I         avant-propos

La musique, personne ne sait ce que c'est, mais tout le monde l'explique, au contraire de
la liberté où tout le monde sait ce que c'est, mais personne ne peut l'expliquer.
pourtant et l'une avec l'autre sont rejetées dans les prisons de la censure.
Dans ce livre nous tentons de répondre à la question : pour quoi.

livre rare de compositeur

Je propose dans ces pages, l'élaboration progressive d'un ouvrage constitué de savoirs accumulés. La musique : l'éclosion de l'esprit vibratoire. J'ai pris le parti de nommer ce livre « Dans le ciel, le bruit de l'ombre ». Il se détache de ma pensée shadow-sky (l'ombre du ciel = d'aventurier provocateur) tout en s'imprégnant des résonnances sociales et politiques qui constituent le terreau d'épanouissement de la musique (des arts en général). J'écris, en évolution, un manifeste de composition musicale (un testament ? = un test menteur inachevé ? = un test aimant ?), un outil pour se débarrasser de la médiocratie globalisante : notre virus psychique autogénéré, tueur du vivant créateur qui ternit sa sensibilité et son intelligence et nourrit l'hostilité pour la décadence de nos civilisations et où l'esprit libre de la musique est frappé de censure. Cet ouvrage ne s'adresse pas uniquement aux musiciens, mais à toutes celles et ceux qui ressentent l'absence de la sympathie vibrante. Un recueil d'outils pour cultiver l'originalité vibratoire. Contrairement à l'évolution, l'inconvénient de la révolution est de toujours revenir au même point de départ, ce qui ici n'est pas le cas.

 

dernière intervention intermittente : 23 mars 2017
départ : indatable : beaucoup de textes épars : titrage et rassemblement intentionnel : automne 2007
Dans le Ciel, le Bruit de l'Ombre de Mathius Shadow-Sky (livre libre évouluant 2007-2017)
« On me reprochera d’être bref » (Erik Satie)

 

 

DANS LE CIEL, LE BRUIT DE L'OMBRE
CIEL ! LE LIVRE DU BRUIT DE L'OMBRE dU COmPOSiTEUR qui re:pense la musique

manifeste pour le soulèvement sonique de sa jeunesse

en constance, une pratique antimédiocratique de la musique,

un outil, culture de l'original, d'une vie épanouie dans un contexte hostile
des outils pour cultiver l'indépendance et l'originalité vibratoire

 

La musique aujourd'hui est réduite à un divertissement (une diversion de l'essentiel),
alors qu'elle est une activité majeure de l'expression, de la sensibilité et de la pensée.
Que je vais tenter de comprendre dans les pages qui suivent.

 

"L'exigence de soi est à la fois une obligation pour la musique et une ingratitude pour sa vie.
L'exigence de soi rend sa vie plus difficile à vivre parmi les autres sans exigence de soi.
L'exigence de soi nous positionne dans l'intolérance de la médiocrité et de la facilité. Mais
l'exigence de soi donne à la musique une valeur qui peut atteindre le sublime.
L'exigence de soi demande du courage, de l'audace, de la résistance, de la persévérance.
L'exigence de soi contrarie la « normalité » dont se détache l'unique et le remarquable."
Sagesse du Vieillard ?

II         pré-face à l'esprit vibratoire

 

Comprendre les limites pour mieux les transgresser pour...

Quel est l’intérêt de produire une recherche théorique pour un élargissement de la compréhension du phénomène musical (vibratoire) ? Quelle est l’utilité d’une théorie musicale face à l’expérimentation immédiate du choix : « je garde ou je jette » de ce que j’entends de l’expérience sonore immédiate ? « Laissez-moi brigoler » ! D’autant plus que l’expérience sonique immédiate est plus ludique que l’indirecte théorie qui demande un effort de réflexion à sa composition : des a priori de conditionnements gâtés ? Comprendre est-ce vraiment aussi chiant que l'intuitive absence de réflexion ? Théoriser, permet de se déconditionner des choix inculqués pour se croire libre. La musique sans liberté meurt inexorablement dans le fond sonore d'une masse servile alimentée de stéréotypes. C'est ce que nous vivons aujourd'hui.

La théorie imagine les expériences et l’expérience les réalise : l’expérience et la théorie sont complémentaires : l’une fait avancer l’autre et vice versa dans l’essai de compréhension du phénomène. La théorie analyse et synthétise et l’expérience pratique pour ne pas reproduire un « déjà-entendu » et approfondir l'exploration : nous occidentaux qui sommes condamnés à la tradition du renouvellement permanent, pour ne pas perdre l’intérêt face au phénomène narcissique qu’est la musique en particulier et l’art en général. L’art reste le reflet de l’humanité : sa réflexion. C’est en cela qu’à certaines périodes historiques de complexité (ars nova, sérialisme, etc.), au lieu de « pousser » plus loin l’exploration, la tendance est de « revenir » à une « simplicité » que pourra supporter notre humanité dans la jouissance de son reflet narcissique. Pour ne pas provoquer la brisure : c'est à cette frontière que se situe ma musique. L’histoire de la musique occidentale accumule des « poussées » dans l’exploration de l’incompréhensible et des « retours » dans le confort du compréhensible, cela sur de longues périodes de vie humaine. Pourquoi n’y a-t-il pas de progressions parallèles, pour que l’intelligence se développe dans l’inconfort et ne se tarisse pas dans le confort ? Dans cet état de développement-tarissement, peut-il vraiment exister un progrès global de l’intelligence humaine ? Non, elle stationne dans un mouvement sinusoïdal perpétuel avec ses pics et ses creux. Et où en sommes-nous aujourd'hui ? Avons-nous le pouvoir de briser cette fatalité afin d’acquérir les sens suffisamment affinés pour percevoir les subtilités des complexes du phénomène musical (de l'existence vibratoire) ? Les limites du perceptible sont-elles repoussables au-delà du possible perçu ? Comment se comportent nos limites jouissantes et nos limites d’intolérances face aux provocations soniques de certaines musiques ? Est-ce la tolérance et la prise de plaisir face à des musiques « inaudibles » qui seraient une preuve de l’existence d’une intelligence humaine ? Comment une intelligence humaine peut-elle se manifester dans l’enfermement de sa propre humanité ? Alors que la compréhension exige le dépassement de soi, pour comprendre ce qui définitivement est en dehors de soi ? Mais l’imperceptible n’est-il pas en soi un ..., une contradiction ? Un complexe est directement lié à la perception de ce (qui est) complexe. De ce qui n'est pas compris. Si le nombre de perceptibles dépasse l’entendement, le complexe dépasse l’intelligible et ne peut être conceptualisé. Il y a donc un arrêt face au phénomène dû à sa propre limitation. Cette situation provoque deux situations ou réactions : soit se stoppage est régressé dans la reconnaissance de ses limites perceptives, intellectuelles et physiques (le jeu d'un instrument musical) qui ne sont pas admises comme transgressables, soit ce stoppage est défié pour comprendre au-delà de soi. Je m'efforce de comprendre ces limites pour les transgresser.

