LES GUITARES VOLANTES non non, pas la violentte de Toulouse

mise à jour le 12 novembre

[ORCHESTRE POLYSPATIAL TRANSCULTUREL]
unique et premier au monde

 

De quoi s'agit-il ?

Le 29 janvier 2017 se sont rassemblés 5 guitaristes électriques à l'initiative du myster Shadow-Sky :

Laurent Avizou
Stéphane Marcaillou
Stéphane Barascud
Fred Leblond
Myster Shadow-Sky

pour réaliser ce qui n'a jamais été réalisé :

Un orchestre de guitares électriques avec leurs sons qui valdinguent dans l'espace dans tous les sens et vitesses possibles :

dedans (ton corps)
dehors (là-bas)
en dessous de tes pieds
au dessus de ta tête
derrière ton dos
devant tes yeux

partout
ensemble,
comme : « il est passé par ici, il repassera par là » ah oui ? Où l'inattendu est la règle du jeu pour la surprise d'enchanter de plaisir !
UNE MUSIQUE HALLUCINEE d'un orchestre à cordes ? certainement quelque chose d'inoui.

 

1er Mécène principal de l'orchestre : Nicolas Holzem, créateur des spatialisateurs Orfeusz.
Ou, sans les spatialisateurs de Nicolas Holzem, les Guitares Volantes n'auraient jamais pu exister.
Et, réaliser l'idée d'un orchestre polyspatial (à trajectoires dynamiques multiples) non plus.

 

1er schéma des branchements spatiaux :

schéma de mixage spatial des guitares volantes

 

Notre dispositif de spatialisation (glissades spatiales) se réalise en 3 temps synchrones :
1. pilotage hexaphonique des 4 Orfeusz,
2. disposition des chemins de trajectoires (glissades) hexaphoniques dans l'octophonie,
3. mélange et mutation des chemins de trajectoires.

1. les 3 attributs de pilotages spatiaux : position + orientation (direction) + vitesse (POV) sont pilotés par Control Change (CC).
2. les différents routages (chemins/routes) dans la matrice de la console de mixage sont mémorisés dans différentes « scènes » et déclenchés « à la volée » (jeu instrumental rythmique à la console de mixage).
3. le mélange et la transformation des chemins de trajectoires les uns dans les autres s'opèrent avec les auxiliaires de la console de mixage.

 

28 chemins continus hexaphonioques dans l'octophonierouting scene sheet pour les Guitares Volantes

il y a une erreur dans le graphique, à toi de la trouver.

Les chemins discontinus divisent le trajet hexaphonique en 2, 3, 4 et 5 parties. Ce sont ces chemins qui créent des apparitions/disparitions ça et là :

...

 

 

le 12

Les (chemins de) trajectoires 

la trajectoire n'a qu'une direction, avec un chemin (1D), il y en a 2. Donc dans un chemin, il y a 2 trajectoires possibles : va et vient.

3 types de chemins dans le cube octophonique :

1. 12 périphériques
        8 horizontales 1-2 2-3 3- 4 4-1 5-6 6-7 7-8 8-5
        4 verticales 1-5 2-6 3-7 4-8

2. 4 transversales 1-7 2-8 3-5 4-6

3. 12 périphériques-transversales
        ciel 1-3 2-4
        sol 5-7 6-8
        en face 1-6 2-5
        derrière 3-8 4-7
        droite 1-8 4-5
        gauche 3-6 2-7

Avec mon travail sur/dans l'espace, ce qui m'importe est la sensation de mouvement (pour le vertige des immensités infimes :) et donc les rapports de perception de ce qui est en haut, en bas et ailleurs, et vient par ici. Ici, c'est ton corps, ton corps qui est traversé. Les ondes valdinguent, s'agitent dans ton corps. Et repartent par là-bas (qui peut être haut). Là-bas, c'est ailleurs, ça reste périphérique. Ce que je veux, c'est pas que ça reste là-bas (même autour), mais que ça n'arrête pas de venir ici et + : à l'intérieur de nos corps, ça remue. On peut laisser un son voltiger au sol [5-6 ; 5-7 ; 5-8 ; 6-7 ; 6-8 ; 7-8], OK, ça se balade sous les pieds, super mais on ne peut pas laisser ça comme ça, il faut que d'un coup, cette « plaque » s'élève lentement (le son se baladant rapidement dans l'espace de la plaque) et là, la sensation qu'un espace vibratoire traverse nos corps est inignorable. Voilà ce que j'appelle la spatialisation, le vertige du vibratoire (car le son n’est que la figuration intellectuelle du vibrant audible entendu, perçu et compris) dans l'espace. Il y a beaucoup beaucoup d'autres exemples !

Le constat octophonique est qu'il existe plus de chemins périphériques que transversaux : 4 transversalités pour 24 périphéries. La transversalité est alors une exception, son rôle pourtant est d'amener ce qu'il y a là-bas ici ou ici là-bas. Bien qu'un déplacement de plaque (espace 2D dans espace 3D) avec tous ses 6 chemins intérieurs. Ces « plaques » sont des quadriphonies, et dans une octophonie il y en a : combinaison de 4 éléments parmi 8 éléments : 8!/4! (8-4)! = 70. Dans ces 70, il y a des plaques « droites » dont 4 transversales dont 2 verticales [1-3-7-5] ; [2-6-8-4] et 2 horizontales (toboggan*) [3-5-4-6] ; [1-7-2-8] et 6 périphériques {ciels, sol, en face, derrière, droite, gauche}, les 60 autres sont courbes. Là, on imagine un jeu de torsions forcées et lâches de ces plaques de sons entre elles qui traversent nos corps, en allouant une plaque par musicien.ne. Le jeu instrumental est primordial pour l’émotion spatiale (ça s'ajuste en permanence).

