en français plus bas dans la langue
et bouts de l'histoire récente de la musique savante française
témoignages historiques de censure publique et la purge politique des artistes authentiques

 

myster shadow-sky - pomoc do groba
hi storical biophonic reference points:

short:

"Mathius Shadow-Sky is an inventor composer, but also one of the most censored artist during his life time *. Stripped of all means unlike his fathers such as Karlheinz Stockhausen and Iannis Xenakis, he creates unheard musics in our peculiar hostile cultural social environment. His extension of Western musical harmony, creating the next major Western musical theory, (including the classical tonal theory) entitled 'the Nonoctave Scalar Fields Harmony', where the infinity of music scales available cancels the 'false note' ideology as tool for discrimination, repression, and expulsion: our DRE cultivating the excessive fear against the difference. The Nonoctave Scalar Fields theory opens to audible harmonies still unknown. The consequences of the Scalar Fields music theory is very important for our human societies: it opens human minds to tolerate others. This means: aliens, strangers, foreigns are not anymore in danger and are not anymore considered as a danger. This is the greatest musical revolution since Johann Sebastian Bach, founder of the Western tonal classical music theory in the 18th century. Mathius Shadow-Sky introduced also the 'Ephemerode rhythm theory', the 'satellite' rhythm, the 'dephased rhythm' and 'hesitation gesture' in music composition to escape the global tendency of human mechanisation behaviour: the machines governing the humans. As well as the 'antiwar game-form' with Ludus Musicae Temporarium in 1980, the 'parasitic-form' with Before Eve & Adam & After in 1983, the 'network-form' with the Ephemerodes Cards of Chrones in 1984. And recently the 'LLL the language of the lines' who rediscovers the forgotten chords. These all new theories and techniques created for the purpose to re-humanize the music = to stop to be performed by machines, to stop acting against humans. But above all, Mathius Shadow-Sky is the initiator, with Ourdission, since 1980, of spatial instrumental polytrajectorial music, as fluids turbulence movement of instrumental sounds flying in tridimensional space: by connecting an audio trajectory generator -or several- to a musical instrument to found the polytrajectophonic music. This to give birth to the choreosonic instrumental and orchestral polytrajectophonic spatial music. Mathius Shadow-Sky, in the 20th and 21th century, strove throughout his musical career to open our minds to the vibrational sympathy of the unknown which is the foundation of the music and the music's sense: to vibrate intelligence."

 

 

WEIRD? WHAT IS WEIRD?

Maxeen - Why your music is weird for the majority of human beings living during our life time?

Maxeen - Who provoked, and started your passion to music and to create music?

Mathius Shadow-Sky - As children, the unbelievable effect of what music can do to my body and my mind started everything. As children, how orchestral music can be a so strong enjoyment, started everything. And, by listening lot of music of all kind (live and recorded), I was mostly seduced by musicians who explore the unheard = things impossible at first sight, and in the rock and roll period (70s), what Jimi Hendrix did with his electric guitar (his abstract part) made on me a deep impression. Then (even before) I met the "avant-garde music" led in France by Pierre Henry and Iannis Xenakis, one making a music with synthesizers, the other with orchestras, and mostly acoustic instruments (but not only, his Upic was an incredible unique ever 1st digital synthesizer) and as architect, he introduced space in musical composition (Pierre Henry too in his way). Put these in a same can, mix them, and the result will be what I am creating since 40 years (with a exceed amount of unexpected external censorship: if my music today sounds weird it is mostly because of this political economical censorship). This to say, I am not coming from no where, but now here, continuing the development of what was started by my predecessors (including in musical theory too).

 

 

1/2 century of massive political censorship against French free music composers

* The musicologist Makis Solomos gave a name to this French national half century censorship of the arts and music: "The Restoration"

    The composer music works censorship was pointed out, for the first time, in 2000 (20 years after), 40 years in 2020, by the Greek musicologist Makis Solomos, in his text published in 2000: "Recent evolutions of contemporary music in France" [http://www.univ- montp3.fr/~solomos/lesevolu.html], where the musicologist is one to name, without developing or specifying, the political will to arrest the free contemporary musical creation: "A third current [of French composers] would include the libertarian (sic) overtures of the years 1960-1970 [started with John Cage in the 50s], born from the problematic of “open work” (= l'oeuvre ouverte) and having or not having evolved into musical theater and/or improvisation. The restoration that followed was ruthless, few names have survived. However, let us mention André Boucourechliev (1925-1997) or Vinko Globokar (1934)". Makis Solomos calls this political witch hunting of living free composers acting in their music "libertarian overtures" [= freedom overtures]: "The Restoration". The restoration of what? Ah! of the lost dictatorship?

. Notice that there is a close similarity between the 2 wills: Restoration and the Inquisition, both persecute people, artists and philosophers during a half of millenium between the 13th and the 18th centuries in Europe.
. Notice that most of composers of the 20th century, including Pierre Boulez (with his 3rd Sonata, composed in 1957) and Iannis Xenakis, was writing "open works" (libertarian) music compositions, followed and developed of what John Cage's new way of composing music brought to Europe in the 50s to free the classical command of the music score.
. The political "Restoration" against the new generation of free composers = half century hidden censorship (from the uneducated public) against the new generation of free composers, as artists we prefer the expression: The Authentic Artists Purge which is closer to the reality, than the word "Restoration" which implies that the 3 decades of freedom of art and music creation was wrong. Or: the politicians (from the bourgeois class) use the word "Restoration" to restore a cultural domination, and the artists use the word "Purge" to qualify this national original music creation censorship.
. The musicologist writter composer Jean-Yves Bosseur confirms this half century of French artists Purge.
. But this massive political purge of French free composers didn't really work, this for one essential reason: all purged composers are still alive continuing to create and compose music.

 

 

Mathius Shadow-Sky's music history by dates:

1961 _ Born in Paris the January 26 from a French mother from Greek origin (Suros family) and a Polish father from German origin (Kremer family) from French origin (Fouchet family).
1963 _ Heals from the deadly cholera
1966 _ Avoid deafness after 7 otitis
1967 _ Jazz guitar studies with gypsies.
1968 _ Classical music studies: classical piano then,
1969 _ Admitted in music school: in classical guitar class. First musical performance.
1972 _ First electric guitar at 11 years old
1973 _ Electric guitar performer in rock'n roll punk bands located in suburb of Paris.
1977 _ Leaving Paris to Warsaw. Student at the Warsaw National Music Academy with: Pr. Kotonski, Pr. Wiszniewski, in composition and electronic music.
_ performs jazz music with Polish musicians from music school in different jazz club, like Hybrydy, where he met the drummer Michal Zduniak.
1979 _ Leaving Warsaw to Paris, student at the University of Paris VIII, Paris VI Jussieu, Paris I Sorbone and at Ircam with: André Riotte, Giuseppe Englert, Costin Miereanu, Gilles Deleuze, Daniel Charles, Ivanka Stoïanova, Emile Leipp, Iannis Xénakis and Pierre Boulez, etc. Get his Master degree in 1987 with Daniel Charles and his PhD in 1991 with Iannis Xénakis.
_ Copy-art creation and exhibition in several art galleries and in the street of Paris. Collaboration with the artist Henri Schurder: exhibition-happening until 1984 under the pseudonym: Sado.
_ First orchestral composition with "Cauchemar Atomic" for electric guitar orchestra.
_ First conception and writings of polytrajectophonic instrumental space music.
1980 _ Starts the trans-cription of a clay tablet discovered in Indus Valley dated back to 3000 years BC, in today musical pictogram.
_ Creation and recording of "Ludus Musicae Delirium" the first music with an anglepoise lamp as musical instrument: the archisonic lamp (a musical instrument ready made).
_ Starts research and creation of experimental musical instruments : the Archisonic lamp, the Pvc Sax, the Arco Guitar Couchée, device of real time electronic treatments of acoustic instrument and trajectories of sound in 3D space.
1981 _ residency at Ircam 1981-1984
_ begining of the LOIn = Laboratoire d'Ondes Inattendues nomades or : The Unexpected Music Space Lab projects with devices, sonic architectures, musical instruments edifices, as the vibrating floating inflatable buildings in the air (with the audience floating inside)
.
1982 _ First enormous compositions in time and space: in huge architectural volumes, with infinite duration - "Les Ephémérôdes Cardent les Chrônes", "Rion Riorim", "Tension".
_ First inflatable sonic architecture released: "Ourdission", music for 3 flutes spatialized in 3D spiral trajectories inside the soft building.
_ invited by Maurice Fleuret to perform "Ludus Musicae Temporarium" as a theater music in Arc at the Musee d'Art Moderne de Paris (concert censored by the mayor of Paris)
1983 _ Composition (with special appropriate notation for complex sound spectrum), recording, and performing at Ircam and all over the Europe of "It is impossible to give a title to this phenomenon because the unknown beyond the extreme edges of space and time has no name" music for wood bowed classical guitar: the Arco Guitar Couchee.
_ World premiere of Ourdision in London
_ The Editions Salabert refuses to publish his scores after being invited to be published
1984

_ world premiere of "It is impossible to give a title to this phenomenon because the unknown beyond the extreme edges of space and time has no name" at Ircam
_ Disappointed by the lack of possibilities to release his works, he leaves Ircam and the French clan of contemporary music
_ "post free-jazz" tour through Europe (Belgium, Germany, Poland) as trombone, arco guitar couchee, and electric guitar player.
_ Invited by Etienne Brunet to joint his band with Pierre Bastien to perform in Paris among Jac Berrocal and others, the 80s underground current of musical avant-garde.

1985 _ Founds in Poland the music ensemble "Ono Lulu filharmonia" with Michal Zduniak (drums) and Tadeusz Sudnik (synthi EMS AKS).
_ Jean Weinfeld (1903-1991), Bauhaus student and creator of the FONICS (New Forms for Strings Instruments), ask him to create original music for his strings sculptures.
_ Mathius Shadow-Sky creates the concept album "Dïngx" with 3 Bauhaus instruments : first Bauhaus music ever.
1986 _ Creates and records the album "Je Suis d'Ailleurs" with the Ono Lulu Filharmonia in Poland and Justina Jarzabek (mezzo soprano) as guest.
_ Gets shot by the police in a communist country (without being deadly hit) by authority abuse
_ Records the compositions for objects, tourist musical instruments not for music: the "6sssssseX+2eX" album.
1987 _ Founds officially his independent recording studio "le centre de la bombe" (the centre of the bomb) in Paris already in activity since 1980.
_ Writes and records "Les Explorations de Paroles Saint Ethiques" for his untempered 9-ton-electric-guitar he mades during his tour in eastern Europe in 1984.
1988 _ Creates and records "La Commedia del Suono" with Ono Lulu filharmonia in Poland with Olga Swajgier soprano coloratura, Michal Zduniak percussion, Tadeusz Sudnik synthesizer, Marcin Krzyzanowski cello, piano, and myster shadow-sky composition direction and all other instruments.
_ Les Percussions de Strasbourg perform his game Ludus Musicae Delirium with a set of anglepoise lamps, thanks to Michel Redolfi.
1989 _ Founds the "Trio Fonic" in Paris with Pierre Bastien and Jean-François Ott with twelve second generation Bauhaus cubic colored strings instruments conceived by Jean Weinfeld.
1990 _ Records in Paris with the Trio Fonic his and Pierre Bastien's compositions together in the "Bauhaus Neofonic" album.
_ Creation at Bourges of the "SpectàCul à l'air, hein!", the Quasi Opera with Ono Lulu filharmonia, 2 giant puppets musical instrument: Ono, the huge drum, and Lulu, the huge bell, and 3D sound trajectories inside an invisible pyramide of sound.
1991 _ Leaves Paris for the Pyrenees to found his recording studio called le Centre de la Bombe.
1992 _ Composes and records "4 Taboo Song" with the Polish pop singer Karioka.
_ Starts the records label: les disques du centre de la bombe.
1993 _ Starts the writing of "La Farsa Del Sonido", music for 7 keyboards and big orchestra.
_ Composes and records "Opera [tion] Della Bocca d'Amore " a tribute to Dimitrio Stratos, solo a capella vocal pieces.
1994 _ Finishes "Strange Night with Myster Shadow Sky" electrorhythme music, out of techno style.
_ alive after a deadly car crash
1995 _ founds "2 Lamplayers 5000 Years After", to give the first musical full version, of the Indus Valley clay tablet: the Genoscopic Kalandar.
_ Records the music "5000 Years After, Music from the Genoscopic Kalandar".
_ composes and records "Mangé" eaten eat for his voice and real time digital device fx.
_ "Spatial Tones" discovery with the creation of Shadow-Sky-Teub-System a quadrophonic speed up duplicated sound in space
1996 _ Creates the music series "XX CENTURY CONTEMPORARY COMPOSERS RE:COMPOSED PROJECT" for Le Disque du Centre Bombe records label (the disc in the center of the bomb).
_ Creates and conducts the big symphonic orchestra, the Trans-Cultural Syn-Phônê Orchestra and record the "Syn-Phônê NO1 : le Boxon Ensemble".
_ Start of the epidemic of transcultural symphonic orchestras all over the world.
_ records the composition "6 Milliards de Voix Sans Air" for handled voices.
_ Spectacular mistaken arrest by several police cars, violently threatened with guns by the French police
_ Leaves France to the United States.
1997 _ performs and records "aLive In New Europe AD" with 2 Lamplayers 5000 Years After.
_ founds the electric band S.P.O.R.T. = the Specialists of Problems Obscene Racist & Taboo.
_ records and composes "To Be Definitively Done with Religion", starting the concept of "To Be Definitively Done with..."
_ composes, performs and records the "Syn-Phônê NO2 : the beautiful chaos" with the Trans-Cultural Syn-Phônê Orchestra of Forgues.
_ resident in the United States: Miami two years then Appalachians mountains.
1998 _ in Miami, he composes and records "Knots System in Miami" with Ronald David Laing book: Knots. He experienced with 30 meters inflatable muff-tube, gigantic puppet articulated limbs, handled by propelled air, shaping an inflatable cabin above the audience. World premiere at the Subtropics New Music Festival.
_ he organizes at the University of Houston, during his master class of collective composition, the "Collective Composition Music Makers Artchestrâ" with his students to give a multimedia show in a warehouse of downtown Houston.
_ birth of the center of the bomb web site with most of myster shadow-sky's works, projects, music, score, etc., webart creation: 1, 2, 3, 4, pictorial works: 1, 2, and theoretical poetical texts.
1999 _ American custom refuses him to go back to his family in the United States, after giving a lecture at the University in Quebec At Montreal entitled "multimedia or multimania? The collective imaginative reality".
_ stays and works in Montreal on different projects of inflatable sonic buildings, among others: "la forêt gonflable chantante the singing inflatable forest" on a lake of one square kilometer, and the Trans-Cultural Syn-Phônê Orchestra of Montreal with 100 musicians Amerindians included + creates also in Montreal the first computer symphonic orchestra in music history, ruined by the SAT (Society of Arts and Technology) with sonic and video computers artists.
_ leaves Canada to Brazil to stay in Rio de Janeiro to be called to teach at the school of music and university of Rio de Janeiro, but it did not happen, the money was stollen.
2000 _ composes and records in Rio de Janeiro, the album "Tha Raw Voice of Cooked Exile".
_ in Rio de Janeiro he writes: "3 Ephémérôdes Partis du Milieu de la Bombe" for 3 spatialized grand pianos surrounding the audience (2010: 3 interpretations on prime number scales).
_ in Rio de Janeiro he writes: "Situations Innommables, Situation Innommable dans la Langue, où le Goût Etrange-r à la Parole Incompréhensible" for 12 spatialized strings among the audience.
_ finishing his electrorhythme music album: "Oh, a Shadow In The Sky!".
_ creation of Ourdission generation 2 in Montreal, a giant musical instrument soft and interactive building: the bionic refuge harp.
_ threatened by the Brazilian police with guns
_ threatened by a pimp with gun in Montreal
2001 _ back to Paris to find governmental financing to create Ourdission generation 2 in Montreal, and the Trans-Cultural Syn-phônê Orchestras over the World: One year of work: no financial help for shadow-sky art in France.
2002 _ stays in Paris to work his robotic opera "No Things, l'Encyclopédie des Dauphins", for 8 mechanical robots with 87 artificial voices, 2 alive dolphins, 1 chimpanzee with no hair and a character of light, based on the comic book: Fragmentos de la Enciclopedia Delphica by Miguelanxo Prado.
_ composes and records "23 musical miniatures for the television"
_ birth of the OVO concept: the Organized Virtual Orchestra
_ in November, composes and performs "Jeux & Interdits" a concerto for his 9-ton-electric-guitar, voice and orchestra of clones in space trajectories. Paris Torcy.
2003 _ January, 2 Lamplayers 5000 Years After back on stage: at Lille CRIME festival.
_ the first CD of the collective work "Karlheinz Stockhausen Re:composed by Artists in the center of the Bomb" is done. But the French SACEM forbid to release the CD.
_ creation of the Anti-Sacem foundation
_ composition and recording of The Lamplayer & the Machines : "Time has no Age" an other Oganized Virtual Orchestra of 164 archisonic lamps.
_ first recording of the second album of S.P.O.R.T. "To Be Definitively Done with Democracy"
2004 _ January, back to Toulouse to found the symphonic orchestra: the Trans-Cultural Syn-phône Orchestra de Toulouse
_ to create the syn-phônê NO3 "Nos Traces de Vies à Titre Provisoire = Our Temporarily Life Sign".
_ continuation of the music work with S.P.O.R.T. "To Be Definitively Done with Democracy"
_ September, sonic installation "the fishwomen dream = le rêve des femmes-poisson" imperceptible music by mask effect of water sound. This work for the artist Dorota Sadowski pool installation.
_ first album from the "boring spaces: mu-sic pour espaces ennuyeux" concept of "waiting music for boring rooms" started in 1994 with the new computer tools for sound.
_ first constitution of the Shadow-Sky-Ensemble with 19 musicians, artists and technicians: an orchestra to create his opera bouffa "La Farsa Humana".
_ first vocal test and vocal dance performance in the concrete cistern of 15 meter high to 9 meter large for TEST-aimant an other opera .
_ release of the book: « Les Chercheurs de Sons » by Gérad Nicollet, editions Alternatives, with the Lamplayer Myster Shadow-Sky and his Archisonic Lamp.
2005 _ January, start writing the opera « La Farsa Humana » libretto and score overture. Creation of the Shadow-Sky-Ensemble for this opera with 19 musicians.
_ March, all his albums from 1979 to 2005 are in free download on the Internet in mp3 format (including CD cover) at http://acarien.nokods.org/creations/musiques/Myster shadow-sky (OML non commercial)
_ TEST-aimant multimedia electronic opera start writing for: solo voice, cloned voice choir, two virtual voices, and one artificial voice in concrete cistern of 15 meter high to 9 meter large as private stage: the matrix (with no audience) and broadcast far away elsewhere in the 3D Visio-Sonic Cube (with the audience inside) on six video screens with moving sounds ballet.
_ in June, last recording of S.P.O.R.T. album "To Be Definitively Done with Democracy" (four pieces only on twenty one).
_ May, June, July, and September, performances of the Lamplayer & the Machines new creation: "Inside of my Aliveness" ("à l'intérieur de mon vivant").
_ every month from September, creation of the sonic saga « les lézards étranges des univers improbables = Strange Lizards from Improbable Universes »
with 5 different Shadow-Sky-Ensemble formed with musicians of the Trans-Cultural Syn-phônê Orchestra of Toulouse.
_ December, uncreation of the syn-phônê NO3 "Nos Traces de Vies à Titre Provisoire = Our Temporarily Life Sign" with the Trans-Cultural Syn-phônê Orchestra of Toulouse at the Halle aux Grains of Toulouse (the one place for symphonic concert in Toulouse which belong to the town council), canceled by the Toulouse city Mayor decision.
2006 _ in January duo with Aloof Proof (electronic guitar) and Myster Shadow-Sky (cello cubic from Bauhaus) « Alive in Unbelievable Universes ».
_ the last episode of « les lézards étranges des univers improbables » with the fifth Shadow-Sky-Ensemble, an anti-orchestra in consequences of local censorship.
_ May and June, creation of le Film Rouge = the Red Movie with Die Schneise Vorgangfall les Entreprises Glorifiées by the Martians, composed by Macrocoma (electronics), Donus (drums), and Myster Shadow-Sky (archisonic lamp, voice, movie editor): live performance with three video screening: le Film Rouge = the Red Movie.
_ October, Berlin: performances of the Lamplayer & the Machines: "Inside of my Aliveness" redone.
_ Berlin: the Berliner Trans-kulturell Syn-phônê Orchester started to be constituted in October 2009.
_ Proposition to the Kubus in Berlin at Tesla of Unisolable & Unduplicable, the recipe of freedom music with audio moving of soft walls in 3D space.
2007 _ May, June, July, creation of theatre music for the play calls: “Les Diseurs” (The Sayers) by the Monsieur Madame company of Maylis Bouffartigue.
_ June, creation of HELP inTension de secours a concerto for 4 orchestras, 2 trumpets, and video-wall.
_ October, starts writing his (work in progress) book “Dans le Ciel le Bruit de l’Ombre” (in the Sky the Noise of the Shadow) a new musical theory for XXI century futur music.
_ November, duet with the grindcore drummer Nicoblast to give drums' n guitar explosive music : "le centrebombe 5."
_ December, Founds an 18 musicians orchestra called l’Extrême Sonique Sans Concession Réuni to create in 20 days a multimedia erotic opera untitled: “De l’Extase, la Musique Extrême” based on Georges Bataille's (1897-1962) writing: l'Experience Interieure, l'Erotisme, l'Histoire de l'Oeil. First appearance of the Screaming Women Choir.
2008 _ February, records the (garage) album "5 Explosions" with the drummer Nicoblast
_ beginning of the "war" against the hypocrite "politique culturelle", Mathius Shadow-Sky starts writing letters, articles in different Internet publications to make understandable the lie of politicians, economy, knowledge, cultural actors, employees, etc.
_ his book “Dans le Ciel le Bruit de l’Ombre” become an analysis of Western society to understand our today mediocracy of arts: a manifesto for youth uprising against mediocracy.
_ in June he gives a performance: live at the Tapette Fest with the Extreme Sonique Sans Concession Reuni (blastdrums, electric guitar, and the Screaming Female Choir)
_ in October he creates his multimedia opera "les Rescapés de l'hégémonie culturelle" with 16 cultural survivors invited by Michel Mathieu in his theater "le Ring" in Toulouse. .
_ 2008, is the year of two censored creations: "Attentat" in January (the theater was afraid of the performance consequences?), and "Un Voyage Au Bout Du Possible de l'Homme" (based on Georges Bataille's (1897-1962) writing: l'Experience Interieure) in November. The theater was afraid of the performance consequences due to foggy stage design. That shows the incompetence of 2 Toulouse theater directors.
The theater is taken to court under the accusation of artists exploitation despite the grants the theater receives; the judgment will happen the February 15, 2011 in Toulouse.
2009 _ February and then March, creation of "Reconciliation" encompassing (englobante) electronic music with the "vibration of Universe" tuning everyboby on same feeling: stop being hostile.
_ Monday July 20 19:30, the city of Toulouse (France) confirms that they will never support the musical work of Mathius Shadow-Sky. Lundi 20 juillet 19h : confirmation (verbale avec témoin) par l'attachée culturelle de la ville de Toulouse que la municipalité de Toulouse ne soutiendra jamais le travail du compositeur Mathius Shadow-Sky.
The city of Toulouse will never support the work of the Toulouse composer Mathius Shadow-Sky, is it possible ? Yes.
Motif : "aucun contexte n'est propice à Toulouse pour votre création musicale" (sic). "No room in France for your musical creation" politicians said.
_ November 21, word premiere of "Les Complices du Silence" (silent obedient people) at Audio Art Festival (Krakow, Poland), concerto for unoctavian electric guitar, Bali & Irish flutes, voice and quadraphonic OVO (Organized Virtual Orchestra) with quadragraphic video projection released live by Delphine Depres.
2010 _ immobilized by illness, he devotes his time to write his ambitious (work in progress) book: Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre (In the Sky, the Noise of Shadow) where he treats subjects of musical techniques, presents his music since 1979 (with downloadable scores and music) as well as politics and philosophy: a treates to understand what is going on with today's arts: a manifesto for XXI century youth sonic uprising against mediocracy.
_ initiate the Meeting of Thinking Musicians (Ren-contres des Musiciens Qui Pensent) to cure our mediocracy in music.
_ Performence (and album) called ASSEEEEEEEEEEZ (enououououough) with the analogue Japanese synthesizer Korg Monopoly
2011 _ La Farsa Humana (an opera written in 2005) is given as a play by Michel Mathieu with le Theatre de l'Acte in January.
_ Paye-toi un nouvelle tête, a video released with 60 drawing portrait by the artist Nataly Nato
_ in September, STEIM invite Mathius Shadow-Sky in Amsterdam to perform and present his famous musical instrument "the archisonic lamp" (the third generation in wood made).
_ start writing "Bang Bang .0" a piece for surround orchestra : choir (32), strings (12), trombones (7), electric guitars (5), and percussion (3).
_ Envoûtant d'Amour, the score for strings trio (V, Cl, Cb) is done. This score is included in Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme.
2012

_ February. Release of the Artificial Speaking Girls Choir performing Georges Bataille texts from l'Experience Intérieure & l'Histoire de l'Oeil: # ObCD 55-2012 - 25:18 spoken choir music. This score is included in Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme. The Artificial Speaking Girls Choir album with 28 Georges Bataille's speaks.
_ April 25. Mathius come back on stage despite of his illness for the first world premiere of Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme (censored in 2008 reborn in 2012) music for fog, winds, shadows, virtual orchestra flying in 3D space, artificial speaking girls choir, acoustic drums, nonoctave electric guitar. In October, the 2d version Un Voyage au Bout du Possible de l'Humain for: fog, winds, shadows & light, audience, girls virtual choir, screaming women choir, strings trio, 4 trombones, acoustic drums, jinghu (Chinese violin), Bali gong, and nonoctave electric guitar.
_ May 27, premiere of his new solo performence called Music With No Name with fog, analogue Japanese synthesizer from 70s and Chinese violin called jinghu (from pekinese opera).
_ June & December writes and makes the music for the movie "l'Amour de son Prochain" directed by Benoît Maestre.
_ July, release of Comment Je t'Aime, a spoken trance music album # ObCD 56-2012 - 1:20:58
_ September 8 & 28, world premiere and performence of an electronic wood percussion orchestra with analogue synthesizer called "Try to Catch Me, Charles!" with Henri Demilecamps.
_ October 25 world premiere of Un Voyage au Bout du Possible de l'Humain with 16 musicians.