 

L'esprit vibratoire

Quel chemin doit-on parcourir pour donner ou rendre à la musique l'état d'esprit vibratoire qui est dissimulé ou perdu au nom de la science, de l'économie et de la philosophie ? La musique (au même titre que la poésie) s'insère entre l'esprit scientifique et l'esprit philosophique, mais en pensant et agissant le vibratoire avant les idées ou la résolution quantitative d'un problème posé. Idéologie qualitative et résolution quantitative sont incluses dans la pensée musicale. Mais ce que la musique a d'unique est le principe de résonnance. Vivre le vibratoire suppose vivre dans l'échange. La musique ne force pas l'action. Elle se provoque de concert par résonnance. L'autre est une condition essentielle à la musique : sans l'autre, la vibration ne se propage pas. Ça ne peut pas vibrer. Il faut l'autre pour que ça vibre. Sans milieu propice à la vibration, elle meurt à sa naissance.

Notre culture et notre éducation de la perception-production du vibratoire sont inexistantes. Le champ audible n'est qu'une petite partie du vibratoire affligé d'un sens basé sur l'alerte. Le son négatif : le bruit, est une alarme (à l'arme, aux armes, à la guerre). Ce qui est réducteur pour un « système » émetteur-percepteur si sophistiqué. Ce que l'Occidental d'aujourd'hui considère, ce qui doit être considéré comme musique doit être opposé à l'alerte. Cela doit nous réconforter. Si cela doit nous réconforter, c'est que le quotidien est inconfortable. Utiliser la vibration audible de l'alerte pour un réconfort (pose musicale) est le même principe que de maquiller une laideur. C'est à la fois dissimuler une terreur et se figurer (imaginer) cette terreur. Une terreur profonde insondable et incompréhensible. La musique occidentale fait fonction de remède réparateur de nos terreurs insondables (cette terreur est à l'origine de notre agressivité). Encore plus aujourd'hui au XXIe siècle où les « musiques faisant ressentir de l'inconfort », c'est-à-dire une musique (« qui fait peur ») qui utilise des matériaux non familiers est sujette au rejet violent (et sa mise à l'écart du marché public). Pour sortir de son état de panique permanent, utiliser la musique comme un comprimé calmant : n'apporte pas la guérison du « mal fondateur ». Surtout, cela ne permet pas de comprendre la fonction sophistiquée de l'audibilité de l'esprit vibratoire. Qui sans vibration, tout serait mort. La vibration est la résonnance de la vie.

à suivre...

 

... Opérer un processus de déconditionnement

L'existence n'est pas longue, arrivée vers la fin, elle raccourcit. Les convictions sur lesquelles nous opérons nos choix se basent sur des croyances éduquées autrement dit des vérités acceptées par la communauté. Vérité qui n'a rien à voir avec réalité (vérité est un non-mensonge, la réalité est ce qui existe en dehors de soi). Mais les nouveaux arrivants : les enfants n'ont pas le choix d'adhérer ou pas à ces convictions « culturelles » : ils sont éduqués (à les obéir). Ne pas adhérer à ces convictions est un acte de désobéissance qui porte à conséquences : celui du bannissement, de l'anormalité, de la marginalisation, de la folie, de la maladie, du rejet de soi des autres. L'état d'esprit global de l'humanité est de se diviser en groupe pour se distinguer des autres groupes et les guerroyer. La guerre est l'occupation majeure des êtres humains. Se battre est l'action ultime dans laquelle on ne pense plus qu'à se battre. Comme si penser était une tare, car elle empêche de se battre. Pourtant une action non réfléchie est toujours désavantageuse à celui qui l'agit sans réfléchir. Se battre c'est se blesser, voire se suicider avec l'aide de l'autre. Pourtant la réflexion est le passage nécessaire au déconditionnement. C'est-à-dire à se libérer de toutes les croyances par lesquelles on est agi au lieu d'agir par soi-même. Dans la création artistique, cette indépendance d'esprit est indispensable pour produire une oeuvre originale. Dans le cas contraire, il y a production de copies décoratives crues originales, à cause du narcissisme développé de l'artiste frustré qui doit se nourrir de reconnaissance sociale.