Les chemins spatiaux sont directement liés au travail du « routing » dans les consoles de mixage numérique. Le numérique permet la mémorisation (des scènes de routing dans la matrice) et le rappel (recall) à la volée ; c'est ça qui modifie les chemins des trajectoires spatiales. Là, on commence à percevoir le jeu instrumental de l'ingénieur du son à transformer le cheminement, surtout que dans un chemin, on ne fait pas que marcher : entre l'arrêt et la vitesse spatiale qui se transforme en fréquence audible (formant les spatial-tones découverts en 1995 avec le concert du Shadow-Sky-Teub-System) il existe une marge assez large de comportements.

 

Note
* Mot emprunté à l’anglo-canadien toboggan = traineau emprunté lui-même à l'amérindien algonquien = « otaban » où « otabanak » = cri, « tobakun » = micmac. « Les sens de piste glissante et glissière sont inconnues de l’anglais et semblent avoir été créés en français à partir du sens ‘traineau’. » C'est en 1890 que le sens de la piste à glisser remplace le traineau qui en anglais est désigné par « toboggan slide » et de la piste on passe à la rampe inclinée sur laquelle on se laisse glisser. La glissade est le comportement spatial essentiel des trajectoires.

 

 

Le 18 février, un sixième musicien guitariste électrique se joint aux GUITARES VOLANTES :

Jérôme Lacoste

Ce qui fait le sextet :

Stéphane Marcaillou
Stéphane Barascud
Laurent Avizou
Fred Leblond
Jérôme Lacoste
Myster Shadow-Sky

et 7 avec l'ingénieur du son Clément Amira.

 

 

Le 7 mars, 1eres dates de la 1ere résidence

La 1ere résidence des Guitares Volantes se déroulera du 4 au 14 juillet (entre indépendance et révolution) 2017 à Mix'Art Myrys à Toulouse avec la présence indispensable de l'ingénieur du son Clément Amira. Mais il faut trouver un membre qui puisse prendre sa place insiste-t-il pour les concerts ailleurs POUR jouer le routing live à la volée (= changer les chemins des trajectoires dans le rythme de la musique).

Cette première va installer le contexte particulier du valdingage audio des guitares électriques : il s'agit pour le guitariste électrique de l'orchestre de se familiariser avec le fait que son son n'est jamais fixe dans l'espace et pour l'ensemble, de s'accommoder à ce que tous leurs sons ensemble voltigent dans tous les sens et parmi eux reconnaître le sien dans la nuée, pour le jouer. Si non, les jeux se perdent. C'est exactement à partir de là, perdu puis retrouvé, que nous allons commencer à élaborer cette musique unique. 10 jours, ça reste court pour créer une telle musique. Dans ce 1er temps, nous n'envisageons pas de concert, bien que l'atelier est ouvert au public, pourtant, il serait bien de donner à écouter une 1ere sortie de travail, histoire de suivre l'évolution des Guitares Volantes. Une sortie en concert en septembre serait bien (en juillet août à Toulouse, il n'y a personne) venue.

 

En attendant son décollage réussi, dont les 1ers essais vont se dérouler du 4 au 14 juillet à Toulouse, l'orchestre se destine à jouer la musique des autres. L'orchestre va cultiver une politique de commande qui pour le moment est encore financièrement inexistante. Vu la censure de la politique culturelle envers tout ce qui est original, nous procéderons avec le crowdfunding et autres dons privés. Nous en saurons plus à l'automne 2017.

.

.

Le 17 mars, un septième musicien guitariste électrique se joint aux GUITARES VOLANTES :

Jean-Michel Saucray

Ce qui fait le septet :

Stéphane Marcaillou
Stéphane Barascud
Laurent Avizou
Fred Leblond
Jérôme Lacoste
Jean-Michel Saucray
Myster Shadow-Sky

et 8 avec l'ingénieur du son Clément Amira.

 

 

Le 20 mars

7 musiciens qui forment les Guitares Volantes (où sont les musiciennes ?), ça me rappelle les Ephémèrôdes de 1984 ; ils étaient aussi 7. La musique des Ephémèrôdes est un jeu. Le jeu à carder des chrônes (à démêler les embrouilles dues au temps). Ces 7 musiciens ne sont pas des exécutants, ils sont capables d'improviser tout un concert à eux seul. Et, la (dis)position du compositeur dans ce contexte change. Le commandeur classique et son acolyte le chef d'orchestre qui à eux 2 imposent la musique. Ici, ce n’est pas possible. Et, c'est là, exactement, que le rôle du compositeur change : il n'impose plus, il propose. Nous pouvons aussi aller + loin. Loin de proposer « un morceau » fixé à répéter identique à chaque concert, il est + excitant de proposer un jeu (où la partie devient le morceau). Le jeu propose avec des accords (les règles du jeu admises par tous les joueurs, même le tricheur qui les transgresse et qui renforce le jeu) une manière de procéder le faire. Une série de règles est une série d'algorithmes qui se connectent à un moment opportun pour donner un avantage (ici à tous, car la musique ne peut pas ne pas se partager, son existence en dépend). C'est là qu'intervient « la partition jeu » (l'accord commun de la suite des évènements) qui rassemble tous les musiciens avec leurs univers différents et uniques, c'est à dire un champ de partage où chacun évolue son originalité dans le contexte du jeu. Le jeu ne demande pas obéissance, au contraire il développe les capacités d'adaptation et d'indépendance des joueurs.