2013 _ January, planning the creation of musical ceremony The Ephemerodes Carde of Chrones & The Atirnons Wanderers of Times mixing opera institution with a squat of artists in the city of Toulouse.
_ February, the third concert with Aloof Proof (once every decade): A Brief Return to Earth in Barcelona
_ March, release of the album of the movie "l'Amour de son Prochain"
_ June, first meeting with the drummer Bertrand Fraysse to give a new musical style called The Plan of the Shadow Sky's mystery with friends.
_ July, release of the album with Aloof Proof: A Brief Return to Earth
_ October, the 13h, the premiere of 2 hours of music with Bertrand Fraysse (drums & gongs) Mathius Shadow-Sky (Dan Tranh, Erhu, nonoctave electric guitare, inharmonic analogue synth), and Christophe Deflorenne (lights): The Secret of the Strange Modules.
_ December, the first premiere (without opera voices) of The Ephemerode Cards of Chrones without The Atirnons Wanderers of Times
2014

_ February, the Toulouse opera house director ruins one year of accommodation and negotiation to create Les Atirnons Erreurs des Temps and the opera À Tolerancia.
_ The Tetalab, a group of hackers from Toulouse joints The Ephemerode Cards of Chrones to realize its MOVING 3D MUSICAL SCORE from the Scalar Fields theory. A 3d new musical notation in mouvement for futur intelligent music.
_ Starting the Anarkhia Symphonic Space Orchestra, a symphonic transclass orchestra without conductor to perform unknown original music.
_ The Secret is the first non-cultural music trio of light wave and sound. June at Mazamet: Secret Ceremonial from day to deep night.
_ September release the album of the Ephemerodes Ghost, an other testimony of his Nonoctave Scalar Field Harmony started 32 years ago.
_ November the Polish premiere of the Ephemerodes Cards of Chrones in Krakow at Audio Art.
_ December 8: the birth of the Anarkhia Together Performing the Space for the Anarkhia Symphonic Space Orchestra.
_ December 30 release the Ephemerode Cards of Chrones live in Krakow album

2015 _ Winter (4 month): orchestration of the Shadow-Sky's music fragments used in the movie The Vibrations by Benoît Maestre to create a unique piece
_ March, April, May: 20 years after, release of The Lamplayers' Book (their history) with the album: 5000 years after, the music from the genoscopic kalandar (4595 years to be precise)
_ June: release of the album: Does It Rain, In Outer Galaxies? mixed massive electronic music (not appropriate for dance floor)
_ September: release French premiere of the movie: The Vibrations at the Son Miré festival with the Myster Shadow-Sky's music
_ September: live premiere of the first 3 pieces from the album: Par les PLIS des UNIVERS pLIéS, la Bouffe Passe (appropriate for open mind dance floor) at the Son Miré festival (first one listenable here) with Marek Choloniewski (interactive electronic)
_ October: Mathius Shadow-Sky avoids the death by cancer, starting a new cure
2016 _ Composes in French the book: NAKED, the book of Forgotten Reflection (the contradictions of the Social Sexuality) during his cure
_ June: gigs and lectures in Chicago (missed by being captured by his daughter in Washington D.C?).
_ October: Valenciennes: creation of ADAPTATIO. Hey! Babies are Escaping! for spaced trio (trumpet, percussion and guitars + keyboards), at Art Zoyd Studio.
_ November: his come back on stage after his long illness with Aloof Proof and Bertrand Fraysse for the ultimate sublime music: TOTAL EXTATIC MUSIC.
2017 _ February: Art Zoyd has decommisionned the commisioned music ADAPTATIO. Hey! Babies are Escaping! and from others, not much effort to save the sinking music work!
_ April: Stockholm at EMS, creation of a music-movie about the contradictions and the paradox of music in our mediocratic societies called (for now) DEi SOLATO, the Swedish Affair.    POSTPONED filmusic project to 2018? not much interest communicated by the Swedish!
_ June: releasing the album HUMAN MUSIC with the Japanese voice of Minami Saeki.
_ July: the take off premiere of Les Guitares Volantes, the first flying electric guitar orchestra in music history: will create polyspatial music orchestra with live space moving sound.
_ August postpone to December postpone to 2018: release of the book: The Book of Ephemerodes, published in English and French by Frédéric Acquaviva in Berlin and Paris.
_ November: decision to create an oratorio called 1968 on youth uprising in 1968 in France.
   The music composition will be collective shared with other composers for 100 singers and 100 musicians in space, does it?
_ Les Percussions de Strasbourg propose to create Tension muscular music written in 1982 (30 years after the performance of Ludus Musicae Temporarium in 1988).
_ December 8: releasing the album The Unanswered & Unasked Questions silent music to forget and to think (a variation of Charles Ives' The Unanswered Question).
_ December 21: the ORATORIO 1 9 6 8 is censored by Mix'Art Myrys => break with this false free artists collegiate (after 10 years and 6 unpaid big music creations).
2018

_ Les Guitares Volantes indoor in Toulouse: March at Mix'Art? censored. June at Exprmntl? an insider destroyed the polyspatial music venue.
_ Les Guitares Volantes
outdoor elsewhere in Europe, working for: Berlin Tempelhof, London Hyde Park, Zurich Wollishofen park, New York Central Park, etc.
_ OROATOIRE des Désobéissances: censored by the mayor of Toulouse. This choir music has to be done as an opera combined with film set for outdoor shooting.
_ September: Les Guitares Volantes invited by the city of Blagnac to perform outdoor at the park des Quinze Sols in Blagnac (near Toulouse) postponed to?
_ October: Paris, Acquaviva Editions publish the matrix board from the Language of the Lines invented music theory for the OROATOIRE of Disobediences.
_ October: Paris, exhibition of the Language of the Lines matrix board for 4 voices or any instrumental quartet + The Book of Ephemerodes.
_ November: Les Guitares Volantes at Audio Art in Krakow Poland perform the premiere of THE EXTRACTION OF THE TRIUMPHANT BEAST
_ December: Grün Berlin forbids Les Guitares Volantes polytrajectophonic orchestral music to perform at Tempelhof (4km² of green field).
   The reason? the polytajectophonic music historical premiere will perturb the skylarks! A joke?
Berliner ecologists seems very serious about to censor music in the city.

2019 _ February 17, Les Guitares Volantes premiere in Toulouse Ring-Triceratop invited by Arnaud Romet.
_ The vocal quartet Les Voix Filantes in birth
_ March, start the recording the Shadow-Sky's solo album LIVING the Human Species with his lonly electric nonoctave inharmonic guitar at the Centre des Musiques Spatiales de Toulouse.
_ April, start the recording the album: The Extraction of the Triumphant Beast by Les Guitares Volantes at the Toulouse Home Centre for Spatial Music.
_ December 1, release of the first historical album of spatial instrumental music for domestic context: VIVRE l'espèce humaine 3Gb of multichannel audio files and book in French
2020 _ January 17, Vincent Favre & Mathius Shadow-Sky 17 years after perform again together at Archipel art galery.
_ May, the composer files with the international organization Freemuse his testimony of 40 years of censorship towards his musical works. And reveals the lie of the organisation.
_ Les Guitares Volantes record its 1rst octophonic domestic album renamed: Neither Beast, nor God, nor Monsters [expected being released in September]
_ The Dance of Mad People performed by Les Guitares Volantes will be released separately in an other album probably in October or November or December as a single.
_ September 1: release of the album "Neither Beast nor God nor Monsters only figures of the worst that does not concern the real" by Les Guitares Volantes
_ Septembre, creation of the opposite side of The Dance of Mad People: The Austere Ascetics (believing being wise men), composed through the "almost nothing music form" started by Erik Satie, then Anton Webern, following by John Cage and Luc Ferrari, for "the single" entitled THE EXTRAACTION OF OUR TRIUMPHANT ORDINARY MADNESS by Les Guitares Volantes.
_ October 13: release of the album THE EXTRAACTION OF OUR TRIUMPHANT ORDINARY MADNESS by Les Guitares Volantes.
_ December 1: release of the album MYSTERIUM AERIUM by Les Guitares Volantes
2021 _ March 15, release of the 4th album by Les Guitares Volantes : Les Guitares Volantes Play the Ephemerodes Card of Chrones music game
_ March 21, release of the solo album: 2021 FROZEN FREEDOM
_ April 1, release of the 5th album by Les Guitares Volantes : Respire ! Il fait beau = Breathe! It is a beautiful day!
_ May 1, release of the 6th album by Les Guitares Volantes with baby Solune: SATURE

 

"I always hated this easy think,
supported by most musicologists,
to explain the sense of the composer music works
linked with his personal life as:
'He beloved Ximena who died in 1989, it is why he composed sad music'
(sic)"

 

links: mystery mathius ?

|• news

|• myster shadow-sky encyclopaedic presentation published at Wikipedia (censored since 2007 by Wikipedia)
|• situation & identification du musicien
|• myster shadow-sky by Gerard Nicollet

|• the center of the bomb home page

|• the alternative center of the bomb entrance page
|• the center of the bomb mapping page
|• the center of the bomb records label
|• mathius shadow-sky short presentations (engl) en "5 lignes" (fr)
|• myster shadow-sky Hi Story 1967 - 2000
|• myster shadow-sky list of works
|• myster shadow-sky discography
|• la musique de myster shadow-sky
|• impressions about shadow-sky' music
|• "we believe in freedom of music" the center of the bomb free audio public archives
|• le livre évoluant "work in progress" In the Sky, the Noise of Shadow (in French)
|• myster shadow-sky's free downloadable discography

|• myster shadow-sky's incoming gigs, performances, and concerts
|• myster shadow-sky's MUSIC in waiting for commissions & residencies

 

 

"Where are you Myster Shadow-Sky?

Maria - I don't understand why Mathius Shadow-Sky is not famous** like all others composers regarding all his musical works he created?
Medeiros - Mathius Shadow-Sky is born French in Paris, too late or too soon, in the second half of the 20th century, the others are born British, American (from New York), German and Japanese (before and after).
Maria - And...?
Medeiros - Does he really care being famous?
Maria - What it is important is that he is continuously creating new approaches for music and people.
Medeiros - Fame steals your time of creation, and for what? to stand as an idiot or a hypocrite in the middle of a crowd.
Maria - What about French people behaviour? especially with art and music.
Medeiros - Most of the French people? They don't like each others (they even can hate each other for nothing, with no motivation). It is why they never support each others, indeed they harm each other by doing nothing. The French, they look for something else, elsewhere, ignoring what they have here and now. It is why they permanently complain: because they cannot consider what they have here and now, they consider only what they don't have.
Marc - And most of all: the French don't like music. They prefer to eat in restaurants. The French do not listen music for pleasure, neither for enjoyment, they listen music for fashion. If any music doesn't fit the current fashion, this music is ignored. The French, they submit themselves to life socialite, because they care first more about their own reputation. It is why French festival and concert hall directors avoid to program French musicians. You can now understand why the French born talented original artists, like Shadow-Sky who since 40 years remains an obscure composer without any means and public support to realize most of his many music he created since 1979 that require people's investment, beyond what he realised by himself without any help (like his spatial music recording studio, or his symphonic orchestras in the 90s, etc.) are absent from most popular festivals and concert halls.
Maria - Also there is since half century a strong political intention to erase the free avant-garde current of music composition and creation in France.
Medeiros - And from the other nations?
Maria - They don't help foreign composers, this because of the "cultural war (= competition) between nations" (sic) started by the US (read The Origin of Mediocracy, here below). So, since 40 years, Mathius Shadow-Sky is stuck in this rejection by his own people, from which he cannot get out to obtain the means to realize most of his musical creations and compositions. Knowing the means are not lacking. But that hostility never stopped him from composing and creating music, even from inventing new music behaviours, new musical theories and producing his records. This national censorship only prohibits Mathius Shadow-Sky to create all his ambitious compositions in public. But knowing what and for what exists the public, is it really a loss?"

Note
** A minimal fame for artists is important to live out of total poverty which is relative in our rich countries and fame has noting to do with merit neither with winning competition.

 

 

The origin of Mediocracy [txt 5Ko] (or what it means competition in art and music?) explained by the composer.

 

 

7 vies du myster shadow-sky
7 lives of the myster shadow-sky

 

dOnations, suppOrt (gift) tO the cOmpOser Or: sharing prOfits
lOgistic suppOrts to release the electric spatial music OutdOOr, cOntact the cOmpOser

 

 

.

.

Version Française

Le Mystère de l'Ombre du Ciel, alias Pomoc do Groba
repères biophoniques historiques datés

 

intro

Trad. 1

 « Au XXe et XXIe siècle, Mathius Shadow-Sky est un compositeur inventeur, l'un dont sa musique est la plus censurée durant sa période de vie *. Dépouillé de tous moyens, contrairement à ses pères tels Karlheinz Stockhausen ou Iannis Xenakis, et autres, il conçoit dans un contexte social particulièrement hostile l'élargissement de la théorie musicale occidentale, un nouveau solfège incluant l'ancien qu'il nomme « l'harmonie des champs scalaires nonoctaviants » où l'infinité d'échelles, modes et gammes musicales annule la « fausse note » (la discrimination, la répression et l'expulsion (la peur de l'autre inconnu = le racisme envers la différence) pour ouvrir un espace harmonique inconnu. Les conséquences de l'harmonie musicale des champs scalaires et des formes musicales à liens en réseaux ouvrent les esprits à la tolérance de l'autre (l'étranger différent) et à la curiosité envers l'inconnu au lieu de l'effroi de l'époque se réfugiant dans la routine de la nuisance. Les champs scalaires nonoctaviants est la plus grande révolution musicale depuis Johann Sebastian Bach fondateur de la théorie musicale classique occidentale des multiples tonalités au XVIIIe siècle. Il introduit l'hésitation rythmique, l'élasticité rythmique Ephemerôde, la forme jeu avec Ludus Musicae Temporarium, la forme réseau, la forme parasitaire, etc., pour oeuvrer au processus de démécanisation banalisé de la musique (à l'aide de la désobéissance). Mathius Shadow-Sky crée aussi de nouvelles techniques instrumentales et surtout la musique spatiale polytrajectophonique, il est l'initiateur avec Ourdission de la musique instrumentale en trajectoires spatiales en 1980, celle qui branche un générateur de trajectoire avec un instrument de musique en concert, voire plusieurs, en orchestre (spatial) qui invente la musique choréophonique instrumentale orchestrale (avec sa topophonie). Mathius Shadow-Sky s'est efforcé durant toute sa carrière musicale à ouvrir nos esprits à la sympathie vibratoire (aux inconnues) qui est le fondement même de la musique : l'intelligence vibrante. »

Trad. 2

 « Mathius Shadow-Sky est un compositeur inventeur, mais l'un des plus censurés de son époque *. Dépouillé de tous les moyens contrairement à ses pères tels Karlheinz Stockhausen et Iannis Xenakis, il crée des musiques inouïes dans un environnement social et culturel particulièrement hostile. Comme son expansion de l'harmonie, créant la prochaine théorie musicale occidentale (incluant la théorie tonale) appelée « Harmonie des Champs Scalaires Nonoctaviant » où l'infinité des échelles de musique disponibles annule la « fausse note » en tant qu'idéologie de discrimination, de répression et d'expulsion (DRE => la peur de la différence). La théorie des champs scalaires nonoctaviant ouvre une harmonie encore inconnue et a pour conséquence d'ouvrir les esprits à tolérer les autres, c'est-à-dire à ce que les étrangers ne soient plus en danger. Il s’agit de la plus grande révolution musicale depuis Jean-Sébastien Bach, fondateur de la théorie de la musique classique polytonale occidentale au XVIIIe siècle. Mathius Shadow-Sky introduit également l’élasticité-rythme des Ephémèrôdes, l’hésitation-rythmes satellites et déphasiques dans la théorie musicale ainsi que la forme-jeu avec Ludus Musicae Temporarium, la forme-parasite avec Avant Ève & Adam et Après et la forme-réseau avec entre autres La Langue des Lignes pour arrêter de jouer la musique comme des machines). Mais surtout, Mathius Shadow-Sky est l’initiateur, avec Ourdission, de la musique polytrajectorielle instrumentale spatiale (turbulence des fluides) depuis 1980 (celle qui associe pour un concert live un générateur de trajectoires spatiales, ou plusieurs, à un instrument de musique polytrajectophonic orchestra) pour interpréter la musique spatiale polytrajectophonique instrumentale et orchestrale chorégonique. Mathius Shadow-Sky, aux XXe et XXIe siècles, a tout le long de sa carrière musicale ouvert nos esprits à la sympathie vibratoire de l'inconnu qui est la base du sens de la musique : faire vibrer l'intelligence. »

 

 

* Le musicologue Makis Solomos a donné un nom
   à cette censure nationale des arts et de la musique : « La Restauration »
(sic)

Cette censure des compositeurs est pointée pour la 1ère fois, après 20 ans de nuisance en 2000 et, 40 ans aujourd'hui en 2020, par le musicologue grec Makis Solomos dans son texte publié en 2000 : « Les évolutions récentes de la musique contemporaine en France » [http://www.univ-montp3.fr/~solomos/lesevolu.html], où il est l'un des seuls à nommer, sans développer, ni préciser, l'ampleur de la politique de censure envers la création musicale savante contemporaine libre en France durant la période 1977-2020 : « Un troisième courant engloberait [incertitude ?] les ouvertures libertaires [libertaire retient un sens politique péjoratif et partisan que les artistes ne sont pas] des années 1960-1970, nées de la problématique [?] de “l’œuvre ouverte” et ayant ou pas évolué vers le théâtre musical et/ou l’improvisation. La restauration qui suivit ayant été impitoyable, peu de noms ont survécu [bien que ces artistes et compositeurs soient biens vivants]. Mentionnons cependant André Boucourechliev (1925-1997) ou Vinko Globokar (1934). » Cette chasse aux sorcières politique (et économique) des compositeurs et artistes vivants incluant la liberté dans leur musique, nés après les années 50 et s'orientant vers les « ouvertures libertaires » (sic), Makis Solomos la nomme cette « chasse aux sorcières » : « La Restauration ».

Pourquoi nommer cette chasse inquisitoire (sans procès) « La Restauration » ?
Quoi s'agit-il de restaurer ? La domination hégémonique d'une dictature perdue ?

Nous savons que le mot « Restauration » est attaché historiquement au rétablissement de la monarchie après 1789. Mais la monarchie de la noblesse sera définitivement balayée par l'Empire. L'impérial de l'empire est une puissance de destruction colossale que la monarchie ne pourra jamais atteindre, pour la raison simple que les nobles apprécient l'ivresse du luxe qui a provoqué son effondrement. Parler de « restauration de la plénitude » représente un idéal de vivre constamment rassasié, ou, par la désirer, montre son absence alors que sa présence est intensivement cultivée pour ne jamais être perdue, surtout depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, où toutes et tous, riches ou pauvres ont expérimenté la réalité du manque. Si le musicologue Makis Solomos a choisi cette expression « restauration de la plénitude » pour identifier la politique culturelle de chasse aux sorcières des compositeurs rebelles à cette imposition politique de style (Gérard Grisey doit s'agiter dans sa tombe ! Ou, a-t-il assez réfléchi des conséquences d'adhésion à la suite des nombres entiers harmoniques instituée par Pythagore pour sa technique spectrale [= simplifiée] de la composition musicale ?), c'est que sa raison était commandée par une classe sociale oubliée : les restes de la noblesse qui s'occupe de choses mineures, comme le sort des artistes. Alors que la bourgeoisie aux commandes gouvernementales et de la finance mondiale et de la guerre mondiale, lui laisse, tels des restes, pour qu'elle s'occupe à tuer son ennui.

Cette chasse nationale d'1/2 siècle par la censure des oeuvres des compositeurs libres et indépendants de ce pays est confirmée par le compositeur musicologue Jean-Yves Bosseur : « Je ne peux bien sûr que rejoindre vos prises de position ayant été, moi aussi, depuis plusieurs décennies, mis à l’écart de la prétendue création musicale contemporaine en France. » (communication personnelle)

. Notons qu'il existe une similitude étroite avec l'Inquisition. L'Inquisition qui a persécuté les gens, les artistes et les philosophes pendant un demi-millénaire entre le XIIIe et le XVIIIe siècles en Europe.

. Notons que la plupart des compositeurs du XXe siècle, dont Pierre Boulez (avec sa Troisième Sonate, composée en 1957) et Iannis Xenakis, écrivaient des "œuvres ouvertes", développant la nouvelle façon de composer de John Cage, apporté en Europe dans les années 50.

. L'appellation « oeuvre ouverte » a été introduite par le sémiologue italien Umberto Uco dans son ouvrage du même nom publié en 1962. Mais comme dit le compositeur François Rossé : « À propos d'oeuvre ouverte... L'oeuvre est toujours ouverte si on la considère comme un espace de jeu et non comme une linéarité stricte [à obéir = à exécuter], c'est une question de pédagogie de l'approche de l'oeuvre... l'écriture donne un cadre de jeu, mais toute l'énergie qui s'y déploie au niveau de l'interprète est à inventer. (...) « L’oeuvre ouverte » reste historiquement un moment de remise en question de la partition linéaire pour essayer de lui donner un espace de jeu, mais c'était tout de même une liberté très conditionnelle liée aux caractéristiques de notre tradition occidentale trop exclusivement liée à l'écriture à partir de la fin du XIXe siècle. » (communication personnelle).

. Notons que cette Purge politique massive envers les compositeurs français incluant la liberté dans leurs compositions n'a fonctionné qu'à moitié, pour la raison simple que ces compositeurs purgés sont toujours vivants et ne se sont jamais arrêtés de composer et créer des musiques différentes, ni de les diffuser.

 

 

Histoire musicale du compositeur en faits par dates :

 

1961
_ nait à Paris le 26 janvier d'une mère française d'origine grecque (famille Suros) et d'un père polonais d'origine allemande (famille Kremer) d'origine française (famille Fouchet) elle-même d'origine galloise (famille Herold).

1963
_ guérit du choléra

1966
_ évite la surdité après 7 otites

1967
_ étudie de guitare jazz avec les manouches.

1968
_ études de musique classique : piano classique, puis,

1969
_ rentre à l'école de musique classique : le conservatoire en classe de guitare classique.
_ Premiers concerts publics.

1972
_ 11 ans : 1ère guitare électrique

1973
_ guitariste électrique de groupes punk rock dans la banlieue de Paris. Concerts catastrophes dans les salles de concert des institutions culturelles et les MJC : généralement censure du concert en coupant l'électricité de la salle qui engendre la colère du public qui se manifeste par la destruction du lieu, "celle de Vitry a été spectaculaire ! ".

1977
_ part pour la Pologne. Étudiant à l'Académie Nationale de Musique de Varsovie (actuelle Académie Chopin) avec les professeurs-compositeurs Kotonski et Wiszniewski, en classe de composition et de musique électronique. L'accès au studio de musique électronique de la radio à Varsovie lui est interdit.
_ Joue avec les musiciens de jazz polonais dans les clubs de Varsovie, tel : Hybrydy

1979
_ retour à Paris. Etudiant à l'Université Paris VIII, Paris VI Jussieu, Paris I Sorbonne et à l'Ircam avec : André Riotte, Giuseppe Englert, Costin Miereanu, Gilles Deleuze, Daniel Charles, Ivanka Stoianova, Émile Leipp, Iannis Xenakis et Pierre Boulez, etc. Il obtient son diplôme de Maîtrise en 1987 avec Daniel Charles et son doctorat en 1991 avec Iannis Xenakis.
_ création de copy-art et exposition dans plusieurs galeries d'art et dans les rues de Paris. Collaboration avec l'artiste québécois Henri Schurder : exposition-happening jusqu'en 1984 sous le pseudonyme de Sado.
_ première composition admissible par le compositeur avec « Cauchemar atomique » pour ensemble de guitares électriques.
_ première conception et écritures de musiques spatiales instrumentales polytrajectophoniques.

1980
_ début de la transcription d'une tablette d'argile découverte dans la vallée de l'Indus datée de 3000 ans av. J.-C., en pictogrammes musicaux d'aujourd'hui.
_ création et l'enregistrement de l'album « Ludus Musicae Delirium » la première musique avec une lampe Anglepoise (lampe d'architecte) instrument de musique : la lampe archisonic (un instrument de musique ready-made).
_ début de recherche et de création d'instruments de musique expérimentaux : la lampe Archisonic, le PVC-Sax, l'Arco guitare couchée, dispositif de traitement électronique en temps réel d'instruments acoustiques et trajectoires des sons des instruments acoustiques dans l'espace 3D xyz.

1981
_ début de résidence à l'Ircam jusqu'en 1984.
_ début de la formation du LOIn = Laboratoire d'Ondes Inattendues nomades ou : The Unexpected Music Space Laboratory avec des projets réalisés de dispositifs de spatialisations et transformations du son "en temps-réel" (sic) , l'élaboration d'architectures soniques, la réalisation d'instruments de musique édifices, dont les édifices flottants en structure gonflée vibrante (avec le public flottant à l'intérieur).

1982
_ premières compositions gigantesques dans le temps et l'espace : d'énormes volumes architecturaux, durée infinie - « Les Ephémérôdes Cardent les Chrones », « Rion Riorim », « Tension ».
_ première architecture gonflable sonore réalisée : « Ourdission », musique pour 3 flûtes spatialisées dans des trajectoires en spirale 3D à l'intérieur du bâtiment mou.
_ invité par Maurice Fleuret à créer « Ludus Musicae Temporarium » pour ensemble de lampes d'architecte dans le cadre de « musique en théâtre » à l'Arc du Musée d'Art Moderne de Paris (concert annulé par le maire de Paris).

1983
_ composition (avec une notation musicale spéciale pour spectre sonore complexe), l'enregistrement et l'exécution à l'Ircam et dans toute l'Europe de « Il est impossible de donner un titre à ce phénomène, car l'inconnu au-delà des bords extrêmes de l'espace et du temps n'a pas nom » musique pour bois courbé sur la guitare classique : l'Arco Guitare Couchée.
_ première mondiale d'Ourdision à Londres
_ les Éditions Salabert refusent de publier ses partitions après l'avoir invité à être publié.

1984
_ première mondiale de « Il est impossible de donner un titre à ce phénomène, car l'inconnu au-delà des bords extrêmes de l'espace et le temps n'a pas de nom » à l'Ircam
_ déçu par le manque de possibilités pour réaliser ses œuvres, il quitte l'Ircam et le clan français de la musique contemporaine.
_ tournée « Post free-jazz » à travers l'Europe (Belgique, Allemagne, Pologne) avec le trombone, l'arco guitare couchée, et la guitare électrique qu'il détempère.
_ invité par Étienne Brunet à rejoindre son groupe avec Pierre Bastien pour donner à Paris (parmi Jac Berrocal et d'autres) la musique avant-gardiste underground des années 80.