REFORMATION DE LA LIBERTE DE L'HUMAIN MUSICAL

à l'audibilité infinie des champs inifinis

 

III         TABLE DES : MATIERES

 

IV        comment à savoir la musique [penser et agir le monde avec l'esprit vibratoire]

-1.5 - postulat du manque et du verbe (23.3.2014)
-1.0 - formulation du « bruit de l'ombre dans le ciel » (miajour.2.4.2011)
-1.1 - Jeunesse Vieillesse un combat absurde pour sa vie (25.3.2010.miajour.21.4.2015)
-1.3 - l'antique conflit du réalisme et de l'idéalisme puis la Re:belle histoire d'amour (miajour.31.1.2013)
-1.2 - situation & identification du musicien en question (miajour.1.4.2014)
-1.4 - situation de la musique savante au XXIe siècle (début) : hiérarchie et théorie musicale, arts vs communication (27.1.2013 miajour.10.10.2014)

0.0 - postulat nécessaire à la compréhension du phénomène sonique (miajour.22.12.2011)
0.0.1 - XXIe siècle : la disparition de la musique savante vivante (miajour.20.9.2012)
0.1 - approfondissement du postulat : la manifestation de l'inexistant (miajour.27.11.2011)
0.2 - à la recherche de l'insonique (miajour.8.2.2011)
0.3 - le degré zéro de la musique (miajour.3.2.2011)
0.11 - l'objet du son (miajour.20.12.2011)
0.8 - la perception de la musique et le reste : comprendre son conditionnement (miajour.21.11.2011)
0.10 - les stades de l'audition (miajour.20.1.2012)
0.12 - l'objet de l'écriture, sa phase 3 (30 août 2012 miajour 17.4.2013)

0.4 - pourquoi est-elle ? Groddeck et la formule provoquante de Stravinsky (miajour.24.3.2011)
0.9 - legs de nos aïeules du XXe siècle (miajour.1.12.2011)
0.9.1 - chambre sourde et éducation musicale (miajour.22 septembre 2012)

0.6 - Comment s'apprend la composition musicale ? (miajour.15.1.2012)
0.5 - économie de la composition musicale (miajour.4.2.2011)
0.7 - carrière dans les arts (miajour.11.11.2011)
0.13 - La réalisation d'une oeuvre et l'exigence élaboratoire (21.12.2012)

1.0 - le rôle vital de l'ex-Pli (castion), puis mensonge & causalité (miajour.7.7.2016)
1.1 - limites du réel & limites du possible (miajour.30.1.2013)
2.4 - la peur est un limiteur (miajour.18.1.2012)
1.2 - situations contextuelles confrontées à la volonté créatrice (miajour.23.1.2011)
1.2.1 - le rôle de l'artiste (miajour.30.4.2013)
1.3 - l'utopique dans la dystopie (miajour.20.1.2011)
3.0 - les marges de l'intolérance des seuils de la tolérance (miajour.12.12.2011)
1.7 - croire : le constituant communautaire ? (miajour.4.3.2012)
1.1.1 - L'idée, la représentation et la réalité imaginaire (qu'est-ce que la création originale ?) (5.8.2013 miajour 30.12.2013)
1.1.2 - être libre, être possédé : savoir utile, pour ne pas gâcher sa vie (25.12.2013 miajour 30.12.2013)
1.1.3 - les mondes autonomes dépendants pour leurs survies (30.1.2017 miajour 2.2.2017)

1.4 - musique arme de guerre ? (miajour.26.2.2012)
1.5 - cosmogonies et mesures du temps : situeurs musicaux (miajour.17.7.2009)
1.6 - l'arsonique médical : la musique est tactile (miajour.10.6.2009)
1.8 - pourquoi faire de l'argent avec la musique ? et la perversité du financement des arts (miajour.10.3.2012)
1.9 - pour en finir définitivement avec la notion de public (miajour.8.2.2013)
2.0 - la musique, la puissance et la nation (miajour.23.2.2011)
2.1 - la soumission artistique (miajour.16.2.2011)
2.2 - ouïr et entendre (l'obéissance apprivoisée) (miajour.15.2.2010)

V

comment faire et créer de la musique originale [cuisine de compositeur] à enchanter les autres dans la sympathie

9.0.0 - Les instruments de musiques et la musique (miajour.28.8.2013)
9.0 - l'évolution des instruments de musique
        ... vers le haut-parleur
(miajour.15.1.2011)
9.0.1 - technique instrumentale : jouons l'erreur (miajour.26.3.2011)
9.1 - le comportement des matières vibrantes instrumentalisables (miajour.12.6.2011)
9.2 - [le monde] des objets : pour la musique (miajour.9.2.2013)
        le micro de contact

9.2.2 - exemple de la lampe archisonique (miajour.23.11.2011)
9.0.2 - les instruments classiques : ces inconnus(11 septembre 2012. miajour14.6.2013))
9.6 - instruments de musique câblés
9.3 - les synthétiseurs
9.4 - les méta-instruments
        instruments de musique hybrides
        le studio d’enregistrement instrument de musique
            enregistrement (micros, préamplification, filtres, compresseur, supports)
            mixage
9.5 - les instruments de musique informatiques (dans le monde de l'ordinateur)
9.7 - instruments inventés et combinés
9.8 - le taux de liberté des instruments de musique prêts à être achetés
9.9 - choisir son instrument de musique, un moment privilégié ?

16.0 - la formation d'orchestres au XXIe siècle (miajour.20.3.2016)

jouer au-delà de ta culture : l'orchestre transculturel et transclasse : à venir de l'humanité
11.0 - musique transculturelle musique transclasse (échapper à l'univocité de l'occidentalité)
11.1 - le temps, sens identitaire des cultures
11.2 - les systèmes musicaux étrangers ne communiquent pas entre eux
11.3 - mélanger les systèmes incompatibles à priori
11.4 - autres outils pour la composition musicale
11.5 - idéologie musicale transculturelle (miajour.23.8.2009)

cuisine profonde de compositeur (ceux qui posent avec) :
NONOCTAVE SCALAR FIELD HARMONY / L'HARMONIE DES CHAMPS SCALAIRES NONOCTAVIANTS
]y√x ou x1/y[=> ouverture de la théorie musicale classique vers l'étendu infinie des champs scalaires vibratoires pour la musique libres
théorie des champs scalaires, théorie des tranches localisatrices
THÉORIE DE LA MUSIQUE du XXIe SIÈCLE des vagues des liens des champs mouvants possibles

[power pointed introduction to the Theory of the Nonoctave Scalar Field Harmony, pdf 11 pages 700Ko]

