« La Langue des Lignes »
« les cellules de sens »
     de Mathius Shadow-Sky

LLL, la ligue des langues ?

Inventée pour la nécessité de renouveler la manière chorale/orchestrale de chanter :
pour se donner à connaître autre chose que de répéter toujours : LMLM La Même Langue Musicale (même si elle m'aime) :

Langue Solosans langue, pas de goût  ni de variétés vocales :

langue planétaire ? nouvelle langue symbolique de la planète ? image stylisée du vocabulaire de La Langue des Lignes pour 4 voix (détail)

 

Répéter / Différencier sont 2 AO attitudes opposées,
où :
l'une                      est intolérante à la différence,
l'autre                   est indifférente à la répétition.
Les 2               forment au centre   un équilibre...
mais                         à leurs 2 extrémités il y a :
       soit une dictature despotique totalitaire,
       soit la liberté                                      
encore insupportable à vivre pour la majorité des êtres humains.

 

LLL à 4 voix Planetary alphabet of The Language of Lines, for 4 together voices où une boule de lumière passe par là, sur la table des symboles à 4 voix ?

 

- Pourquoi La Langue des Lignes n'a pas été inventée avant ?
- Parce que l'idéologie occidentale dominante idéalisée (du comportement social) réside dans l'immobilité et le silence de la parole (l'état de soumission infantile fixe dans la discipline). L'accord immobile représente cette doctrine d'obéissance sociale.
- C'est de l'agitation de la turbulence que craignent « les préposés au dressage des humains à agir en enfant (= qui ne parle pas, qui obéit) » en mâle de domination ?
- Oui
- La Langue des Lignes donne à entendre des centaines de formes d'accords ignorés
- À disposer en + sur des champs polyscalaires nonoctaviants (si on désire se localiser dans la sonorité d'une échelle ou d'un mode).
- Le vocabulaire de la musique se retrouve d'un coup enrichi de milliers de possibles !
- Oui, notre musique occidentale avec sa seule forme d'accord, avec sa seule échelle à une seule sonorité, avec ses 99 accords retenus de cette échelle contre + de 3 000 existants, se retrouve dans un champ de possibles aux sonorités différentes indénombrables, ouverts aux possibilités de mélanges inouïes.
- Il était temps !

 

LLL « La Langue des Lignes » 

La Langue des Lignes (de conduites à conduire) est une langue d'expressions communes qui se vocalise ensemble, d'une à un nombre infini de voix : autant de voix qu'il existe dans l'ensemble du choeur [1] (et de l'orchestre).

 

La Langue des Lignes ?

La langue des Lignes est une approche symbolique de l'intention musicale qui passe par l'écrit (la représentation graphique). La Langue des Lignes offre un alphabet de comportements combinés à partir de 3 attitudes de base de ce qu'on perçoit de la vitesse sonique exprimée en hauteur de ton. La Langue des Lignes explore une manière ignorée de traiter la mélodie (monodie), les intervalles (composés de 2 tons) et les accords composés de 3 tons et +.

L'alphabet de La Langue des Lignes forme des ensembles de symboles (aisément mémorisable) qui forme un sens par la figure du symbole qui ensemble combinés forme un vocabulaire qui lui-même combiné forme des « mots » soniques qui mêle harmonie monodie et polyphonie (et dans la microphonie, une synthèse audio).

La part symbolique du signe fait sortir la notation musicale du domaine quantitatif. Le symbole offre à jouer un comportement qui s'adapte au contexte de la musique, bien qu'il puisse être traité de manière quantitative, mais dans ce cas, ça lui retire sa souplesse d'adaptation pour devenir un geste de précision. Les 2 manières d'écrire restent possibles et mélangeables.

À tout symbole on donne, on applique un sens, un sens commun ou un sens personnel ; c'est ce qui rend possible la mémorisation aisée du symbole, car il représente un sens, une idée. Dans le cas des symboles de La Langue des Lignes, nouvellement nés et encore indénombrés, car leur prolifération dépend du contexte usagé, ils sont encore vierges de sens, bien qu'il y a à l'intérieur l'idée fondatrice du développement de l'idée de l'harmonie. C'est à l'usage dans chaque contexte particulier que les symboles de lignes prendront des sens particuliers en fonction de leurs utilisations dans les différents contextes. Comme les idéogrammes et contrairement à eux, les symboles de La Langue des Lignes signent un verbe, mais se rapprochent de la symbolisation combinatoire (telle celle du I Ching), sans tremper dans la divination (qui n'est qu'un moyen de se rassurer en cas de doute de ce qu'on agit, de ce qu'on est en train de faire).

 

Note de provenance
[1] CHOEUR d'abord « cuer » < « chorus » < « khôros » = groupe de danseurs, les choreutes qui d'une voix commune gestuelle, parlée puis chantée présente et commente la tragédie qui s'accomplit. Remarque : le choir anglais ne choit pas, il reorthographie le son du cuer (à prononcer "quoilleurs").

 

La part-icularité de la Langue des Lignes ?