1985
_ fonde en Pologne l'ensemble de musique « Ono Lulu Filharmonia » avec Michal Zduniak (batterie) et Tadeusz Sudnik (Synthi AKS EMS).
_ Jean Weinfeld (1903-1991), élève du Bauhaus et créateur des FONICS (formes nouvelles d'instruments à cordes), lui demande de créer une musique originale pour ses sculptures à cordes.
_ Mathius Shadow-Sky crée le concept album « Dïngx » avec 3 instruments du Bauhaus : première musique créée du Bauhaus.

1986
_ crée et enregistre l'album « Je Suis d'Ailleurs » avec le Ono Lulu Filharmonia en Pologne avec Justina Jarzabek (mezzo soprano).
_ enregistrements de compositions pour des objets et instruments de musique touristiques non conçus pour la musique : l'album « 6sssssseX+2eX ».

1987
_ fonde officiellement son studio d'enregistrement indépendant « Le centre de la bombe » à Paris déjà en activité depuis 1980.
_ écrit et enregistre « Explorations Les Paroles de Saint Ethiques » pour sa guitare électrique non tempérée à 9 tons qu'il élabora au cours de sa tournée en Europe de l'Est en 1984.
_ se fait tirer dessus par la police des pays communistes (sans être touché)

1988
_ crée et enregistre « La Commedia del Suono » avec Ono Lulu Filharmonia en Pologne avec la soprano colorature Olga Swajgier, Michal Zduniak (percussions), Tadeusz Sudnik (synthétiseur), Marcin Krzyzanowski (violoncelle, piano) et Myster l'Ombre du Ciel (composition et direction et tous les autres instruments).
_ les Percussions de Strasbourg interprètent la musique ludique du Ludus Musicae (Delirium) Temporarium avec un ensemble de 6 lampes d'architecte pour les Manca de Nice grâce à Michel Redolfi.

1989
_ fonde le « Trio Fonic » à Paris, avec Pierre Bastien et Jean François Ott, jouant avec douze instruments cubiques et colorés du Bauhaus de la seconde génération conçus par Jean Weinfeld.

1990
_ enregistrement à Paris avec le Trio Fonic, ses compositions et celles de Pierre Bastien ensembles dans l'album : « Bauhaus Neofonic ».
_ création à Bourges de « SpectàCul à l'Air, hein ! », un Quasi Opéra avec Ono Lulu Filharmonia, 2 marionnettes géantes instrument de musique : Ono le tambour énorme, et Lulu l'énorme cloche et des trajectoires soniques à l'intérieur d'une pyramide invisible de sons.

1991
_ quitte Paris pour les Pyrénées, pour fonder son studio d'enregistrement appelé le Centre de la Bombe.

1992
_ compose et enregistre « 4 chansons Taboues » avec la chanteuse pop polonaise Karioka.
_ début du label de disques : Les Disques du centre de la bombe.

1993
_ commence l'écriture de « La Farsa Del Sonido », musique pour 7 claviers et grand orchestre.
_ compose et enregistre « Opera [tion] Della Bocca d'Amore » un hommage à Dimitrio Stratos, composé de pièces vocales solo a capella.

1994
_ finit l'album « Une nuit étrange avec Myster l'Ombre du Ciel » : musique électrorythme.
_ indemne d'un accident de voiture mortel

1995
_ fonde « 2 joueurs de lampes 5000 ans après », pour donner la première version musicale complète de la tablette d'argile de la vallée de l'Indus : le Kalandar du Génoscope.
_ enregistrements de la musique « 5000 ans après, la musique de la Kalandar du Génoscope ».
_ compose et enregistre « Mangé » pour sa voix et dispositif de traitements numériques en temps réel.
_ découverte des « tons spatiaux » avec la créationd du Shadow-Sky-Teub-System

1996
_ crée la série musicale « Compositeurs contemporains du siècle XX re:composés » pour être publiée par Le Disque du Centre de la Bombe aujourd'hui disponible sur Internet en libre téléchargement.
_ crée et dirige le grand orchestre symphonique, le Trans-Cultural Syn-Phone Orchestra et enregistre la « Syn-Phone no1 : Le Boxon Ensemble ».
_ début de l'épidémie d'orchestres symphoniques transculturels dans le monde.
_ enregistrements de la composition « 6 milliards de Voix sans air » pour voix manipulées.
_ arrestation erronée spectaculaire par plusieurs voitures de police, menacé violemment et mis en joue par la police française armée de pistolets
_ quitte la France pour les États-Unis.

1997
_ produit et enregistre « Vivant dans la Nouvelle-Europe Après J.-C. » avec 2 Joueurs de lampes 5000 ans après.
_ fonde le groupe électrique S.P.O.R.T. = les Spécialistes des Problèmes Obscènes Racistes & Tabous.
_ enregistre et compose « Pour en finir définitivement avec la religion » avec S.P.O.R.T. à partir du concept de « Pour en finir définitivement avec... »
_ compose, joue et enregistre la « Syn-Phone NO2 : le Beau Chaos » avec le Trans-Cultural Syn-Phone Orchestre de Forgues.
_ résident des États-Unis : Miami deux ans, puis les montagnes des Appalaches.
_ naissance de sa fille.

1998
_ à Miami, il compose et enregistre « Système de noeuds à Miami » à partir du livre « Noeuds » de Ronald David Laing. Il expérimente avec des manchons gonflables de 30 mètres de long, des membres de marionnettes géantes articulées, gérés par l'air propulsé, le façonnage d'une cabine gonflable au dessus du public. Première mondiale au Festival de Musiques Nouvelles Subtropic.
_ au cours de son master class de composition collective à l'Université de Houston, il organise le « Music Makers collective Composition Artchestrâ » avec ses élèves et donne un spectacle multimédia dans un entrepôt du centre de Houston.
_ naissance du site Web du centre de la bombe avec la plupart des oeuvres Myster l'Ombre du Ciel, ses projets, sa musique, ses partitions, etc., aussi des créations webart multimédia : 1, 2, 3, 4, des œuvres picturales : 1, 2, et des textes théoricopoétiques.

1999
_ la douane américaine lui refuse de rentrer chez lui retrouver sa famille aux États-Unis, après avoir donné une conférence à l'Université du Québec à Montréal intitulée « multimédia ou Multimania ? La réalité de l'imaginaire collectif ».
_ reste et travaille à Montréal sur différents projets de bâtiments soniques gonflables, entre autres : « La Forêt gonflable chantante » disposée sur un lac d'un kilomètre carré, crée le Trans-Cultural Syn-Phone Orchestre de Montréal avec 100 musiciens y compris les Améridiens (que les Québécois ont très mal pris) et Le Trans-Cultural-Syn-phônê Computer-Orchestra of Canada avec 100 artistes ordinateurs soniques et vidéo. Premier orchestre symphonique d'ordinateurs de l'histoire de la musique, mais ruiné par la SAT (Société des Arts Technologiques de Montréal) : « maudit d'Français ! » (sic).
_ quitte le Canada pour le Brésil : reste à Rio de Janeiro pour enseigner à l'école de musique et à l'université de Rio de Janeiro.

2000
_ compose et enregistre à Rio de Janeiro, l'album « La voix crue de l'exil cuit ».
_ à Rio de Janeiro, il écrit : « 3 Ephémérôdes Partis du Milieu de la Bombe » musique acoustique spatialisée pour 3 pianos à queue entourant le public (2010 : 3 interprétations sur des échelles de nombres premiers).
_ à Rio de Janeiro, il écrit : « Situations Innommables, Situation Innommable dans la Langue, où le Goût Etrange-r à la Parole Incompréhensible » pour 12 cordes éparpillées parmi le public.
_ termine son album de musique electrorhythme : « Oh, une ombre dans le ciel ! »
_ création de « Ourdission génération 2 » à Montréal, un instrument de musique géant en bâtiment mou et interactif : la harpe refuge bionique.
_ menacé et mis en joue par la police brésilienne armée de gros pistolets
_ menacé et mis en joue par un proxénète montréalais armé d'un pistolet

2001
_ retour à Paris pour trouver des financements gouvernementaux afin de créer Ourdission génération 2 à Montréal, et des financements pour réaliser les Trans-Cultural Syn-phone orchestras dans le monde : Un an de travail : aucune aide financière pour la musique du compositeur de l'Ombre du Ciel en France.

2002
_ séjour à Paris, travaille son opéra robotique « Non-choses, l'Encyclopédie des Dauphins », pour 8 robots mécaniques avec 87 voix artificielles, deux dauphins vivants, un chimpanzé sans poil et un personnage de lumière, opéra basé sur le comic book : Fragmentos de la Enciclopedia Delphica par Miguelanxo Prado.
_ compose et enregistre « 23 miniatures musicales pour la télévision »
_ naissance du concept de l'OVO : l'Orchestre Virtuel Organisé avec Jeux Interdits concerto pour guitare électrique et OVO.
_ En novembre, compose et interprète « Jeux & Interdits » un concerto pour guitare électrique à 9 tons détempérés, voix et orchestre de clones composé de trajectoires spatiales. Paris, Torcy.

2003
_ janvier, retour sur scène de 2 joueurs de lampes 5000 ans après : lors du festival du CRIME à Lille.
_ le premier CD de l'oeuvre collective « Karlheinz Stockhausen re:composé par les artistes du centre de la bombe » est fini. Mais la SACEM française interdit de publier le CD.
_ création de la fondation anti-SACEM
_ composition et enregistrement du Joueur de lampe & les Machines : « Le temps n'a pas d'âge » avec un autre Orchestre Virtuel Oganisé de 164 lampes archisoniques.
_ premier enregistrement du deuxième album de S.P.O.R.T. « Pour en finir définitivement avec la démocratie »

2004
_ janvier, reinstallation à Toulouse et s'efforce de fonder l'orchestre symphonique : le Trans-Cultural Syn-phone Orchestra de Toulouse
_ pour créer la syn-phone NO3 « Nos Traces de Vies à titre Provisoire » = Nos signes temporaires de vie à la Halle aux Grains de Toulouse (3 ans de négociation avec la mairie).
_ poursuite du travail de la musique avec S.P.O.R.T. : « Pour être définitivement fait avec la démocratie »
_ septembre, installation sonore « le rêve des poissardes = Le Rêve des femmes-poisson », musique imperceptible par l'effet de masque du bruit perpétuel de l'eau. Ce travail est destiné à l'installation piscicole de l'artiste Dorothée Sadowski.
_ premier album sur le concept de « mu-siques pour Espaces ennuyeux ». « musiques d'attentes pour salles ennuyeuses » a commencé en 1994 avec les nouveaux outils informatiques pour le son.
_ première constitution de l'Ombre-du-Ciel-Ensemble avec 19 musiciens, artistes et techniciens : un orchestre pour créer son opéra bouffe « La Farsa Humana ».
_ premier test vocal et spectacle de danse vocal dans une citerne vide en béton de 15 mètres de haut et de 9 mètres de large pour TEST-aimant un autre opéra.
_ publication du livre : « Les Chercheurs de Sons » de Gérard Nicollet aux éditions Alternatives, avec Myster Shadow-Sky le Lamplayer et sa lampe Archisonique.

2005
_ janvier, commence à écrire l'opéra « La Farsa Humana » livret et ouverture. Création de l'Ombre-du-Ciel-Ensemble pour cet opéra, avec 19 musiciens.
_ mars, tous ses albums de 1979 à 2005 sont en libre téléchargement sur Internet au format mp3 (y compris les pochettes de CD) à http://acarien.nokods.org/creations/musiques/Myster shadow-sky (OML non commercial) puis à http://centrebombe.org/mp3-free.html
_ commence l'écriture de Test-aimant, opéra multimédia électronique pour : voix soliste, chœur cloné, deux voix virtuelles, et une voix artificielle dans une citerne vide en béton de 15 mètres de haut et 9 mètres de large : une scène privée = une matrice (sans public) où les images et la musique de la matrice sont diffusées ailleurs loin dans le « 3D Visio Sonic Cube » (avec le public à l'intérieur) : six écrans vidéo et le ballet des sons dans l'espace.
_ en juin, le dernier enregistrement de S.P.O.R.T. pour l'album « Pour en finir définitivement avec la démocratie » (quatre pièces seulement sur vingt et une).
_ mai, juin, juillet et septembre, tournée de concerts de la nouvelle création du joueur de lampe et les machines : « A l'intérieur de mon Vivant ».
_ tous le mois de septembre, création de la saga sonique « Les Lézards Etranges des Univers Improbables »
avec 5 différents Shadow-Sky-Ensemble formés avec des musiciens du Trans-Cultural Syn-phone Orchestra de Toulouse.
_ décembre, décreation de la syn-phone NO3 « Nos Traces de Vies un titre Provisoire = notre inscription temporaire à la vie » avec le Trans-Cultural Syn-phone Orchestra à la Halle aux Grains de Toulouse (le seul endroit destiné aux concerts symphoniques à Toulouse et qui appartiennent à la mairie de Toulouse), annulée par la décision du maire de Toulouse.

2006
_ en janvier duo avec Aloof Proof (guitare électronique) et Myster Shadow-Sky (violoncelle cubique du Bauhaus) « Vivant dans des univers incroyables ».
_ le dernier épisode des « Lézards Etranges des Univers Improbables » avec le cinquième Shadow-Sky-Ensemble, un orchestre de lutte contre les conséquences de la censure locale.
_ mai et juin, création du Film Rouge = le film rouge avec les Entreprises Glorifiées, composées de Macrocoma (électronique), Donus (batterie), et Myster Shadow-Sky (lampe archisonic, voix, montage du film) : performance live avec triple projection vidéo du Film Rouge.
_ octobre, Berlin : les performances du Lamplayer & les Machines : « A l'Intérieur de mon Vivant » refait.
_ Berlin : le Berliner Trans-kulturell Syn-phone Orchester commence sa constitution en Octobre 2009 qui ne se réalisera pas.
_ Proposition au Kubus de Berlin à Tesla de Unisolable & Unduplicable, the recipe of freedom musique avec le déplacement sonique de parois molles

2007
_ mai, juin, juillet, création de la musique pour la pièce de théâtre nommée : « Les Diseurs » par la compagnie Monsieur Madame dirigée par Maylis Bouffartigue.
_ juin, création de HELP inTension de Secours, un concerto pour deux trompettes, quatre orchestres et mur vidéo. [vidéo à centrebombe channel]
_ octobre, commence à écrire son livre (work in progress) « Dans Le Ciel Le bruit de l'Ombre » une théorie musicale pour la musique du XXIe siècle.
_ novembre, en duo avec le batteur grindcore Nicoblast donne la musique explosive de tambours & guitare : « le Centrebombe 5 »
_ décembre, fonde un orchestre de 18 musiciens nommé l'Extrême Sonique Sans Concession Réuni pour créer en 20 jours un opéra multimédia érotique intitulé : « De l'Extase, la Musique Extrême » basé sur les écrits de Georges Bataille (1897-1962) : L'Expérience intérieure, l'Erotisme, l'Histoire de l'Oeil, etc. Première apparition du Choeur de Femmes Hurlantes.

2008
_ février, enregistrement de l'album (garage) « 5 Explosions du Centrebombe 5 » avec le batteur Nicoblast
_ début de la « guerre » contre l'hypocrite « politique culturelle » française, Mathius Shadow-Sky commence à écrire des lettres, des articles dans différentes publications sur Internet pour rendre compréhensible le mensonge de politiciens, de l'économie, des connaissances, des acteurs culturels, des employés, etc.
_ son livre « Dans le Ciel Le bruit de l'Ombre » devient une analyse de la société occidentale pour comprendre notre médiocratie aujourd'hui des arts : un manifeste pour le soulèvement de la jeunesse contre la médiocratie.
_ En juin, il donne une performance au Festival de Tapette près du Mans avec l'Extrême Sonique Sans Concession Réuni (blastdrums, guitare électrique, et le Chœur de Femmes Hurlantes). [vidéo à centrebombe channel]
_ en octobre invitée par Michel Mathieu dans son théâtre « Le Ring » à Toulouse, il crée son opéra multimédia « Les Rescapés de l'Hégémonie culturelle » avec 16 survivants de la politique culturelle avec la cantatrice amateur Carole Marche.
_ 2008, est l'année de deux créations censurées : « Attentat » en janvier (le théâtre avait peur des conséquences de la performance pour piano, percussion et saxophone), et « Un Voyage Au Bout Du Possible de l'Homme » en novembre basé sur l'écrit de L'Expérience intérieure de Georges Bataille (1897-1962). Le théâtre avait peur des conséquences de la performance due à la scénographie de brouillard. Cela montre l'incompétence de 2 directeurs de théâtre à Toulouse.
Le théâtre est poursuivi en justice pour annulation abusive de spectacle ; en 2011 nous sommes toujours en attente du jugement après 3 ans de procédure.

2009
_ février puis mars, création de « Réconciliation » musique électronique englobante avec la « vibration de l'Univers » où chacun s'accorde sur le même sentiment : celui de cesser d'être hostile.
_ le lundi 20 juillet à 19h30, la ville de Toulouse (France) confirme qu'elle ne soutiendra jamais le travail du compositeur Mathius Shadow-Sky. Le lundi 20 juillet à 19h : confirmation (verbale avec témoin) par l'attachée de culturelle de la Ville de Toulouse. La ville de Toulouse ne soutiendra jamais le travail du compositeur Mathius Shadow-Sky : motif : « aucun contexte n'est propice à Toulouse pour votre création musicale » (sic).
_ novembre 21, Première mondiale des « Complices du Silence » (silencieux peuple obéissant) au Festival Audio Art (Cracovie, Pologne), concerto pour guitare électrique non octaviante, flûtes irlandaises & balinaises, voix et OVO quadriphonique (Orchestre Virtuel Organisé) avec projection vidéo quadragraphique par Delphine Depres.

2010
_ immobilisé par la maladie, il consacre son temps à écrire son ambitieux livre work in progress : Dans le Ciel, Le Bruit de l'Ombre où il traite des techniques musicales présente sa musique depuis 1979 (avec des partitions et albums téléchargeables gratuitement) ainsi que la politique et la philosophie : une traité pour essayer de comprendre ce qui se passe avec les arts aujourd'hui : un manifeste pour sa jeunesse au XXI siècle, un soulèvement contre la médiocratie sonique, etc.
_ initie la rencontre de musiciens qui pensent à Bordeaux (Ren-contres des Musiciens Qui Pensent - Thinking Musicians) pour guérir de nos médiocraties musicales.
_ Novembre, performance (et album) nommés ASSEEEEEEEEEEZ (enououououough) avec le synthétiseur analogique japonais le Korg Mono/Poly.

2011
_ en janvier, La Farsa Humana (un opéra écrit en 2005) est donnée comme pièce de théâtre par Michel Mathieu avec le Théâtre de l'Acte.
_ en janvier, Paye-Toi une Nouvelle Tête, vidéo fabriquée à partir de 60 portrait de l'artiste québécoise Nataly Nato
_ en septembre, performance à STEIM Amsterdam avec le « retour » de l'instrument de musique aujourd'hui célèbRe : la Lampe Archisonique (3eme génération en bois) absente depuis 5 ans des scènes internationales.
_ commence l'écriture de "Bang Bang" musique pour un orchestre circulaire encerclant les auditeurs pour : choeur (32), cordes (12), trombones (7), guitares électriques (5), et percussions (3).
_ Envoûtant d'Amour, la partition pour trio à cordes (V, Vcl, Cb) est prête. Cette partition s'inclut dans Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme.

2012
_ Février, sortie de l'album du Choeur Parlant de Fillettes Artificielles : 28 dires de Georges Bataille issus de l'Expérience Intérieure et de l'Histoire de l'Oeil. Cette partition est incluse dans Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme (# ObCD 55-2012 - 25:18).
_ Le 25 avril, Mathius revient sur la scène malgré sa maladie, pour la première de Un Voyage au Bout du Possible de l'Homme (censurée en 2008 qui renait en 2012) musique pour brouillard, vents, ombres, l'orchestre virtuel organisé volant dans l'espace 3D, le choeur de fillettes artificielles, batterie acoustique, guitare électrique. En octobre novembre de cette année aura lieu la première mondiale avec 16 musiciens : brouillard, vents, ombres et lumières, public, le choeur de fillettes artificielles, le Choeur de Femmes Hurlantes, trio à cordes, 4 trombones, batterie acoustique, jinghu (violon chinois), gong balinais, et guitare électrique.
_ Mai, première au Ring du récital solo Music With No Name pour brouillard, synthétiseur analogique japonais de la fin des années 70 et violon chinois nommé jinghu (de l'opéra pékinois).
_ Juin et décembre, réalise la musique du film "l'Amour de son Prochain" de Benoît Maestre.
_ Juillet, sorti de l'album Comment je t'Aime, musique de trance parlée (# ObCD 56-2012 - 1:20:58).
_ 8, 28 Septembre, premières mondiales de la musique spatiale 3D nommée : Try To Catch Me, Charles! avec Henri Demilecamps CROS-over.
_ 15 - 25 Octobre résidence pour la première mondiale de Un Voyage au Bout du Possible de l'Humain avec 16 musicians.

2013
_ Janvier, planification de la création de la cérémonie musicale Les Ephémérôdes Cardent des Chrônes & Les Atirnons Erreurent des Temps, mélange l'institution opéra (Théâtre du Capitole) avec un squat d'artistes autogérés (Mix'Art Myrys) dans la ville de Toulouse.
_ Février, troisième rencontre-concert avec Aloof Aloof (une fois tous les dix ans) : A Brief Return to Earth (un bref retour sur Terre) à Barcelone évacué par la police.
_ Mars, sortie de l'album du film "L'Amour de fils Prochain"
_ Juin, première rencontre avec le jeune percussionniste Bertrand Fraysse pour donner un nouveau style musical aculturel appelé Le Plan, le Mystère, le Secret de l'Ombre du Ciel & ses Amis.
_ Juillet, sortie de l'album de la 3eme rencontre Myster Shadow-Sky & Aloof Proof: A Brief Return to Earth (un bref retour sur Terre)
_ Concert de 3 heures avec Bertrand Fraysse, lumière & ombres : Christophe Deflorenne, le 13 octobre au Théâtre du Ring : Le Secret des Modules Etranges.
_ Décembre le 20, première de la cérémonie sonique (sans voix lyriques) L'Ephémèrôde Carde des Chrônes sans Les Atirnons Erreurent des Temps à Mix'Art Myrys.

2014
_ Lance les premières idées et le rassemblement d'artistes pour la création de son prochain opéra : TOLERANCIA pour 2016/2017
_ Février, le directeur de l'opéra de Toulouse ruine une année d'accommodations et de négociations pour la création de : Les Atirnons Erreurs des Temps et l'opera Tolerancia.
_ Le Tetalab, le groupe de hackers de Toulouse joint l'Ephémèrôde Carde des Chrônes pour réaliser sa PARTITION MOUVANTE 3D à partir de la théorie des Champs Scalaires. Une nouvelle notation de la musique pour la musique savante du future.
_ Lance la formation de l'orchestre symphonique transculturel et transclasse : l'ANARKHIA SPACE SYMPHONIC ORCHESTRA
_ Début de reconnaissance mondiale (Russie, Canada, Etats-Unis, Allemagne) de sa Théorie de l'harmonie des Champs Scalaires Nonoctaviants
_ Juin, LE SECRET Cérémonie diurne et nocturne : expérience unique du sublime vibratoire à Mazamet (au pied de la Montagne Noire) sous le ciel du jour à la nuit.
_ Septembre sortie de l'album Les Fantômes de l'Ephémèrôde, ou la continuation depuis 32 ans du témoignage de l'harmonie des champs scalaires nonoctaviants.
_ Création à Cracovie (Académie de Musique & Audio Art, Pologne) de L'Ephémèrôde Carde des Chrônes pas AVEC Une Atirnon Erreure des Temps
_ Le 8 décembre : naissance de l'Anarkhia de Toulouse, le premier orchestre symphonique transclasse et transculturel sans chef d'orchestre de l'histoire de la musique occidentale.
_ Le 30, sortie de l'album du concert de l'Ephémèrôde à Cracovie.

2015
_ Hiver (4 mois : nov. dec. janv. fev.) : orchestration (reliaisons) des fragments des musiques de Shadow-Sky utilisés dans le film LES VIBRATIONS de Benoît Maestre dans une oeuvre unique
_ Mars, avril, mai: 20 ans après, la libération du LIVRE des LAMPLAYERS (l'histoire des joueurs de lampes) avec l'album de 1995 : 5000 ans après, la musique du Kalandar du génoscope (4595 ans pour être précis)
_ Juin : sortie de l'album: PLEUT-IL DANS LES GALAXIES EXTÉRIEURES ? musique électronique massive (non appropriée pour piste de danse)
_ Septembre : libération de la première française du film LES VIBRATIONS de Benoît Maestre avec des musiques du Myster Shadow-Sky au festival Son Miré (l'album sans images)
_ Septembre : Première en concert des 3 premiers morceaux de l'album: PAR LES PLIS dES UNIVERS pLIéS LA BOUFFE PASSE (approprié pour piste de danse à l'esprit ouvert) au festival Son Miré avec la participation instrumentale de Marek Choloniewski.
_ Octobre: Mathius Shadow-Sky est évite la mort, par cancer du foie, en commençant un nouveau traitement.

2016
_ Compose en français durant sa cure le livre: NU, le livre de l'Oubli du Reflet (les contradictions de la Sexualité Sociale)
_ Juin à Chicago : concerts et rencontres ratés étant coincé avec sa fille à Washington D.C.
_ Octobre à Valencienne : départ de la création musicale : À d'apt à TIO... Eh ! les Bébés s'Évadent !, pour ochestre spatial, chez Art Zoyd Studio .
_ Novembre + Décembre : come back sur scène avec Aloof Proof et Bertrand Fraysse avec le projet TOTAL EXTATIC MUSIC

2017
_ Février : Art Zoyd sa commande au compositeur: ADAPTATIO. Hey! Les bébés s'évadent! Et les autres ne font aucun d'effort pour sauver la musique coulée !
_ Avril : Stockholm à EMS, la création du filmusique sur les contradictions et le paradoxe de la musique dans nos sociétés, nommée DEi SOLATO, the Swedish Affair. Projet de filmusique reporté à 2018? Pas vraiment d'intérêt communiqué par les Suédois !
_ Juin : sortie de l'album HUMAN MUSIC avec la voix japonaise de Minami Saeki.
_ Juillet : la première du décollage de Les Guitares Volantes, premier orchestre de guitares électriques spatialisées dans l'histoire de la musique: créera une musique polyspatiale avec les sons de chaque musicien en mouvement dans l'espace tridimensionnel.
_ Les Percussions de Strasbourg proposent de créer Tension musique musculaire écrite en 1982 (30 ans après le création de Ludus Musicae Temporarium en 1988).
_ Août puis décembre puis mai 2018: sortie du livre: The Book of Ephemerodes, publié en anglais et en français : Le Livre des Ephémèrôdes par Frédéric Acquaviva éditions à Londres, Berlin, Paris et ailleurs.
_ Novembre : decision de créer un oratorio nommé 1968 sur le soulèvement de la jeunesse en France en 1968 pour marquer 1/2 siècle de répression des arts. La composition sera collective partagée avec d'autres compositeurs pour un choeur de 100 choristes et un orchestre de 100 musiciens trajectorisés dans l'espace tridimensionnel. Décembre : l'oratorio 1968 est censuré par le faux collectif d'artistes Mix'Art Myrys => la rupture de la collaboration de 10 années avec 6 créations musicales impayées au compositeur et au 54 musiciens et artistes.
_ Decembre : sortie de l'album The Unanswered & Unasked Questions musique silence pour le colorer l'oublier et penser (une variation de The Unanswered Question de Charles Ives).