10.0.7 - comment ça a commencé ? (miajour.24.2.2016)
10.6a - accorder son instrument sur d'autres gammes (miajour.6.10.2013)
10.6b - exemple de l'accord de ma guitare électrique Meteor (miajour.24.3.2011)
10.14 - naissance de la théorie musicale occidentale (et la restauration de la liberté par la généralisation de la THEORIE DES CHAMPS MUSICAUX) (miajour.3.11.2015)
10.13 - les métamorphoses historiques invisibles et les attributs du son musical : du quantitatif au qualitatif (miajour.25.04.2014)
10.6c - pour en finir définitivement avec la croyance de « l'harmonie des sphères » (sic) (miajour.24.10.2015)

10.0.0 - hauteur : un problème d'élévation : la pesanteur des fréquences (miajour.3.3.2011)
10.0.1 - intervalle : un problème de communication par l'identification de la distance, créant en nous la différenciation perceptuellement binaire : 2 (1.10.2013)
10.0.3 - échelle : des suites équidistantes en séries infinies pour se repérer dans les champs vibratoires par la sonorité (11.11.2013)
10.0.4 - mode : une palette crantée irrégulièrement à tendances sentimentales ? (13.11.2013)
10.0.2 - le nom des notes : comment nommer plus de 100 000 notes et s'en rappeler ? processus d'identification et de mémorisation nécessaire ? (16.8.2014)
10.2.0 - 101 divisions scalaires de l'octave à comprendre pour son évasion (miajour.6.10.2013)
10.0.5 - introduction graphique à la représentation significative des échelles
10.0.6 - accord : apport du passé et son dépassement avec l'éradication définitive du racisme inutile (20.11.2013miajour2.4.2015)
10.0.8 - la nouvelle théorie de la musique du XXIe siècle (présentation) : l'harmonie nonoctaviante des champs scalaires morphiques (rexpliquée) (5.3.2016)

à la découverte des échelles inouïes ou l'exploration scalaire :
pour les impatients.es : téléchargez les 257 échelles nonoctaviantes découvertes pour l'instant [zip 118Ko] format Scala

10.1.1 - exploration et découverte d'échelles inouïes (d'autres sonores nécessaires à l'ouverture d'esprit) & la forme divisionnaire de l'outil
10.1.0 - 53 échelles nonoctaviantes issues des 8 échelles micro-intervallaires multiples du ton (miajour.20.10.2013)
10.1.2 - découverte d'échelles nonoctaviantes issues des échelles octaviantes (qui ne divisent pas le ton) (miajour.6.10.2013)
10.1.3 - découverte d'échelles nonoctaviantes issues des intervalles nonoctaviants de Z12 (qui ne divisent pas le ton) (20.10.2013)
10.1.4 - découverte d'échelles nonoctaviantes issues de la scalairisation des intervalles de la série harmonique pour la conciliation entre les Tempéreurs et les Intonateurs (miajour.15.12.2013)
10.1.5 - découverte d'échelles nonoctaviantes en + issues de la mesure en cent elle-même (21.9.2016)
10.1.8 - constitution des modes nonoctaviants du Champ Scalaire (il y en a tellement !)
10.4.0 - liens des métamorphoses des modes de correspondances entre échelles (connexions du champ scalaire) (25.11.2013)

10.3 - pouvoir noter toutes les échelles, modes et gammes possibles ensembles et en même temps (miajour.7.10.2013)
10.4 - le Champ Scalaire Opératoire organise les micro- et macro- scalarités en vastes opérations d'accords (connexions de révolutions)
10.1.5 - .5A la transposition (déportation) dans le Champ Scalaire : décontextualisations du mode = les gammes nonoctaves
10.6 - les asystèmes des asystèmes mouvants à connections infinies se retrouvent dans les Champs Scalaires (Scalar Fields)
10.11 - musique multiscalaire : la théorie des Champs Scalaires
SOM & MOM = métaSytème Opératoire pour la Musique dans les Champs Scalaires
(Scalar Fields, Multidimensional Map of Musical Operating Metasystems)
(miajour.31.8.2013)
10.16 - le diapason (fréquence étalon) et l'oreille absolue & les glissements scalaires et les mouvements du diapason
10.12 - faire sonner ensemble au même moment pour obtenir autres choses :
l'artmonia (de l'assemblage, pas d'armes au nid) nonoctaviante des champs scalaires = révolution musicale
(miajour.8.6.2014)
10.5 - naissance d'un champ scalaire : mise en branle des palettes de l'artmonie étendue : une entente dans l'accords de différences des échelles, modes, gammes des Champs Scalaires (27.11.2013)
10.19 - le synthétiseur d'échelles des Champs Scalaires nonoctaviants +

Il n'y a rien de + précieux qu'un geste (humain) traduit en vibrations : RYTHME

10.18 - le geste essence du rythme de la musique où l'attitude immesurable forme le rythme de l'identifié vibratoire (13.6.2015miajour14.3.2017)
10.8 - tableau des valeurs de durées (miajour.4.3.2011)
10.8.2 - comprendre TOD, le Traitement Occidental des Durées en musique (miajour.24.3.2011)
10.10 - du rythme-chant (arithmétique) au rythme-danse (géométrique) : modulation (miajour.6.12.2012)
10.9 - rythmes élastiques, hésitatoires, et : mécaniques (miajour.8.6.2014)
10.9.1 - rythmes déphasiques loopiques ou décalés (5.11.2016)
10.9.2 - rythmes élastiques éphémèrôdes
10.9.3 - rythmes satellites (10.3.2017)
10.9.4 - rythmes « accelral » accelerants/ralentissants à l'aide du triangle des valeurs pointées
10.9.5 - battue ou pas battue, là, est la question (12.3.2017)
10.17 - les glissements scalaires et les mouvements du métronome
app. 10.15 - formules nécessaires pour les conversions temporelles quantifiées en musique
app. 10.16 - Peter Giger : l"art du rythme (à sa manière)

retour de cuisine profonde ?

