être plus homme.

11
OU :
l’univers est honnête aux honnêtes gens parce que les honnêtes gens ont les sens châtrés.
les honnêtes gens craignent l’obscénité.
les honnêtes gens n’éprouvent aucune angoisse.
les honnêtes gens gouttent les "plaisirs de la chair" à la condition qu’ils soient fades.
Surtout ne pas faire de vague,
demeurer inexistant au vivant.

12
Humain
Humain
Trop
Humain

Humain
Humain
Triste
Humain

De la peine
à
Etre dedans

 

FIN
//

 

Intermittence Constante :
Iris :
mezzo-soprano chante le poème de Charles d’Orléans en femme égarée, vagabonde et souillon qui intervient à chaque scene comme un nuage qui passe.

 

Poème de Charles d’Orléans – XIIème siècle –
modifié par Mathius Shadow-Sky – XXème puis XXIème siècle -


Je meurs de soif auprès de la fontaine
Tremblante de froid du feu des amoureux
Je suis aveugle si l’autre m’aime
Pauvres mes sens ne sachant plus entre eux
Trop négligente, en vain souvent songeuse
C’est de mon fait une des choses ténébreuses
Bien mal ces enchevêtrements amenés

Je ne gagne le temps et le perds maintes fois
Je joue et ris me sentant douloureuse
De mes blessures j’ai des espérances pleines
J’attends mon bonheur dans l’angoisse du regret
Rien ne me plaît et suis si désireuse
Je brouille avec mes pensées fallacieuses
En bien de mal le nœud à démener

Je parle trop et me tais à grand-peine
Je me débats dans ma peur courageuse
A mon confort que ma tristesse malmène
Et de ne pas faillir aux mains d’entre eux
Maladie ne m’est en santé donnée
J’expire le dernier souffle de l’espoir né
En bien et mal de sillages emmenés

Sur un hasard j’essaierai quelque année
Par delà le bien et le mal ma fortune menée

Poème de Charles d’Orléans – XIIème siècle –
version originale

BALADE.

Je meurs de soif, en cousté la fontaine;
Tremblant de froit, ou feu des amoureux;
Aveugle suis, et si les autres maine;
Povre de sens, entre saichans l'un d'eulx;
Trop negligent, en vain souvent soigneux;
C'est de mon fait une chose faiée,
En bien et mal par fortune menée.

Je gaingne temps, et pers mainte sepmaine;
Je joue et ris, quant me sens douloreux;
Desplaisance j'ay, d'esperance plaine;
J'actens boneur en regret angoisseux;
Rien ne me plaist, et si suis desireux;
Je m'esjois, et courre à ma pensée,
En bien et mal par fortune menée.

Je parle trop, et me tais à grant paine;
Je m'esbahys, et si suis courageux;
Tristesse tient mon confort en demaine,
Faillir ne puis, au moins à l'un des deux;
Bonne chierre je faiz, quant je me deulx;
Maladie m'est en santé donnée,
En bien et mal par fortune menée.

L'ENVOY.
Prince, je dy que mon fait maleureux,
Et mon prouffit aussi avantageux,
Sur ung hasart j'asseray quelque année,
En bien et mal par fortune menée.

 

De l'Extase l'Erotisme Extrême
mise en espace 2008

configuration de l'espace pour l'opera Bataille dispositif audio pour De l'Extase la Musique Extreme dispositif video pour De l'Extase la Musique Extreme

 

l’Erotisme Extrême de l’Extase
Opéra en 9 contextes + 2 & 28 personnages

DESCRIPTION DES CONTEXTES & EXPLICATION DES ACTIONS
9 + 2 espaces contextuels

EEE : l’érotisme extrême de l’extase (la vie sexuelle des jeux des plaisirs)

Précontexte : plaçage du public et suspens dans le froid et le brouillard
Contexte 1 : dispositions à l’expérience intérieure (ouverture)
Contexte 2 : la révolte involontaire donc incontenable (explosion résonance)
Contexte 3 : la soumission (tendresse et jouissance de la servitude)
Contexte 4 : le piège (prise de conscience du servile : la douleur du fonctionnaire)
Contexte 5 : le jeu (plaisirs sans narcissisme)
Contexte 6 : la guerre (presque tout le monde souffre : attentat, otages)
Contexte 7 : le supplice (l’expression du vide)
Contexte 8 : la transe et extase (tenir jusqu’au bout pour déborder)
Contexte 9 : la tristesse (finale : l’humain bête n’évolue pas)
Postcontexte : le public reste dans le noir et le brouillard

Les personnages traversent ces espaces contextuels
et réagissent en fonction des forces de ces contextes 
ou, les personnages traversent ces champs contextuels
qui transforment leurs attitudes :

Il y a 9 « champs contextuels » nommés contextes (la scène est une délimitation passive, le contexte est un espace agissant sur son contenu : les actants) plus deux contextes l’un d’entrée et l’autre de sortie (pré et post contextes). Deux passages d’un réel à l’autre (du réel de soi au réel de l’autre).