La règle du jeu fondatrice des Ephémèrôdes (qui démêlent les embrouilles dues au temps) est :

répéter (à chaque fois) différemment.

ou :

la répétition du même est à chaque fois différente

Cette différence ou différenciation n'annihile pas l'identité de ce qui est répété, dans le cas contraire, nous ne pourrions pas percevoir la répétition ni sa différenciation. Le jeu est subtil, il s'agit de se développer individuellement un jeu reconnaissable, mais diffèrent à chaque coup. Comme dans un jeu de cartes, on ne joue jamais à des coups différents le même jeu, mais on joue avec les mêmes cartes. Je ne parle pas de style (qui est acquis et unique à chacun), mais du procédé qui n'est pas très différent du « thème et variation » connu de tous, mais ici, ça change, un peu, à chaque coup. Cette règle fondatrice est en fait une attitude, une attitude qui provoque, en la poussant à l'extrême : l'hilarité. Un ensemble de 7 musiciens est une polyphonie à 7 voix différentes qui ensemble raconte avec leur instrument, leur sonorité et leur style leur histoire. Chaque être humain est une histoire. Le concert est une partie du jeu.

Le but global du jeu de la musique des Ephémèrôdes est de mettre ensemble différentes histoires de vie qui interagissent ou pas. Le jeu synchrone ici n'a aucun intérêt, puisqu'il annihile l'identité des joueurs impliqués, ce qui n'est pas le but du jeu de la musique, au contraire. Il s'agit de développer « une écoute intérieure » du monde vibratoire pour communiquer avec tout vibrant, au lieu d'une écoute extérieure d'ordres obéis. Il s'agit bien de ça, que chacun soit entendu différent en même temps. Les improvisateurs le savent bien. La règle fondatrice sert à ça : à ne pas de soucier de synchronicité. Mais si un moteur commun veut apparaître, il opérera les attaches venues de l'intérieur.

...

 

 

Le 23 mars

Je l'avais déjà dit, là je l'écris : le concert des Guitares Volantes se déroule dans l'obscurité de manière à favoriser les images mentales des auditeurs et de comprendre et jouir la polyspatialité de la musique qui reste encore une expérience rare bien que toute ma musique en est pourvue (de spatialité tridimensionnelle depuis 1979) : ici 7 trajectoires indépendantes de 7 musiciens (guitaristes électriques et autres) où leurs sons vont se déplacer dans l'espace tridimensionnel, dans tous les sens possibles pour former la musique hallucinée des Guitares Volantes. Les musiciens auront des petites loupiottes frontales de lumière bleue pour se localiser sur leur instrument.

...

 

 

Le 29 avril

Dans notre octet, oui, chacun avec sa guitare, joue d'abord son propre monde à lui (dans le contexte commun des sons valdinguant dans tous les sens de l'espace, où est déterminable : la position, la direction et la vitesse). À 8, ça sera 8 mondes différents superposés. À 7, 7. Quand ces mondes autonomes seront franchement superposés, de manière à les entendre tous en même temps, c'est à ce moment-là, et pas avant, que des mélanges naîtront (voire des synchronicités). L'aide du moteur Ephémèrôde ne sera pas inutile pour ne pas se faire posséder (par l'insignifiance).

 

 

Le 2 mai

Le nom du 8ème guitariste des Guitares Volantes est : Matthieu Guillin

Ce qui fait l'octet :

Stéphane Marcaillou
Stéphane Barascud
Laurent Avizou
Fred Leblond
Jérôme Lacoste
Jean-Michel Saucray
Matthieu Guillin
Myster Shadow-Sky

et 9 avec l'ingénieur du son Clément Amira.

 

 

Le 5 mai

Le nom du 9ème guitariste des Guitares Volantes est : Daweed

Ce qui fait le nonet :

Stéphane Marcaillou
Laurent Avizou
Stéphane Barascud
Fred Leblond
Jérôme Lacoste
Jean-Michel Saucray
Matthieu Guillin
Daweed
Myster Shadow-Sky

et 10 avec l'ingénieur du son Clément Amira.

 

 

le 15 juin

L'objectif des Guitares Volantes est de créer un orchestre comme il n'a jamais existé. Il s'agit à la fois de développer la polyspatialité (polyphonie spatiale ou la multiplicité des évènements soniques trajectorisés) en jeu instrumental en « temps réel » en orchestre. La spatialisation est généralement dédiée (quoique timide) à la musique électronique enregistrée, bien que je la pratique instrumentalement depuis 1982. La guitare électrique est à la fois historiquement le premier instrument de musique portable dont son son ne s'entend pas de l'instrument mais du haut-parleur placé ailleurs (premier pas vers la spatialité) et à la fois couvre tous les genres musicaux, ce qui lui donne le possible transculturel, c'est-à-dire la possibilité de ne pas rester cloisonner dans un genre musical, de sortir la musique du genre. Cet orchestre, pour l'instant, est un consort qui explore les sonorités des trajectoires spatiales dans les formes actuelles de la composition musicale, c'est-à-dire, hors des structures figées d'antan, mais joue avec des systèmes dynamiques de partages, telles mes 1ères propositions en 1980, 1984, etc. des « partitions » sous forme de jeux aux règles évoluantes selon le contexte. Une musique processuelle où la sensualité n'est pas bannie, mais favorisée.

L'orchestre va faire appel à des compositeurs pour partager son enthousiasme de la musique orchestrale spatiale et sans frontière à la fois savante écrite et orale aux propositions instantanées et différées. Il s'agit d'élargir les champs de créations musicaux en sortant des clivages et des chapelles.

Il ne s'agit plus de considérer : un orchestre comme un ensemble d'objets à composer, mais un ensemble d'êtres humains qui chacun.e apporte son propre monde à se mélanger aux autres mondes, tout en restant ouvert aux propositions originales de compositeurs.rices prêts.es à se défaire de ce qui ne leur appartient pas : la musique. Là, il s'agit d'une attitude pour évoluer l'humanité. À nous de la saisir.