the myster shadow-sky music space project since 1980
le LOIn [Laboratoire d'Ondes Inattendues Nomades]
the E-Motion Lab for:
musical instruments as buildings edifices as Sonic Architecture
the Scenophonic and Archisonic music Lab as l'EXPLORATOIRE

8.5 - L'espace n'existe pas, comme on l'entend (28.11.2014)
8.4 - après les dictatures meurtrières, la prise de conscience de l'espace multidimensionnel ou la désonorisation du concert (16.9.2013)
8.0 - la musique (l'humanité) libérée dans l'espace (miajour.6.6.2013)
8.6 - comment simuler le déplacement d'un son dans l'espace et le composer ? •• (28.11.2014 miajour.2.2.2015)
8.7 - composer la musique de l'espace (topophonie, scénophonie, géophonie) •• (26.1.2015.miajour.8.2.2017)
8.1 - analyse des obstacles (sans stratégie militaire)
8.2 - les musiques spatiales, les tendances et les possibles
8.3 - architectonique vibratoire : des murs de sons forment des bâtiments soniques
8.8 - comment les mélomanes (les maniaques du chant ?) peuvent-ils écouter la musique spatiale ? (4.4.2014)
8.9 - 1998, discussion entre

13.0 - l'architecture instrument de musique
13.1 - la structure gonflable pour la musique
13.2 - les parois acoustiques de la musique architecturale
13.3 - l'architecture politique, un hors sujet pour la musique. pourtant

7.0 - excès de partition (17.7.2009.miajour.31.7.2016) dernier texte du chapitre : L'ORALITE puis : LE PLAN puis :
Quand on sait que la notation musicale classique généralisée a été conçue uniquement pour le choeur, on ne se demande plus pourquoi  il y a disjonction entre  le plan de l'écriture de la commande et  la musique.
7.1 - le signe musical : transmettre ses intuitions de compositeur par les signes graphiques (misendoute.16.5.2014.miajour 22.5.2014)
7.2 - anatomie de la note : rassemblement de commandes dans un signe idéographique ?
7.8 - écrire la gestualité instrumentale : sens de la proposition écrite (3.8.2014)
7.3 - à la découverte de signes, appropriés à différentes approches musicales
7.4 - rassemblement de signes dans le projet musical : la partition (la perdition ?)
7.5 - le destinataire : le musicien (pas : anal-alpha-bête) ou lire pour jouer : lire pour vibrer.
7.6 - problèmes de la reproduction : l'édition le concert
7.7 - le principe de la continuité et de la discontinuité dans l'écriture de la musique turbulente (miajour.22.2.2011)

12.0 - la « musique improvisée » (miajour.20.9.2013)
12.4 - « l'action sounding » ou la composition musicale immédiate avec des signes gestuels prémédités ? (miajour.24.3.2011)
12.5 - formalisation de l'improvisation (une contradiction utile ?) en permanence quotidienne
12.1 - exploitation instantanée de situations imprévues
12.2 - improvisation écrite : abolition de la gomme
12.3 - improvisation sonore : composition immédiate

15.0 - qu'est-ce que la forme musicale ? A quoi ça sert ? (4.3.2011.miajour.20.8.2016)
15.1 - identité remarquable et altérité commune (fonctions formelles premières d'opérations de la musique) (miajour.30.8.2014)
15.3 - les procédés de composition qui créent les formes de la musique (à partir de la Physique d'Aristote ? non)
15.2 - le masque dans la forme (miajour.3.6.2011)
15.4 - le JEU : fondateur de la nouvelle écriture de la musique du XXIe siècle |1980 (21.6.2014)
15.5 - le silence

DEMENAGEMENT
les chats pitres (pas drôles) : Cinéma 17 et Ordinateur 14 ont été déménagés dans les annexes (+ bas). Ordinateur et cinéma sont des moyens annexes, voire non nécessaires ni indispensables à la création musicale originale. Bien que j'aurai pu placer Ordinateur 14 dans le chapitre 9 des instruments de musique, mais bon, le mien tombe, en panne, à répétition, demande un péage permanent, contrairement à un instrument de musique acoustique, même électrique.

...

VI

Les musiques du Myster Shadow-Sky :

Il est temps de devenir des êtres humains.
Composer, c'est disposer des objets : les êtres humains ne sont pas des objets.
Proposer, c'est donner une configuration d'un ensemble d'idées à jouer dans le contexte particulier de la situation.
Disposer, c'est faire fonctionner la configuration proposée propre au contexte.

Au XXIe siècle, le compositeur décoré de prix est un copieur (de musique classique).
La période compositeurs-exécutants (du XIXe au XXe siècle) pour l'épanouissement de l'intelligence de l'humanité est devenue obsolète.
   L'ordonnance dans la discipline est une expression de la bêtise gouvernée.
Propositeurs et dispositeurs ont remplacé les anciens compositeurs et exécutants.
La liberté est une nécessité pour tous les arts et toute l'humanité à ce que nos esprits soient sains, en bonne santé et + : épanouis et sensés.
Propositeurs et dispositeurs font de la musique ensemble (pas obligatoirement audible) sans être obliger de payer (sacrifier et soudoyer)
ou de revendiquer sa propriété qui ne lui revient pas.
La musique est une oeuvre collective qui n'appartient à personne, et à tout le monde.