Précontexte : (plaçage des publics et suspens dans le froid)
C’est un espace froid, de pénombre où on a la sensation d’une immobilité pesante qu’il faut respecter par des gestes lents, soucieux et vigilants. La distinction visuelle n’est pas annulée et des silhouettes indéfinissables se perçoivent dans un brouillard mouvant, mouvements d’air presque imperceptibles.

Faire :
Les Déplaceuses sans visage à peau de caoutchouc assistent le public à se placer et se déplacer, il ne se placera et ne se déplacera jamais sans elles. Leur appartenance sexuelle est indéfinissable. Elles en prennent aussi plusieurs à la fois s’il le faut des personnes du public. Une souplesse ferme caractérise les Déplaceuses. Et une vigilance constante au moindre de leurs déplacements. Elles sont les gardes des déplacements du public : un bavoir collectif par Déplaceuse + 1 pour l’antichambre.

Contexte 1 : (accès à l’expérience intérieure)
C’est un espace propice à la méditation. Une tranquillité tiède et lente. Un vent qui perturbe les feuillages et rappelle le souffle de la terre et l’immensité infinie de ce qui existe. Quelques rides à la surface de l’eau ne peuvent ponctuer qu’une paix intérieure. L’espace est vaste et ses limites ne nous sont pas perceptibles. La clairvoyance de la tranquillité. L’espace de la compréhension.

Acte :
Il faut sortir de la communauté et se réfugier à l’intérieur de sa solitude pour essayer d’entrapercevoir ce qu’un moi fait dans son existence, puis forcer l’impossible des limites de son être. « J’expérimente mon vivant en faisant surtout n’importe quoi », le geste libre qui permet l’exploration. Pour cela « je suis la recette impossible au-delà de mes désirs et je m'accroche à l'inconnu de l'Homme au-delà de son possible en y pénétrant par excès et clairvoyance. Je ne peux abandonner ma conscience pensante dans l’expérience. Je force la sortie au-delà de ce que je suppose être la limite du possible humain ».

Contexte 2 : (la révolte involontaire)
Dans un espace limité, aux déplacements difficiles mais possibles, un espace chaud où trop d’interdits ineptes pèsent aux personnes : des obstacles, mais qui n’ont pas l’air de les gêner, qu’elles semblent même tolérer jusqu’à les ignorer. il existe un espace échappatoire, un espace attracteur étrange inconnu du système autoritaire où on accède en douceur simplement par l’oubli des interdits proclamés contre les habitants. L’espace extérieur (le tourniquet et la scène périphérique).

Actes :
C’est une révolte par ignorance des interdits et des lois. Tout le monde réalise et assouvit tranquillement ses propres désirs sans aucune restriction. La police s’affole (les Déplaceuses), car ses méthodes de répressions ne fonctionnent pas sur ceux qui n’ont cure des règles de l’ordre social. Les révoltés ne forment pas de foule à contenir, mais s’activent indépendamment à réaliser leurs jouissances dans le jeu innocent de leurs orgasmes. Les meurtres sont de la partie sans haine ni violence dans le jeu des découvertes des sensations de son corps dont les blessures même mortelles font parties. Certains s’attachent et se laissent battre pour goûter la douleur particulière de l’ecchymose. D’autres la strangulation sexuelle. D’autres l’ébouillantement. D’autres l’affolement des sens par les caresses. Il n’y a aucune panique ni incohérence, tout baigne dans une tranquillité maîtrisée par les désirants qui s’entre désirent : sauf que la machine sociale s’est arrêtée par ennui (personne ne va plus au boulot) les chefs ont disparu.