Superposer 3 différents comportements de ton phonables possible

1. ton tenu : —
2. glissando vers l'aigu : /
3. glissando vers le grave : \

dans une disposition synchrone afin de donner à entendre la simultanéité d'accords dans une articulation proche de la langue : l'allure de la parole pour être perçue compréhensible (trop vite ou trop lent, ça ne se comprend pas). C'est en ça que cette manière de sonner la musique se confond avec une langue (un aspect sonique possible et... amusant). Rappelons qu'une langue est un code de signifiés composé de phonês, les signifiants sonnants et,
que la musique n'est pas un langage, car elle est dépourvue de signifié : les sons et les tons de la musique n'ont rien à signifier.

3 éléments basiques pour 3 attitudes basiques possible telles :

indifférence : —
exclamation colère interrogation : /
abandon tristesse : \

Combinables donnant ensemble, des sensations de subtilités tonantes (tonnantes ?).

 

Synchronicité Spontanée

La difficulté du jeu de « La Langue des Lignes » est d'articuler la synchronicité spontanée. En effet, on dispose de figures symbolisées pour une compréhension immédiate du sens du signe et, des suites de différents signes formant un signifiant sans signifié à plusieurs voix. « La Langue des Lignes » ne se joue pas seul, mais en semble à plusieurs : de 2 à + de 8 (sauf pour les instruments de musique polyphoniques qui le permettent).

L'alphabet combiné sur la base de 3 signes-attitudes [un peu comme la combinatoire du I Ching avec 2 éléments — et - - superposés 3 à 3] donne un nombre de lettres, de phonês harmonique (= ensemble) suivant le nombre de musiciens.nes qui se disposent en accord :

à 2 il existe un alphabet de 7 lettres            il y en a + : 5 lettres ont été oubliées
à 3 il existe un alphabet de 47 lettres          il y en a +
à 4 il existe un alphabet de + de 87 lettres  il y en a +
etc.

Sachant qu'au-delà de 7, 8 tons superposés, on quitte le champ perçu de l'harmonie unitaire
pour rentrer dans le monde de la synthèse spectrale des clusters modaux (compris des nombres réels et complexes).

 

On commence à 2 en couple accouplés

 

Table Matrice des Horizons mélodiques
à partir de l'alphabet des 7 lettres à 2 tons
mis en couple qui forme 49 mots à 2 lettres :

 

Puis, en 2 couples accouplés

 

Table Matrice des Verticalités harmoniques (à 4)
à partir de l'alphabet de 7 lettre à 2 tons,
1er dénombrement couple à couple pour des lettres-accords sur 4 tons :
[méthode des couples signés sur 2]

abaque des profils tenus-glissés à 4 voix_icon

 

 

Et. Tout de suite

Première écriture chorale en couple de langue des lignes
pour chaque tessiture vocale : Soprani, Alti, Tenori, Basso
pour la musique de l'OrOatoire de DésObéissances :

ici, sans texte [sens phonê] ajouté.

EXEMPLE AUDIBLE de la page graphique écrite :

Ecoute la simulation sinusienne de cette page [allez et retour][mp3 3.5Mo]
Sinus simulation of this page, forth (from left to right) and back (from right to left) [mp3 3.5Mo]

On comprend que là, apparaît un autre élément nonécrit : l'accélération et le ralentissement de battements qui forment la spécificité unique des accords de la Langues des Lignes (d'horizons d'hivers ?) : SA GRAMMAIRE.

 

 

Puis, à 3 : 1 couple et 1 invité ou 1 célibataire et 1 couple invité

 

Table Matrice des Verticalités harmoniques (à 3)
à partir de l'alphabet de 3 lettres à 1 ton ajouté à l'alphabet de 7 lettre à 2 tons,
donne l'alphabet de 47 lettres à 3 tons-accords (qui peuvent former 2 401 mots à 2 lettres) :

Si 3 x 7 = 47, on sort de la logique numérique opérationnelle des nombres.

Tout symbole trouve son contraire (miroir), sa renverse et son contraire-inversé (miroir renversé) , tel pour a, on a : -a, 1/a, -1/a (bien connu des polyphonistes du XIVe siècle et, des graphistes). Ce qui ici, réduit le nombre de formes de symboles identifiables à 15 pour 47 symboles différents, ici à 3 voix. 47 symboles regroupés en 15 formes symboliques regroupés en 6 familles (par similarité de comportement). Chaque famille se différencient par son comportement unique et varié en plusieurs formes.

A. la vieille famille DROITE à 1 seul membre
B. la famille VIRAGES à 10 membres
C. la famille TABLES à 2 membres
D. la famille D'EUX CONTR'UN à 8 membres
E. la famille PLOSIVES à 10 membres
F. la famille TRAVERSES à 16 membres

Ce regroupement familial permet de comprendre le sens du symbole vocalisable, pas un sens signifié, mais un sens de procédé.

 

 

Mais à 4, il y en a +

 

Table Matrice des Verticalités harmoniques (à 4)
Alphabet de 87 lettres à 4 tons-accords (qui peuvent former 7 569 mots à 2 lettres) :

Pareil, tout symbole trouve son contraire, son inverse et son contraire-inversé, tel pour a, on a : -a, 1/a, -1/a (bien connu des polyphonistes du XIVe siècle et, des graphistes) ce qui réduit le nombre de formes de symboles identifiables à 9 pour 105 symboles différents ici à 4 voix. 105 symboles regroupés en 9 familles incluant les variantes individuelles.