2018
_ Mars : Les Guitares Volantes résidence censurée et concert interdit sans raison par Mix'Art ("ça ne s'arrange pas", la musique non festive est difficilement supportée par son bureau gouvernant).
_ Mai, le 4 : Les Guitares Volantes dans les jardins publics de Toulouse, particulièrement au jardin Compans-Caffarelli : concert censuré par le maire de Toulouse.
_ Mai : l'OROATOIRE des Désobéissances à l'extérieur à l'intérieur de Toulouse, place St Etienne. Mai 1968-2018 ? censuré par le maire de Toulouse.
_ Juin, fin de la tentative de conciliation arts-politique = artistes-politiques : débuté en juin 2017 avec le bilan de la création musicale savante à Toulouse. Les échanges de courriers sur 11 mois avec le maire sont lisibles dans le livre : Journal Vigilant d'Exemples Médiocratiques, etc. À Toulouse, la misère des arts est capitale, la commune se donne 150 millions d'euros par an pour ça, toutes tendances politiques confondues.
_ Juin : Les Guitares Volantes concert détruit à la galerie Exprmntl : la destruction des arts par l'animation, le "festif" est très puissante à Toulouse.
_ l'OROATOIRE des Désobéissances sera donné ailleurs, dans une autre ville européenne, et sera mixé avec un plateau cinéma filmant en direct.
_ Aucune musique originale savante n'est désirée à Toulouse. À Toulouse, la misère des arts est capitale, la commune se donne 150 millions d'euros par an pour ça.
_ Septembre : Les Guitares Volantes invités dans le grand parc des Quinze Sols à Blagnac (commune mitoyenne à Toulouse) en bord de Garonne pour septembre ou mai 2019 ?
_ Octobre : Paris, exposition du "multiple" de la matrice à 4 voix de La Langue des Lignes et du Livre des Ephémèrôdes.
_ Octobre : Paris, publication de la matrice à 4 voix de La Langue des Lignes "multiple" publié par les éditions AcquAvivA.
_ Novembre : Les Guitares Volantes à Audio Art à Cracovie, Pologne pour la première de L'Extraction de la Bête Triomphante.
_ Decembre : Grün Berlin, les écologistes conservateurs, du parc de 4km² de Tempelhof interdisent la 1ère historique du concert polytrajectophonique des Guitares Volantes.
   La raison ? La musique perturbe les alouettes de Tempelhof. Est-ce une blague ? Les écologistes prennent très au sérieux la censure de la musique dans la ville de Berlin.

2019
_ 17 février : Les Guitares Volantes à Toulouse invitées par Arnaud Romet pour sa soirée Tricératop au theéâtre du Ring.
_ Le quatuor vocal Les Voix Filantes en naissance
_ Mars : début de l'enregistrement de l'album solo du myster shadow-sky : Vivre l'Espèce Humaine au Centre de Musiques Spatiales de Toulouse pour guitare électrique nonoctaviante inharmonique.
_ Avril : début de l'enregistrement de l'album des Guitares Volantes au Centre de Musiques Spatiales de Toulouse : Extraction de la Bête Triomphante, et autres musiques.

_ 1er décembre : sortie de la publication du premier album historique de musique spatiale instrumental à usage domestique : VIVRE l'espèce humaine accompagné de son livre de 112 pages.

2020
_ 17 janvier : 17 ans après Vincent Favre et Mathius Shadow-Sky rejouent de la musique ensemble sous la direction des dessins-partitions de Nataly Nato.
_ Mai, le compositeur dépose auprès de l'organisation internationale Freemuse son témoignage de 40 années de censure envers ses oeuvres musicales.
_ Juillet, Freemuse trahit le compositeur (lire "l'Affaire Freemuse" + bas).
_ Les Guitares Volantes enregistrent leur 1er album octophonique renommé : ni Bête, ni Dieu, ni Monstres [dont la sorti est prévue pour septembre].
_ La Danse des Fous interprétée par Les Guitares Volantes sera publiée dans un autre album dont la sortie est prévue pour octobre ou novembre ou décembre.
_ 1 septembre : sorti de l'album octophonique Ni Bête ni Dieu ni monstres (que des figurations du pire qui ne concerne pas le réel) par Les Guitares Volantes.
_ Septembre, création du morceau de « la face B » opposé à la Danse des Fous : Les Ascètes Austères (crus être sages), composé avec la forme musicale « presque rien » (initiée par Anton Webern, suivit par John Cage et Luc Ferrari — qui donne sa voix dans la musique —). Le titre de cet album à 2 faces est : EXTRAACTION DE LA FOLIE ORDINAIRE TRIOMPHANTE par Les Guitares Volantes.
_ 13 octobre, sortie de l'album octophonique EXTRAACTION DE LA FOLIE ORDINAIRE TRIOMPHANTE par Les Guitares Volantes.
_ 1er décembre, sortie de l'album octophonique MYSTERIUM AERIUM par Les Guitares Volantes

2021
_ 15 mars, Les Guitares Volantes jouent Les Ephémèrôdes Cardent des Chrônes, le disque octophonique d'une première partie du jeu en orchestre voltigeant dans l'espace.
_ 21 mars sortie du disque octophonique soliste 2021 FROZEN FREEDOM.
_ 1er avril sortie du disque octophonique Respire ! il fait beau par Les Guitares Volantes & Michel Raji danseur soufi soufflant.
_ 1er mai sortie du disque octophonique par Les Guitares Volantes : SATURE avec bébé Solune.

.

 

.

 

 

PODCAST (lancer de nacelle ?)

Interviews en série du compositeur par Alexis Sadowski [start 2020]

POD 1. parcours du compositeur en tant qu'introduction à la série des questions [janvier 2020, 44'50''. 84Mo mp3]
POD 2. la fausse note [janvier 2020, 67'46''. 95Mo mp3]
POD 3. la musique qui vague l'espace (titre provisoire)  

 

 

 

.

.

Bouts de l'histoire
de la musique savante
d'histoires récentes d'ici

 

rédaction : année 2020

 

« Public en demande... » Où ça ? De la musique électrique

La disparition des mélomanes

New York, fin des années 70. La noise électrique (avec des guitares) avait un lieu propice avec un public (artiste) en demande. La musique de Branca, Chatham ou Sharp grâce à cette circonstance heureuse, a pu se déployer. Sans cette circonstance, leurs musiques n'auraient jamais atteint la connaissance des mélomanes européens, leurs musiques, comme celles européennes ignorées, n'auraient jamais pu exister à l'oreille publique. Aujourd'hui ? Plus rien de tout ça n'existe que dans certaines mémoires dont personne n'a cure.

En 1969 Jimi Hendrix fait hurler les bombes avec sa guitare dans Machine Gun
En 1975 Lou Reed fait siffler sa guitare avec des larsens dans Metal Machine Music
En 1978 Glenn Branca affole sa guitare électrique dans les clubs de New York
...
En 1979 Mathius Shadow-Sky triture Cauchemar Atomic avec sa guitare électrique dans les squats parisiens, avec d'autres talents ignorés d'alors et aujourd'hui inconnus.

Il n'y a pas eu à Paris comme à New York le désir d'un public artiste en demande d'une musique massive électrique chaotique et puissante à la recherche de jouissance sonique. Ou, la réalité culturelle est que Paris a remis sa souveraineté artistique à New York (ça se date : fin des années 70). Le mélomane français a l'oreille tendue vers les États-Unis tournant le dos à l'Europe des arts et de la musique. La logique pour tout artiste dans ce contexte est d'émigrer à New York. Car en +, l'ouragan dévastatueur de la politique culturelle européenne s'apprêtait à ruiner la création artistique originale en Europe. Aujourd'hui publiquement c'est fait (mais pas dans la réalité des arts qui sont par nature indestructibles).

À propos d'invention musicale : De la guitare électrique au smartphone

4 ans + tard, après Cauchemar Atomic, Shadow-Sky crée en 1983 « Il m'est impossible de donner un titre à ce phénomène, car l'indicible au-delà des bords extrêmes de l'espace et du temps ne porte pas de nom » pour guitare acoustique amplifiée jouée à l'archet de bois, devant un public parisien curieux, mais pas prêt, à écouter les extrêmes jouissances soniques de la musique d'alors : le concert Ircamien, moins à la biennale de Paris, en 1984 fut un scandale qui jeta le compositeur dans les limbes des indésirables. Shadow-Sky doit quitter le milieu parisien de la musique contemporaine qui n'était plus l'avant-garde, mais s'attachait à la convention de la musique classique (celle qui se doit de divertir gentiment l'état d'esprit citadin qui valorise l’ordre, le confort, l'obéissance, le silence, les conventions et les dénonciations et qui redoute l'originalité). Le confort en puissance de l'académisme, un refuge pour les lâches. Le public parisien ne voulait pas jouir d'extrêmes vibratoires vivants vibrants existants audibles comme à New York, il voulait être « agréablement diverti », ce, jusqu'aujourd'hui et, dans les squats parisiens aux assauts permanents et violents de la police, le public résident exultait sa révolte avec les chansons à texte post-punk énervées. Puis dans les années 90, la mécanique des séquenceurs à boum boum répétitifs a supplanté l'orgasme des guitares distordues des massivités soniques et des textes révoltés. Aujourd'hui au XXIe siècle ? Le smartphone a supplanté la musique.

 

 

 

 

La présence dérangeante

Une présence « trop présente » dérange. C'est ce que je reçois des impressions négatives des auditeurs qui se sentent agressés par ma musique. Oui, je dis bien agressé, car cette trop forte présence sonique de ma personnalité est considérée comme une agression. Aïe. Pourtant la présence de la réalité sonique est ce qui nous transporte physiquement par le vibratoire senti dans l'orgasme du sublime. Mais en bout d'Europe et ailleurs dans les salons du comportement moralisé à la bienséance, la présence trop affirmée de l'originalité d'un membre, dérange la société entière. « Il ne faut pas que la musique dépasse le seuil de la conversation » (sic) bien que la fonction du concert est le plaisir d'entendre la musique, pas de papoter.

L'exubérance est un état intoléré par les considérants moralisateurs (« ah ça, c'est pas bien » sic) pour être bani du monde de l'acceptable, du « bon ton ». (sauf pour les comptes en banque qui débordent demeurant dans la discrétion de l'anonymat en Suisse et ailleurs). Ou, l'exubérance est apparenté au baroque et au rock'n roll méprisé, mouvements humains épris, aux différentes périodes du XVIIIe et XXe siècle, de liberté. Au XXIe siècle, l'exubérance est attachée à une jeunesse rebelle, mais qui par trop être entachée de tristesse, ressemble à une marginalisation forcée sans domicile dans la pauvreté (qui aujourd'hui a pris de l'âge). Considérer l'exubérance comme un mauvais comportement moral revient à considérer le mutisme (= personne qui ne veut pas s’exprimer), la réserve, l'impassibilité, l'indigence (= la pauvreté intellectuelle et morale), l'aridité, la stérilité et la fadeur, en un mot : l'obéissance comme le comportement de rigueur. Et là, la 1ère question qui s'écrase sur notre visage est : pourquoi alors former et entretenir depuis des siècles des sociétés d'abondances ? (confondu avec la joie et le bonheur).

Au minimalisme américain en vogue en Europe depuis les années 70 du XXe siècle (jusqu'aujourd'hui), en tant que compositeur d'ici, j'ai réagi. Exactement comme les Américains de ce mouvement ont réagi au sérialisme (monoscalaire) européen dans les années 60 du XXe siècle, ce, en simplifiant tout. Je ne suis pas un adepte de ce mouvement (de l'ordre ; qui a pourtant commencé psychotrope), et mon action de compositeur a été de proposer en 1980 « la musique maximaliste » (et ludique libre) ou l'effet inverse d'une simplification répétitive, c'est-à-dire une musique massive, physique, vibrante et valdinguante à différents niveaux dans l'espace, où les auditeurs choisissent ce qu'ils désirent entendre. Pour donner le choix de la liberté d'entendre ce qui est désiré et non pas imposer une morale musicale de l'intolérance.

Ils ont tous détesté

La massivité vibrante ne peut pas être absente (= pas présente, ou lointaine en fond dans le fond, quoi que, il suffit de s'éloigner ou baisser le volume), la massivité ne peut être que présente dans le son pour comprendre le sens de la massivité de la musique. Nous sommes entourés de massivités, celles de Varèse, Hendrix et Pierre Henry sont passées dans le domaine de l'accepté. Vidée, absentée, cette musique perd son sens d'exister. Ma musique donne à s'entendre et dedans et dehors, au choix. Au-delà du jugement du mauvais goût du bon goût cru et vaincu issu d'une politique jugée correcte pourtant autoritaire et intolérante. Dans l'histoire de l'art, je ne suis pas le seul artiste dénigré et méprisé des sociétés dominantes payantes croyant savoir le sens l'art, de la musique et de la vie mieux que les artistes eux-mêmes.

.

.

 

.

Constatons 1/2 siècle d'aberration

des institutions destinées
(au départ) aux artistes pour la création musicale deviennent des lieux de destruction

L'histoire, musique et institution a commencé en France en 1946 avec le Club d’essai de la Radio, renommée en 1951 Groupe de recherche de musique concrète et en 1958 Groupe de Recherche Musicale qui par l'impulsion de Pierre Schaeffer a monté un studio de création musicale pour faire de la musique « avec des bouts de bandes jetés par les monteurs de la radio » (Radio France, ancien ORTF), cette nouvelle musique audacieuse qui a marqué l'histoire de la musique porte le nom de : « musique concrète ». Toujours en usage + d'1/2 siècle après, car l'idée de l'échantillon « concret » = « l'objet sonore » à composer (dans une symphonie de sons) s'est propagé à l'idéologie des « samplers » (échantillonneur en français) joués avec le protocole MIDI (né en 1983 et toujours en usage au XXIe siècle) à toutes les musiques. De la musique concrète élargie aux sons électroniques est sortie la musique, aujourd'hui classiquée (car répétée = se reproduisant elle-même en copies de « bon ton ») nommée : « électroacoustique » diffusée par un « orchestre de haut-parleurs » (dont l'idéologie esthétique s'est propagée à toute la planète ; même en Asie est créée de « la musique électroacoustique » et est la seule musique électronique enseignée dans les écoles de musique, oui). La 2de institution française « destinée aux compositeurs » est née une 20aines d'années après : l'IRCAM [1] en 1977 (institut de recherche coordination acoustique musique), elle se destinait, avec Pierre Boulez aux commandes, à développer des outils numériques pour la musique instrumentale. C'est là en 1980 qu'en tant que (jeune) compositeur de musique spatiale instrumentale, j'allais logiquement créer et inventer les nouvelles musiques portées par ma génération. Que nenni ! En 1984, je suis parti. Les technologies annoncées à l'institut pour créer de la musique originale et principalement la musique spatiale instrumentale n'existaient pas et : ne pouvaient pas exister. La raison ? Le désir de salariat du fonctionnariat hiérarchique passait avant la musique. Oui, ou le chantage du péage du salarié technicien occupé par l'ordre hiérarchique qui l'empêche de créer les outils appropriés pour la création musicale, car « le cahier des charges » de l'institut commande autre chose (sic) en échange de son salaire : ne rien créer en dehors de sa fonction. Et en effet, aucun compositeur particulier n'a les moyens personnels « de financer la construction » de « machines magiques » pour réjouir les auditoires. Le sens majeur de l'institution est de cloisonner dans une échelle hiérarchique, pas de donner des moyens à la création musicale de s'épanouir.

Puis en 1981, ça a été l'épidémie. Des instituts pour « la musique technologique » (la musique contemporaine en besoin de technologie audio coûteuse) naissaient partout en France (puis à l'étranger : « les Américains ne peuvent pas se laisser dépasser », les autres aussi, sic), payés avec l'argent public des contribuables. Certains ont pu développer la musique de certains compositeurs « visionnaires » chanceux ; je pense à la musique subaquatique de Michel Redolfi au CIRM de Nice, ça a duré 10 années (dans les années 90 du XXe siècle, « il s'est fait jeter » et aujourd'hui comme tous les compositeurs indépendants, il dispose de son propre studio) et, il est bien le seul à avoir pu développer le sens de sa musique au sein d'une institution. Mais ailleurs ? Rien. Lyon : GRAME [2] rien. Marseille : GMEM, rien. Bourges : GMEB (fermé aujourd'hui. Mais où est passé leur équipement ?) rien. Albi : GMEA, rien. Et tous les autres, rien. Tous ces instituts existent toujours aujourd'hui, avec ses employés qui depuis 40 années (1981-2020) bricolent à ne rien produire d'original : des programmes informatiques qui ne fonctionnent pas ou mal ou qui n'offrent pas les fonctions annoncées. 40 ans d'escroquerie à « vivre au frais de la princesse », sans rien donner en échange : aucune musique appréciable d'aucun compositeur original. Les compositeurs (? salariés) qui y sont restés ont été transformés en fonctionnaires. C'est un gâchis colossal de moyens, un gâchis colossal de temps, et un gâchis colossal humain et social, car toute une génération d'artistes qui auraient pu créer de la musique originale, comme on l'eut cru, et faire évoluer les technologies destinées à la musique (vivante) a été chassée de ces instituts (et des universités qui s'y sont ensuite attachées, plutôt soumises). Il n'y a aucun nom de compositeur retenable notable respectable aujourd'hui qui travaille dans ces institutions, aucun. Pierre Henry a été le 1er à partir du GRM (dans les années 50) en claquant la porte, suivi des autres dont moi-même en 1984 de l'IRCAM, car Pierre Schaeffer comme Pierre Boulez et leur suite s'infectaient du pouvoir d'interdire, que la hiérarchie politique institutionnelle leur avait confié.

Aujourd'hui, toutes les institutions destinées à la création musicale ne créent rien, bien que, par l'acquisition d'équipements hors de portée pour un particulier (une console de mixage à 150 000 € par exemple), offre un outil de travail inabordable autrement. En effet, les artistes qui étaient censés travailler dans ces « ateliers équipés de technologies coûteuses » pour créer des musiques originales ont été chassés. Tous les artistes libres ont été remplacés par des fonctionnaires, c'est-à-dire des faux artistes, des salariés qui ne servent rien que maintenir l'illusion d'une création qui n'existe pas. Et en + enseignent aux nouvelles générations (de l'institution universitaire), mais quoi ? puisque rien n'a été créé. Les institutions ont un pouvoir de censure majeur envers les compositeurs indépendants, car l'institution retient tous les moyens de communication possibles vers le public, dont elle s'est emparée : le pouvoir, c'est ça : s'emparer d'abord des moyens de communication pour attacher le public trompé* à sa cause. Pour la musique, les scènes nationales et les festivals (où le verrouillage est réalisé par le contrat d'obligation en échange de la subvention : un chantage). Le gâchis institutionnel pour la musique réside exactement là : censurer la créativité indépendante des compositeurs originaux (dérangeants a priori) créant en dehors de la hiérarchie institutionnelle (ou ignorant l'obéissance à la chaîne instituée par les politiques culturelles de censure des arts).

Oui, fonctionnariser un artiste est incompatible pour l'art. Faire ça le détruit.
Faire obéir un compositeur est incompatible pour la musique. Faire ça la détruit.

Et, il y a +. Les esclaves (= fonctionnaires, salariés, institutionnalisés, tous privés de liberté de créer) sont tellement jaloux du courage et de la liberté des (vrais) artistes (pourtant excessivement appauvris) qu'ils font tout pour leur nuire : à ce qu'ils n'accèdent jamais aux moyens matériels pour réaliser leurs oeuvres originales. Eh oui, ce sont ces mêmes esclaves qui gardent les clés des studios de « création » et des salles de concert.

Et, il y a +. À partir des années 90 du XXe siècle, les départements de musicologie des universités, se sont attachés à ses institutions de la « musique contemporaine » (pour briller d'un faux savoir technologique ?), et nous pouvons dire que tous les étudiants et étudiantes en composition à partir de cette décennie (nés après 1970) ont été infectés de l'ignorance institutionnelle de la musique contemporaine dont toutes et tous se galvaudent dans la copie (de peur de se faire expulser) [3]. Ce qui explique que les nouvelles générations de compositeurs et compositrices n'osent rien inventer et n'inventent rien (pour ne pas être exclus des programmes de concerts). Elles et ils répètent ce qu'ils elles ont appris : perpétuer les courants historiques passés, telles : la musique électroacoustique, la musique post-spectrale, la musique post-sérielle, jusqu'à la musique néo-classique exploitée par l'industrie du cinéma à outrance pour justifier l'existence des orchestres symphoniques destinés à jouer la musique romantique tonale de la fin du XIXe siècle. Car après, c'est le bouleversement de la théorie de la musique classique qui commence. Et ça, pour cette jeunesse conditionnée à obéir (aujourd'hui âgée de 20 à 50 ans), c'est inacceptable (sic).

[à l'IRCAM, ses fonctionnaires chuchotent pour se parler]

Conclusion ?
L'institution des arts est un stérilisateur de créativité et un des générateurs majeur de notre médiocratie actuelle.

 

Notes
[1] Ce que croit ou veut faire croire le gouvernement français : « Les activités de l'IRCAM s'articulent autour de trois grands axes : la recherche, la création, et la transmission. C'est le plus grand laboratoire public dans le monde consacré à la recherche, à la création et aux technologies musicales. C'est aussi un centre de création et de production, et de développement d'outils technologiques pour la production scénique, dramatique et chorégraphique. » https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Musique/Publications-Documentation/La-musique-en-France/2-Les-grandes-institutions-de-reference-nationale
[2] Pareil, ce qui est donné à croire et qui n'en est rien : « Centre de création musicale. GRAME, centre national de création musicale a été créé en 1982, à Lyon, à l'initiative de James Giroudon et Pierre Alain Jaffrennou, grâce au soutien du ministère de la Culture. Implanté en région Rhône-Alpes, Grame développe un ensemble d'activités recouvrant la totalité de la création musicale, de la réalisation à la diffusion des oeuvres en concert, dans le champ de la musique contemporaine. »
[3] Lire les demandes et appels d'offres de la communauté Internet NIME [NIME Community] du petit monde fermé de la musique informatique universitaire mondialisée se croyant savant. community@nime.org. 20 années de New Interfaces for Musical Expression n'a apporté aucune solution réaliste à la musique.

Action
* Si vous saviez que tous les êtres humain membres de la hiérarchie vous mentent depuis que vous êtes né.e (parents y compris), à le savoir, comment maintenant agiriez-vous ?

Lecture
. L'INSTITUTION, ouvrage publié le 4 octobre 2017, grand finale du livre Le Mouvement du Monde

.

 

.

.

Les compositeurs du XXe/XXIe siècle oubliés (censurés) de l'histoire ?


Je suis tombé par hasard (là en 2020) sur le texte « Les évolutions récentes de la musique contemporaine en France » du musicologue Makis Solomos (1962) datant de 2000 qui tente de décrire les différents courants de « la musique savante de la modernité française » (= « contemporaine »). Bien qu'il s'excuse disant que sa « typologie des évolutions les plus récentes de la musique contemporaine en France nécessite l’indulgence du lecteur, car elle n’est que provisoire ». En effet, sa description est tendancieuse et incomplète. Tendancieuse, car elle favorise 3 courants au détriment des autres, dont 2 courants parisiens de l'institut ircamien (au détriment des autres dans la même maison). Bien qu'il enseigne à l'université Paris VIII, il ignore totalement les courants qui y ont émergé à partir de la fin des années 70 et avant. Son fameux 3ème courant oublié : « La restauration [?] qui suivit ayant été impitoyable, peu de noms ont survécu (dans ce 3ème courant). » Pourtant toutes et tous sont là, mais loin des chamailleries parisiennes. Notons au passage, que le centre de documentation de la musique contemporaine à Paris a effacé de sa liste de 500 compositeures, celles et ceux insoumis à l'esthétique parisienne de cette « plénitude » qui se traduit par une immobilisation statique de la musique par une harmonie agréable à entendre (en fond sonore). [non-dit : l'agitation et la densité étant proscrites à l'écriture et au concert].

La période 70/80 du XXe siècle est un passage difficile et trouble pour le monde savant de la créativité de la musique en France et ailleurs. Des nouvelles peurs sociales s'installent dans les esprits. Il en émerge un courant « anti-modernité » * (inenvisageable alors) dans le milieu de la musique savante inventive européenne. Idéologie qui prend sa source dans l'État nourricier « qui ferme les vannes » et qui s'exprime de différentes manières dans la musique, telles : d'Allemagne qui se rattache à la musique romantique du XIXe siècle, et d'Angleterre et d'ici qui retire « le trop sérieux » de cette musique savante qui prenait la tangente du despotisme, dont la figure empereure de Pierre Boulez, alors directeur de l'IRCAM où « l'institut se présente comme le lieu universel [planétaire] de la musique contemporaine, même s'il n'en produit et n'en diffuse qu'une infime partie » chut ! voulait réaliser sa dictature (de chef d'orchestre) par son « déterminisme » à exécuter sa musique (par des hommes-machines). Cette idéologie boulezienne intolérante était un poids très lourd à supporter à ce que la créativité musicale de la nouvelle génération (celle post-spectrale) puisse s'épanouir tels Kurtag jr (1958) ou Shadow-Sky (1961), etc. Ce courant désobéissant, Makis Solomos le décrit comme le 3ème qui « engloberait les ouvertures libertaires des années 1960-1970 ». Qu'est-ce que ça veut dire, dire ça, dans une société de musique savante parisienne qui s'entredéchire dans le structuralisme du déterminisme (encore 40 ans après) ? Le mot « libertaire » porte un parfum péjoratif qui terrorise la société musicale. D'ailleurs « les libertaires sont des anarchistes qui sont des terroristes » (sic). John Cage était-il un poseur de bombe ? Cet amalgame montre à quel point le compositeur en France et son musicologue doivent se ranger dans sa fonction commandée de produire la « plénitude sonore ». Quel vice ! La « plénitude musicale » entendue par les politiques n'est pas ce qu'on peut croire du sens du mot plénitude : maturité, perfection, profondeur, intégrité, abondance. Non, la « plénitude musicale politique » désigne une musique statique agréable à l'audition. La turbulence xenakisienne devait être arrêtée et celles des nouvelles générations portées par le bruit aussi.