 

 

the June 21th

English official announcement by Herveline Guervilly:

LES GUITARES VOLANTES (= the flying guitars)
[TRANSCULTURAL POLYSPATIAL ORCHESTRA]

A project proposed by Mathius Shadow-Sky and carried by: Stéphane Barascud, Laurent Avizou, Jean-Michel Saucray, Stéphane Marcaillou, Mathius Shadow-Sky, others ?

1st attempt at spatial take-offs of the orchestra: from July 4th in Toulouse to Mix'Art Myrys.

The goal of Flying Guitars is to create an orchestra as it never existed. While spatialization is generally confined to recorded electronic music, the aim here is to create a spatialized polyphony by means of a "real-time" instrumental set in an orchestra. The electric guitar was essential for such a project: it is at the same time the first portable instrument whose sound no longer meant the instrument, but of the loudspeaker placed elsewhere (first step towards spatiality), and covers all musical genres, offering the possibility of a music beyond the genre: a transcultural music. This orchestra explores the sonorities of spatial trajectories in the present forms of musical composition by playing with dynamic systems of sharing, from "scores" in the form of games with evolutive rules according to the context. A processual music where sensuality is not banished, but favored.

It is no longer a question of considering the orchestra as a set of objects to be composed, but of a group of human beings, each of which brings its own world to mix with the other worlds, while remaining open to the original propositions of Composers ready to discard what does not belong to them: music.

The orchestra will call upon composers to share its enthusiasm for spatial orchestral music and no out-of-genre boundaries, both scholarly and oral, with instantaneous and delayed propositions.

First musicians of the orchestra:

Stéphane Marcaillou
Laurent Avizou
Stéphane Barascud
Fred Leblond
Jérôme Lacoste
Jean-Michel Saucray
Daweed

Myster Shadow-Sky
With the sound engineer Clément Amira

More info: http://www.centrebombe.org/livre/guitares.volantes.html

You want to participate as a musician andor composer? Contact Mathius Shadow-Sky at: centrebombe at gmail.

1st principal patron of the orchestra: Nicolas Holzem, creator of the spatializers Orfeusz. Or, without the spatialisators of Nicolas Holzem, the Flying Guitars could never have existed. And, realizing the idea of a polyspatial orchestra (with multiple dynamic trajectories) either.

1st host of the orchestra: Mix'Art Myrys, a collective of artists, which is the only cultural structure to be equipped with a 3D octophonic sound system in the Midi-Pyrenees region for live music.

While waiting for his successful takeoff, whose first trials will take place from 4 to 14 July in Toulouse, the orchestra is destined to play the music of others. The orchestra will cultivate a policy of commissioned work which for the moment is still financially non-existent. Started with the cultural policy's censorship against original music work until 40 years, we will proceed with crowdfunding and other private donations. We will know more in the fall of 2017.

 

 

26 juin

3 guitaristes en + se manifestent : Manuel Clavé, Aurelie Fabaron, Mathieu Torres. :)

et 13 avec l'ingénieur du son, maître des cheminements, Clément Amira.

 

 

A partir du 4 juillet, 1ers essais de décollages spatiaux de l'orchestre à Toulouse à Mix'Art Myrys.

 

4 juillet

Manutention : il faut lever et accrocher les 4 enceinte (hauts-parleurs) en l'air (au plafond) : disposition : 4 hp ciel et 4 hp terre = octophonie (= réelle 3D) pour la sensation des trajectoires audio verticales. Montage, câblage (il manque des câbles !)

5 juillet

Câblage. Ajustage. Le Spatial Processeur (SP1) le 2d que m'a donné Jarre ne fonctionne pas. Le 4e spatialisateur Orfeusz que m'a prété Henri ne fonctionne pas. Soir, expérience spatiale audio musique en solo avec 1 spatialisateur : la disposition octophonique donne une sensation de confinement. Une musique en mouvement dans l'espace 3D intensifie la sensation sonore, c'est unique et différent, une autre musique  : je ne m'en lasse pas depuis 1980.

6 juillet

Expérience spatiale audio en trio : Stéphane Barascud, Stéphane Marcaillou et Mathius Shadow-Sky. Première audition de la polyspatialité. Là, on commence a percevoir la richesse des possibilités de la polyphonie et principalement rendre cohérent, ce qui diffusé en stéréo, ne l'est pas. Ça donne de l'air et de la turbulence à la musique ! L'indépendance des mouvements 3D des sons des 3 guitaristes ensemble permet de les entendre distinctement sans qu'aucun puisse couvrir l'autre : un jeu fortissimo, dans ce contexte polyspatial, ne rend pas un jeu pianissimo inaudible.

7 juillet

L'octophonie augmentée à la dodécaphonie efface l'impression de confinement spatial du cube. La géométrie en 12 points de diffusion dissymétrique (on remplit un espace plus qu'on pointe une direction centrale d'un auditeur virtuel) ouvre l'espace de manière à ce que les trajectoires hexaphoniques ont des alternatives de trajectoires beaucoup plus nombreuses. En effet, spatialiser (router) une trajectoire hexaphonique dans une sonorisation dodécaphonique tend vers l'évasion. L'explication se comprend dans l'intervalle des possibles : avec une hexaphonie dans une octophonie, il n'y a que 2 haut-parleurs qui ne jouent pas, avec une dodécaphonie, il y en a 6 : ce qui donne plus d'espace entre les trajectoires et atténue la sensation de confinement.