 

Mais à 4, il y en a encore +

Il existe beaucoup + d'accords-symboles à 4 tons [combinés des 3 comportements ― / \] :
[dénombrement avec la méthode d'1 signe sur 3 signes, sans numé-rotation-ration]

second dénombrement des accords-symboles à 4 tons et 3 comportements _ / \

 

Mais à 4, il y en a encore vraiment +

Vraiment + :

Table Matrice des Verticalités harmoniques (à 4) de l'
alphabet des formes de comportements de lettres à 4 tons-accords
[combien ici ?] et, il n'y a pas tout
.
Avec regroupement familial
des symboles-accords à 4 tons
pour l'alphabet à 4 voix
de La Langue des Lignes :

Abaque de formes de symboles-accords à 4 voix-synchrones (mandala icon) inside 42x42 cm table.

Il y a ici au moins 252 symboles-accords
formant l'alphabet des comportements à 4 voix
de La Langue des Lignes...

 

Et, 5 autres familles apparaissent :

La famille AIMES qui rassembles les formes M (liée à la famille VIRAGES)
La famille PLOSIVES
La famille TRAVERSES
La famille DROITE avec son membre unique
La famille ZEDS liée à la famille VIRAGES
La famille VIRAGES-TRAVERSES
La famille DEUX CONTRE DEUX
La famille TROIS CONTR’UN
La famille ÀTABLES liée à la famille TRAVERSES

9 familles de symboles non strictes : un symbole peut appartenir à différentes familles.

...

 

Exemple d'assemblage pour la navigation

Une palette de symboles LLL mélangeant une « gamme » de 100 lettres-symboles à 2, 3 et 4 tons-accords
pour la navigation en toutes directions de surface :

Décadrés :

100 symboles de La Langue des Lignes décadrés

Groupés et assemblés :

100 symboles de La Langue des Lignes groupés

Rythmés et localisés pour les voix du choeur :

phrases chorales de l'OROATOIRE DES DESOBEISSANCES

en favorisant l'expérience nonoctaviante ?
Bien sûr !

LE JEU ?

SE DISJOINDRE, SE CONJOINDRE ET SE PARALLÉLISER en choeur
[est le sens fondateur de La Langue des Lignes]

en entraînement :
. de disjonction (quitter l'unisson = éloignements),
. de conjonction (joindre l'unisson = rapprochements)
. de côtoiement (rester côte à côte = intervalle fixe ou mouvant)

...

 

 

Et, encore +

À 5 tons,     il y a encore + de symboles.
À 6 tons,     encore +.
À 7 tons      toujours +...
...
ça s'arrête quand ?

Quand la limite morale de l'audible est dépassée. Quand le sens du ton est dépassé. Si pour un choeur foule d'au moins 40 choristes, avec l'indépendance des pupitres (= chacune, chacun, chante une voie d'une voix indépendante), on obtient des accords de 40 tons. Quel est l'intérêt d'entendre des accords à 40 tons ? On en revient à la question de celles et ceux qui refusent les différences et celles et ceux qui se réjouissent de la présence des inconnus. à 40 tons, tel indiqué supra, on sort du cercle octaviant, on rentre dans le monde de la synthèse nonoctaviante des champs scalaires en polymétamorphoses.

Avec La Langue des Lignes, + il y a de monde ensemble => + il y a de lettres dans l'alphabet : qui forment la table des vocables possible à la formation des mots-tons. Oui, une suite de lettres (d'accords symbolisés) forme les mots d'une langue unique sans signifié. C'est ça, la Langue des Lignes. [sans langue, il ne peut pas exister le son L ni aucune voyellisation]. Et... Puis à force de répétition de quelques mots (= symboles attachés en suites) choisis favoris formeront un vocabulaire personnel identifiable, sans signifié, dans le chant ensemble en accord. Tel des liens à évaluer les rapports de comportements entre nous humains.

[Sens en +]
Où une langue signifiée parlée connue, lui est superposée, dans le chant par le phonème obligé. Sans phonême [faut n'aime = où l'hypocrisie n'a pas cours], une voix ne chante pas. La vocalisation sur un phonème unique est jouable, le son du ton. Mon intention dans le chant du choeur-foule de l'OrOatoire des DésObéissances où chaque phonème du mot du texte du livret est posé sur un des 3 traits au choix de sens : neutre : —, soulèvement : /, effondrement : \. Et + l'accord contient d'éléments et + la subtilité accordée ressort (en re-bondit ?) du sens en subtilité de confusion de sens. Imaginons la sonance d'un accord de 7 groupes chantant un accord de 7 tons synchrones, une suite de phonèmes qui augmentent et diminuent. Ah, il faut entendre pour comprendre...

 

ÉCOUTES SINUSIENNES

Mais, il y a toujours un premier essai de simulation sinusienne de la première page écrite... : clic écoute :)

 

Exemple que sur 3 notes :
de l'échelle nonoctaviante 138,57 cents harmonique, d'une régularité sinusoïdale monoscalaire à la seconde, avec 7 + 3 = 9 symboles de la langue des lignes
à 2 + 1 = 3 tons superposés [61 sec].

 

 

2 écritures LLL, l'une ludique et l'autre cadrÉe

 I M P O R T A N T

Q'offre LLL ?        ->       La Langue des Lignes ?

des accords de voix où les hauteurs se disjoignent, se conjoignent et se parallÉlisent.