Les 3 figures dominantes d'alors ont installé un climat de haine à Paris : Pierre Schaeffer qui le 1er fonda l'institution de la « musique concrète » à la radio d'État (aujourd'hui privatisée), puis Pierre Boulez qui fonda « le centre du monde » IRCAM (notons qu'il a fait venir tous ses collègues compositeurs à l'institut qui quelques mois plus tard, se sont tous enfuis !) et loin derrière le CEMAMu « une association à Massy » (sic) de Iannis Xenakis qui n'arrivait pas à avoir le poids (ni les financements publics) des 2 précédentes institutions bien qu'il a pu construire le 1er ordinateur graphique « en temps réel »** pour la musique : l'UPIC (le gouvernement français avait du mal à considérer Iannis comme un compositeur français ?). Pourtant, historiquement, Iannis Xenakis est le compositeur grec francisé tel l'italien Lully, qui a le + apporté à l'invention musicale (contrairement à Boulez qui n'a fait que répéter ce que Messiaen lui a transmis en se réjouissant de combinatoire). Pierre Schaeffer ? Lui, est + un politique qu'un musicien : il a provoqué la fuite du musicien français le + influant de son institut : Pierre Henry qui sans lui, la musique concrète n'aurait pas marqué l'histoire de la musique.

Les compositeurs majeurs du XXe siècle, ceux qui alimentent par leurs audaces et leurs inventions l'évolution de la musique sont tous des « indépendantistes » = ininstitutionnalisables = inobéissants. La politique monopolaire de l'État envers la musique savante française = « pour l'image de la France » (sic) commençait à s'effriter : à la fois la croyance (la foi) dans la modernité technologique cybernétique qui devait résoudre tous les problèmes de société (= des nouvelles armes pour l'armée française contre la désobéissance civile) et à la fois la prise de conscience de « l'inutilité de la musique savante » (qui se chamaille) pour la paix (= l'obéissance) sociale dans un monde qui se transformait en une dictature de l'économie pour retenir les capitaux publics détournés dans les paradis fiscaux privatisés. Cette conscience du détournement de l'argent public (du bien commun) a commencé massivement à la fin des années 70 et s'est banalisée à partir des années 80 du XXe siècle (pour le mal commun). Le changement majeur de nos sociétés résidait exactement là : le déclenchement de l'appauvrissement matériel et intellectuel des populations, avec l'angoisse généralisée exprimée par tous, les artistes conscients en 1ers. C'est ça qui génère les peurs et la panique sociale qui retire le sens des fondations de nos sociétés occidentales. Depuis, ça vacille entre catastrophisme et terreur, et la dictature continue à s'infiltrer progressivement par la technologie (du téléphone portable) (non plus par la musique, comme c'était prévu au départ après 1968) dans les esprits terrorisés (et soumis) des populations servilisées. Comment est-ce possible d'écouter de la musique vivante originale et audacieuse dans cet état ? En effet, le public a massivement déserté les salles de concert de musique avant-garde à la fin des années 70 du XXe siècle.

Comprenons la filiation « oubliée » (sic). John Cage bouleverse l'idéologie déterministe (voire mécaniste) de la musique écrite de la partition classique (expliqué en France par Daniel Charles) où l'idéologie de la durée bergsonienne s'estompe en faveur de celle de l'instant de Gaston Bachelard. Globokar en rajoute une couche en formalisant l'improvisation instrumentale (Réagir... [1969]). Gilles Deleuze ouvre les esprits des musiciens qui suivaient ses cours aux réseaux de rhizomes (à plusieurs finalités et causes possibles d'un même présent et tant d'autres concepts). Le free jazz s'échappe des grilles tonales du blues pour rejoindre l'avant-garde atonale et bruitiste. Le rock affirme sa désobéissance et se rapproche de la musique savante ***. Tous ces courants, à Paris entre 1969 et 1987, étaient présents et rassemblés à l'université Paris VIII. La seule « université libre » du territoire, installée sur les terrains militaires de Vincennes, puis ensuite verrouillée (= normalisée dans l'obéissance des cursus obligatoires) en 1987 à Saint-Denis 93. L'informatique musicale a commencé en France à Paris VIII par la jonction entre le département informatique dirigé par Patrick Greussay et la musique tenue par le compositeur Giuseppe Englert (qui amena son Synclavier à l'université). À l'époque, on pilotait des synthétiseurs RSF avec des ordinateurs 8 bit Commodore. Iannis Xenakis (chahuté pour son côté cybernétique totalitaire) a laissé sa place à André Riotte pour enseigner les mathématiques de la musique. À l'université Paris VIII, il y avait des figures majeures du savoir de la musique contemporaine, de l'informatique et de la philosophie : Daniel Charles, Costin Miereanu, Davorin Jagodic, Francis Bayer, Ivanka Stoïanova, Giuseppe Englert, Gilles Deleuze, Michel Foucault pas loin, Patrick Greussay, etc., formant un immense savoir sur l'avant-garde qu'il n'y avait nulle part ailleurs. De Paris VIII à l'IRCAM, en métro, il y avait 1 heure de trajet. L'IRCAM détenait l'équipement audio que Paris VIII n'avait pas (pour cause de « coupure régulière de budget » opéré régulièrement par le gouvernement d'Estaing puis Mitterrand qui empêchait l'équipement de l'université et gelait les salaires des professeurs). Entre 1980 et 1987, ma musique était identifiée par ses compositeurs enseignant comme la nouvelle vague de l'avant-garde française. Et pour la réaliser, il suffisait de faire 1 heure de trajet en métro. Mais les désirs technologiques bouleziens pour l'IRCAM non, pour sa musique, n'étaient que des projets, sans possibilité d'utilisation réelle. Jusqu'aujourd'hui, les programmes ircamiens n'ont jamais atteint leur objectif ou fonctionnent mal ou à moitié et sont dépassés par des initiatives personnelles indépendantes et gratuites. Il faut bien comprendre que l'IRCAM sans la 4x : 1ère interface pour la musique composée de DSP fabriquée par l'Italien Di Giunio et pilotée par un PDP11, puis en 1985 l'arrivée de l'Américain Miller Puckette qui crée le programme Max (volé par l'IRCAM à Miller, d'où la sortie en contreréaction de son Pure Data, logiciel libre sur PC), l'institut ne serait rien (Gérard Assayag aussi se démène bien dans l'institut avec OpenMusic ou OMax pour donner du sens à ce qui n'en a plus depuis longtemps). Avec l'arrivée de l'ordinateur personnel et du home-studio, l'IRCAM ne servait plus à rien. Eh oui, la maison a été désertée par les compositeurs audacieux et indépendants, et les nouvelles générations conditionnées ne peuvent (et ne savent) rien.

 

Notes
* Qu'est-ce que la modernité et l'anti-modernité pour la musique ? La réponse infra.
** Dans le monde numérique, le « temps réel » n'existe pas, on s'accommode de latences.
*** Sachant qu'avant la banalisation du téléphone-ordinateur portable contrôlant l'utilisateure, la musique accompagnait la vie des êtres humains, d'où l'importance politique qui lui était accordée et qui aujourd'hui ne l'est plus.

.

 

.

.

Histoire (en bouts) du déclin de la musique savante parisienne

.

.

1977/1987 : « plénitude sonore » & « restauration » (ou : la domination de l'académisme pour l'évacuation de l'inventivité)

 

Réponses approfondies au texte du musicologue Makis Solomos publié en 2000 (non recorrigé, ni développé en 2020) : « Les évolutions récentes de la musique contemporaine en France », original français de l’article « Die neuesten Entwicklungen der zeitgenössischen Musik in Frankreich », traduction allemande, Musik und Ästhetik vol.4 n°16, Stuttgart, 2000, p. 80-89. http://www.univ-montp3.fr/~solomos/lesevolu.html

 

Quand Makis Solomos parle des 4 courants musicaux de la modernité (parisienne), il emploie un terme inattendu pour décrire la tendance musicale majeure de la musique contemporaine : « la plénitude sonore » (sic) ! pour le 1er courant « spectral ». Son 2d courant est le sérialisme, mouvement historique (= passé), provoqué par Messiaen (avec son étude : Mode de valeurs et d'intensités, 2ème des 4 études de rythme), main tenu par Pierre Boulez, pourtant évincé depuis les années 60 par les nouvelles propositions mathématiques de Iannis Xenakis. Le 3ème courant « engloberait les ouvertures libertaires des années 1960-1970 » (notons le conditionnel, alors les compositeures sont toujours vivant à produire des musiques libérées sous l'impulsion entre autres de John Cage, Karlheinz Stockhausen, Jimi Hendrix et Pierre Henry). Plus loin, Makis Solomos affirme : « La restauration qui suivit ayant été impitoyable, peu de noms ont survécu [dans ce 3ème courant]. » « Peu de noms ont survécu » ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Les compositeures n'ont pas tous et toutes été exécutés ! Ils se sont éloignés de Paris. Le dernier courant le 4ème revient à la tradition de la musique tonale du XIXe siècle. Il est aussi fondamental de comprendre que les compositeurs ne sont pas des représentants politiques d'une seule tendance ! Un compositeur inventif va toujours jouer des différents courants.

 

 

 

 

L'institutionnalisation de la musique contemporaine (post Seconde Guerre mondiale)

 

Solomos - « Contrairement aux apparences [lesquelles ?], Pierre Boulez a formé peu de compositeurs (...). Par contre, il a formé en grande partie l'élite sociale qui constitue le gros du public français de la musique contemporaine et, surtout, l'élite de l'administration musicale française : il a contribué à l'institutionnalisation de la musique contemporaine. »

Shadow-Sky - Pierre Boulez n'était pas un « formateur », mais donnait des cours de sa technique musicale à l'IRCAM, bien qu'il n'appréciait pas la pédagogie, il la contredisait avec ses « concerts-lectures » (= concerts-conférences) pour « expliquer la musique exécutée ». S'il n'a pas formé des compositeurs, il a formé sa descendance ircamienne, celle des néosérialistes structuralistes déterministes : ce qui en réalité revient au même. Avec son élection par le Président de la République d'alors, Boulez a pris le poids de l'empereur du monde de la musique, et, les fonctionnaires se sont soumis (au maître).

Solomos - « Depuis la mise en route de l'IRCAM en 1975[-77], jusqu'à nos jours, l'institut se présente comme le lieu universel de la musique contemporaine, même s'il n'en produit et n'en diffuse qu'une infime partie » (...) « Il en va de même des autres institutions, antérieures ou postérieures à l'IRCAM ».

Shadow-Sky - Oui, l'institut offrait des possibles impossibles ailleurs qui en réalité était des mensonges. Par exemple, après les expériences spatiales de Xenakis et Stockhausen en 1958, l'IRCAM n'avait rien à offrir : pas de spatialisateur. L'idéologie du SPAT est + une réverbération qu'un générateur de trajectoire.

Solomos - « Comment des initiatives à caractère "privé" (celles de Schaeffer, de Boulez[, etc.]) ont-elles pu donner naissance à des institutions ayant l'apparence d'un caractère général, se prévalant d'une "utilité publique" ? »

Shadow-Sky - Les Pierres Schaeffer et Boulez étaient là, dans le milieu politique, avec l'ambition de pouvoir et d'acquérir le pouvoir (politique).

Solomos - [Puis] « l’idée même de modernité qui disparaît progressivement »...

Shadow-Sky - Qu'est-ce que l'idée de la modernité ? Quitter les anciennes croyances (institutionnalisées) qui polluent l'existence quotidienne du présent.

Solomos - « S’inscrire dans la grande tradition de la musique classique. Pour élargir son public, la musique contemporaine »

Shadow-Sky - Pierre Boulez a entamé ce virement dans le monde classique à partir de 1980 pour une raison économique. En se séparant du « bricolage » expérimental de l'avant-garde (on pense à Mauricio Kagel) qu'il haïssait tant ! (bricolage qu'il attribuait à la musique concrète de Pierre Schaeffer, son ennemi, sic)

Solomos - « Les jeunes compositeurs [qui fréquentaient l'IRCAM] ont surtout été marqués par la philosophie [= l'idéologie] de l’IRCAM qui, dès ses débuts, a voulu instaurer un lien avec la tradition, c’est-à-dire avec l’univers instrumental. »

Shadow-Sky - Non, Makis Solomos, vous faites une confusion. L'IRCAM, au contraire de ses prétentions, n'a jamais été en mesure de fournir des instruments numériques jouables « en temps réel » pour être joué avec des instruments de musique. La latence numérique n'a jamais été considérée. Confondre la musique instrumentale avec la tradition revient à confondre le cinéma avec la musique enregistrée sur film. La volonté de Pierre Boulez « du lien avec la tradition » était la solution économique, pas esthétique. Le monde de la musique classique contrairement au monde de la musique d'avant-garde possède une économie stabilisée depuis le XIXe siècle et en état de fonctionnement toujours au XXIe (orchestres, éditeurs, salles de concerts, luthiers, conservatoires de musique, etc.) et proportionnellement reçoit de l'État un financement de très loin supérieur (orchestres symphoniques et opéras d'abord) à la « musique contemporaine » dont personne ne veut. Si la majorité des interprètes classiques se retrouvent dans le milieu de la musique contemporaine, c'est uniquement parce qu'ils ont été rejetés du milieu de la musique classique.
Pourquoi Pierre Boulez s'est-il débarrassé de la part expérimentale de la musique contemporaine qui formait l'avant-garde ? Par haine du bricolage (schaefferien. Schaeffer au passé trouble des jeunesses pétainistes).
Pourquoi, Makis Solomos confondre « l'instrumental » (source de la musique audible) avec « la tradition » ? On se demande, quelle est l'origine de cette confusion ? En quoi abandonner l'invention instrumentale et le jeu instrumental qui est la source même de la musique et qui donne le sens même de l'existence du concert, autrement dit, à l'opposé de ce que la technologie numérique n'a jamais pu dépasser pour sonner la musique (à part l'enregistrer et pousser des boutons et « passer des disques » ou des bandes = des enregistrements) en 40 années « de recherche » (?) qui n'a rien donné et qui n'a pas pu dépasser les subtilités des instruments de musique, mêmes électriques. « Les nouvelles interfaces [numériques] pour l'expression musicale » se sont cantonnées à des gadgets connectés au protocole MIDI (sorti en 1983, toujours utilisé depuis) qui à la longue ont lassé, tellement « leurs interfaces de contrôle » simplistes de « déclencheurs » manquaient de subtilité (et de stabilité), comparées à un instrument de musique acoustique et électrique et des synthétiseur à interface analogique. Ne sont restés à l'usage que le clavier piano MIDI, des contrôleurs à boutons, les samplers et les synthétiseurs, dont les analogiques restent + jouables que les numériques (à l'architecture en "sous-menus") produit en masse dans les années 90 et abandonnés au XXIe siècle pour un retour à un analogique numérisé (je pense aux nouveaux synthétiseurs de Dave Smith ou au Français Arturia). Les synthétiseurs modulaires Buchla et autres Serge sont toujours en usage depuis les années 70 du XXe siècle, principalement utilisés par des utilisateurs amateurs. La présence des musiciens sur la scène (qui des instruments demandant un effort d'apprentissage et de surpassement donné par les virtuoses) est la transmission de l'énergie nécessaire qui fait que le public se déplace au concert. Cette transmission vivante, qui enregistrée annule son interactivité. Sans musiciens, le concert devient une audition.

 

Quand Makis Solomos dit : « les compositeurs ont surtout été marqués par la philosophie de l’IRCAM qui, dès ses débuts, a voulu instaurer un lien avec la tradition, c’est-à-dire avec l’univers instrumental. » C'était en effet l'idée du lien, mais sans la tradition : étendre les possibles des instruments acoustiques (pas électriques ? bannis de la maison Boulez). L'Américain Tod Machover qui a séjourné à l'IRCAM dans les années 80 (comme tous ses confrères américains) est retourné au MIT, a suivi cette voie, mais sans rien apporter de judicieux pour l'évolution de la musique instrumentale « augmentée » (sic) électronique. En 40 années de recherche, rien ne sort à l'usage de tous les instituts qui après la France « ont poussé » dans le monde entier (sic). Pour que tout projet s'abandonne. La raison ? Le jeu instrumental ne repose pas sur l'instrument, mais sur le musicien. La musique ne repose pas sur l'outil, mais sur l'humain. Je l'ai prouvé avec la lampe archisonique et les Fonic du Bauhaus (écoutable à la discographie du compositeur). Avant de croire inventer un instrument, il faut d'abord pouvoir en jouer. La musique en effet, si elle ne se joue pas, devient du « son » (enregistré diffusé), c'est-à-dire un objet (numérique) à placer dans une construction temporelle quantifiée = une structure fixée que la musique n'est pas. Et là, on s'attache à la musique (mécanique séquencée) des machines. Et la 1ère question qui arrive comme une gifle est : en quoi supprimer les « erreurs » d'exécution (et qu'est-ce qu'une erreur ?) fait que la musique se retrouvera parfaite ? Cette question a surgi dès l'arrivée des 1ers séquenceurs numériques MIDI dans les années 80 du XXe siècle (qui au XXIe siècle n'ont pas évolué de cette conception de « disposer des objets sons limités et délimités dans une durée allouée, pour avoir une chance d'être entendu en concert » = « laptop performance » (sic)). C'est en effet le taux d'erreur qui fait que la musique des compositeurs s'interprète et que l'exécution mécanique des (hommes) machines rend la musique stérile, ou tristement inutile. Ce taux d'erreur qui demande une capacité processeur non atteinte encore en 2020.

Loin d'avoir abandonné « la recherche » financée abondamment puis lâchée par l'État qui s'est trompé et de terme qui aurait dû plutôt signifier : l'invention et la découverte, et de volonté à vouloir soumettre la musique pour apaiser les foules en colère, mais, dans le domaine institutionnel, rien ne peut être inventé, ni se créer, car la même volonté se recycle (= le vieux se recycle en changeant le terme qui le désigne pour le faire croire nouveau) dans la même idéologie répétée : celle de l'instauration de la domination. À cause du principe hiérarchique qui la commande, toute initiative artistique indépendante se coince (égarée dans la hiérarchie) et devient impossible à réaliser. Politique (= domination) et musique (= liberté) ne sont pas compatibles.

 

Et, il y a + :

« Chasser les artistes de la cité » *, crée irrémédiablement, pire que la médiocratie, l'idiocratie. Portée par celles et ceux (à des postes fonctionnaires de la hiérarchie institutionnelle) qui prétendent savoir et détenir l'intelligence de comprendre, alors que manifestement au vu des jugements grotesques avec des arguments infondés de haine, rassemble toute une frange de la population qui vit de frustrations, pour soutenir ce lynchage public des artistes à travers une propagande à la fois massive, ridicule et dissimulée : « mais non... De quoi parlez-vous ? Vous vous faites des idées ! » (sic). En 40 années de chasse (d'inquisition), là maintenant, on constate le résultat : nos sociétés s'engluent dans l'idiocratie. Une décadence, une dégénérescence de l'espèce humaine qui semble irréversible. Bien que l'acharnement des fonctionnaires (soldat = être humain soldé = employé à nuire aux autres non soldés) n'est pas encore apaisé, bien qu'il sévit depuis tant d'années : presqu'1/2 siècle ! 1/2 siècle de persécution des arts et de la musique, a des conséquences fatales sur l'esprit humain (heureusement réversibles) bien que la jeune génération en cours soit sacrifiée définitivement à sa bêtise (= qui a perdu sa capacité d'esprit critique ou la distance de l'indépendance de sa pensée pour comprendre le monde).

Ce fait est.

Le nier ne change rien.

Maintenant, ce qu'il faut savoir (pour guérir nos sociétés) est : qu'est-ce qui gouverne cet acharnement à « chasser les artistes de la cité » depuis tant d'années ? Cet acharnement des institués.es des institutions à vouloir effacer les existences des artistes originaux et indépendants ? l'originalité et l'indépendance qui forment la base du sens de l'existence sociale de l'art et de la musique. La fonction de l'artiste dans l'humanité est précise et nécessaire à la bonne santé (mentale) des sociétés humaine.

Sans les arts et la musique, les sociétés humaines deviennent débiles. Ce fait est. Le nier ne change rien. Mais l'empire.

 

Note
* = politique culturelle de répression qui consiste à ignorer les besoins de base des « artistes condamnés » à ce que leurs oeuvres ne soient pas disponibles au public (salles d'exposition et de concert interdites d'accès à leurs oeuvres), à maintenir les artistes dans la pauvreté excessive (par empêcher l'accès public de leurs oeuvres et leurs sources de financement) pour les obliger à les faire employer (salariés pour ne pas créer des oeuvres originales), à les remplacer par des faux-artistes (celles et ceux obéissants qui copient les oeuvres passées en détournant leur sens en faveur des idéologies politiques de domination commandantes et qui sont payés pour ça), à les soumettre au chantage de la subvention insuffisante, à vouloir transformer leur activité artistique de création en entreprise commerciale (masquée par la forme association de la loi 1901) qui ne peut que se terminer en dépôt de bilan, etc.

 

 

 

 

Lecture
. L'artiste avec son rôle en société

Extrait :
(...) L'artiste a un regard, une écoute, une conscience, une sensibilité, une pratique de l'humanité par la création hors de la mêlée des sociétés. L'artiste l’exprime à travers son art (avec un métalangage inconscient compris de tous) pour que l'on puisse : se voir (se prendre conscience), s'écouter et se comprendre (pour développer sa conscience). Les artistes vivent et agissent sur les lieux d'observation de nos sociétés insupportables à vivre pour les autres. Les artistes sont tels des sentinelles, des sentinelles gardiennes de la santé (mentale) de notre humanité (à maintenir un état de non-déchéance psychique). Les arts et la musique épanouissent l'humanité, tout humain le sait, mais aujourd'hui l'ignore volontairement par souffrir et vouloir croire les artistes responsables des souffrances sociales. En réalité, les artistes à travers leurs oeuvres demandent en permanence à toutes et tous « ça va ? » et « tu comprends ? ». L'artiste produit des différences (= l'originalité) pour effacer la peur. L'artiste est libre, en distance, à l'extérieur, il est donc vigilant (car les autres en sociétés ne le sont pas, ce, de leur propre choix, à préférer l'illusion de la sécurité). Il doit être libre pour être vigilant et cultiver l'originalité pour produire les différences nécessaires à développer la sensibilité de la perception. Un artiste prisonnier ne peut que décorer la vie de son geôlier : un artiste prisonnier est un faux-artiste, soumis, obéissant son geôlier. Le rôle de l'artiste est d'alerter nos sociétés de toute dérive inhumaine ou contre-humaine ou anti-humaine : contre la dégradation de l'espèce par l'extinction de son intelligence et de sa sensibilité, ce, à travers ses oeuvres qui questionnent et cultivent la curiosité (porte d'entrée à l'épanouissement de l'intelligence). L'artiste empêche par ses oeuvres tout désir d'ordre hégémonique de dictature totalitaire et par le sacrifice de soi (à vivre dans l'inconfort de sa vie menacée). L'artiste est le garant de la liberté humaine et de l'épanouissement de l'intelligence et de la sensibilité de l'humanité. L'artiste traque aussi les croyances destructrices pour les révéler. L'artiste est le garant de l'imaginaire collectif. L'artiste produit un « héritage humain » reflet de notre humanité. Cet « héritage humain » donne les métiers, les occupations à l'humanité entière : sa raison de vivre dont chacun perçoit un sens de sa vie pour pouvoir produire ses moyens d'existence. Les artistes donnent du sens à l’existence humaine. Les artistes alimentent le savoir (tu comprends ?) de l'humanité pour son épanouissement. Sans eux, nos sociétés se décomposeraient, sans sens, dérivant vers la disparition de sa propre espèce (par l'inconscience de sa bêtise destructrice qui n'a aucune raison de vivre et, que nous subissons aujourd'hui de front). (...) Être artiste aujourd'hui, c'est subir de front toutes ces violences et ne jamais abandonner sa disposition, ni lâcher ce qui doit être fait pour rétablir l'équilibre social rompu par les politiques perverses de domination hégémonique conduite par la terreur de vivre : continuer à créer des oeuvres d'art jusque dans la répression.

 

 

 

En réaction au soulèvement mondial de la jeunesse occidentale en 1968

« La Révolution Conservatrice » (sic) des nantis, déclenche « la Chasse Nationale des Artistes »

 

putes, artistes et étrangers sont les boucs émissaires de nos sociétés

 

La chasse aux artistes (activité politique d'hostilité)

Cette purge des artistes libres (un artiste non libre ? n'est pas un artiste) a été déclenchée, à la fin des années 70 du XXe siècle, en conséquence de « la révolution conservatrice » * qui pour la musique a été initiée simplement, sans heurt, sans vague, à remplacer les impresarios par des directeurs commerciaux, musicalement incultes dans les maisons de disques et chez les éditeurs de partitions. Puis, la chasse s'est étendue à une purge nationale institutionnelle (certains musicologues nomment cette purge « La Restauration » qui révèle une idéologie politique douteuse : celle de restaurer quoi ? l'obéissance civile bien sûr, celle qui paye sans vouloir comprendre ce qu'elle paye et pour quoi elle paye) déclenchée par le président Mitterrand (dans un enthousiasme populaire cru de libération, sic). Politique de ruine poursuivie par tous les autres présidents suivants (y compris socialistes), jusqu'au dernier, puis étendue au monde, dominé par les Américains. Le modèle français est un exemple recopié dans le monde. Les 1ers artistes visés par cette purge sont d'abord celles et ceux qui prônent la liberté dans leurs oeuvres et sont natifs ce pays. Puis la purge s'est propagée aux autres pays européens, moins intensivement, car les autres pays n'ont pas la volonté de supprimer leurs propres artistes des scènes publiques, que tout politicien français agit sans scrupule. Les artistes américains, eux, ne ressentent pas cette purge, ils en sont épargnés (même les + avant-gardistes), car en tant que représentant de l'empire dominant, ils sont favorisés par les pays soumis européens, tel le notre, à massivement financer les projets de création des artistes américains (exemple : 1 millions d'€ pour le New-Yorkais Glenn Branca pour marquer le passage de l'an 2000 à Paris avec un orchestre de 2000 guitaristes électriques ! Heureusement il a refusé**), aux dépens de ses propres artistes rejetés dans l'extrême pauvreté. (Autre exemple, non artistique, de la réalité de cette domination internationale : la commande du président américain Obama au président français Sarkozi d'aller tuer son copain Kadafi et sa famille avec l'armée française n'aurait pu jamais être réalisée si cette domination n'existait pas). La situation s'éclaircit. Aussi, il faut savoir que tous les fonctionnaires sont complices de cette purge des artistes authentiques et +, purge intensément agie par les faux artistes achetés (ou vendus) de ce système répressif cinquantenaire. La censure massive depuis 1/2 siècle des oeuvres des artistes français s'exerce et se réalise par : le refus de financement (monopolisé par le gouvernement depuis 1981) et l'interdiction d'accès aux scènes et salles d'exposition publiques, dont les fonctionnaires se sont emparés des clés.