Contexte 3 : (la soumission volontaire)
C’est un espace très confortable même douillet, où aucun angle ne peut blesser ou trancher les rondeurs des corps humains. La température est idéale (ni froide ni chaude). C’est un espace propre sans odeur de détergent mais au contraire composé d’un air qui ouvre les narines à remplir ses poumons à satiété. Un espace où l’on se sent en totale sécurité et bien-être : un espace « canapé » propre.

Description des bénéfices de la pitié et de la consolation :
Pour certains la soumission est un acte d’extrême jouissance, car le soumis ne peut rien contrôler : l’insupportable crée un orgasme extrême par l’absence totale de contrôle de soi. « Fais de moi ce que tu veux ». « D’accord, tout ce que tu voudras ». « Je suis prêt/e à devenir le jouet de tous tes phantasmes ». L’humiliation par amour avec le mépris, la pitié puis la tendre consolation relève du masochisme jouissif. L’organisation méticuleuse de la soumission acceptée se constitue avec des pointes nécessaires de sadismes. Attention de ne pas tuer son soumis. Comment générer une masse de soumis prêt à jouir de leur soumission ? Des millions de personnes qui jouissent bruyamment de leur soumission en adulant le chef de leur orgasme provoqué. Eh bien, il y en a beaucoup qui cherchent ce type de plaisir ! Ils sont tous là devant leur téléidole, le générateur d’orgasmes collectifs en passivité par procuration et touchant leur émotivité primaire qui est un contentant exemplaire : les amants s’endorment en regardant la téléidole.
« les appâts de la servitude : les distractions… les peuples abrutis… trouvant beaux tous ces passe-temps, amusés d’un vain plaisir qui les éblouissait… Le peuple a toujours ainsi fabriqué lui-même les mensonges, pour y ajouter ensuite une foi stupide… En somme, par les gains et les faveurs qu’on reçoit des tyrans, on en arrive à ce point qu’ils se trouvent presque aussi nombreux, ceux auxquels la tyrannie profite, que ceux auxquels la liberté plairait… s’approcher du tyran, est-ce autre chose que s’éloigner de sa liberté ? » La Boetie : Discours de la Servitude Volontaire.
Le divertissement : une diversion propice à la soumission.

Contexte 4 : (le piège)
C’est un espace inconfortable, même pénible où tout mouvement est contrarié voir impossible. Il est trop chaud et trop froid. Il peut absorber vers des conditions de vie difficiles. Espace qui provoque le souffle court où la fatigue se déclenche immédiatement au moindre effort. C’est un espace qui crée des blessures physiques et peut, si l’on bouge, provoquer la mort.

Actes :
Il y a une prise de conscience des soumis, les soumis se rendent compte qu’ils sont dans une situation inacceptable. Les personnes sont maintenues et se sont fait prendre dans des menottes corporelles (ils sont tous attachés, immobilisés avec des barres de métal), ils ne peuvent plus bouger par eux-mêmes et sont transportés comme de la viande (système de poulies pour les suspendre). Ils sont utilisés comme des esclaves pour des taches précises : un de leur membre sera détaché pour accomplir cette tâche avec un outil. Les Déplaceuses sans visage attachent (menottent) tous les personnages et le public sauf le Mâle Inexistant qui demeure invisible. (+ musique distrayante).
[mettre dans une situation périlleuse, par des ennemis, et l’ennemi de soi-même, cherche à nuire, présente un danger pour la communauté. L'appât et le leurre agissent pour nous tromper : l'un sur le cœur, par les attraits ; l'autre sur l'esprit, par les fausses apparences. Le piège et l'embûche, sans agir sur nous, attendent que nous y donnions : on est pris dans l'un, surpris par l'autre; et ils ne supposent de notre part ni un mouvement de cœur, ni erreur de jugement, mais seulement de l'ignorance ou de l'inattention. Guet-apens, pour exercer des actes de violence, tuer. « les appâts de la servitude : les distractions… les peuples abrutis… trouvant beaux tous ces passe-temps, amusés d’un vain plaisir qui les éblouissait… En somme, par les gains et les faveurs qu’on reçoit des tyrans, on en arrive à ce point qu’ils se trouvent presque aussi nombreux, ceux auxquels la tyrannie profite, que ceux auxquels la liberté plairait… s’approcher du tyran, est-ce autre chose que s’éloigner de sa liberté ?…  » La Boetie: Discours de la Servitude Volontaire. Le crédule croit par le sentiment pas par la raison. La sensation émotive pour le crédule est une preuve suffisante à croire.]