Il existe 2 approches des musiques de La Langue des Lignes, à jouer ses symboles d'accords :

1. sans grille scalaire
2. avec grilles scalaires

. Pour la 1ère l'intérêt réside dans la durée prise le temps de se retrouver ensemble à l'unisson pour se disjoindre, pour réaliser la conjonction des voix sur un unisson commun (de voix différentes). En effet, il faut un certain temps pour se trouver et se rejoindre se disjoindre et se paralléliser à un certain intervalle. Le repère des conjonctions est l'étendue vocale commune entre les voix (et/ou l'étendue instrumentale des différents instruments assemblés dans l'orchestre).

. Pour la 2de, avec repère(s) scalaire(s), il n'y a qu'à suivre ce qui est écrit localisé dans l'échelle. Il n'y a pas de temps de latence et d'incertitude à se trouver et se rejoindre, car l'incertitude est effacée en répétition. Ça, c'est la manière usuelle de réaliser la musique écrite en Occident depuis 1 000 ans.

 

 

Ce qui est difficilement admissible est :
comment a-t-on pu se contenter d'1 seule forme statique d'accord pendant des siècles ?

 

 

pas que le choeur, l'orchestre aussi

Aussi,
j'ai sorti La Langue des Lignes du contexte chorale pour l'adapter au trio à cordes acoustiques, puis à l'orchestre d'instruments électriques : Les Guitares Volantes (2018, c'est en cours). Adaptation des guitaristes électriques de la Langue des Lignes avec des bottleneck sur 3 bouts des doigts : index, majeur et annulaire (l'auriculaire = le doigt pour se fouiller les oreilles, est trop loin) pour des accords à 3 tons chacun. Bottleneck ? Il faut que ça glisse en dehors de l'échelle de 12 1/2 tons. Pour les manches frettés obligeant le jeu dans l'échelle unique et fixe de 12 (1/2) tons / octave égalisée : 2√12.

Ah, et nous y voilà ! Ces lignes, là, sur la langue, elles reposent sur quoi ? pas sur l'échelle classique des 12 1/2 tons marquée de 2 modes majeur et mineur, qui sature nos consciences à force d'être trop entendue-rabattue ! La Langue des Lignes se pose sur les Champs Scalaires Nonoctaviants encore inconnus à l'audition de beaucoup d'entrevous (bien qu'ayant + de 36 ans). Et c'est exactement là que l'harmonie élargie prend place dans le sens symbolisé du comportement vocale en choeur posé sur les champs scalaires en transformation.

 

sur la grille scalaire qui signe la sonorité de son mode : LLL se pose sur des Champs Scalaires Nonoctaviants

 

Nous le savons, la musique n'a rien à signifier, sa fonction ignore le pouvoir de l'autorité usurpée (bien que la hiérarchie du mérite a été appliquée en modèle cardinal à partir de la suite des entiers « naturels » qui dans le monde audible est la série harmonique, base de la théorie musicale classique européenne construite sur 2 modes (que 2 ?) identifiés majeur et mineur (sic) qui définissent une harmonie avec 3 positions hiérarchiques : 1. ton fondamental (la tonique) = sur terre, 2. la dominante (à la quinte) = sur le trône et la sous-dominante (à la quarte) = sous le trône). Aujourd'hui, ce principe hiérarchique simpliste est dépassé, car à sortir du cercle fermé octaviant, nous avons ouvert les champs scalaires, pour sortir dans les mondes nonoctaviants (oui, les échelles nonoctaviantes sont beaucoup + nombreuses que les échelles octaviantes). Champs scalaires ? des matrices multiples de transformations scalaires multiples des tons multiples à sonorités multiples.

 

LA LANGUE DES LIGNES SIGNALÉES
[la langue signalée des lignes de comportements]

Signer le signe pour être signalable et se le signaler : ah ! j'me rappelle ! Pour ça, je vais utiliser, ou faire le choix d'utiliser le quadrillage d'un champ d'échelles à macrointervalles nonoctaviantes (= échelles aux intervalles + grands que le demi-ton usuel, de 100 cents), [ce qui signifie que la densité/octave est inférieure à 12 tons/octave. Dans le monde nonoctaviant, cette densité octaviante n'est pas définie par un nombre entier]. Si en +, je choisis le registre de la voix humaine féminine et masculine, haute et basse, le signal devient un signe de reconnaissance vocalisable, et, il s'agit bien de ça : reconnaitre ce qu'on chante, ce qu'on joue. Dans la sphère de la série harmonique, le choix va de 111,73... cents à 231,17... cents du "1/2 ton mineur diatonique" au "ton septimal" (connus des anciens), 9 intervalles pour 9 échelles : respectivement (en cent) : 111, 119, 128, 138, 150, 165, 182, 203, 231, et : 111 proche de 109, 119 proche de 120, 150, et 203 proche de 200, sont octaviantes et proche octaviantes, ce qui réduit le nombre de 9 à 5 échelles harmoniques à macrointervalles retenables. Dans la sphère de la division du ton (200 cents), il y a 42 échelles nonoctaviantes à macrointervalles de 106,66.. à 222,22.. Dans la sphère de l'ambitus chorale 13 (ambitus d'intervalle strié, borné) des intervalles de 111 cents à 261,21... cents (consulter les tables : nonoctave-harmonique, nonoctave-tonal, nonoctave-choral), il y a 24 échelles à macrointervalles dont 4 sont octaviantes et proche-octaviantes. Dans cet ensemble, nous disposons de 67 échelles nonoctaviantes à macrointervalles.