 

Notes
* « Le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la “révolution conservatrice” de la fin de la décennie 1970. » (François Chesnais, La mondialisation du capital, 1997)
Lire l'appréciation de son livre.

Source de lecture
http://classiques.uqac.ca/contemporains/chesnais_francois/chesnais_francois.html

Ce que François Chesnais nous a apporté dans notre enquête sur le déclin des arts et de la musique à partir de la fin des années 70 du XXe siècle, est d'avoir donné un nom à la révolution bourgeoise qui a déclenché la médiocratisation générale de la culture et du savoir dans notre civilisation, par la censure permanente de l'authenticité artistique. Cette volonté politique de destruction de l'intelligence prise « dans l'étau de la logique économique du profit » (forme du chantage), François Chesnais l'a nommée : la « révolution conservatrice » pour la « dictature des créanciers ». C'est avec cette « dictature des créanciers » instaurée à partir des années 70 du XXe siècle, voulue dans les entreprises culturelles : maisons de disque, et industrie du cinéma que la médiocratie a pénétré notre espace vital. On leur doit, la ruine de l'industrie florissante de la musique et la transformation des arts d'auteurs en divertissement public. La « politique culturelle » est le second assaut contre les arts et la musique, celui politique, pour favoriser le « spectacle public » (= la diversion) et détruire les individualités artistiques.

** http://www.seattlechannel.org/misc-video?videoid=x54560

 

 

 

 

La purge des compositeurs en France commence à partir des années 70 du XXe siècle

Après Makis Solomos, la reconnaissance de cette censure nationale des artistes et compositeurs produisant des différences (et non des copies) pendant + d'un 1/2 siècle se confirme. Le compositeur musicologue écrivain Jean-Yves Bosseur confirme cette « chasse aux sorcières » des artistes indépendants, inventants et induplicables (= inégalisables = ininstituables) depuis l'accession au pouvoir de Pierre Boulez (1975-1977), dont il a été (malgré lui ? *) le jouet et le prétexte de cette « Purge ».

En réalité, je ne sais pas si Pierre Boulez peut être incriminé de cette censure nationale. Car à part gueuler sur les autres parce qu'ils, selon lui, ne faisaient aucun effort d'écriture, et pire d'originalité, il avait des principes renforcés par sa position directoriale, une rancoeur et une colère aussi qui le faisait agir soit en copain (Pierre) soit en empereur (Boulez). Je pense plutôt que Pierre Boulez a été utilisé par les politiciens comme prétexte à la purge nationale contre les artistes authentiques qui portent dans leur art un sens profond de la liberté humaine. Un compositeur de musique contemporaine qui dirige en tant que chef d'orchestre de la musique classique : il n'a pas vu le piège se refermer sur lui, à vouloir prendre le pouvoir de sa musique, il a en réalité favorisé la décadence de la création musicale parisienne et l'invasion médiocratique mondiale qu'on retrouve dans les diverses institutions de la musique à travers le monde qui toutes copient le modèle IRCAM censeur.

Les coupables de cette inquisition grotesque et sans procès, fait qui dévoile leur peur et leur terreur de la liberté et de l'expression artistique, se cachent derrière les fonctionnaires de la culture (suffisamment incultes pour faire barrage à toute initiative artistique originale = au contraire des animations de diversion souhaitées) et les compositeurs et artistes achetés avec un petit salaire et un petit pouvoir pour empêcher les vrais artistes de produire leurs oeuvres en public.

Je pense que les petites querelles qui entretiennent nos isolements entre artistes depuis si longtemps devraient cesser pour donner à prendre conscience de l'ampleur de cette censure nationale des compositeurs et artistes produisant des différences pendant ce 1/2 siècle écoulé. Le fait de cette volonté, agie dans la dissimulation : « moi ? Jamais ! », est tellement énorme et inutile, sachant que la naïveté artistique originelle n'aurait jamais pu imaginer une telle stratégie politique de dénigrement national, il est temps de dévoiler l'affaire pour reprendre les scènes qui nous ont été enlevées durant toutes nos vies. Non ?

L'histoire se répète en permanence (Bach, Mozart, Beethoven adulés aujourd'hui, en ont souffert durant leurs existences) à cultiver la peur pour ouvrir la porte à la domination politique inutile en temps de paix. Nous le savons, les politiciens (et politiciennes) sont des producteurs de guerres, au contraire des artistes qui sans eux l'espèce humaine serait stationnée dans son état bestial ; cette bête triomphante de bêtise (du pouvoir nuire aux autres) qui se développe en Léviathan qui s'institutionnalise à « égaliser les différences » (lire mon ouvrage L'INSTITUTION), telle une épidémie envahissant les esprits apeurés convaincus que les ennemis sont celles et ceux qui agissent en être libre, là, ici à côté. Ces actes sont une nuisance majeure envers nos sociétés humaines, voire une maladie qu'il faut guérir. Et la musique vivante est essentielle pour ça.

Il n'y a pas de « contre-chasse » à réaliser, à juger des « coupables », à perdre son temps de création pour une vengeance nationale inutile qui n'apportera rien de constructif, mais attisera des haines inutiles (rancoeur, peur et colère sont des états qui nous retirent notre indépendance d'agir), les belligérants se reconnaitrons elles et eux-mêmes et auront assez honte de leurs actions, qui ne sont pas venues d'eux-mêmes, mais commanditées par une politique culturelle de lâches (tellement ils sont terrorisés, mais de quoi en réalité ?), ce qui ne les innocente pas bien sûr. Notre rôle est + de les rassurer.

Après 41 années de création musicale, bien que ma production soit abondante dit-on, je vois d'un coup toutes mes musiques (ambitieuses) improduites, dont je rêvais à leur leurs réalisations qui m'a fait choisir ce métier de compositeur il y a 45 ans.

 

Note
* Dans les 2 cas ça ne lui donne pas bonne figure : soit il passe pour un traitre, soit pour un imbécile.

 

 

 

 

1/2 siècle de purge * des artistes de France
et
La purge silencieuse des compositeurs de musique en France,
conséquence de « la révolution conservatrice »

- Ah bon ? mais des artistes il y en a partout !
- Ah, mais ce sont des faux, ça se voit, ils produisent de l'insignifiance !
- Ils décorent sans aucune démarche d'idées originales.
- Ces faux artistes ont été formés par l'idéologie gouvernementale,
- par les commissions de censure nommées « aide à la création » !
- Ces faux artistes se sont mis à la solde des ces commissions (pour obtenir les subventions)
- Ce pour chasser les vrais artistes du domaine public.
- Les faux artistes sont les soldats dissimulés du gouvernement.

La purge des artistes « libertaires »** (mais un artiste non libre n'est pas un artiste, en + de n'avoir aucune appartenance politique) définie par la répression politique culturelle pour les identifier, ce, pour censurer leurs oeuvres de la visibilité publique, coïncide avec ce que les historiens de l'économie politique nomment « la révolution conservatrice ». « La révolution conservatrice » s'est réalisée sans heurt, sans vague, sans que personne ne sache, telle une épidémie, dans les années 70 du XXe siècle, juste après la fausse crise du pétrole (dont la valeur or des monnaies était remplacée par le cours du pétrole : le pétrodollar) annoncée et répétée massivement par les médias, complices de cette purge : rien n'apparaît au public depuis 1/2 siècle. Le seul résultat visible de cette « révolution conservatrice » est la génération du chômage de masses à partir des années 70 du XXe siècle et, à l'opposé, des enrichissements soudains (par spéculations boursières) à partir des années 80 du XXe siècle (les fameux « traders » spéculant des produits virtuels sur le marché des finances). Ce qui est invisible pour le « grand public » est l'état médiocratique résultant en croissance permanente. La médiocratie est la conséquence directe de 50 ans de purge politique des artistes.

La perversion politique** de cette purge réside dans la tromperie nationale de la politique culturelle qui au grand jour annonce le soutien à la création des oeuvres des artistes nationaux, et dans l'ombre opère une censure impitoyable des oeuvres des artistes indésirables. L'évaluation de l'indésirabilité de l'artiste se mesure à son indépendance et à son refus de se conformer à ce qui est commandé (pour les compositeurs à lâcher le courant introduit par John Cage à libérer l'ordonnance de la partition de musique). Oui, la politique culturelle française a introduit le chantage comme arme de censure des oeuvres des artistes libres de ce pays. Les Pompidou avaient commencé avant. L'histoire de l'IRCAM et du compositeur Pierre Boulez trompé qui a trompé ses collègues compositeurs est un des faits de cette perversion politique de « la révolution conservatrice » gouvernée par les banquiers.

Pourquoi vouloir se débarrasser des arts et des artistes ?

L'artiste au XXe siècle et + après la Seconde Guerre mondiale prend une position sociale forte : il invente, il se distingue massivement de la culture de la coutume de l'académisme institutionnel. L'académisme s'affadit. La notoriété des artistes dépasse celle des politiciens. Quand Jean-Paul Sartre est arrêté par la police, De Gaulle s'exclame : « on ne peut pas emprisonner Voltaire ! » Les absurdités politiques et répressives s'accumulent démontrant l'incompétence dangereuse des politiciens envers les revendications de la jeunesse majoritaire du baby-boom après guerre. Ce qui est visible après la Seconde Guerre mondiale est la menace atomique de tout annihiler (pour un bras de fer idiot entre les États-Unis et l'URSS qui ne concerne pas les populations de la planète). Les manifestations anti-gouvernementales, contre les Américains et l'Union Soviétique et nos gouvernements prêts à mettre en danger toutes ses populations, se multiplient (le signe symbole « love & peace » est né de ces manifestations anti bombe atomique, pas des hippies). À l'époque, De Gaulle est dépassé, il démissionnera. Pourtant il travaillait à empêcher l'hégémonie américaine d'envahir le pays (et l'Europe). Ce qu'il n'a pas compris est que les anciens modèles de gouvernement : dominants - dominés, récompenser - punir, etc., tout comportement qui entretient l'irresponsabilité des gouvernés et à mettre en danger des millions d'individus était révolu. Ce n'était pas sa politique de défense du territoire qui était incriminée dans les manifestations de la jeunesse et la plus grosse en mai 1968 (qui faisait partie d'une vague générale de soulèvements de la jeunesse dans le monde). Pompidou élu, il fallait (pour les dominants) « la restauration » du pouvoir politique par la force physique de la police : la répression asseyant la position du dominant envers les dominés abdiquant. Mais ces affrontements de guerre civile (jamais décrit comme tels) ne suffisaient pas. Il fallait réaliser une politique de nettoyage des « idéologies libertaires » qui « empoisonnent l'ordre des choses » (sic) : « oui, à réfléchir, on dit non ». Tout ce qui représente la liberté est alors censuré et réprimé, mais pas comme la répression totalitaire visible de l'Union Soviétique, car les « pays de l'Ouest » (capitalistes) à l'opposé des « pays de l'Est » (dits communistes, mais en réalité des dictatures basées sur la torture), sont définis comme des « pays libres » et : toute répression agit, ne doit pas lui retirer ce label, il faut alors réprimer en secret, de manière invisible envers les intéressés mêmes***. La perversion politique réside dans cette manigance hypocrite. Ce jeu politique, alors créé, est aujourd'hui 1/2 siècle après, banalisé.

Comment cette purge a-t-elle pu fonctionner ?

Par l'ignorance même des artistes de la politique. Un artiste, ne désire aucun pouvoir sur les autres, qu'un pouvoir sur lui-même de réussir son oeuvre projetée, l'artiste n'a pas la capacité d'imaginer des stratégies de prise de pouvoir perverses par l'entremise de complots niés. Un artiste qui ment ne peut pas créer, il ne peut que copier, ce qui dès lors fait qu'il elle n'est plus un artiste. La stratégie militaire de trahison politique est une activité qui échappe aux artistes, comme pour la plupart des gens qui ne savent pas ce qui est en jeu, ou qui se font penser par les autres.

La tradition occidentale de l'artiste rejeté de son vivant est une coutume encore très vivace pour être considérée normale : « Ah, mais tu es en avance sur ton temps ! » (sic). La réalité est que le public est en retard sur son temps présent (à se réfugier dans le passé). Donc, le fait que tout artiste n'est pas reconnu de son vivant par la société dans laquelle il ou elle vit, fait que l'artiste ne s'en soucie pas, puisque c'est une tradition occidentale d'être sourd et aveugle et manquer de sensibilité et d'intelligence d'ouverture d'esprit, même de curiosité (qui ouvre l'esprit à l'intelligence). L'artiste continue à créer sans s'en soucier. L'artiste ne sait pas qu'il est censuré qu'elle est censurée ; puisque c'est normal !

Mais cet anonymat artistique ne devient plus normal à partir du moment quand tes proches, censés te connaître, voire t'estimer, justifient la censure de tes oeuvres, jugent négativement ton attitude et tes ambitions (sans pour certaines et certains s'en rendre compte. Vraiment ?) et considère ton caractère insupportable, qui n'abdique pas à la réalité (sic) de faire comme les autres, en un mot : « ferme ta gueule et arrête de faire chier ». Tes proches qui répètent exactement ce que les fonctionnaires de la culture t'assènent depuis 1981 : « Votre musique ne correspond pas à notre ligne de programmation », « Le dossier ne remplit pas les conditions d'emploi requis pour obtenir la subvention », « Vous n'avez pas d'association, nous ne pouvons pas vous subventionner », « L'objet des statuts de votre association n’est pas conforme à la demande d'aide à la création », « Vous devez nous déposer un dossier », etc., mais de manière + crue, voire cruelle. Ce sont tes amis qui deviennent tes ennemis les + farouches. Mais comme tu ne te mens pas, tu sais (que ton entourage a été infecté par l'idéologie de la révolution conservatrice).

Des milliers de refus. Est-ce normal ?

Jusqu'à un certain point. 41 ans de carrière. Sans aucune reconnaissance, ni même un quelconque intérêt de ton travail, de ne pas pouvoir le discuter avec les intéressés, alors qu'il fait évoluer enrichir et développer la théorie et la musique occidentale, et + : l'ouverture d'esprit ; en effet, il y a quelque chose qui ne va pas. Les salles de concert sont toujours fermées à ta musique. Les gardiens sont devenus + jeunes que toi. Et, si tu te compares avec tes prédécesseurs notoires qui en on fait moins ou autant, tout en développant leur travail. Là, comme une gifle, c'est pas niable : la volonté qui t'entoure existe à ce que tu n'existes pas.

On constate que « tout ce merdier humain se répète » : les bêtes ont peur, la peur crée la guerre, la guerre crée la misère d'esprit, à la fin on se dit vouloir sortir de sa bêtise, on en sort, une fois sorties les bêtes ont peur, da capo.

À suivre...

 

Notes
* Purge ? Élimination par la force d’individus politiquement indésirables. Discrimination + Exclusion + Expulsion. Je préfère bien sûr ce mot + proche de la réalité de l'artiste à : La Restauration proposée par le musicologue Makis Solomos.
** « Perversion politique » comme « artiste libre » sont des tautologies. Une politique est toujours perverse pour garder sa domination, un artiste ne peut pas créer d'oeuvre sans liberté. Pour qu'une politique refuse sa domination à rechercher + une entente sociale demande un effort hors du commun. Pour qu'un artiste puisse refuser son asservissement montre le courage nécessaire qui incombe à la création artistique. La création artistique ne se réalise pas dans le confort matériel, mais dans le contexte intense de la vie et de la mort. Faire dans le confort matériel ne produit que des objets décoratifs.
*** L'ultraviolence policière à détruire les oeuvres et blesser les filles dans les squats (des assauts à 5h du matin par encerclement où nul ne pouvait s'échapper), par exemple, était argumentés de « nettoyage » (des rats de la racaille, sic). Les bâtisses parisiennes à l'abandon étaient réservées aux promoteurs immobiliers.

 

 

 

 

Objectrices ?

A - La Purge des artistes français ? Mais qui sont-ils ? Il n'y a personne. Que toi. Mathius Shadow-Sky.

MS - Bien sûr que non. Les musicologues en parlent, bien qu'à mots couverts (que redoutent-ils ?) et citent quelques compositeurs cibles de cette « restauration » pour la musique précontemporaine ou néoclassique qui trouve son idéal synthétisé dans la musique spectrale et, à effacer les autres courants postcontemporains.

D - Pourquoi clamer cette « purge » ? Est-ce par tradition de « résistance à l'oppression » de filiation maternelle ?

MS - Sans doute. Mais il est vrai que le meilleur moyen de me faire taire aurait été de ne pas censurer autant et si longtemps ma musique. Occuper à musiquer, je n'aurais jamais analysé les causes de la censure de ma musique par les politiques de censure culturelle de mon propre pays.

B - Pourquoi Mathius Shadow-Sky considérez-vous être plus censuré que les autres ?

MS - + ? Pourquoi + ? Est-ce une question pour me faire dire que je me fais de fausses idées ? Le fait que ma musique est censurée par toutes les scènes nationales soumises à l'autorité de l'État est un fait. Dans le cas contraire, ma musique serait à l'affiche des grandes salles. Elle ne l'est pas et ne l'a jamais été depuis + de 40 ans. L'histoire de chaque compositeur de ce pays est différente. Chaque compositeur se focalise sur ce qu'il se dit de faire et de dire. Généralement, les artistes ne prennent pas leurs positions dans le débat politique (qui n'est pas un débat, mais l'imposition inacceptable de leur soumission).

 

 

 

 

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE CETTE PURGE D'1/2 SIÈCLE DES ARTISTES FRANÇAIS ?

La première conséquence est : LA MÉDIOCRATIE. Qu'est-ce que la médiocratie ? Le pouvoir de soi exercé par sa médiocrité. Le pouvoir de décision de chacune et chacun agit par manque de discernement avec le refus de ce discernement qui est agit par sa conviction. La conviction est le canal de passage du triomphe de la bêtise (l'inconscience est le canal de passage de l'idiotie). La médiocratie est la conséquence sociale de la dégradation de l'intelligence (= habilité à comprendre) et de la sensibilité (habilité à percevoir le réel). Cette médiocratie, qui envahit nos comportements depuis 1/2 siècle, ne s'oppose pas à la méritocratie. La méritocratie est le complément de la médiocratie, car le mérite revient toujours à la médiocrité, c'est-à-dire à celles et ceux en manque de reconnaissance sociale qui agissent durant leur vie à tout faire pour recevoir cette reconnaissance sociale tout en faisant croire qu'ils et elles agissent pour le bien de l'humanité. La médiocratie se réalise par le déni de la réalité ou le refus d'agir sa conscience à agir au détriment des autres pour son confort personnel. La médiocratie se déclenche par la peur et par la peur de manquer, ce en société (ce qui est paradoxal, car les sociétés existent pour prendre soin les unes des autres). Ces peurs agissent des conséquences dommageables pour l'esprit humain, dommages qui se réalisent par favoriser les décisions qui nuisent à l'ensemble de l'espèce.

Les arts (pas les animations, ni les décorations, ni les propagandes) ont la fonction sociale d'empêcher la décadence de l'humanité. Quand les arts sont corrompus, cette décadence s'accélère. La peur prend le pouvoir sur les êtres humains qui dès lors agissent à leur propre dégradation. Chasser les arts de la cité provoque la dégénérescence de l'espèce.

 

.

.

 

Qu'est-ce qui nous reste au XXIe siècle à découvrir et explorer dans la musique ?

[MAX avril 2020]

MAX - Après toutes les tendances musicales traversées au XXe siècle, qu'est-ce qui nous reste au XXIe siècle à découvrir et explorer ?

Mathius Shadow-Sky - Eh bien, ce qui nous reste à faire, c'est approfondir ce qui n'a qu'été effleuré. En effet, à passer trop vite, on effleure comme un zapping qui a soif de connaître la palette des possibles pour pouvoir choisir son programme. Un fait remarquant par exemple ; les instruments de la musique spatiale restent encore très primaires pour exploiter des différenciations choréosoniques en temps réel. Faut bricoler, faut adapter, le jeu n'est pas facilité. D'ailleurs, je ne comprends pas, comment en une 40taine d'années de recherche instrumentale, rien d'intéressant n'est apparu de toutes les institutions payées par l'argent public censées inventer de nouveaux instruments de musique : le bilan est vraiment médiocre. Pendant la dernière décennie du XXe siècle, l'excitation était à son comble concernant les nouvelles perspectives instrumentales audio-MIDI et, au XXIe siècle ? Rien. La synthèse par modulation de fréquence a été abandonnée des fabricants au lieu d'être développée, la synthèse par modélisation si prometteuse ne reproduit que des instruments de musique historique, les accès de contrôles MIDI n'ont pas évolué depuis 1983, certains ont même été abandonnés, une vraie hécatombe ! Je bricole toujours avec des outils + ou - appropriés inappropriés. Merde, pour moi ça fait 40 années de bricolage !

M - Je comprends que pour découvrir d'autres musiques, il faut pour ça d'autres instruments de musique.

MS - Tout à fait ! De nouveaux synthétiseurs seraient les bienvenus. Instrumentaliser les générateurs de trajectoires spatiales serait bienvenu. Mais non, il n'y a rien ! J'ai pensé aussi, après avoir révélé les champs scalaires nonoctaviants, à des synthétiseurs d'harmonies pour jouer leurs polymétamorphoses, indépendantes des sons instrumentaux joués (comme pour les spatialisateurs), mais non, il n'y a personne pour faire ça. J'utilise encore mon vieux EMS VCS3 * qui à presque 50 ans ! Pareil pour la guitare électrique : on invente avec ce qu'a donné les années 70 du XXe siècle, pour découvrir de l'inouï d'aujourd'hui ! En attendant, on combine les possibles donnés avec ce qui est donné. Mais ce donné commence à prendre de l'âge ! Les spatialisateurs (générateurs de trajectoires audio) à jouer, je n'en ai rencontré que 2 en 40 ans ! Et encore, ils ne sont pas terminés, mais leurs inventeurs ont abandonné le travail. Ben, je suis le seul à m'intéresser à leur travail, mais je n'ai pas l'argent pour financer leurs travaux. Et les finances publiques s'en foutent. Elles préfèrent gaspiller l'argent public dans des recherches qui n'aboutissent jamais dans des instituts. Drôle d'époque ! Bon, je me plains, je me plains. Mais j'ai quand même réussi quelques exploits avec ces instruments inachevés et bricolés, notamment avec la lampe archisonique ! Et maintenant, ce qu'on joue avec Les Guitares Volantes. Il y a aussi le pianomorphe, un instrument à clavier en constante métamorphose qui est une grosse combinatoire entre une trentaine de claviers identifiables et non identifiables mélangés/synthétisés entre eux et à des échelles nonoctaviantes, tel un gros synthétiseur difficile à manipuler par un seul musicien qui joue déjà du clavier (surtout pour les métamorphoses progressives des échelles entre elles en même temps avec les instruments). Ce qui aurait été tout à fait possible avec des pédales de dosage liées par un programme de liaisons. Mais bon, personne pour faire ça, j'ai fait ce que j'ai pu, avec ce qu'il y avait, sans pouvoir y aller jusqu'au bout, par manque de moyen financier pour payer les inventeurs (pas les chercheurs). Et en ce qui concerne l'évolution de l'orchestre, là, c'est un désastre ! Il n'y a pas moyen et il n'existe aucun moyen de faire vivre un orchestre en dehors des schémas classiques ! J'ai pourtant réalisé de nombreuses tentatives, mais tout se fait pour que ça ne se fasse pas ! On vit une étrange époque !

M - Mais les instruments de musique ne créent pas la composition musicale !

MS - Oui, bien sûr :), les instruments de musique sonorisent la musique, rendent l'imagination du compositeur audible. L'évolution des formes de la musique et de la théorie musicale incombe à l'imaginaire du compositeur. Les amorces multiples impulsées par les compositeurs du XXe siècle, dont les touche-à-tout Stockhausen et Xenakis produisant des partitions de l'improvisation à l'ordonnance stricte ont été particulièrement abondantes à expérimenter des formes diverses. Les compositeurs du XXe siècle ont posé une fondation très riche sur laquelle les nouvelles générations pouvaient développer et approfondir ce qui ne pouvait qu'être effleuré à l'époque, tellement il y en avait ! Par exemple, pour la théorie musicale occidentale, fixée depuis 3 siècles, qui a besoin d'évoluer et de se développer pour créer de nouvelles formes, les compositeurs tels Wyschnégradsky et Xenakis ont posé des amorces qui m'ont permis de découvrir les champs scalaires nonoctaviants. La nouvelle théorie musicale occidentale qui intègre un nombre impressionnant d'échelles inouïes pour une harmonie élargie et dont les possibilités des transformations scalaires et harmoniques, incluant l'inharmonique et le tonal, sont impressionnantes. Pareil pour les formes de la musique, après l'apport des partitions nonordonnantes, John Cage a ouvert un champ de possible très vaste qui m'a permis de créer la partition-jeu (non stratégique, plutôt dans l'esprit de Lewis Carroll) avec des objets-instruments de musique en orchestre et, avec mon imagination de la découverte protohistorique de la musique des possibles avant notre civilisation pour montrer l'illusion du progrès cru, dont notre espèce occidentale est bien trop convaincue (alors que nous vivons une régression bien perceptible). Une autre forme, celle de la musique des Ephémèrôdes pratique la variation de cellules rythmiques en superposition asynchrone et multiscalaire en métamorphose constante, un peu comme l'ébat/ballet de cellules libres dans l'espace liquide de leur existence. Une musique qui attend toujours, depuis 1984 d'être jouée ! Et il y en a tellement d'autres !

M - Comment expliquer cette censure politique de votre musique ?

MS - Les explications sont multiples (et expliquer = déplier, ne donne pas à comprendre la réalité de cette conséquence, elle ne soulage que l'incertitude exprimée par la question). Moi-même, concerné, je n'ai pas la réponse exacte à cette nuisance généralisée envers la musique inventive. Ça ressemble à un brouillard intentionnel qui floute toute démarche à la réalisation de musiques originales, à en devenir irréel ! Les nons viennent de partout, sans être dit, ni affirmés. Même des musiciens. Les mensonges gênés fleurissent et se dérobent. Et il y a ces hauts fonctionnaires de la culture, directeurs des grandes salles de concert et d'opéra, qui se réjouissent à humilier les compositeurs en demande par une rhétorique hypocrite assassine bien entrainée à piéger son interlocuteur dans la dépression des contradictions de l'impossible. J'en ai rencontré quelques-uns de ces assassins par la langue qui n'existent que dans le milieu politique du pouvoir. Ça ressemble être de l'acharnement, à vouloir faire souffrir. Mais pourquoi ? À constater 25 siècles passés, toute l'histoire de notre civilisation est une peine en répétition en perpétuation. La surproduction d'écrits le prouve. Pour écrire, il faut être seul. Nos sociétés occidentales depuis 25 siècles créent la solitude de ses concitoyens. La majorité des artistes-philosophes de notre civilisation occidentale se suicident. C'est qu'il existe bien quelque chose d'invivable qui demeure là invisible à nous posséder.