1979 - une branche prénatale de la « noise music » orchestrale : Cauchemar Atomic (Atomic Cucumber)
1980 - musique protohistorique & : sans personne .1980; à 2 : 5000 Years After Music from the Genoscopic Kalandar .1995; Live in New Europe AD .1997)
1980 - jeu à musique & musique à jeu : ludisme sonique (antidi-version) : Ludus Musicae Temporarium (1980)
1980 - musique avec des instruments non de musique : la lampe archisonique et les autres (Ludus Musicae Temporarium, Concert Bouffe, 6sssssseX+2eX (grand orchestre d'objets),
1981 - musique musculaire : Tension (miajour.7.7.2012)
1981 - opera happening : Momus
1982 - musique en contexte archisonique : Ourdission il va se passer quelque chose...; Rion Riorim = Rewarmed Riot ; Over Gap, mirror? = Au delà du Gouffre, du Mirroir ? ;
1982 - musique errante : les lignes d'Erre (1) (2); Erre (1) (2); les Voix des Airs; (miajour 25.6.2015)
1983 - détournement d'instruments de musique classique : Il m'est impossible de donner un titre à ce phénomène, car l'indicible au-delà des bords extrêmes de l'espace et du temps ne porte pas de nom (guitare classique) ; Dïngx (objets à cordes du Bauhaus); les Explorations Saint Ethique (guitare électrique);
1983 - musique miroir d'un réel et son double (copie) : Miss Terra (piano réel contre piano artificiel)
1983 - installation sonique systémique extérieure outdoor ludic electronic sound system installation : Déviation pour 2 (musique avec matériau sonore insignifiant)
1983 - musique parasitaire : Avant Eve & Adam & Après .1983 ; Jeu des Parasites Gonflés .1984 (miajour.4.3.2013) ;
1984 - musique cérémonielle archisonique infinie : les Ephémérôdes Cardent des Chrônes (miajour 21.6.2014) &
1984 - musique cérémonielle archisonique infinie : les Atirnons Erreurs des Temps (miajour 30.6.2014)
1985 - musique dans le délocalisateur arboricole de vocaux : l'arbre à micros : the mictree (pour une Atirnon soliste dans le principe de l'Erre)
1985 - musique dans le délocalisateur tubulaire de soniques : the tube-space-system
1985 - installation sonique dynamique : Brownian Escape; the Escape of the Idiot;
1986 - opéra sans parole : le spectàcul : Je suis d'Ailleurs .1986; La Commedia Del Suono .1988, .1986+.1988=.1990;
1987 - musique improvisée pour orchestres symphoniques subventionnés : Score Out;
1987 - musique en chambre : Quasi Mortal Bedroom Chambre Presque Mortelle;
1988 - musique à voix crue : Opera-tion Della Bocca d'Amore .1988.90.93; The Raw Voice of Cooked Exil .2000;
1989 - musique à contrecoeur divertissante : le Trio Fonic : Bauhaus NeoFonics .1986.87.88.90
1991 - musique à chanson antipopulaire anti pop song : Karioka the Divine .1991 .94;
1991 - musique de voix artificialisées : 6 Milliard de Voix sans Air .1991 .96;
1992 - musique transorchestrale : La Farsa del Sonido .1995, Situations Innommables dans la langue où le goût étrange et étranger à la parole incompréhensible .2000,
1993 - musique à voix crue et digestion électronique : Mangé;
1993 - musique débruitiste (débruitifiée) denoised music : Boring Space (processus d'insignifiance musicale)
1994 - musique concrète pour la danse en boite : Strange Night with Mr Shadow-Sky;
1995 - musique re:composée : XX century contemporary composers re:composed project; projet 4C;
1996 - musique transculturelle symphonique : Syn-phônê NO 1 le boxon ensemble .1996; Syn-phônê NO 2 le beau chaos .1997;
1997 - musique de rencontres : S.P.O.R.T. .1997, .2005; Aloof Proof .1997, .2006, 2013 ; les Entreprises Glorifiées .2006; Nicoblast .2007 .08;
1998 - musique collective à plusieurs compositeurs : the Houston CCMM Artchêstra (Collective's Composition Music Makers) : Lost Vibrations in Houston;
1998 - musique discoureuse et sportive : Knots System in Miami;
1999 - musique incomplète : Infected or Imperfect Life for dj 1999; Asseeeeeeeeez pour les autres 2010;
1999 - musique dans le délocalisateur tubulaire gonflable : the inflatable-tubes-space-system;
1999 - musique à ballon piège à sons localisés, pour salle de concert sphéroïde supprimant la permanence du son au centre des édifices sphériques.
2000 - musique en installation archisonique gonflée : Ourdission génération 2; A Floresta; l'Orgonfle;
2000 - musique de pianos : 3 éphémérôdes cardent quelques chrônes partis du milieu de la bombe ; Le Piano peut-il Sonner sans les Noirs ?;
2000 - musique du presque rien pour écouter le silence : Winds of Skins .se fondre dans la rumeur de la nuit;
2001 - musique à voix artificielles : No Things .2001; 23 miniatures for commercials .2002;
2001 - opéra robotique espiègle : No Things;
2002 - musique banalisée : 23 miniatures pour la pub;
2002 - l'OVO : l'Orchestre Virtuel Organisé
2002 - concerto pour OVO et soliste : Jeux Interdits 2002 ; ti.Me has No Age .2003; HELP inTension .2007; Les Complices du Silence .2009;
2004 - musique dissimulée : le Rêve des Femmes-Poisson;
2004 - musique d'attente pour lieux ennuyeux, musique insignifiante soliste : Boring Space .1993; 3 Bêtes Ethérées à la Gare .2002; Au Musee d'Art Moderne .2002; Waiting Room - if we don't move nothing will happen, yes let's stay quite (breath & radio edit versions) .2004; Activity of the Deads .2005; Attente Polaire & Au Fond du Vaisseau .2005;
2005 - opéra bouffe du sphèrement familial : La Farsa Humana;
2005 - opéra multitélévisualisé : Test-Aimant;
2005 - musique inachevable, épisodaire avec les Shadow-Sky-Ensembles jouant Les Lézards Etranges des Univers Improbables en 5 épisodes .2005,.06;
2006 -> 2017? musique modélisant l'espace : Unisolable & unduplicable, the recipe of freedom : projet
2007 - musique de secours : HELP inTension .2007;
2007 - musique transclasse (déplacement dans la verticalité annulant la hiérarchie) & musique transculturelle (liaisons dans l'horizontalité des différences)
2007 - le Choeur de Femmes hurlantes avec les trombones quadratiques De l'Extase la Musique Extrême par l'Extrême Sonique Sans Concession Réuni
2007 - Les Tueurs de Trombes, la musique verticale tourbillonnaire par la famille des instruments à coulisse soufflant (miajour.7.6.2014)
2007 - synthèse des formes précédentes, l'oratorio du quasi-opéra : De l'Extase la Musique Extrême .2007 avec Georges Bataille;
2008 - opéra hors-norme in "rescue city" : les Rezscapés de l'Hégémonie Culturelle (24.6.2013) .2008 souvenirs ;
2008 - l'opéra type Shadow-Sky de Momus aux Rescapés de l'Hégémonie Culturelle
2008 - censure de la forme musicale instrument de musique en tranches dans le brouillard des vents : un Voyage au Bout du Possible de l'Homme
2009 - la forme musicale imprédictible : Les Complices du Silence et le brouillage des percepts culturels
2010/2014/1991 - jeu vibrant sans a priori dans le monde des machines analogiques : ASSEEEEEEEEEZ : la manipulation du monopoly
2011 - We hOPE-RAt opéra hors-norme pour la ville du Tribunal International au Pays-Bas : Bellone, the Slope of War, ou l'Espoir des Rats: projet
2011 - Bang Bang .0 orchestre orbital avec 61+1 musiciens et concert dans la salle hexagonique de ma ville de résidence : mais ici humains sans planète (miajour.2.6.2014)
2012 - la forme musicale instrument de musique tranchée dans le brouillard des vents : un Voyage au Bout du Possible de l'Homme (miajour.11.10.2012)
2012 - Envoûtant d'Amour (trio à cordes) (14.5.2014)
2012 - Ghost Scary Music devient : Try to catch me, Charles! musique pour orchestre 3D de petites percussions en bois & instrument analogique
2013 - papier à musique pour compositeurs (théorie prête à envisager la musique) (18.5.2013)
2013/2015 - musique chamanique contemporaine (17.6.2014)
2013/2014 - 30 ans après : la cérémonie des temps, concert spatial sans durée horaire Les Ephémèrôdes Cardent des Chrônes & Les Atirnons Erreurs des Temps (2013 sans les Atirnons)
2014/2018 + the Ephemerode Cards of Chrones: ON TOUR OR NOT
(miajour.23.1.2015)
2014/2015 - Anarkhia Symphonic Space Orchestra : musique symphonique spatiale transclasse (2012 effectif 13.4.2014 miajour 21.3.2015)
2014/2015 - La Bouffe ça passe par Les PLIS, le monde du synthetiseur analogique : en masse de plaisir continu (miajour.24.9.2015)
2014/2019 - opéra/ballet/film : À TOLERANCIA (opéra à la suite des Rescapés de l'Hégémonie Culturelle) : 5 philosophes prostituées dans les conséquences de la soumission par la violence banalisée de la domination (miajour 13.12.2016)
2016/2017 - TOTAL EXTATIC MUSIC alive sublime music trio: Aloof Proof + Myster Shadow-Sky + Bertrand Fraysse (1.12.2016)
2014/2018 - ÀDAPTÀTiO. Aïe ! les BéBés s'Évadent ! La capacité d'un être vivant à s'adapter = à comprendre de nouvelles situations, à résoudre, à donner un sens aux vibrations, pour agir l'orgasme dans la sagesse de l'évasion. Musique orchestrale spatiale d'évasion (miajour 17.03.2017)
2014/2017 (?) - filmusique : l'Appréhension Incompréhensible (désanglement & déshumanisation de la visualisation : extraction de l'ego par le nombril) (2012 miajour 8.2.2017)
2017/2018 - DEi SOLATO, the Stockholm EMS Affair at EMS Elektronmusikstudion, the Swedish electronic music studio institution. A polyfilmusic, a new genre, a concert without audience with "the bigger synthesizer in the world" in Stockholm directed by the involved musicians. (miajour.16.3.2017)
2017/2018 - Les Guitares Volantes l'orchestre de guitares électriques qui valdingue ses sons dans l'espace. (23.03.2017)