 

Toute échelle¯ en elle-même n'est qu'un localisateur (rébarbatif) de tons.
L'intérêt des « gammes »¯ est la quantité astronomique données de sonorités des intervalles et des accords.
¯[« ah les « gammes », les « gammes » c'est insupportable à entendre ! »

 

QUOI POUR L'OROATOIRE DES DESOBEISSANCES ?
EXEMPLE D'APPLICATION D'LLL SUR CHAMP SCALAIRE

 

Pour chaque registre vocal de l'OrOatoire des Désobéissances, j'ai posé 4 diapasons à la page 0 et autres :

. pour les soprani     la4 = 880Hz,
. pour les alti           fa2 = 175Hz,
. pour les tenori       la3 = 440Hz
. pour les basso       fa1 = 87Hz :

  2 limites en rapport d'octaviation ?
  ce, pour localiser entre elles les voix hautes féminines et masculines et les voix basses féminines et masculines
.

Il existe une zone étroite du registre vocal où les 4 voix se rencontrent à l'unisson, c'est au do3 à 261Hz (max pour les basso, mini pour les soprani). Cette situation fait que le do3 à 261Hz est la hauteur focale pour toutes les voix du choeur, elle représente la zone de hauteurs chantables à l'unisson par toutes les voix.

Choix scalaire nonoctaviant harmonique de Densité/octave 9      : 138,57... cents <=> 2/3 de ton tridécimal <=> 13/12 = 1,0833..
Choix scalaire nonoctaviant choral*** de Densité/octave 10       : 126,87... cents <=> 35√13 = 1,07604
Choix scalaire nonoctaviant tonal [égalisé] de Densité/octave 8   : 157,14... cents <=> 11/14e de ton <=> (14√(6√2))11 = 1,09507
un quatrième choix et +, scalaire repose sur le choix de la densité/octave différente, telle: 7 ou 11.

Construction scalaire sur la note focale do3 = 261Hz (en Hz)

Échelle 138 :
-> vers l'aigu en Hz :
261
282,75
306,31
331,83
359,49
389,45
421,91
457,06
495,15
536,41 [l'octave à 522Hz est ignorée]
581,11
629,54
682,01
738,83
800,41
867,11
[considérant la limite vocale des soprani à 880Hz <=> la4]
-> vers le grave en Hz :
261
240,92
222,39
205,28
189,49
174,91
161,46
149,04
137,57
126,99 [l'octave à 130,5Hz est ignorée]
117,22
108,21
099,88
092,21
085,11
[considérant la limite vocale des basses à 87Hz <=> fa1]

= 31 notes-pivots pour poser sa voix dans son registre ou,
   31 tons dans l'étendue vocale humaine à l'échelle 138

ÉCOUTE ECHELLE 138 SINUSOÏDÉE

Échelle 126 :
-> vers l'aigu en Hz :
261
280,84
302,21
325,18
349,90
376,51
405,14
435,95
469,11
504,77
543,15 [l'octave à 522Hz est ignorée]
584,45
628,89
676,72
728,18
783,55
843,13
[considérant la limite vocale des soprani à 880Hz <=> la4]
-> vers le grave en Hz :
261
242,55
225,41
209,48
194,68
180,92
168,14
156,25
145,21
134,95
125,41 [l'octave à 130,5Hz est ignorée]
116,55
108,31
100,66
093,55
086,93
[considérant la limite vocale des basses à 87Hz <=> fa1]

= 32 notes-pivots pour poser sa voix dans son registre ou,
   32 tons dans l'étendue vocale humaine à l'échelle 123

ÉCOUTE ECHELLE 126 SINUSOÏDÉE

Échelle 157 :
-> vers l'aigu en Hz :
261
285,81
312,98
342,74
375,32
411,01
450,08
492,87
539,72 [l'octave à 522Hz est ignorée]
591,04
647,23
708,76
776,14
849,93
[considérant la limite vocale des soprani à 880Hz <=> la4]
-> vers le grave en Hz :
261
238,34
217,64
198,75
181,49
165,74
151,35
138,21
126,21 [l'octave à 130,5Hz est ignorée]
115,25
105,25
096,11
087,76
[considérant la limite vocale des basses à 87Hz <=> fa1]

= 26 notes-pivots pour poser sa voix dans son registre ou,
   26 tons dans l'étendue vocale humaine à l'échelle 157

 

ÉCOUTE ECHELLE 157 SINUSOÏDÉE

FICHIERS SCALA [pour jouer ces échelles nonoctaviantes macrointervallaires avec tes instruments MIDI qui reconnaissent Scala]
. la 138 harmonique
. la 126 chorale
. la 157 tonale [égalisée]

 

ÉCOUTE LES 3 ÉCHELLES EN MÊME TEMPS : 138 HARMONIQUE + 126 CHORALE + 157 TONALE [EGALISÉE] SINUSOÏDÉES

là, commence le travail grammairien de la polyscalairité pour l'Harmonie des Battements Fréquentiels :)

 

QUI QUOI OÙ ?

Imbrication (simplifiée)
des tessitures vocales chorales :
échelle 157 tonale (égalisée) [en Hz] échelle 138 harmonique [en Hz] échelle 126 chorale [en Hz]

la4 880Hz

zone à voix seule : soprano

ré4 587Hz

849,93
776,14
708,76
647,23
591,04
867,11
800,41
738,83
682,01
629,54
843,13
783,55
728,18
676,72
628,89

ré4 587Hz

zone à 2 voix : soprano + alto

la3 440Hz

539,72
492,87
450,08
581,11
536,41
495,15
457,06
584,45
543,15
504,77
469,11

la3 440Hz

zone à 3 voix : soprano + alto + ténor

do3 261Hz

411,01
375,32
342,74
312,98
285,81
261
421,91
389,45
359,49
331,83
306,31
282,75
261
435,95
405,14
376,51
349,90
325,18
302,21
280,84
261

do3 261Hz

zone à 3 voix : alto + ténor + basse

fa2 174Hz

261
238,34
217,64
198,75
181,49
261
240,92
222,39
205,28
189,49
261
242,55
225,41
209,48
194,68
180,92

fa2 174Hz

zone à 2 voix : ténor + basse

do2 131Hz

165,74
151,35
138,21
174,91
161,46
149,04
137,57
168,14
156,25
145,21
134,95

do2 131Hz

zone à voix seule : basse

fa1 87Hz

126,21
115,25
105,25
096,11
087,76
126,99
117,22
108,21
099,88
092,21
085,11
125,41
116,55
108,31
100,66
093,55
086,93
le pdf 37Ko du champ hertzé des 3 échelles 157, 138, 123 cents sur diapason commun do3 261Hz

 

puis :

le pdf 39Ko du champ hertzé des 3 échelles 157, 138, 126 cents sur 3 diapasons la4 880Hz, do3 261Hz, fa1 87Hz

 

Pourquoi utiliser plusieurs diapasons au lieu d'1 seul ?

Dans les champs polyscalaires, plusieurs échelles mixées entr'elles forment des déphasages de ses rapports intervallaires et, construites à partir d'1 seul diapason, renforce inexorablement la perception progressive d'une seule forme de déphase d'échelles qui à l'audition s'entend de ses déphasages de fréquences. Quand la fréquence focale de construction de l'échelle est commune à toutes les échelles, la forme du déphasage est progressive entre leurs intervalles = + on s'éloigne du diapason commun + les intervalles s'éloignent pour se rapprocher ensuite. À plusieurs diapasons, cette forme unique de progression identifiable est esquivée et différenciée.

 

1ère PORTÉE DU CHAMP TRISCALAIRE résultante, pour poser Les Lignes de la Langue :

portée pour choeur dans un champ scalaire nonoctaviant à 3 échelles macrointervalles
version imprimable A3 à l'intérieur.

COÏNCIDER AVEC LE CONTEXTE du champ scalaire nonoctaviant

La prise de tête pour faire coïncider 3 échelles nonoctaviantes dans une portée à ce que les rapports de fréquences ne soient pas décohérents (= en cohérence décalée) en fonction de leur assemblage, j'ai ajusté les rapports à la main, pour cette 2ème sortie :

seconde version :

portée de 3 échelles nonoctaviantes 157 138 et 126 cents (2de sortie)
version imprimable A3 à l'intérieur

...

LÀ, DANS CE CHAMP PORTÉE TRISCALAIRE, IL N'Y A PLUS QU'À POSER LES SYMBOLES DES LIGNES DE LA LANGUE À CHANTER :)

 

...

 

[remarque : Pierre Boulez était convaincu que l'utilisation du glissando était une attitude de mépris envers la sonorité scalaire (sachant qu'il n'en utilisait qu'une, celle de 12 1/2 tons divisant l'octave). Pourtant, à entendre une hauteur fixe ou mobile à l'intérieur de la scalairité ne change pas la sonorité de l'échelle sur laquelle se posent ces hauteurs fixes et mobiles. La Langue des Lignes fait entendre cet état de fait : le glissando ne change pas l'intervalle et sa sonorité, il le relie.]

...

 

 

[je vais donner, bientôt,
les symboles sonnants sinusoïdés sur ces échelles,
tels des échantillons de l'alphabet des lignes,
mappés pour un clavier piano de 88 touches,
prêts à jouer pour aider le chant des lignes.
]

 

 

RAPPEL
Rappelons encore l'expression de l'impression des 3 comportements du ton (de la voix) :
      1. ― immobile = neutre
      2. / vers le haut = gai, exclamation ! question ? expectative,... satisfaction :) (ouverture de soi) => effort musculaire en gravité terrestre
      3. \ vers le bas = triste, abattement... fermeture (repli sur soi). => affaiblissement musculaire en gravité terrestre

Cette codification simplette se modifie dans les mélanges des comportements contra-dictoires superposés

(tel : blanc + noir = quel gris ? suivant le dosage).
1 entité seule forme la monodie (la mélodie) avec 3 comportements
2 entités ensemble forment les intervalles avec 12 comportements
3 entités ensemble forment les accords avec + de 47 comportements
4 entités ensemble forment les accords avec + de 87 comportements et encore +
5 entités ensemble forment les accords avec...
6 entités ensemble forment les accords avec...
7 entités ensemble forment les accords avec...