M - Vous parlez d'amorces à propos des oeuvres musicales des compositeurs du XXe siècle, pourquoi leurs oeuvres seraient inachevées ?

MS - Ce n'est pas dans leurs oeuvres musicales que les amorces résident, mais dans les intentions d'écriture de la musique. Les compositeurs du XXe siècle se sont contentés d'une seule échelle, bien que certains insistaient à sortir de cette monoscalairité en proposant diverses solutions telles, la microintervalité, le retour à la fraction pour le calcul des intervalles, l'évitement de l'intervalle d'octave qui a la fâcheuse tendance à enfermer toute résolution, la tentative inharmonique qu'on retrouve dans la synthèse par modulation de fréquence, etc. : tout ça, sont des amorces à développer. D'un autre côté, le désir de sortir la musique écrite de l'ordonnance temporelle : la partition classique, avec le curseur temporel de l'horloge en chef, qui a été mécanisée par le séquenceur numérique à la fin du XXe siècle, qui à force de machination a rendu la musique aride, ce par supprimer les surprises qu'elle porte en elle, est un désastre pour la musique. La mécanique qui montre le désir, gouverné par la peur, de perdre le contrôle, alors que le contrôle est déjà perdu, puisque nous nous sommes organisés à être gouvernés par nos machines. Nous sommes en pleine déperdition.

MS - À propos d'amorces, on peut considérer que toute mon oeuvre musicale est une amorce. Pour la raison simple que les moyens présents à leur réalisation sont retirés de mon environnement tangible. Donc, par l'empêchement des réalisations de mes oeuvres, elles demeurent à l'état d'amorces ou des oeuvres inachevées destinées à être développées et réalisées par d'autres que moi des nouvelles générations de réalisateures de musique pour la musique (pas pour autre chose, telles les bandes-son d'images ! et autres étouffements de la musique).

M - Vous donnez à la musique un sens qui nous semble être perdu pour l'avoir utilisée comme un produit d'accompagnement à partir de la fin du XXe siècle

MS - Oui, je ne m'explique pas cet acharnement politique par l'économique à vouloir plier la musique à un rôle secondaire (de diversion). La musique est l'art de l'entendre pour comprendre par l'audible le fait de vivre. Retirer cette capacité d'entendre pour comprendre par l'audible le vivre révèle la volonté de dégrader l'entendement et le vivant de l'humain, pour de la diversion. Pourquoi ça ? Le scrupule paraît ridicule. Je vous le disais avant, le niveau de notre tendance destructive, rassemblée dans notre civilisation à entretenir la peine, est très élevé et vraiment incompréhensible.

 

Note
*
LE DOUÇÂTRE AUDIO NUMÉRIQUE
Avec la technologie électronique audio numérique , il semble difficile ou impossible de réaliser des sons « qui grattent » (telles les sonorités du Corticalard de Pierre Henry) alors que l'analogique électronique le réalise sans souci ; ou est-ce la tendance à se taire de produire des sons douçâtres où « le bout des griffes ont été limées par filtrage » dont la musique de film s'en impose et en regorge qui à être la seule majoritairement audible impose son mode d'audition par les outils qu'elle utilise ? Les 2. Le principe audio numérique "du son numérisé" défavorise les sons et les fréquences aigus auxquelles le numérique n'accorde que quelques bits insuffisants pour reproduire la forme complète du son : ces quelques bits génèrent le bruit numérique indésirable qui en fin de parcours est filtré. D'où le résultat douçâtre de sa sonorité.

.

;

.

 

CETTE NOTION DE PUBLIC, OBJET DE CHANTAGE ENVERS L'AUTHENTICITÉ ARTISTIQUE

Le public est la notion politique de la foule. Le public est la notion indispensable pour maintenir la République. La République est la chose publique qui réalise le travail servile de la gestion des populations. La république entretient la politique et l'économique des populations sous contrôle. Ce, par d'abord détenir une information précise sur chaque individu vivant dans la république : genre, nom, prénom, lieu et date de naissance, nationalité, adresse de résidence, etc. Information qui n'a commencé à être collectée qu'à la Seconde Guerre mondiale (commande réalisée par les Français pour localiser les Juifs qui avaient échappé aux Allemands. Aujourd'hui transformé en numéro de Sésurité Sociale). Depuis le XXIe siècle, est ajouté à ses informations d'identité, des informations de goût et de tendance, nommées autrement « publicité ciblée » (sic). À quoi sert la chose publique ? Ça ne sert que la domination politique vendue à l'économique. Rien de bien intéressant pour l'espèce.

La notion de public attachée à la culture résulte d'une volonté politique (de ségrégation et de discrimination), pas artistique. Quand un politique octroie une subvention publique à un artiste, c'est-à-dire décide de donner à l'artiste de l'argent collecté des impôts pour réaliser une oeuvre (financement monopolisé par l'État depuis 1981 et seule ressource pour les artistes), il exige en échange une présence publique massive à la présentation de son oeuvre. [l'exemple de cette lettre de Nicole Belloubet en 2008 prouve ce chantage politique de « la politique culturelle » instaurée en 1981]. Le montant de la subvention accordée dépend de la masse publique envisagée en fonction de la notoriété de l'artiste, notoriété qui est réalisée par les institutions et les associations culturelles subventionnées par l'État. En dessous de 200 personnes, toute subvention est refusée à l'artiste. Ça explique pourquoi le « spectacle de rue » (ne pas confondre avec le théâtre de rue) est la « forme culturelle » favorisée par les politiques depuis 1981 : la foule drainée dépasse les jauges des stades de football. Une foule drainée pour un politique est un potentiel d'électeur favorable à sa politique pour être réélu.

Le chantage et la censure envers les arts résident dans ce commerce défavorable. Car tout le monde sait. Tout le monde sait que l'art réside dans l'exception et non dans la norme acquise reproduite à divertir (= à empêcher de penser et de comprendre). Qui est son opposé. Le politique vendu à l'économique cultive la facilité publique au détriment de la difficulté personnelle à surmonter (pour obtenir la récompense de l'effort à épanouir ses capacités par l'entrainement), ce pour la seule raison de l'élection. Le résultat de cette politique d'abrutissement sur tant d'années a généré la médiocratie actuelle de nos sociétés gouvernée par l'idiotie cultivée de ses membres. C'est l'effet de la dégénérescence de la capacité de l'entendement humain : sa décadence.

Le public est une notion politique pour l'usage de la République, celle de la gestion d'êtres humains anonymes rassemblés dans des villes où les voisins ne se connaissent pas (et ne veulent et ne peuvent se connaître). C'est une notion pervertie de la sympathie entre humains qui se reconnaissent, de manière à justifier leur gouvernement injustifiable, qui n'est utile qu'à entretenir le privilège de la classe sociale qui en jouit. Le public n'a rien à voir avec les concerts de musique, le concert public est une imposition politique pour élargir le gouffre entre savoir et ignorance et, entre sympathie et mépris.

 

La fonction des arts n'est pas la production esthétique
qui n'est que son aspect,
la fonction des arts sert à débêtifier l'espèce humaine.

 

 

 

« La particularité d'une affaire dévoile la généralité de l'état de nos faits »

 

L'affaire Freemuse,
révélatrice de la politique agressive occidentale envers le monde

Il est toujours regrettable de dévoiler la vérité concernant nos institutions occidentales... Ben oui, on les suppose honnêtes ! Et + elles se prétendent défendre l'intérêt de la liberté ou le droit et le respect des êtres humains, et + la chute de leur masque choque le bon sens, tellement leur mensonge, pris pour vérité, dans l'usage du travail journalier salarié banalisé des procédures de dénonciation des emprisonnements ou assassinats ou tortures, sert en réalité à réconforter sa morale « du bon sentiment », à vouloir faire croire, solide, mais qui en réalité dans l'usage est inexistante. Rechercher à se présenter avec une vitrine « du bon sentiment », ne dévoile que des méfaits sont voulus dissimulés (dans le cas contraire, toute démonstration publique d'innocence est inutile).

Dénoncer le sommet de l'iceberg d'une affaire est une procédure banalisée par la presse, et + la presse à scandale. Rendre public un scandale est un délit d'opinion et l'intention d'attaquer les personnes attachées au scandale. Le scandale est une stratégie militaire pour déstabiliser son adversaire. Toute vérité des faits d'une affaire qui amènent à ces extrêmes : emprisonnement torture meurtre, commence toujours par un différend non résolu. Et, au lieu de pointer la source du différend pour le résoudre, ces institutions de « défense des droits » (comme la presse) pointent le résultat final, le scandale qui doit choquer les lectrices, pour légitimer l'existence de ces institutions (qui en réalité, ont la fonction de propager l'horreur des autres — des pays à soumettre — pour que son pays puisse agir sa propre horreur en secret, banalisée par le travail salarié insignifiant).

Freemuse ne fait pas exception. Cette institution qui prétend défendre les artistes censurés, emprisonnés, tués ou torturés est en réalité la vitrine d'une fausse démonstration d'innocence d'une morale voulue sans reproche d'une Europe du Nord qui se croit exempte des horreurs perpétrées par les autres pays qu'elle dénonce.

Fremuse est installé au Danemark et est financé étatiquement par la Norvège et la Suède à hauteur de 750 000 €/an (chiffre 2018). Freemuse se prétend lié à l'ONU, et à la Communauté européenne. Freemuse désire afficher une autorité institutionnelle (bien que Freemuse n'a aucune reconnaissance officielle de tous les pays que Freemuse incrimine).

Aucun cas de censure d'artiste n'est évoqué ni en Norvège, ni en Suède ni au Danemark. Pourtant, les artistes (les vrais, pas les faux générés par la « politique culturelle » française adoptée ensuite par l'Europe pour détourner des sommes d'argent inimaginables) dans ces 3 pays ne sont pas épargnés par la censure de l'exclusion comme tous les artistes originaux qui inventent qui n'obéissent pas aux commandements et qui débordent le cadre politique imposé à leur expression.

Les arts et l'obéissance ne sont pas compatibles. Sinon ce n'est plus de l'art, mais de l'artisanat. Et c'est exactement le but de 40 années de « politique culturelle » qui est en réalité un travail de censure totale des arts = anéantir la liberté de création des artistes en bloquant tous les accès publics à leurs oeuvres originales, ce pour ne donner que des copies conformes à un public conditionné à l'idéologie occidentale représentée par « une esthétique purifiée » * une forme de « design pure » * imposée aux artistes vendus (= esclavagisés par le chantage et leur absence de courage ce qui en fait des faux artistes) pour que leurs oeuvres faussées soient audibles et visibles du public. Les autres ? Les oeuvres véritables ? sont absentes depuis 40 ans des salles officielles de représentation des arts et de la musique.

Le public est la masse anonyme d'individus en foule, comptés pour être gérés (= foule contrôlée et manipulée) par les autorités politiques (= par le contact direct avec la police) et le commerce qui le transforme en clientèle. Le public est une entité nécessaire à la gloire politique (par la foule contrôlée pour obéir) et la réussite économique. Le public est le résultat de la foule obéissante nommée : la république = la chose publique. L'administration sert à mater la foule par le contrôle de ses individus numérotés, identifiés et répertoriés.

Les artistes (celles et ceux qui pratiquent d'abord la scène) ont confondu avec la reconnaissance de leur talent le contact direct avec les applaudissements d'une foule amassée dans l'ombre. Le public est une notion des gens qui impose sa violation. Les artistes admirés se plaignent souvent du viol de leur vie privée jusqu'à la ruiner tout en recherchant ce contact (une contradiction que Maria Callas par exemple a sincèrement exprimée). Enthousiasmer une foule anonyme est exaltant, et + elle est massive et + c'est enivrant. C'est ce que le politique recherche pour sa gloire (dans l'organisation scénique de son discours). Être glorifié par la foule massive anonyme (sous contrôle, car sans contrôle, il la craint. La société de contrôle est réalisée par peur de société sans contrôle. Le syndrome politique de la foule en colère est né au XIXe siècle). Mais cette gloriole ne remplit que ce que la vanité ** vide et, n'est pas le but d'un (vrai) artiste, ou du moins, la gloire est l'effet, quand cet artiste est idolâtré uniquement du fait publicitaire massif et constent autour de sa personne réalisé par la presse (people)***. La gloire ne répond pas au talent. La gloire est l'expression de l'ivresse du pouvoir (par communication de mensonges).

La reconnaissance du talent est actionnée par le manque qui est à la fois le moteur générateur d'oeuvres d'art et de musique. Puis le manque est laissé par le désir du surpassement de soi dans la réalisation de l'oeuvre : l'oeuvre est l'objet de la transcendance de l'artiste. Transcender les possibilités données de sa nature. Pour accéder à cette transcendance dans l'oeuvre d'art, il n'y a qu'un moyen : approfondir ce qui est approfondi sans ne jamais s'arrêter, jusqu'à la mort. Le temps de vie est court. La concentration nécessaire à cette transcendance exige tout le temps de vie.

Agir l'art est un sacrifice sociétal : l'artiste ne peut pas jouir des effets de la société, telle fonder une famille avec le confort de l'endettement et du salariat. Les artistes (les vrais) sont sur la berge des sociétés, tels des gardiens de la santé de ces sociétés. Leurs messages passent dans le métalangage de leurs oeuvres d'art et de musique. Aujourd'hui au XXIe siècle, après 40 ans de « politique culturelle », toutes les oeuvres produites financées par cette politique n'ont aucun message ou ont des faux messages. C'est-à-dire que les individus de nos sociétés pris dans l'anonymat public vivent depuis 40 ans dans le mensonge de leurs croyances d'un monde inexistant protégé par une morale inexistante (pour un comportement acceptable en société, cru de bon goût et de bonne raison : il n'en est rien) représentée par des arts qui n'en sont pas. Les arts sont devenus un artifice publicitaire qui sert une propagande d'une fausse morale d'un bon goût cru purifié.

Le rôle des ONG dans la politique agressive d'ingérence occidentale mondiale est précis. Leur rôle est telle une mère qui après les coups du père console l'enfant battu pour le convaincre de la raison de la violence du père. L'ingérence politique économique = l'invasion. Je l'avais déjà dit pour d'autres organisations. Pour Freemuse, il s'agit + de se convaincre de la bonne (fausse) conduite des pays du nord de l'Europe (les 3 + riches pays de l'Europe qui ne partagent pas leurs richesses avec les autres, mais les pillent, comme les autres pays dominants, à soumettre les populations et les premières, tels entre autres, les Samis à qui a été retirée la gouvernance de leur territoire).

Pour Freemuse, il s'agit de produire « une vitrine d'innocence ». En effet, pour financer une telle organisation qui s'affiche défendre les artistes d'ailleurs, humiliés, torturés, blessés par la censure, il y existe toujours un intérêt (caché) et une volonté personnelle (qui ne concerne pas les victimes qui sont utilisées comme « objets de prétexte » (= raison apparente qui dissimule le motif véritable de l'action) pour leur usage)). Les intendants et surtout les États financeurs de Freemuse, comme avec les autres ONG, se rendent coupables poussés par le désir d'expiation (le pardon ? oui, non) ; le désir d'une forme d'expiation (purification), mais faussée, car l'expiation, en réalité, n'est pas réalisée, au contraire, la conviction de faire du bien aux autres est renforcée (pour cacher le mal réalisé en affamant et torturant les populations considérées « sauvages » ou les populations (minoritaires ?) inconsidérables être humaine comme le « Blanc dominant d'Occident »). Les ONG servent à perpétuer les tortures des êtres humains des pays à soumettre à l'esclavage pour servir le capital. Ce qui est capital pour la suprématie de l'Occident (dont le pouvoir anglais et français a été pris par les émigrés européens expulsés d'Europe en Amérique du Nord renommée : « États-Unis d'Amérique » sic). Les guerres de pouvoir entre nations sont gouvernées par les États-Unis. La raison ? L'audace de sa violence est supérieure aux autres. La guerre de l'information ou + proche de la réalité : la guerre de désinformation sert au viol des territoires et des populations paisibles.

 

Notes
* La « pureté esthétique » conduite par le « design à la suédoise » puis dans l'architecture de luxe des baies vitrées, jusque dans l'informatique d'Apple, esthétique pillée et détournée du sens des créateurs du Bauhaus en Allemagne, école fermée et artistes persécutés par le Nazisme, se retrouve forcé dans le courant musical savant, favorisé/forcé par la politique culturelle européanisée, nommé : « spectralisme » puis renommé par le musicologue Makis Solomos : « la restauration de la plénitude sonore » (lire supra) contre tous les autres courants esthétiques (Gérard Grisey a-t-il senti la vague politique s'emparer de sa création ?). Car dans un esprit apeuré dominant, la liberté n'est pas génératrice de paix ? Est une incohérence pour masquer la volonté d'annihiler la liberté des êtres humains au travail (liberté portée par les arts, pas les faux arts montrés, mais les vrais arts cachés par la force).
** vanité = faire des choses creuses.
*** Le XXIe siècle montre que la célébrité n'a rien à voir avec le talent, mais est le résultat de la publicité massive et répétée focalisée sur des individus.

 

Le déclenchement ? Le fait d'une trahison

L'échange entre le compositeur Mathius Shadow-Sky et Freemuse, où celui-ci demandait un soutien et une aide pratique concernant les 40 ans de censure de ses œuvres musicales par les autorités publiques politiques et économiques, propriétaire de toutes les salles de concert officielles en Europe, se termine par une menace de Freemuse envers le compositeur.

En effet, après que Freemuse ait interviewé le compositeur au sujet de ses œuvres musicales censurées depuis 40 ans de carrière, le compositeur a voulu interviewer Freemuse en retour sur son engagement effectif à aider et à soutenir les artistes censurés et blessés en posant un certain nombre de questions, ceci pour effacer toute confusion sur le sens et l'idée pour ce que Freemuse existe et agit.

La réaction de la directrice de communication de Freemuse a été immédiate :

Cher Mathius,
Je suis Emily D’Alterio, responsable des communications chez Freemuse.
Nous n'avons pas les moyens de répondre à ces questions et de poursuivre ce dialogue.
Veuillez consulter les nombreuses ressources dirigées par mon collègue
[?].
Nous ne pourrons pas vous aider pour le moment.
Meilleurs vœux,
Emily D’Alterio

Le ton autoritaire et impératif de cette lettre en opposition à la gentillesse du ton des lettres précédentes est ce qui a déclenché le dévoilement des intentions réelles de l'organisation, ou ce qu'elle couvre et dissimule. Les questions posées révèlent elles-mêmes les réponses.

 

Documents liés à la révélation :

1. L'échange de lettres entre le compositeur et Freemuse du 20 mai au 13 juillet 2020 (txt en anglais)
2. Les questions de Freemuse au compositeur avec les réponses du compositeur (pdf en anglais)
3. Les questions du compositeur à Freemuse sans les réponses de Freemuse (pdf en anglais)

 

 

.

 

L'idée de LA PLÉNITUDE ? Qu'est-ce que c'est ?

 

- Qui parle de plénitude ?

- Depuis la fin du XXe siècle, son sens se confond avec « état paisible » qui est le résultat de la plénitude, à savoir : être repu = plein satisfait prêt pour un repos dans le calme. Le mot plénitude est utilisé par une classe d'êtres humains qui ont le pouvoir de se repaitre (de brouter) sans limite à se rassasier (assasier – pas assassiner – = apaiser et re- = encore une fois). Un assouvissement totalitaire ? La plénitude doit être complète ou elle n'existe pas. La faim forme-t-elle une attitude d'agitation ? Ce qui est cru. L'urgence de se nourrir pour ne pas mourir (ou de souffrir de l'appel de l'estomac) déploie dans notre esprit des astuces pour arriver à la fin de sa faim. La plénitude est le mot poli pour l'abondance.

- Pour quoi attacher ce mot à la musique ?

- Oui, le mot a été utilisé par un musicologue du XXe siècle pour désigner le dernier courant accepté (par la bourgeoisie finançante) de la musique savante aux dépens de tous les autres, à savoir : « le spectralisme » initié par Gérard Grisey. Grosso modo, la technique compositionnelle spectrale consiste à adapter le spectre harmonique (= la signature harmonique) d'un, ou plusieurs, instrument de musique à l'orchestre symphonique. La musique est une suite d'accords sans heurt. Musique destinée à l'orchestre classique qui a gardé sa disposition du XIXe siècle. L'orchestre symphonique n'existe que grâce à l'institution et à l'argent public (celui aussi détourné par les oligopoles). L'orchestre symphonique est une institution privatisée, L'orchestre symphonique n'a pas été un service public et où ses musiciens ont (presque) le statut de fonctionnaire. L'orchestre symphonique représente dans le domaine de la musique, l'idéal de la hiérarchie et de l'obéissance, l'idéal de la domination : 1 chef à obéir. Tout ce que les compositeurs de la seconde moitié du XXe siècle se sont efforcés à changer. Sans succès, leur musique est devenue interdite.

- Pour quoi le spectralisme a été retenu pour représenter la dernière tendance d'une avant-garde musicale qui a été bannie des scènes musicales officielles ?

- Cette manière musicale, de suite d'accords paisibles, a été retenue par les programmateurs qui dépendent du financement (= chantage) de celles et ceux fortunés en mal de gouverner dans l'ombre nos sociétés. Si ils et elles ne se cachaient pas, ils et elles seraient l'objet d'exécutions publiques. La leçon de 1789 est encore bien présente. Les fortunés avec leur fortune se cachent depuis 1789. 10 ans + tard la re-formation de l'Empire par Napoléon (le lion de Naples ?) et préservé par les Napoléons jusqu'au IIIème, a favorisé le déploiement du pouvoir de la bourgeoisie qui a débouché le siècle suivant à l'institution de la machine industrielle, des ouvriers à remplacer par des robots, masse esclave de l'espèce humaine qui est depuis la Révolution conservatrice de 1973 dans l'étau d'une politique de réduction « des effectifs » (jusqu'à utiliser des virus artificiels mortels pour réduire le nombre d'esclaves, bien que les autres ne soient pas immunisés révèle la bêtise terrorisée en action). Plénitude est le mot qui justifie les meurtres de la classe gouvernante. Une musique qui rappelle ces meurtres est inacceptable dans les salles de concert qu'elle paye. Donc, tout ce qui rappelle ses méfaits est banni des scènes nationales qu'elle finance. Personne ne se pose la question : comment est-ce possible de garder une disposition orchestrale vieille de 2 siècles jouant la musique de compositeurs morts du XIXe siècle aux dépens des compositeurs vivants du XXIe siècle ? Pour quoi refuser vivre son temps historique et se réfugier dans un passé faux et idéalisé ? Préserver la mémoire de la domination bourgeoise du XIXe siècle qui a eu les moyens de se payer des orchestres symphoniques et des opéras ? Cette classe dominante a l'esprit rétenteur, qui cumule, accumule, invente le capital, la capitalisation, les stocks retenus qui font grimper les prix, et celle qui redoute la jeunesse (et la foule – en colère –) qui se dépense, jouit de liberté au lieu de soumettre sa vie à des labeurs inutiles par principe (la cigale et la fourmi). Les principes de Kant (philosophie de l'idéal bourgeois) ont été renversés par Nietzsche (philosophie de l'idéal rebelle) ; dispositions de l'humanité qui terrorise cette classe qui gouverne le monde à ce que les esclaves se libèrent. La contrattaque de la bourgeoisie aux soulèvements mondiaux de la jeunesse dans les années 60 du XXe siècle a ruiné toute perspective de vie intelligente et épanouie de nos sociétés. Le désastre à réparer est immense. Et, dans la continuité de l'idéologie de la « plénitude » : il fallait s'emparer de la totalité des biens de la planète (qui passe par la globalité pour englober « pour tout bouffer ») par la mondialisation (capitaliser = retenir les biens planétaires pour banaliser le chantage envers celles et ceux à soumettre au travail esclave).

- La terreur des gouvernants doit être au maximum depuis + d'1/2 siècle !

- À voir, proportionnellement à ce que ces personnes sont prêtes à réaliser pour garder leur garde-manger plein (comptes en banque regorgeants de fortune indécente), c'est-à-dire à ruiner les acquis d'une évolution de l'espèce humaine à devenir intelligente pour satisfaire leur propre ventre de milles milles fois supérieurs à ses besoins personnels (mais nécessaire à acheter la servitude de l'humanité), en effet, c'est un état d'esprit nuisible à l'espèce. Quand ils ont déclenché leur « Révolution conservatrice » silencieuse après 1968 (même avant, la reprivatisation de la Banque de France date de 1967), les premières manifestations de la jeunesse contre les armes nucléaires commencent dans les années 50 qui voit naître le signe « love and peace » (le rond confondu avec le signe Mercedes !), la désolation de la classe ouvrière, la ruine des arts vivants (accusés être responsable de la libération de la jeunesse) à coup de « politique culturelle » (sic), la ruine du savoir,

- Pourquoi en arriver là ?

- La plénitude est ce vers quoi tendent celles et ceux qui ont peur de manquer. Cette peur de manquer de luxe = « ce que tous les autres ne peuvent pas se payer » (sic). Le modèle d'une noblesse paresseuse servie par le « petit peuple » (sic) vivant de l'esprit du labeur (ou ne sachant pas vivre autrement). Cette peur de manquer est une pathologie, car se donner à pouvoir de ruiner les autres pour se préserver soi est une idée qui ne peut que considérer les autres être ses ennemis et qui exige protection (dans la capitalisation qui sert au chantage). C'est un noeud psychologique, tels ceux que Ronald D. Laing nous a révélés dans les années 70 du XXe siècle. Depuis 1/2 siècle la bourgeoisie mène « un combat désespéré » (contre qui en réalité ? contre sa peur) pour garder ses acquis qui ne lui appartiennent pas (si non, elle ne serait pas terrorisée à ce point pour nuire à l'humanité entière que pour ça). Pour évoluer nos sociétés nous devons nous organiser pour soigner cette plaie. La médecine doit prendre en charge les malades du pouvoir et de la rétention.

- Qu'est-ce que le confort fait de la plénitude ?