...

 

LA DISCOGRAPHIE DU MYSTER SHADOW-SKY
+ 1.0 - Mathius Shadow-Sky fête ses 66 albums : sa DISCOGRAPHIE téléchargeable sans payer
:

dernières parutions :
. 23 mai 2015 sortie du LIVRE DES JOUEURS DE LAMPE
  reédition du livre du disque non publié en 1995 et remastering de la musique de l'album :
  5000 YEARS AFTER, MUSIC FROM THE GENOSCOPIC KALANDAR (ObCD 15)
. 6 juin 2015 nouvel album : DOES IT RAIN IN OUTER GALAXIES? 73 minutes de musique de l'eXpace (ObCD 64)
. 24 septembre 2015 nouvel album : PAR LES PLIS PASSE LA BOUFFE ? 1 heure, 3 morceaux à surdanser + 1 (ObCD 65)

 

VII

ANNEXES
app. in dices
les additions qui pendent les app. en dice :
           (où les coups de dés ne renforcent pas la conviction du hasard)

app.01 Kundera explique la musique; à ceux qui ne parlent pas : les enfants + théorie musicale et société (miajour.20.9.2014)
app.02 l'effet jean-michel jarre ou le plagiat importe plus que l'originalité (miajour.4.2.2011)
app.03 politique culturelle (miajour.17.10.2010)
app.04 PB pierre boulez et LA MISERE DE LA MUSIQUE (miajour.22.12.2011)
app.05 les magasins d'instruments de musique (miajour.18.8.2009)
app.06 toujours et partout des éclaireurs qui illuminent, (miajour.15.3.2017) galerie de portaits des sentinelles sachantes vigilantes actantes
app.07 l'image de la dictature et la dictature elle-même (miajour.7.3.2010) nous aime
app.08 questionnaire : suis-je un artiste ? (miajour.25.8.2009)
devenu livre autonome app.09 journal vigilant d'exemples médiocratiques, etc. dec.2009-dec.2011 +reprise.2014,2015
                                  exemples attachés au traité politique le mouvement du monde
app.10 leçons des robots parlants aux humains &
app.10 Lexique (hypocrise, automanie, egoration, médiocratie, insignifiance, dénonciation, culture)
(miajour.18.3.2014)
app.11 nous ne savons rien, nous ne gouvernons rien (miajour.13.4.2010)
app.12 programmes obsolètes toujours en service pour la musique (miajour.6.8.2014)