En accords, à 3, les 87 formes symboliques s'assemblent par similitude (similarités familiales) en 6 familles de comportements :

1. 1 droit seul => 1 symbole LA VIEILLE FAMILLE DROITE
2. 3 formes de virages (avec son double en miroir) => 6 symboles LA FAMILLE VIRAGES
3. 4 formes de traverses (assimilé à des 4 et des 7) => 16 symboles LA FAMILLE TRAVERSE
4. 1 forme table et sa renverse => 2 symboles LA FAMILLE ATABLES
5. 2 formes « 2 contr'1 » (avec ses miroirs et ses renverses) => 8 symboles LA FAMILLE 2 CONTR'1
6. 3 formes plosives* (avec inverses et miroirs) => 6 symboles LA FAMILLE PLOSIVE

...

 

 

QUESTION DE DUREE
Quelle est la durée d'un comportement pour que le comportement audible soit perçu pour un « mot** » ? d'1/4 à 2 secondes pour insister, moins pour être bref pour dire. Mais ça dépend du contexte. Rien n'est fixable éternellement.
Quelle est la durée d'un comportement pour que le comportement audible soit perçu pour un « son*** » ? en deçà d'1/4 seconde et au-delà de 2 secondes. Mais ça dépend du contexte. Rien n'est fixable éternellement.

QUESTION DE VITESSE
L'allure du rythme de la parole, l'allure de la langue, contrairement à celles de la musique, est inconstante. Le chant crée un apaisement un balancement de par sa régularité. Le premier chant est celui de l'apaisement destiné au bébé en pleur (terrifié de son arrivée à la vie terrestre qu'il ne comprend pas, nous passons tous les êtres humains par là) : la berceuse, chantée par la voix de la mère, a la fonction de rassurer le bébé terrifié (du contexte inconnu). Puis les mères se sont regroupées pour former un choeur de femmes auquel se sont joints les hommes voulant chanter ensemble. Puis, dans le monde intolérant de la chrétienté les hommes croyants ont expulsé les femmes du choeur pour les remplacer par des enfants mâles impubères (et favoriser ainsi la pédérastie).

 

 

 

LA LANGUE DES LIGNES SERT A FAIRE
                                                             DE LA MUSIQUE NON STATIQUE
                                                             DE LA MUSIQUE NON FIXE

Tout le contraire de ce que les autorités (d'abord religieuses) de la musique savante ont imposé du XIe jusqu'au XXe siècle
(avec les néoclassiques majoritaires du XXIe siècle)

LLL donne en même temps à comprendre les sens des LIENS HUMAINS :

. l'ATTACHEMENT = s'unir dans ce qu'on comprend être l'unisson = la similarité

. la SÉPARATION = sortir progressivement ou brutalement : subito, de l'union, de l'assimilation, de la similarisation, de la fusion.

. la DISTANCE = ne pas se toucher pour ne pas se lier par assimilation de similitude.

a. maintenue = stationner sur le même intervalle = 1 intervalle fixé
b. tenue dans la répulsion = l'intervalle est variable donc multiple

« garder ses distances » en permanence... « don't touch me! » se réalise avec les intervalles.

La Langue des Lignes s'articule en suite d'accords-symboles se suivant : ce qui change l'instant en permanence.

Comme « l'écriture Ondale » [initié avec Ourdission en 1982], « La Langue des Lignes » génère une musique de la turbulence avec en + les sens DE LA RENCONTRE :

. RESTÉ UNI dans ce qu'on se figure être l'unisson
= il y a différentes formes d'unissons suivant les contextes individuels ensemblés dans l'assimilation de la similitude.
=> avant de s'unir, il faut identifier les unissons personnels de chacune et chacun

CHACUN SON UNISSON qui n'est pas uni si les contexte sont différents

. RESTER À DISTANCE
=> FIXE dans le contexte d'1 millénaire de répétition de similitude assimilée, nous favorisons l'intervalle en mouvement :
/\_ etc.
_/\ etc.
Pour un Jeu de répulsion* mesuré en intervalles nonoctaviants où chaque partie monodie ne se touche jamais et ne se croise jamais dans l'unisson de la similarisation.
[* l'expulsion touche repousse, mais ne croise jamais]

. SE CROISER SANS S'ATTACHER
=> l'unisson se dissout dans l'instant

. l'ATTACHEMENT
=> le temps d'ajuster, d'accorder, nos similitudes
: à tolérer nos différences (ou les ignorer) pour se ressembler

. LA SÉPARATION
=> le temps d'ajuster, d'accorder (d'affirmer) nos différences incompatibles (= se toucher dans une relation d'intolérance)

remarque :

Est-ce + facile et + rapide de SE DIFFÉRENCIER ou de SE SIMILARISER ?
Ça dépend de ce qui est SU et IGNORÉ.

Si les SIMILITUDES sont
1. connues puis identifiées puis familiarisées => l'assimilation est + facile et + rapide
2. inconnues donc inidentifiables encore moins familiarisables => l'assimilation est + difficile et + lente, voire impossible.
Pareil pour LES DIFFÉRENCES
connues => assimilation + rapide
inconnues => assimilation + lente

...

 

 

 

Histoire &
Précédents
Signifie que la création de La Langue des Lignes a dû mûrir pendant + de 35 ans pour devenir effective.