- Le contexte de l'entretien nécessaire à la plénitude est : le confort. Sans confort, on ne peut pas se rassasier. Pour jouir, il faut être libéré de tout tourment. Il n'y a pas de plénitude possible sans le sentiment de la satisfaction paisible de la plénitude. L'idée du confort est une invention britannique : « comfort » est le foyer avec rien qui puisse injurier son être, un lieu consolant sa peine par le contraire d'être dehors sous « la fureur » (sic) des intempéries. Le sens d'origine ? renforcer, tel un fortifiant. L'idée du confort matériel psychique physique et spirituel (par la croyance) pour se consoler (dans une tasse de thé « pour se sentir à l'aise ») est passée au français pendant la Révolution française et a créé la banalité (originellement de bannir – loi sous menace de peine –, 1555 : « droit du seigneur d'assujettir ses vassaux à l'usage d'objets lui appartenant », puis ça devient le bien commun de la commune qui à force d'usage annihile l'originalité, le bannissement dans la banalité et des ban-lieues) est la peine de l'esprit bourgeois désirant les privilèges de la noblesse déchue il y a 3 siècles : la banalité d'assujettir ou entretenir la vie des serviteurs sans autre perspective que de servir dans l'asservissement. On rassure sa terreur dans la répétition qui dans les différences l'amplifie. Les arts et les étrangers étant des générateurs de différences, ils sont bannis dans des territoires stériles, pénibles, là où il n'y a rien, là où ils ne peuvent rien. L'idée du confort après l'eau courante et chaude et la salle de bain (inexistante dans les maisons bourgeoises du XIXe siècle) a été renouvelée au XXe siècle par les Américains avec « le standing » ou niveau de vie qui exige avoir et maison vaste et vitrée (« de feuilles de verre solidifiées » summum du luxe : chaud ou frais dedans en « voyant » le froid ou l'étouffant dehors) au design du Bauhaus « purifié » (sic), les voitures personnelles, les arts ménagers et, les technologies écrans de communication : tout ça banalisé dans le crédit à vie à payer de son labeur et de sa soumission. Le confortable (magnifié dans le luxe : la forme dégénérée des arts) est le résultat de l'asservissement de soi par la peur. La peur empêche d'évoluer, elle règne depuis trop longtemps.

 

Note
Les synonymes de la plénitude donne à comprendre les faces cachées des sens du mot : adultie, adultisme, âge, âge adulte, âge mûr, assurance, confiance en soi, épanouissement, expérience (de la vie), force de l’âge, majorité, maturité, réalisation de soi, sagesse. Achèvement, consommation, couronnement, épanouissement, excellence, fini, fleur, maturité, meilleur, parachèvement, perfection, précellence. Entéléchie. Absoluité, complétude, ensemble, entier, entièreté, exhaustivité, généralité, globalité, intégralité, intégrité, masse, réunion, somme, total, totalité, tout, universalité. Abondance, ampleur, intégrité, satiété, saturation, totalité. Acuité, ardeur, complexité, difficulté, élévation, ésotérisme, extase, extrémité, force, immensité, impénétrabilité, intelligence, intensité, intériorité, intimité, mystère, pénétration, perspicacité, profond, profondeur, puissance, science, secret. La plénitude est le mot de la forme du pouvoir politique absolu.

 

 

.

 

LA VOLONTÉ DE VOULOIR TOUT COMPRENDRE

23/10/2020

maX - Qu'est-ce qui motive votre recherche à écrire sur les rapports humains ?

matH - + que la volonté de savoir, la volonté de vouloir tout comprendre. La volonté de comprendre accumule et lie les savoirs nécessaires à pouvoir comprendre. Dans l'immense production d'écrits, énormément sont motivés par la reconnaissance de l'auteur. Ces écrits n'apportent rien à la volonté de comprendre. D'autres, avec la guerre régnante du savoir, sont produits par des faux intellectuels, faux car leur fonction (achetées par le pouvoir politico-économique réel) est de brouiller, d'embrouiller les esprits à pouvoir comprendre. Toutes celles et ceux qui se titrent et apparaissent en permanence et régulièrement dans les médias. La terreur des dominants a atteint un degré où ils se sentent tous menacés. C'est pour cette raison qu'ils ont entrepris de guerroyer pour assujettir (il s'agit toujours de ça) les populations par tous les moyens possibles. Eux-mêmes à être enfermés dans leur caste sont un peu bébêtes, alors ils font appel à des conseillers qui dans la hiérarchie du pouvoir sont des esclaves de « haut-rang » (où tant ?).

J'ai choisi à passer ma vie avec la création, l'invention musicale avec en parallèle une passion pour la philosophie = aimer vouloir comprendre. Aimer vouloir comprendre amène au bout d'un certain temps (j'atteints les 60 ans) à comprendre comment l'esprit peut jouer des tours à la compréhension. Je parlais tout à l'heure de l'ambition qui peut dévier le savant de sa soif de comprendre pour choisir le chemin de la gloire qui indubitablement fausse le pouvoir de comprendre. Pareil pour la brillance, l'aisance déductive et associative créatrice d'évidences crues tellement elles sont éblouissantes. Il est intéressant d'observer qu'il existe énormément de pièges au pouvoir de comprendre. Et je constate souvent autour de moi le ravage idéologique d'une connaissance incomplète, voire faussée. C'est ici qu'on peut faire la distinction entre : connaissance, savoir et compréhension. En français nous avons cette distinction que les anglophones n'ont pas : connaître ce n'est pas savoir. Et savoir ce n'est pas comprendre. Comprendre n'est pas une entreprise intellectuelle glorifiante. Pour comprendre il faut se positionner en deçà de ce qu'on cherche à comprendre. La gloire au contraire positionne l'auteur au-dessus de ce qu'il croit avoir compris. Comprendre est l'amie de l'humilité. Le contraire, la re-connaissance, produit la satisfaction de sa réussite qui est en réalité un échec piloté par son amour-propre, par sa frustration de ne pas se refléter dans le regard des autres : la satisfaction stoppe la volonté de comprendre. Il n'y a pas de bout, à savoir comprendre. Une découverte amène, toujours avec elle, une autre énigme.

Et troisièmement, mon activité sociale de créateur de musiques. Je suis né en 1961. Les années 60 du XXe siècle je les ai vécues enfant, disable en « euphorie libératrice ». L'intelligence des arts, la vitalité de la musique, l'euphorie de la fête, la technologie avec le courage qui réalise des choses impensables : aller sur la lune, tout ça avec la guerre froide atomique des fous gouvernants. Les années 60, je les ai vécues comme une libération de l'intelligence de l'espèce humaine occidentale. 68 a été la tentative de la prise de pouvoir de leur avenir par la jeunesse : supprimer l'idiotie de l'esclavagiste (les patriarches). Mais idiotie dominante. Depuis ce temps, les fortunes patriarcales ont déclaré la guerre à la libération de l'intelligence, car les fortunes vivent de peur + d'idiotie = de terreur (à force de se reproduire entre eux ça donne des idiots). Cette guerre culturelle est toujours actuelle, elle dure depuis 1/2 siècle. L'euphorie libératrice des années 60 a disparu progressivement dans les années 70, tellement progressivement que personne n'a pu la nommer à part les Punks qui avaient compris avant tout le monde ce qui allait se passer : leur « no futur » comprenait la nouvelle ère de la répression permanente par la terreur. Le groupe des 4 : Reagan-Thatcher-Mitterrand-Kohl chacun à leur manière commence la ruine intensive du monde (des esclaves = pas le leur, mais en fait, le leur aussi). En France, cette ruine a commencé par la nommée (et re-nommée) : « politique culturelle » qui n'est pas de financer les oeuvres des artistes, mais au contraire de ruiner la fonction de l'artiste dans la société pour ramener l'artiste à une fonction d'animation d'esclaves : de divertissement : c'est-à-dire décorer la dictature par du vain pour empêcher les esclaves terrorisés de poser des questions embarrassantes, celles qui veulent comprendre. 60 70 80 est un passage net du bonheur possible à la peine sans possible. La dépression des années 80 s'entend dans la musique produite à cette époque. 90 ? un espoir technologique ? Les nouveaux jouets numériques sont arrivés massivement après la destruction politique des liens sociaux durant les 2 précédentes décennies. Une musique injouable gestuellement par des musiciens enchantait nos jeunesses qui désiraient fuir le cauchemar de la guerre sociale. Cette courte décennie, un temps pour respirer ? a été clôturée par la volonté politique créatrice de catastrophes. L'an 2000 était le prétexte idéal pour une « fin du monde » et culminer la terreur à son apogée. La catastrophe réelle ou fausse, ou créée pour être réalisée et surmédiatisée (le mensonge généralisé de la désinformation générale à débuté après 68 et s'est renforcé durant ces 5 décennies) a été l'outil d'assouvissement retenu pour soumettre les rebelles par la guerre idéologique. Depuis l'an 2000, nous vivons une période catastrophiste (initié par la Bible) où chaque esclave vit avec l'idée de pouvoir tout perdre d'un coup à tout instant. La terreur habite confortablement les esprits soumis depuis 40 ans et, est transmise aux nouvelles générations, à leur insu. Et cette terreur ne s'arrête pas, elle augmente par l'application de décrets qui restreignent les gestes des citoyens-usagers-esclaves. Jusqu'aujourd'hui, à lâcher des virus, cette offensive a commencé avec le Sida HIV en 1983 pour se poursuivre avec des virus en forme de couronne, provocateurs de la grippe, modifiés pour générer des pneumonies mortelles. Créer et provoquer la désolation planétaire ne protègera certainement pas les familles fortunées à survivre ces catastrophes, même si elles se donnent tous les moyens de se faire croire y parvenir. Attaquer son espèce revient à s'attaquer soi-même. Le comble de l'idiotie. Où que tu sois, un environnement inhabitable demeurera partout inhabitable. Il est impossible de survivre dans des îlots encerclés (crus épargnés) par la désolation. Et, le détail majeur que semblent oublier ces idiots du pouvoir économico-politique est : ils ne savent pas vivre sans être servis par des esclaves. Sans esclaves, ils vont périr par leurs incompétences.

 

.

 

 

Interview, 16 novembre 2020

Alexandre Leforestier - Pourquoi Mathius Shadow-Sky êtes vous inconnu du monde qui s'intéresse à la musique, alors que vous créez des oeuvres et des théories musicales originales depuis plus de 40 ans ?

Mathius Shadow-Sky - Parce que le pouvoir, l'argent et la nation ne soutiennent pas mon travail. L'intérêt des gens vient après que l'autorité ait approuvé l'éligibilité de l'artiste à sa célébrité. Mais depuis la purge des artistes à partir des années 80, celles et ceux qui sont restés se sont vendus à l'autorité de l'argent contre l'intégrité de leur originalité. Pas moi.

A L - Le pouvoir, l'argent et la nation ?

M S - Les fortunés qui gèrent les éditeurs, les médias, le ministère de la Culture et les gouvernements. Une célébrité n'existe pas pour son talent, mais au prorata de l'investissement financier et des bénéfices et de l'idéologie qu'elle présente et génère. La célébrité est une marchandise qui sert de « montage financier » dans le monde de l'idéologie du spectacle et qui doit rapporter le + grand bénéfice possible. Sinon : pas de célébrité. La célébrité au XXIe siècle est un cheval sur lequel on mise pour gagner encore + ce qui assouvit les autres : l'argent. Vous ne vous demandez jamais pourquoi le cinéma américain a tellement le vent en poupe contre toutes les autres expressions ?

A L - Nous savons que le cinéma américain dominant sous couvert de divertissement est un vecteur puissant de l'idéologie de la puissance impériale armée et civile à laquelle les autres doivent se soumettre.

A L - La célébrité est donc une forme de servitude au pouvoir de l'argent ?

M S - Exactement, le prix est excessif à payer, pour ne pas vivre en paix. Et, je ne suis pas sûr de souhaiter vivre en guerre, car il m'est impossible de marchander mon intégrité ; et j'apprécie trop ma tranquillité. D'ailleurs, ça ne risque pas d'arriver, car les autorités usurpées politiques et financières me redoutent.

A L - Pour quoi ?

M S - Parce que je n'ai pas peur. Parce que je ne me soumets pas. Parce que je dévoile à tenter de comprendre la supercherie du pouvoir et de l'autorité, car il est nuisible au développement de l'espèce, des arts et de la musique. Une politique qui aujourd'hui se dispose sans scrupule à faire périr notre espèce (avec les autres) eux y compris. Le désir de désastre révèle une impuissance d'autorité politique. Nous avons atteint une forme d'absurdité politique où le caprice (l'exigence du pouvoir) ne fonctionne plus comme il est attendu, ce qui donne des commandes politiques incohérentes par rapport à la réalité vécue. Dans ce contexte d'instabilité et de censure planétaire, les arts vivants et la musique vivante n'existent qu'en tant que souvenirs. Aujourd'hui, une considération de mes collègues qui aurait été bienvenue jusqu'à l'année dernière (2019, ndlr) pour réparer, reformer les liens brisés, n'a plus aucune importance, car le désastre des arts et de la musique dans les villes du monde va au-delà des purges politiques nationales des artistes désobéissants. Les artistes collaborateurs de « la politique culturelle » gouvernementale de censure se retrouvent aujourd'hui dans le même bain que les artistes censurés depuis une quarantaine d'années.

 

.

 

Solidarité franche échouée en février 2021

Rappel historique d'une chape toujours en activité

Le chômage de masse imposé dans les années 70, a eu la conséquence de générer une population désoeuvrée, rassemblée chaque semaine en longues files d'attente classées selon l'année de naissance à pointer son humiliation. La désolation atteignait son paroxysme dans les esprits battus. La seconde attaque massive, après celle du chômage de masse, fut l'institution de la politique culturelle. Dont le but réel n'était jamais de financer les arts ravagés, mais de rajouter une chape sur la désolation générée avec le désoeuvrement du chômage. En effet, « les projets artistiques » retenus par le gouvernement et financés par les administrés devaient être décoratifs ou spectaculaires et surtout rassembler une foule, dont du nombre de spectateurs prévus dépendait le taux de la subvention reçue. Les arts et la musique sont retournés dans l'anonymat de la confidence de la clandestinité.

Les premiers squats parisiens se sont remplis de cette jeunesse désoeuvrée préférant vivre la pauvreté ensemble regroupé que la misère de l'humiliation individualisée. Cette jeunesse qui est caricaturée [méprisée] par le cinéma à être déguisée pour représenter « les méchants [post-punk] de la société » qui aujourd'hui avec les squats détruits errent dans les rues avec des chiens, pour les + démunis de ne plus savoir ni faire que quêter pour communiquer. Quand la seconde valve d'attaque a déferlé sur la société, « la culturelle » : (presque) tous les pauvres (jeunes esclaves sans motivation au travail) ont cru à leur rédemption : celle de pouvoir sortir de leur misère d'être rejeté en marge de la société à vivre condamnés à la pioche éternelle du chômage pour se faire racheter par (les gouvernants) la société : le (faux) pardon était enclenché [quand la politique est créatrice d'espoir, c'est pour garder sur ses esclaves la domination de son contrôle, et quand cet espoir s'exprime en masse, ça signifie que la désolation humaine exprime sa défaite en masse : l'espoir exprimé des masses par leur soumission absolue est une victoire politique totale.] La jeunesse désoeuvrée s'est trouvée (enfin) une activité rémunérable (au cachet) : devenir artiste ! L'invasion du monde de l'art par le désoeuvrement, par cette masse croyante manipulée, financée au compte-goutte, commença sa tradition de destruction à partir de 1981. À la fois volonté politique institutionnalisée et à la fois volonté politique individualisée par l'imposition d'une organisation associative pour recevoir sa « subvention » récompense accordée au dossier acceptable [la langue de soumission politique envers les arts passait par les dossiers]. La politique culturelle a financé en masse la copie le décoratif et l'animation contre l'originalité artistique. C'est cette politique qui a fait dégringoler le niveau général de l'intelligence humaine pour se complaire dans la médiocratie, ou l'acceptable des arts dégradés. Le désoeuvrement est une politique de destruction volontaire utilisant le désoeuvrement collectif pour détruire les initiatives artistiques individuelles. L'artiste le vrai est toujours seul : celles et ceux qui travaillent sans relâche dans l'exploration des profondeurs pour extraire l'essence du sens de l'existence, n'ont pas le temps matériel de se regrouper, à s'agir de facilités. L'effort de création artistique exige une persévérance sans relâche, dont même le chantage par l'argent a toujours voulu s'emparer, sans jamais y parvenir. Confondre le sens de la création de l'art avec l'artisanat, où l'un crée et l'autre recopie pour vendre, sans vouloir comprendre la longue démarche qui a pu donner la naissance à l'oeuvre, est l'idéologie imposée depuis 40 ans par une politique culturelle (1981-2021) dont la volonté mal cachée est la destruction totale de l'idée de la liberté de vivre des êtres humains asservis. Après 40 ans de médiocratie, les politiques exécutent le coup final en fermant tous les accès à l'art. Mais là où les politiciens demeurent des idiots : ce qu'ils détruisent, c'est ce qu'ils ont construit eux-mêmes. Les vrais artistes n'ont jamais cessé d'exister à créer leurs oeuvres dans le secret de la clandestinité imposée (ni la répression ni la paupérisation ne change rien).

L'hypocrisie est un mécanisme de défense social, qui empêche son propre effondrement, face à faire face à sa réalité.
Défense qui tombée révèlerait alors sa contribution volontaire servile conduite à forger son masque de sa réalité.

Le gouverné n'est pas de la volonté du gouvernant, mais de celle du gouverné.
Recitons : le mécanisme de subordination, créateur de la domination, publié dans le Mouvement du Monde : app.13.html#tyrannie

 

.

 

Lettre à un ami musicien new yorkais

30 mars 2021

About ridiculous fee M, it is exactly the same in France and in Europe since the 80s (with very few exceptions).

My last gig, last year in January, was free of fee: no fee at all! A friend find a place to perform in town, an art gallery, and: People take, take, they are scared to exchange, to share, to give, to offer: look: the centrebombe.org website host said: “statically there is more than a million of downloaded albums!” But nothing at all in return, even a simple “thank you”, or once in 20 years!

It is time to reinvent for what should musicians have to perform in front of an absent audience.

This music lovers absenteeism exists since the 80s.
To make our music unlistenable therefore: ununderstandable!
There is a schizochrony between what friends and family listen as music and our created ignored music:
Avant-garde music became since the 80s the “Alien (scary) music” from an other incomprehensible world!

Let's look back to understand what happened in the avant-garde music world, the last decades. A short history about the context of music invention from 1977 to 2021: “Years of lies and corruption” in art and music.

The fact is: avant-garde (as = inventive free) music is the focus of economical and political censorship since the 70s. When the patrons of arts decided together to stop to finance living original artists' works. Why the rich people stopped to finance original art creation? For the simple reason that (real free) art makes people become more intelligent. The result of this growing intelligence gave youth uprising in 1968 all over the world: the youth protest against abusive authority driven by stupidity (starting with the professors at university) and violence (war). The reaction from rich/dominant people (= the slaves masters) started after 1968, with as it is called their “conservative revolution” in the 70s. That secret revolution who created massive unemployment: this strategic intention to generate social fear to scare employees (people living from salary blackmail): the recipe to stop the growth of global intelligence. “Stop to think: work!” (sic) says the humiliated workers. (“Working is freedom” was the Nazi dogma written on the front of concentration camps).

In France, since 1981, the “cultural policy” took the relay of the unemployment hostile politics, to start to annihilate free arts and music (or politically unauthorized music and art) by blackmailing artists: to force them to give up their freedom of original art creation in exchange of a “public” grant for expected work, or how it has to sound to be approved to receive prizes (public money from corrupted juries). During my all composer career, I never received any grant from anybody, is the proof I am not corrupted!

In France, and elsewhere, some (avant-garde) musicians took the advantage of these political public grants. Financing their projects: mostly diffusions as festivals and official concert places (for “prestige”). This, to get a comfortable life with a comfortable salary with a sufficient power and glory to be convinced being “important musicians”, with no competition, because “the entrance is filtered” (sic) to avoid any comparison. But these “artists” are acting a violent false competition between musicians to cultivate the hostile feeling in the professional music world. These few musicians-festival-directors took the public grants to finance the music of their clan: “only members allowed”! Always the same musicians programmed during 4 decades, inviting only “their friends” (how can be friends in a hostile relationship?). I know only 2 festival directors in the World who do not play this insane game!

This act of (inter)national censorship provoked by politicians and done by musicians exists now since 40 years. They built the clan of “contemporary music” and “improvised music” (to save the free jazz? No) with few musicians to let no one else to disturb their exclusive abusive ideological power: to keep only the stage for them, by misappropriating public money for their private events. I had a recent violent exchange with one of them in Marseille. Violent because he was insulting me with no reason (except perhaps his feeling of guiltiness) to my questions: “why to act censorship so long?”. We know the answer: by fear of lack.

I left Paris, where I was born, because of that aggressive censorship reason: all concert places was blocked by public subsided (false) artists. But this fear of lack and clan exclusivity exists every where: everywhere the same exclusive hostile clan situation: to keep the power to reject and humiliate the others, in Toulouse, my home city, too as well! The level of hostility in the professional music world in Europe is very high. What a paradox knowing the major function of the music is to generate sympathy!

At IRCAM in the 80s, it was impossible to create any original music with the expensive equipment they acquire! At GRM the composers worked as salary state workers! I performed only once at IRCAM in 1984 because Tod Machover was interested to listen other currents in music, than the official “spectralism”. He received a blame from the IRCAM accountant! The guy who was doing embezzlement, misappropriation of funds, and didn't pay musicians. Jean-Claude Eloy told me this guy was a real bastard and thief. Yes, the IRCAM escape to pay musicians for their public performance, who can believe that?

Spectralism was (and still is) the chosen dominant style to be performed under the label “contemporary music” (I knew Gérard Grisey, he was not the kind of guy sold to the authority, but Murail [= high wall!] Tristan [= being sad], was). And “electro-acoustic music” (French style) as approved electronic music!

Knowing that places to perform inventive original music are so few, and kept by clan ideology: that left no choice for all independent composers and musicians. Without being introduce in a clan = being not member of the “improvised” or “contemporary music” clan, generates the consequence: “you cannot perform your music in your own country” (and elsewhere, because the network is sealed for members only). And this abuse (driven by fear) shapes the sound of the music with most of missing musicians: how many ignored talented musicians I met? is equal. “Fame is synonym of bastardize” is that it? A global politics to poor and kill the live inventive original music built on the idea that: “there is no place/food for everybody on Earth” (sic). A false idea to save the decline of the prestige and the privilege driven by the political domination to keep the industry of slavery. Now it is known.

Most of performed composers in France are (false) state workers (= false because with no guaranties to keep their job) until now in music institution, based on IRCAM model, but with less public money: Paris stays the capital of misappropriation of funds. These, false musicians, directors are paid to produce nothing interesting for the institution: just to show to everyone else in needs the power of their censorship. Official performances are most “fair copies” of what it has to sound. But these dark years of “cultural policy” against art and music free creation are today done: all public grant for art and music are cancelled: a political decision, old of 2 years now. But who are really affected? The real artists? No, all the false ones.

- How it comes that “modern art” was financed so much after the WWII?

- It is Cornelius Cardew who gave me the answer: during the Nazism, most of enriched people was believing in Hitler dictatorship they financed to increase their fortunes. After the WWII, all these people “to stay clean” from any accusation, started to finance massively what Hitler considered as “degenerated art”. Cardew said that Stockhausen being the most financed German composer (only him at Osaka world fair in 1971!) was acting himself as an emperor! He was; as spoiled children, by scorning other composers! I met the emperor at IRCAM before 1984, the year of my leaving “the sterilized world of contemporary music”.

This 20 century “golden age” of means for the arts -knowing what Marcel Duchamp started being the source of American modern art in 1913, and spatial music started with the Philips company's will with Iannis Xenakis in 1957 with the help of Le Corbusier's fame- started to stop after 1968. It took 10 years to establish the disaster in workers' minds to generate the general social depression. In the 80s, the music industry started to collapse (for “minor” and avant-garde music). In the 90s it was done, with a last breath for electronic dance music (what happen with all these talented musicians?). It was during this decade, I founded my own recording studio in south of France countryside: by necessity, to give birth and to give to listen to my music by recording and organising concerts in villages, otherwise impossible in the cities.

With the studio, I started to create a network to make our original music not ignored, but French isolated records labels never wanted to joint together as I was proposing at that time. Remember, my “re:composition of contemporary 20 century composers” project in 90s was to assemble composers from the world to focus on their music: the result? The SACEM forbid me to publish the CD “K. Stockhausen Re:composed” and threatened me to publish the music online: it is online since 2003. In the 21 century, the annihilation of public free original music is complete: there is nowhere to perform at all with dignity. 40 years of underground gigs today? becomes secret gigs! What it is left in that situation to continue to create original music? Concerts as private parties and Internet publishing: centrebombe.org is online since 1997. In 24 years, I was contacted only once by a colleague composer! Knowing that most of my works with other composers are published at centrebombe.org with an average of 350 visitors per day!

What it is important to notice in this affair? To show that original music creation, even so much censored over a half of century, cannot be annihilated: because it is the matter to be human. For me, I got too old now to give up :) Besides, the truth cannot be hidden for ever, this because: Western music creation has a history driven by disobedient composers, not by sold musicians (like politicians). In France we are 5 composers talking/knowing about this massive half century censorship against original music as human disaster: Jean-Yves Bosseur, Jean-Claude Eloy, François Rossé, Frédéric Acquaviva and I, the others? never talk about: as it never existed.

mathius
the thinking musician!

I wanted to group composers in 2010 to think about the social state of music, including the abuse of stolen composers royalties, but as same as a union of independent records labels in 90s : it didn't work!

 

 

.

 

Être artiste en Occident est un acte de rÉsistance
contre la dÉchÉance de l'humanitÉ occidentale GOUVERNÉE PAR SA BÊTISE .

Being an artist in WESTERN CIVILISATION IS an act of resistance
against the decline of our Western humanity GOVERNED BY ITS STUPIDITY.

 

 

.

 

Téléchargements / free Downloads

Compilation de textes révélant la purge des compositeurs français depuis 40 ans (18 pages) :

http://centrebombe.org.org/LA.PURGE.DES.COMPOSITEURS.FRANCAIS.La.dernière.generation.du.XXe.au.XXIe siècle.pdf

Un problème local ? (1 page) :

http://centrebombe.org/LA.DEPRESSION.DU.MUSICIEN.TOULOUSAIN.pdf

Interview of the composer by Freemuse (6 pages):

http://centrebombe.org/First.questions.from.Freemuse.to.the.composer.Mathius.Shadow-Sky_2.6.pdf

Questions from the composer to Freemuse (6 pages):

http://centrebombe.org/First.questions.from.the.composer.Mathius.Shadow-Sky.to.Freemuse.pdf

Questions sur le contexte de l'existence humaine et de la nécessité artistique :

VIVRE l'espèce humaine ou le délire de l'ignorance [html]

 

 

.

 

 

ailleurs ici : 

les disques gratuits téléghargeables du compositeur de l'ombre du ciel des terres illuminées    

les livres gratuits du compositeur du mystère de l'ombre du ciel et des terres illuminées    

Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre : le grand livre de la musique du XXIe siècle...

dates des concerts du compositeur   

archives audio du centrebombe    

 

contact the composer

 

retour au seuil
ou au salon