Nous avons divisé les tâches de la trajectorisation (pilotage des 3 spatialisateurs), à 3, chaque musicien joue de l'interface spatiale pour son propre cheminement donne 3 trajectoires strictement indépendantes en accord avec le jeu instrumental de chacun. Il manque une personne pour piloter le routage à la volée des 3 chemins spatiaux indépendants dans la matrice : 3 x 6 = 18 entrées dans 12 sorties hp.

12 juillet

La richesse du dispositif donne à envisager la musique autrement. L'instabilité permanente des sons dans l'espace donne à ce que cette nouvelle proposition de la musique polyspatiale dans l'évolution de la polyphonie du XIVe siècle forme d'autres manières de jouer la musique. C'est un réapprentissage loin des habitudes connues. Cette résidence est une amorce des possibles de la nouvelle génération de la musique savante qui a dépassé les frontières des genres.

Aujourd'hui, les Guitares Volantes forment le quatuor :

Stéphane Marcaillou
Laurent Avizou
Stéphane Barascud
Myster Shadow-Sky

 

1er concert public :

jeudi 13 juillet à 18h à Mix'Art Myrys à Toulouse (the city of ESA, the European Space Agency)

LES GUITARES VOLANTES WORLD PREMIERE

les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (1)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (2)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (3)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (4)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (5)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (6)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (7)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (8)
les Guitares Volantes premiere, July 13, 2017 (9)

There was a recording witness, a control camera in the concert hall with THE AUDIENCE IN THE DARK AMONG THE FLYING SOUNDS (not on pictures)
Il y avait une caméra 'de surveillance' dans la salle de concert avec LE PUBLIC DANS L'OMBRE PARMI LES SONS VOLTIGEANTS (pas sur les photos)

 

 

15 juillet

Ça y est, nous savons : Les Guitares Volantes est un collectif où tous composent ensemble cette nouvelle musique orchestrale polyspatiale. C'est un ensemble qui va disposer des commandes aux compositrices.

Nom de l'orchestre : LES GUITARES VOLANTES
Date de naissance de l'orchestre : le 29 janvier 2017
Date de la premiere : le 13 juillet 2017
Musiciens : Myster Shadow-Sky, Stéphane Barascud, Stéphane Marcaillou, Laurent Avizou, et prochainement Thomas Bigot.
Sonorisation : minimum 12 enceintes (5 au sol, 3 au niveau des oreilles, 4 au ciel) console de mixage numérique 32x16 avec routing complet.

Lors de cette première résidence du 4 au 14 juillet à Mix'Art Myrys (trop courte pour développer tout le potentiel de cette nouvelle musique polyspatiale), l'orchestre LES GUITARES VOLANTES s'est fixé à 4 guitaristes (sur 12 demandes, dont 8 déshonorées) jouant des 3 spatialisateurs WAF Orfeusz (3 en état de fonctionner et 2 sont hors d'usage, dont le dernier SP1). Les exercices de voltiges sonores expérimentés, pour sortir de la sensation de confinement, ont dû élargir l'espace cubique de l'octophonie (8 haut-parleurs aux 8 sommets du cube de la salle) à un dodécaèdre pour une dodécaphonie dans un volume géométrique asymétrique à 3 niveaux : Ciel, Oreille, Terre. Respectivement : 5 hp parterres, 3 hp au niveau des oreilles et 4 hp au ciel. Après 10 jours de travail, nous avons perçu son ampleur : la maîtrise de l'ensemble des trajectoires à former une chorégraphie en fonction de ce qui est perçu, de ce qui est joué aux instruments et formé par l'ensemble, n'a pas permis d'entamer un sens compositionnel, tellement ce contexte spatial est encore inouï et inconnu. Nous devons jouer, explorer, comprendre et rejouer et communiquer avec des oreilles extérieures ce qui est généré ici. Ce qui nous a manqué cruellement pendant cette 1ere résidence est « un connecteur » ou « chemineur » en direct des chemins de trajectoires. Les chemins (routing) dans la matrice donnent le sens formel (l'identifiable) des rencontres de trajectoires dans l'espace tridimensionnel : le sens du ballet sonique tridimensionnel. Pour mettre en place ça, j'ai demandé à Thomas Bigot qui est d'accord de prendre ce rôle.

Réaliser à comprendre la musique polyspatiale, afin de la composer, l'enregistrer en 12 pistes (3 hexaphonies avec 3 spatialisateurs revient à 18 voies d'entrées dans la console de mixage numérique à router sur 12 voies de sorties hauts-parlantes et à enregistrer) et donner à entendre « l'état de fabrique » en concert. Sans spectacle, ni rien de spectaculaire, une salle (ou un extérieur) assombrie et confortable pour se tenir à se concentrer sur les voltiges soniques. La distribution de la sonorisation est hétérogène (pas de pointage central sur un seul auditeur virtuel, mais remplissage du volume spatial), signifie qu'à différentes localisations, l'auditrice et l'auditeur entendent une même musique différente.

Un certain nombre de personnes ne supportent pas les mouvements soniques dans l'espace, celles et ceux sujets aux vertiges, celles et ceux craignant la vitesse, les manèges ou le mal de mer, etc., sont réfractaires aux voltiges soniques de la musique polyspatiale, elles doivent sortir du champ spatial mis en jeu, voire ne pas rentrer dans le champ, et rester à l'extérieur n'est possible que dehors, en plein air. Nous prévoyons obligatoirement des concerts en extérieur, en plein air.

Réaliser : la musique polyspatiale, l'enregistrer en 12 pistes, faire un disque 12 pistes (ça n'existe pas) et tournées de concerts (mais les salles de concert dodécaphonique n'existent pas !). Il faut alors, pour le cas des Guitares Volantes, louer l'équipement de sonorisation (enceintes, câbles et console) et donner le concert en extérieur, en plein air, la nuit. Mais après 10 jours de cette 1ere résidence nous commençons seulement à comprendre à peine l'enjeu extraordinaire de la musique polyspatiale. Le travail de compréhension de ce nouvel espace musical demande + de temps que prévu pour réaliser des musiques intelligibles. Les problèmes techniques en masse ont été réglés lors de cette 1ere résidence de travail. Mais nous n'avons pas l'équipement pour enregistrer les essais spatiaux sur 12 pistes (une interface audio numérique à 12 entrées/sorties) de manière à entendre de l'extérieur les résultats joués. Le contexte de la musique polyspatiale est un nouveau terrain encore inconnu des compositeurs. En 2017, nous posons en tant que pionniers, les premiers « jets » de la musique polyspatiale orchestrale instrumentale. Avec une sonorisation mobile, tel un cirque sans chapiteau, nous pouvons nous poser partout (forêt, clairière, place, surface de lac, rues, etc.), voire emprunter le réseau du théâtre de rue. Combien coûte la location d'une sonorisation dodécaphonique ? => obligation de travailler avec un prestataire (pour être entendu). Là où est la sonorisation dodécaphonique : à Mix'Art Myrys, l'existence de l'ensemble dépend d'elle.

Travailler intensivement des trajectoires soniques ne nous permet pas de dépasser 5 heures d'affilée par jour. À force, nos corps et nos esprits s'habitueront à cet espace perpétuellement mouvant qui fait perdre tous nos repères et nous oblige à envisager la musique sous un angle totalement différent de ce que nous avons jusqu'ici connu. Pour ça, nous ne pouvons que travailler sur de courtes périodes telles 7 jours : 2 jours de montage de l'équipement et 5 jours de répétitions, et ce, assez régulièrement. Ailleurs ? Il existe des studios « inaccessibles » tels à Belfast en Irlande du Nord ou à Blaksburg aux États-Unis et ailleurs, exclusivement attachés à la musique enregistrée (électroacoustique) et détachés de la musique jouée par des musiciens vivants en direct, chant compris (et où il n'existe ni les compétences, ni l'équipement nécessaire à la maîtrise d'un orchestre polyspatial, ni les accommodations pour les musiciens). Tout est donc à faire à construire et c'est ce qui est passionnant. :)

 

 

Thomas Bigot
joueur de synthétiseur analogique modulaire et concepteur du système de diffusion héxaphonique le Spatializatorz [son site]
rejoint Les Guitares Volantes prenant la place de Clément Amira en tant que Maître des Cheminements du routage live des trajectoires dans l'espace dodécaphonique.

 

 

Second spatial mix schematic according to the premiere of the orchestra in July 2017:

les Guitares Volantes spatial dynamic mix dodecaphonic schematic
download the pdf file [43Ko] of this schematic

How many possible paths in this dodecahedron for a 6 bounds trajectory? 924.
33 time more path than in an octophony. Which are 28.
Cnm = m!/n!(m-n)! with 6 bounds in 12: 12!/6!.6! = 479001600/518400 = 924 paths in a dodecahedron

12!/5!.7!=792 pantaphonic trajectories
12!/4!.8!=495 quadrophonic trajectories
12!/3!.9!=220 triphonic trajectories
12!/2!.10!=66 stereophonic trajectories

All together: 2497 different possible trajectories

That means that we are mixing with each 6 5 4 3 2 bounds trajectories in our five path orchestral space, 12 485 independent trajectories.
2497 . 5 = 12 485
Quite sufficiant for a choreophonic spatial music in space?

 

 

17 août

Next take off
Prochain décollage

. February, March 2018, before? not yet.
. Février, mars 2018, et avant ? pas encore.

 

 

21 septembre

So many people ask me how Les Guitares Volantes sound? (to identify our unidentifiable behaviour). That (how it sounds) does not really matter, every concert of Les Guitares Volantes is unique according to its musicians and the music created. Each of you (listener) has to experience Les Guitares Volantes concert to understand: what it is (polyspatial music). And what the unheard brings to music (and social approval) and our perception of our supposed reality (driven by our institution). There is a stereo pirate recording of the 1st take-off that has nothing to do with a live performance.

 

 

7 & 10 octobre

1 quinzième musicien demande à participer aux Guitares Volantes après Marc Jolibois [Nowaki] : Eric Avondo [son site].

avec le Maître des Cheminements (le routeur dynamique à la console de mixage) : Thomas Bigot,
joueur de synthétiseur analogique modulaire et concepteur du système de diffusion héxaphonique le Spatializatorz [son site].

Les Guitares Volantes forme un orchestre de 15 musiciens.

 

 

Jeudi 12 octobre

Laurent Avizou a eu une idée lumineuse : pourquoi ne pas remplacer les enceintes de la sonorisation par des amplis guitares : des combos, des double corps, des gros, des petits, des transistors, des lampes, sans rien rejeter des différences ; un peu comme un acousmonium (un orchestre de hp inventé par la musique concrète), mais dédié aux guitares électriques et disposés dans les couches de la profondeur : ciel, tête, terre. Pour nous, contrairement aux autres qui placent les enceintes au même niveau, l'espace, en effet, n'est pas plat.

 

 

Vendredi 13 octobre 2017

Lettre au maire de toulouse pour donner vie à la musique polyspatiale dans la ville.

13.octobre.2017_lettre.a.Jean-Luc.Moudenc_Les.besoins.de.l.orchestre.spatial.pdf

 

 

le 19

Présentation générale des Guitares Volantes

Le contexte spatial et temporel des Guitares Volantes est inséparable, c'est-à-dire, on ne compose pas d'abord pour les instruments et ENSUITE on les place dans l'espace. La multitude des trajectoires donne à la fois le nouveau contexte de la musique et à la fois son nouveau sens. On ne joue pas de la guitare volante comme on joue de la guitare avec ses sons qui ne bougent pas.

Dans une trajectoire (sachant qu'il en a 8, voir 9 en même temps) il y a :

1. une allure
2. une direction
3. une figure chorégraphique qui évolue (sans contrainte de gravité)

qui appellent une attitude instrumentale autre.

De la musique polyphonique, nous sommes passés à la musique polyspatiale (pour moi en 1979). Les Guitares Volantes est un orchestre à effectif variable avec le noyau du quatuor (à cordes pincées, frappées, frottées et électroniquées) qui fait valdinguer les sons individuellement de ses instruments électriques et électroniques dans l'espace vraiment tridimensionnel. On aurait pu l'appeler autrement tel l'anglophobique Home Space Ensemble ou l'Escape Experience Ensemble, etc., mais le nom importe moins de ce que l'orchestre a à offrir : le valdingage sonique multiple.

Le noyau de l'orchestre est composé de 4 figures toulousaines remarquables :

En caricaturant :

. la guitare Marcaillou       le virtuose
. la guitare Barascud        le coloriste
. la guitare Avizou            le bricoleur
. la guitare Shadow-Sky   le provocateur
+ les 11 autres musiciens.nes là, venant suivant la musique à réaliser et l'équipement nécessaire possible
Tous ultrasensibles au vibratoire, même au vibratoire s'échappant
Tous improvisateurs-compositeurs

Notons que le pilotage (à part la vitesse de trajectoire, propre à chaque musicien, gouvernée par une pédale par lui-même) peut être confié à 4 musiciens indépendants (sans sons, 1 par ordinateur) pour une précision que n'aura jamais le pilotage par le musicien qui joue déjà de son instrument.

Le 5e musicien essentiel du noyau est le Chemineur. C'est lui qui à la console de mixage numérique (matrice de routing live) crée les chemins pour les trajectoires des spatialisateurs dans lesquels se projettent les sons des guitares. Thomas Bigot dispose aussi de son propre spatialisateur hexaphonique et de son synthétiseur modulaire qui ajoute une couleur supplémentaire à l'orchestre.

Les possibilités de timbres, de formes musicales spatiales, d'harmonie nonoctaviante et ou polyscalaire, etc., sont immenses : il s'agit bien de ça : ouvrir et élargir le possible pour y entendre toutes les différences, de manière à affiner notre tolérance et augmenter notre palette de jouissance. À part ça, s'ajoute la position entregenre de l'orchestre. Les Guitares Volantes sont ni classiques, ni contemporaines, ni rock, ni blues, ni électro, ni jazz, ni traditionnelles, mais se localise dans aucune chapelle stylistique qui oblige au comportement morale du milieu, de la secte, de la communauté, etc. Ce qui offre un élargissement comportemental jusque-là encore inexistant dans le monde de la musique (inexistante) « moderne » indépendante unique et originale.

La composition chorégraphique de la musique instrumentale qui valdingue ses sons dans l'espace polyspatial est une autre forme de musique qui touche au sens de l'équilibre du corps : le vertige (qui questionne le sens et la vitesse).

 

 

le 20

Grosso Modo, rapide historique de la gratte, pour situer Les Guitares Volantes

La guitare, tout le monde connait son histoire, elle débute en Espagne (d'une branche de l’oud, nord européanisé : luth, réduit à 6 cordes seules avec une caisse qui ne glisse pas sur la cuisse = dos plat plus rond), nous savons comment le flamenco s'est emparé magistralement de la guitare, moins les classiques ibériques, puis sa diffusion modeste en Europe comparée à son épanouissement en Amérique qui là-bas a été sublimée à Cuba (puis avec son + grand compositeur connu Léo Brouwer) ou au Brésil (avec son + grand compositeur connu Heitor Villa-Lobos) jusqu'à se mêler à la musique amérindienne des Andes jusqu'au Mexique. En Amérique du Nord, la guitare s'est épanouie par le blues, puis le jazz, puis le rock'n roll à travers les Africains esclavagisés par les Européens (et les rois africains). La guitare s'impose comme instrument majeur pour l'accompagnement du chant (dans le monde Antique, ce rôle était attribué à la lyre à 4 cordes (tétracorde) devenue harpe à 32 cordes). Puis arrive l'électrification de la guitare. Et là commence l'explosion des sonorités possibles. Avec la saturation. Et il y a les musiciens, qui font basculer la guitare dans l'abstraction électronique : Jimi Hendrix, Derek Bailey, et tant d'autres. De là, tout son possible, sans discrimination (jusque dans l'intolérable jouissif) rentre dans la palette compositionnelle, sans cette discrimination morale millénaire entre consonant et dissonant. La rupture avec la morale intolérante se réalise dans les années 60 du XXe siècle. C'est la période de libération de la jeunesse (de l'autorité de la vieillesse) qui a été réprimée violemment depuis les années 70 par les « forces de l'ordre » et l'économie esclavagiste de la horde des croyants de nos sociétés autoritaires où la violence n'a de limite que l'obéissance absolue. Triste humain. Ce qui n'a pas empêché l'évolution de la guitare jusqu'à concurrencer le synthétiseur dans le monde de l'inouï. La guitare électrifiée avec son ampli à côté est le 1er instrument qui spatialement détache son son de l'instrument source (quoi que les claviers). La guitare électrifiée est aussi le 1er instrument de musique qui avec son amplification atteint des intensités sonores proches de la douleur (pas nécessaire pour les claviers, et les sons les + puissants sont les moteurs d'avion). Cette intensité possible a donné à comprendre la massivité vibratoire audible par l'assourdissement (la remise en question de l'écoute, celle désobéissante) : la guitare électrique seule devint l'instrument avec une dynamique + large que tout autre instrument de musique (de 0dB à 110dB comparable à l'orchestre symphonique de 100 musiciens). Le pas vers la spatialisation de la guitare électrique était tracé. Ma première composition en 1979, Cauchemar ou Concombre Atomic est un ensemble de guitares avec des amplis 2 corps qui encerclent les auditeurs (oui, je sais, je ne le fais plus). Aujourd'hui, l'évolution instrumentale de l'orchestre électrique spatialisé a pu se réaliser grâce à la disponibilité des spatialisateurs mis en parallèle et se réalise au XXIe siècle avec Les Guitares Volantes.