 

2012.
La Langue des Lignes a un prédécesseur,
qui a été développé pour le trio à cordes avec la musique Envoûtant d'Amour écrite en 2012.
Page 9 de la partition :

page 9 de la partition Envoûtant d'Amour icon

 

 

1983.
Puis surtout une autre beaucoup + ancienne retrouvée pour l'élaboration d'un autre vocabulaire pour la musique à la recherche d'une autre langue dans les années 80 du XXe siècle : LES CELLULES DE SENS.

LES CELLULES DE SENS décrivent ce qui existe à l'intérieur d'une note de musique.

 

LES CELLULES DE SENS [du myster shadow-sky]

 

1983.
[anciens graphes des cellules issues de la combinatoires horizontale+verticale à plusieurs points=notes] :

 

LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983a]

LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983b]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983c]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983d]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983e]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983f]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983g]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983h]LES CELLULES DE SENS vocabulaire pour la composition musicale [1983i]

La case I par exemple montre les 12 figures possibles à 3 notes mélodiques : 1-1-1
Les autres, le mélange accord-mélodie.
Comme pour La Langue des Lignes, les signes des Cellules de Sens se combinent pour former une polyphonie particulière (que j'ai utilisé aussi dans les déroulements Ephémérôdes).

Comme avec les accords-symboles de La Langue des Lignes, les Cellules de Sens se posent se disposent sur un ou plusieurs champs scalaires nonoctaviants.

Les Cellules de Sens mélangent, imbriquent : mélodie et accord dans une même cellule. C'est l'une des particularités de l'alphabet de cette grammaire.

Aussi.
Chaque accord d'une cellule de l'alphabet des Cellules de Sens peut impliquer, inclure un accord-symbole (voire +) de La Langue des Lignes dans son dispositif.

 

.

 

Les possibles sont immenses
pour le renouvellement de la musique écrite
avec des alphabets qui ouvrent des champs sonnants encore inconnus
bien au-delà de la théorie musicale classique à une seule forme d'accord sur une échelle seule.

...

 

langue pointée dans l'autre bouche La langue a ses lignes de conduite..., ça doit être attaché au goût qu'elle porte.

 

Notes
* sens phonétique :
implosive : se dit d’une consonne qui, placée à la fin d’une syllabe, est privée de sa phase d’explosion (ex. le p dans capturer).
explosive : se dit d’une consonne qui, placée au début d’une syllabe, contient une phase d’explosion (ex. le p dans patin).
sens étymologique : explosion du latin classique « explosio » = action de battre des mains pour rejeter.

** groupe de sons avec sens ou différents sons regroupés à la suite en un, désignant un signifié. Mot ? signifie : grommellement du latin « muttum », de grommer = gronder, pas grommeler = gronder un peu. Le mot naît donc de la plainte, de la colère, de manifester son mécontentement (« prêt à éclater »), du reproche, à réprimander ! Pourquoi ? Dans la béatitude, on ne parle pas ?
*** vibration quantifiée (objetisée), sans sens, mais avec impression reçue et expression émise, ne désigne rien, ne signifie rien.

+ les intervalles s'écartent + on rentre dans l'expressivité (l'agitation, la turbulence, etc.). Une vocalisation monotone signifie (en apparence) une absence d'émotivité (exemple : la langue française, dans sa parole, ne dépasse pas l'étendue d'une quarte (= le rapport 4/3 = 1,33..) était la raison du choix de la langue diplomatique). Le chant choral de l'Église dominante ne devait en aucun cas montrer de l'agitation. L'agitation est la marque de l'anti-autorité. L'agitation de la fête populaire contraire à l'immobilisme du pouvoir. Le dominant ne bouge pas quelque soit les intempéries qui le fouettent (voir le blessent). Ça, ce sont des stéréotypes du comportement humain classé et gouverné par la croyance « qu'1 effet est issu d'1 cause » qui est une -seule- vue -étroite- d'esprit qui cherche à justifier ses actes manqués.

*** La création des échelles chorales nonoctaviantes s'est posée sur le choix d'un "striage" à partir de l'ambitus global du choeur, ce, pour favoriser l'apparition d'échelles nonoctaviantes acycliques. Choeur : étendue vocale chorale <=> de 87,3Hz (fa1) à 880Hz (la4), rapport : 880/87,3 = 10,08. J'ai choisi le nombre premier 13 comme étendue pour la scalairisation : Shadow-Sky.Choir13.nonoctaves.scales_div.13.Table [pdf A3 29Ko].

 

 

 

Téléchargements :

Nonoctave Scales Packs:
. 53 Shadow-Sky.nonoctave-tonal.scales.(Scala.files) [zip file 25Ko]
. 60 Shadow-Sky.harmonic.nonoctave.scales.(Scala.files) [zip file 32Ko]
. 65 Shadow-Sky.Choir13.nonoctaves.scales_div.13.(Scala.files) [zip file 46Ko]

Nonoctave Scales Charts:
. Shadow-Sky.nonoctave-tonal.scales.Table [pdf A3 241Ko]
. Shadow-Sky.harmonic.nonoctave.scales.Table [pdf A3 26Ko]
. Shadow-Sky.Choir13.nonoctaves.scales_div.13.Table [pdf A3 29Ko]

En Livre ebook-pdf
. Le Livre 1er de La Langue des Lignes (septembre 2018) [pdf 36 pages A4 3.2Mo]

re tour à la table des matières

l'OROATOIRE des Désobéissances

Les Guitares Volantes

Envoûtant d'Amour

Les Champs Scalaires Nonoctaviants