Contexte 5 : (le jeu)
C’est un espace de l’oubli de soi, l’oubli de l’air, de ses peines, de son histoire, de son avenir. Un espace où l’on vie l’ici et maintenant d’une activité prenante et excitante. Cet espace va jusqu’à créer l’euphorie. Ici pas de narcissisme nécessaire puisque tout repose dans l’intuition de son intelligence. C’est un espace rapide, tout va très vite où la célérité ne se perçoit pas. Déjà fini ?

Actes :
Chacun se confronte pour comprendre selon différentes manières par le hasard, le simulacre, le vertige ou la compétition. Sans conscience, le hasard de rencontres pour l’amour et le sexe (les volages fidèles), le simulacre ici et maintenant (ne pas croire, mais comprendre) « pas d’émotion pour que vous puissiez croire nos pensées exemple : pas de larmes pour croire à ma tristesse ou pas de rire pour croire à ma joie ou pas de sérieux pour croire à ma véracité », le vertige où je procède à ma déconsciençation pour de la pure sensation physique, la compétition sans être envieux des autres, au jeu Du-Plus-Que. Le jeu procède de l’expérience extérieure. Il n’y a pas ici de gains ou de récompenses que le plaisir « innocent » de jouer, de vivre.

Contexte 6 : (la guerre)
C’est un espace total de la peine, tout le monde souffre. Il n’y a pas de refuge possible ou difficile dans une condition de survie. Un espace où les échappatoires sont ténues et le ravage total.

Actes :
Le public est pris en otage. Action armée : armes de guerre. Mort imminente. La terreur est provoquée. Le confort est définitivement anéanti. Génération de Maladies. Etat de guerre entre la ligue de la Normalisation Volontaire Imposée et la ligue des Libres : attentat où ils « font la guerre pour avoir la paix » : le public est bâillonné, non, d’autres « font la guerre pour s’enrichir » : le public est détroussé. La guerre est perpétuelle avec ses moments où on l’a croit disparu : il ne se passe rien dans la crainte de ce qui risque d’arriver. Nous allons faire « pleuvoir des bombes dans la maison du Seigneur » (Diderot).

Contexte 7 : (le supplice)
C’est un espace qui ignore l’humain, où la vie n’a court que pour disparaître dans l’agonie horriblement douloureuse. Le supplicié souffre le martyre et celui qui torture joue, son pouvoir absolu le détache du contexte : le respect de l’être vivant est anéanti pour devenir l’objet de son jeu cruel. C’est l’espace des enfants. L’oubli de l’autre. les enfants sont cruels, car ils ne ressentent pas encore la pitié.

Actions :
Bruits de bouches où tout se fige. Le baiser d’amour est l’opposé du supplice qui règne dans le silence de la douleur, l’être viande, sa viande chaude et crue, même pas, l’être chair est la matière du jeu.

Contexte 8 : (transe & extase)
C’est un espace sacralisé qui prépare à un changement d’état de conscience.

Actions :
La résolution de dénouer les nœuds et lâcher prise aux douleurs retenues où tout simulacre se décompose. On joue à fond le plus longtemps possible. L’épuisement inexistant de vivre dans l’illumination, des abus de bien-être

Contexte 9 : (triste humain)
C’est une déchèterie, une accumulation d’objets et matières incertaines qui ne peuvent servir à rien. Une accumulation qui présage la mort de l’homme.

Description :
la fin – la peine être dedans – re-rentre dans la matrice – on sort ou on rentre ? L’humain est un jeune animal arrogant avec un ego démesuré qui l’empêche d’évoluer hors de la querelle.

Postcontexte : (reste dans la pénombre)
Un lieu vidé où le sens de ce qu’on a vécu est perdu.

Action :
L’abandon du public. Tous les artistes silencieusement se retirent pendant que le public, dans l’obscurité regarde le long générique défiler. Une fois le générique terminé, soudain des lumières blafardes illuminent le vide de l’espace ou il n’y a plus personne, que le public dans ses bavoirs collectifs. Le public est enfermé : les rideaux translucides sont fermés et dans l’antichambre la lumière inexistante.

Mathius Shadow-Sky
Mise à nuit le 10 mai 2008

 

LIVRET 2008 [pdf 258Ko]

contact

 

 

back home
ecstasy 1
ecstasy 2
ecstasy 3
les Rescapés de l'Hégémonie Culturelle (2008)
les Complices du Silence (2009)