 

 

le 23

Les Guitares Volantes à l'origine du Centre des Musiques Spatiales à Toulouse

lettre au maire de Toulouse

 

 

le 28

Les Guitares Volantes, AU-DELÀ-DU-RÉEL* [mars 2018]

Bon, alors pour Mars, on monte le concert halluciné (sans ciné) Au-Delà-du-Réel (évadé et sorti de « l'immersion » et du « surround ») avec les Guitares Volantes à Mix'Art Myrys (le seul lieu où l'on peut réaliser une musique de trajectoires spatiales en ce moment à Toulouse), une composition collective, oui ou non, qui va envoûter son public à l'amener dans le monde inconnu de l'espace mouvant de notre nouvelle musique, c'est bien, ça ! Un long-play (sans horaire) avec relai des musiciens, entre 1 et 8 en même temps, avec les 4 chemins de 8 trajectoires dans la dodécaphonie de 12 enceintes sur 3 horizons : ciel, terre, et oreilles humaines. Une chorégraphie sonore en réelle 3 dimensions et 4 avec le temps avec les musiques des guitares et des synthétiseurs (et des voix) valdinguant dans l'espace des Guitares Volantes. Comme je disais à Thomas, cet orchestre n'est ni une dictature, ni une secte, mais un contexte de possibles.

Dans la tradition des grands concerts shadow-skyen, tel un nouvel oratorio non-dramatique (avec voix) pour une grande assemblée de la musique spatiale, tel le dernier à Toulouse en 2007 avec « De l'Extrême, la Musique de l'Extase » ** + de 3h30 heures de concert avec une 20aine de musiciens (dont le choeur de femmes hurlantes) et une double quadriphonie (et d'autres mineurs, bien que majeurs, entre-temps) proposons une composition collective (= une entente de propositions dans notre contexte de possibles crus impossibles) long-play en MARS à Mix'Art Myrys avec toutes celles et ceux qui désirent participer à cette aventure trépidante. 15 personnes jusqu'à présent ont sollicité travailler avec les Guitares Volantes ; en mars 2018, et à partir de maintenant, voilà l'occasion.

On doit alors toutes et tous se préparer pour ça.

a+
mathius

* pas celui de Ken Russel
**
http://centrebombe.org/extase.people.html
http://centrebombe.org/albums/2007.myster shadow-sky - de l'extase la musique extreme (pirates).zip

 

 

le 31

Le rythme-espace créateur de choréophonie (du grec ancien « khoreia » = danse et « phônê » = son)

Un exemple d'écriture de rythme spatial entre 6 haut-parleurs, dans un ensemble de 12, pour une choréophonie = un pas de danse spatiale hors-pesanteur :

exemple de rythme spatial entre 6 haut-parleurs dans un ensemble de 12 pour une choréophonie ; un pas de danse

18 sommets-impacts dans 6 parois de rebondissement (= haut-parleurs topophonisés) formant l'exemple de l'espace géophonique d'une choréophonie. Le rythme est simple composé de 4 valeurs : noire pointée, noire, croche, double-croche dans une mesure à 7 1/2 pulsations ou 15 pulsations. Cet exemple montre distinctement la différence entre un chemin et une trajectoire.

Or, il n'existe que 2 manières de générer de tels rythmes avec l'Orfeusz 206 :
1. soit à la main avec un joystick, avec le paramètre supplémentaire de pesanteur (ou de frottement),
2. soit par un séquenceur à travers une matrice MIDI, telle MIDI Yoke.

 

 

le 3 novembre

Les Guitares Volantes et le Théâtre Garonne

Aux musiciens : Le.paradoxe.du.Théâtre.Garonne.au.contact.des.Guitares.Volantes.txt

le 12 novembre

Les Guitares Volantes et le Théâtre Garonne

Aux Théâtre Garonne : Accorder.les.sens.des.Guitares.Volantes.a.celui.du.Theatre.Garonne.txt

 

 

 

 

 

The goal of the spatial ochestra Les Guitares Volantes
is to perform outdoor at night
with a set at least of 12 loudspeakers
on 3 levels: 1. Sky, 2. UnderGround (= under feet), and 3. Ears

 

. Rédaction du descriptif de l'ensemble les Guitares Volantes tel un traité d'orchestration destiné aux compositrices :
  for the ones who are excited to propose an unheard music to les Guitares Volantes.

 

 

La sono des Guitares Volantes est un ampli guitare grand comme une maison, voire un immeuble.
Dans lequel les écouteurs et les écoutrices viennent se baigner à vivre des sensations inconnues.

 

 

'The point was and is always:
never do something with what exists,
the point is:
create something that does not exist
(with existing things).'
Myster Shadow-Sky

 

Les Guitares Volantes events and performances dates
March 2018 Toulouse Mix'Art Myrys
November 2018 Krakow Audio Art

Etudes topophoniques
Etudes des trajectoires spatiales soniques

re tour à la table : des matières
back to the book: In the Sky, the Shadow's Noise