14.0 - musique avec ordinateur : l'apport et le désapport et : LA FIN (miajour.1.9.2014 de 22.6.2010)
14.1 - les programmes audios & musicaux
14.2 - l'informatique musicale : pourquoi assister la musique avec un ordinateur ?
14.3 - les formats audio numériques pour la parole et la musique (miajour.26.6.2010)
14.4 - programmes et instruments informatiques opératoires

devenu livre autonome app.13 le mouvement du monde Traité de politique à l'usage des prétendus, des prétendants, et des électeurs
devient livre autonome app.14 les mondes en mouvement Traité des conceptions mythologiques de la science occidentale

app.15 nommée :
« 17.0 - Cinéma & musique (26.7.2014.miajour.11.8.2014) (Il était temps) »
le chapitre 17 devient l'appendice 15 : y'a qu'1 article. ça n'intéresse pas + que ça. ça agace même. la musique n'a rien à voir. ni avec l'écran.
à propos d'écran, lire : ECRAN rédigé en décembre et publié en mai.

...

VIII

ANNEXXES bis, ou autres attachements ? du centre essentiel

XX.0.3 - vendre ou mourir (miajour.7.1.2010)
XX.0.2 - si je me vends (miajour.8.1.2010)
XX.0.4 - le jeu du dépossédé et du possédant (miajour.7.1.2010)
XX.0.1 - l'artiste dans la société politique (miajour.13.7.2012)
XX.0.5 - avantage d'une société à péage (30.9.2013)
XX.0.6 - là, un autre monde (5.12.2016)

...

 

IX         post- ou pré- face à toi

J'ai la fâcheuse manie (ou l'arrogance) de vouloir (comme chacun ?) comprendre ce qui se passe : vouloir produire de la connaissance ? Je veux construire cet ouvrage comme une plaisanterie poétique : au contraire d'un traité rébarbatif. Sans brillance verbale (le mépris du savoir). Mais comprendre « le comment faire la musique » qui se mêle à des réflexions de sens sur l'acquis, sur le possible et l'impossible, dans les contextes donnés, les procédés de la création même ! La « science de la musique » (sic) possède une longue tradition dans notre civilisation occidentale depuis Pythagore. Mais aussi un ouvrage qui fait rire : un manifeste (quasi ?) dés-espéré sur l'état de la musique en création. + Plein de petits graphes : un supplément pour un au-delà (mort ?) : du langage de la langue expliquante. Je me motive cet ouvrage à toutes celles et tous ceux qui désirent emmener la musique en dehors de sa médiocratie. Que la musique (c'est-à-dire notre savoir-faire) puisse reprendre de son courage et nous surprendre avec nos imaginaires sans limites. Je traverse ses années d'opposition et d'oppression à mes idées musicales comme une malversation envers ma créativité. Une régression de la pratique intelligente pour un simulacre de musique savante : un leurre confortable. Nos générations au logo : « Abruti par la TV » planquées dans le canapé. Jusqu'au système d'exploitation qui abat et épuise la re:mise en questionnements. Nous pouvons appliquer la procédure de sauvetage contre cette épidémie classée : catastrophe humaine (siglée C.H.ut ! en do) sans l'esprit de catastrophe (vendeur). Tout le long, je vais insister sur le POSSIBLE musique. Pratique toujours renaissante de ses cendres. S'échapper des stéréotypes dans lesquels la musique sévit. Nous avons relégué l'art à de l'animatoire et à de la diversion (une tactique de guerre). Au pouvoir règne la frustration méprisante qui décime toutes originalités de la musique à coups de politique culturelle (pour glorifier la finance) et de sécurité. Est-il indispensable de détourner en douceur ces politiques terrorisées terroristes ? et les ramener à la confiance : que les artistes créateurs indépendants ne sont pas les ennemis de la société. Qu’au contraire cette société dépend d'eux pour sa santé sociale.

Je vais tenter de comprendre les fourvoiements dans les méandres inavouables, les tendances musicales du XXe siècle et leur déchéance dans l'indifférence collective. Je vais tenter de comprendre le processus de désagrégation des arts à partir de la fin des années 70 (ou sa mise sous contrôle). Je vais tenter de comprendre le pourquoi d'une « rigidité » compositionnelle de la part des compositeurs de la toute fin du XXe siècle. Je vais tenter de comprendre le pourquoi d'un « ras de marée » institutionnel de la prise en otage des arts. Je vais tenter de comprendre la mort des « avant-gardes », si prospèrent après guerre (la Seconde Guerre mondiale). Je vais donner aussi quelques outils compositionnels qui devraient provoquer des poussées hors des formalismes (normalismes) structuralistes du XXe siècle qui se sont figés dans le contexte présent. Des outils compositionnels qui s'épuisent dans une impuissance à s'extraire du doute de son inefficacité à obéir. Je vais tenter de comprendre ce qui est en jeu à travers la création artistique dans nos sociétés. (Déjà dans le site du centrebombe, je tente depuis 1998 de rassembler documentation et reflets de mes créations, composant déjà un ouvrage bien labyrinthique). Je vais secouer plusieurs sciences et acquis afin d'essayer de comprendre ce que le compositeur manipule. Je vais tenter quelques analyses et présenter mes oeuvres du Myster(e) Shadow-Sky afin de clarifier ma démarche dans mes musiques aux apparences contradictoires.

Ce livre, ici est un lieu où tout est permis. Où j'impose ma liberté. Un essai au sens expérimental de vivre ivre libre vibré livré à soi-même. Où la musique est mon fil constructeur. Qui pense. Qui veut comprendre l’être qui sonne. Quoi est le temps, par la pénétration de la méta et physique et autres lieux impénétrables de la pensée : les zones d’ombres (shadow). