TESTAMENT

 

TEST AIMANT

 

Un test aimant est un test pour celles et ceux qui m'aiment vraiment après ma mort. Je plaisante :
pour celles et ceux à qui mon ouvrage sert de point de départ (comme je l'ai fait moi-même avec les ancêtres).

AMANTE pas religieuse

L'humanité durant ma période de vie est sourde

Après 36 années de travail musical remettant en question les fondements de ce qu'on croit être la musique, je n'ai pas réussi à provoquer l'intérêt qui m'aurait donné les moyens pour réaliser mes musiques spatio-orchestrales qui dans le contexte de ma période de vie semble vraiment impossible. L'humanité durant ma période de vie est sourde ; et pour un compositeur de musiques (originales = qui viennent là unique exister*) est un paradoxe. Mes ouvrages audibles produits n'atteignent pas le sens de l'ouïe des autres. Sens qui est sensé réveiller la sensation (de l'extatique = du plaisir sans limites percevables) vibratoire. Source de la musique qui communique par les mouvements vibrés des particules de matières. Base sourde ou assourdie. La communication par l'imagination, l'intelligence (aptitude à régler les problèmes) est durant ma période de vie, rompue.

Je pourrais incriminer le malaise social qui se transforme en hostilité des uns envers les autres. Hostilité permanente dans les professions qui fait croire à un « combat pour sa survie » montre l'occupation majeure des êtres humains durant ma période de vie. L'exemple parlant est la bêtise qui règne dans la hiérarchie policière armée pour la torture et l'assassinat. La musique est passée dans les choses inimportantes à vivre (sans intérêt ; son industrie est aujourd'hui en ruine). La musique est considérée comme un accompagnement du visible, la récompense après le combat : « l'alcool, la coke, les putes (à cul) et les grosses caisses » avec une conduite méprisante de supériorité (hostile) envers les autres dans « son film ». Et les autres ? apeurés accrochés à la fonction de leur emploi. Et les autres ? ne savent plus, se cherchent en se regardant, son image multipliée. Le contexte n'est en effet pas propice à l'ouverture d'esprit. La musique sert aux êtres humains + à se mouler dans une attitude de clan pour s'attacher à une tribu, car les êtres humains craignent de vivre par eux-mêmes, autrement dit : de responsabiliser leurs actes, sans se considérer victime et innocent. Montre l'intensité de l'hostilité régnante entre les êtres humains.

 

Si je publie ici

Si je publie en html, pdf (le pdf est propriétaire de l'avide Adobe, mais est le seul fichier de document portable courant visible partout), .txt (le seul format texte sans contrainte mais sans mise en page, encodé en UTF-8 pour être lisible avec tous les OS), .zip (comme conteneur) et .mp3 (propriétaire, mais plus courant que .ogg dans les lecteurs audio-numériques) sur Internet ; c'est pour que mon oeuvre dans son ensemble soit accessible sans restriction : ni péage, ni mot de passe, et autres clés ou codes à décoder qui enquiquinent (qui fait devenir le kiki -pour quéquette- petit) soûlent et emmerdent. Mon oeuvre n'est pas une propriété privée, elle est destinée à toutes et à tous. Elle est donc, même de mon vivant, publique dans le domaine de mon esprit. Personne ne peut prétendre soudoyer ou prendre en otage quiconque pour accéder à mes ouvrages : rendre l'accès inaccessible. Cette volonté au contraire, prédispose à des sociétés basées sur la générosité, le don sans contrepartie, la gratuité et non le péage de la radinerie, de la rapinerie et autres activités de l'avidité et de l'avarice. La musique au contraire de diviser en clans et en tribus pour s'aggresser, sert à lier les êtres humains en créant : de la sympathie vibratoire.

 

Musique philosophique

Mon apport à la musique et à la philosophie est d'ouvrir des portes et de les laisser ouvertes, voire de les retirer pour qu'il n'y est plus de portes à fermer. C'est le principe de l'ouverture d'esprit. Le principe de l'ouverture d'esprit alimente l'intelligence. Ce que l'organisation de nos sociétés dominées s'efforce en imposant le contraire. Pourtant à l'opposé de « vies merdiques », il y a des « vies magnifiques » qui ne peuvent s'alimenter que par l'intelligence la tolérance et la douceur. Il n'y a pas d'autre choix pour faire barrage à la bêtise et à la peine. Rien qu'en disant : bêtise intolérance et violence ; on imagine bien « la vie merdique » ; sans parler de sa victimisation, du sentiment de culpabilité, du piège économique de l'esclavage, de la domination et autres tortures sociales qui se retrouvent au sein des familles. Tout ça, entretenu par l'ignorance et la croyance, avec en face frontalement, l'hypocrisie de l'escroquerie qui ne vit que de larcins maquillés en comportement moral normalisé. La mesquinerie ne sied pas à la musique, ni à l'art en général. La mesquinerie est pourtant le moteur de nos sociétés moralisées.

 

Ouvrir des portes et les laisser ouvertes

Si mon ouvrage ouvre des portes et les laisse ouvertes, c'est aussi pour dire que le travail entamé est trop pour un seul homme. Les expériences historiques d'ouvrages colossaux rédigés par un seul auteur finissent « mal en général » (et ceux qui durent trop longtemps aussi rédigés par plusieurs anonymes), détournées, trahies, banalisées et oubliées ou mal intégrées pour donner des justifications à l'agression et des idées de stratégies agressives. Ce qui pour la compréhension et la vie de nos vies est regrettable. L'ouvrage inachevé permet à ce que d'autres s'en emparent, en créant différentes voies et différents courants pour diversifier + et avoir encore + de choix différents jusqu'à oublier la source. Je laisse beaucoup de questions, des techniques entamées et non développées à cause d'un contexte très hostile à l'ouverture d'esprit de la musique dans lequel j'ai vécu ma tranche de vie de compositeur-musicien.

 

Je pense aux  

Champs scalaires nonoctaviants sont des ouvertures qui brisent le cycle pour aller entendre ailleurs les multiplicités cachées par l'écran du « cycle infernal de la hiérarchie autoritaire » qui cultive la croyance des autres à son servage.

Ecritures ondales turbulentes qui après Iannis Xenakis n'ont pas trouvé un environnement favorable à son épanouissement orchestral.

Orchestres symphoniques transculturels transgénérationnels transclasses, à + de 100 musiciennes et musiciens qui n'ont pas pu faire évoluer la musique massive et spatiale par absence de disponibilité, de compréhension, d'intérêt des musiciennes et musiciens, mais avec beaucoup de tristesse de ma part. Avec des orchestres de joueurs d'objets mélanger à tous les autres instruments de musique.

Musiques spatiales inindustrialisables dans le commerce pour sa fausse rareté que des firmes avec « ses chercheurs attachés » forcent à des encodages inutiles et ratés depuis les années 70 du XXe siècle. Dont le « surround » est une escroquerie à centralisation monophonique standardisée à encercler l'auditeur spectateur fixé en face d'un écran : un assiègement du consommateur qui obéit instinctivement grâce au conditionnement social qu'il et elle a reçu dès son enfance, mais qui n'a rien à voir avec la musique spatiale qui elle, libère les mouvements (y compris celui de l'auditeur) dans l'espace.

Musique-jeux (sans pognon) où partitions-jeu sont le générateur musical pour agir seul ou ensemble un excellent moment. Tout en démontant toutes les fausses croyances attachées à la musique et aux activités de l'espèce humaine entachées de morale dominatoire qui se manifeste dans l'indignation par des ho et des ha outrés de médisance, provoqués par les médias rapporteurs de spectacles dévastatueurs (de se divertir du meurtre) mis à la portée du commérage avec le visage sérieux de l'innocence. Je sais, il y a de quoi avoir honte, d'être un être humain.

...

et à

La résistance contre

La musique mécanisée, banalisée, bêtifiée par arrogance informatique,

Les croyances, la médiocratie, la morale de l'opinion publique, la décadence de l'originalité, de l'ouverture d'esprit, de la tolérance et de l'intelligence générale,

...

 

Pourquoi avoir choisi, comme activité de vie, la composition musicale ?

Composer et harmonie (synthèse), leur sens d'origine non détourné, signifie : assembler (sous-entendu : les différences). La composition musicale est une excellente activité de l'audible pour détecter les fausses croyances de la morale et de la culture (des êtres humains agissants). La musique révèle l'état de l'humanité. Le diagnostic (capacité de discernement) passe par sa sonorité. Quand la musique propose quelque chose de différent et que cette différence est inacceptée, inacceptable, c'est à ce moment qu'il faut se soucier de l'état de santé de cette société humaine et trouver les moyens de la guérir. La musique est une médecine qui a été conçue pour y parvenir. Mon retrait volontaire du monde musical (des sociétés de musique) est devenu nécessaire, car le monde musical est lui-même malade et ne peut plus guérir la société malade. Le monde musical ne peut plus assembler. Pour guérir le monde musical, il faut faire appel à une autre activité dont l'écriture solitaire fait partie.

Au XXe siècle de la fin des années 50 jusqu'au début des années 70, l'esprit de la musique promettait une ouverture d'esprit qu'aucune autre pratique scientifique et artistique n'avait atteinte. Je parle de musique « savante expérimentale » désignée comme telle si mal comprise aujourd'hui. En fait : je continue cette tradition entamée par la philosophie antique. Vouloir comprendre et réaliser ce qui est compris, à travers le champ de l'audible (qui n'a pas, contrairement au langage, de signifié) ; est la base de mon activité de compositeur de musique. Et ce champ, il ne s'ouvre que par l'action de la liberté. En pratique constante.

 

L'esprit de mon apport ne sera pas trahi ?
Le test de l'aimant est là pour ça.

 

 

L'action parasitaire de la vie

Des mondes indépendants qui dépendent les uns des autres.

 

 

 

Notes
* Original du latin « originalis » qui signifie : qui existe depuis l’origine : originel. Origine du latin « originis » (génitif de « origo ») qui signifie : source. L'idée de la source unique et différente des autres « qui ne ressemble à rien » qu'à elle-même vient du désir de distinguer son ouvrage. L'art c'est détaché de l'artisanat, car l'artisanat répète le même : geste, objet et vie.

 

 

re tour à la table : les matières Dans le Ciel, du Bruit de l'Ombre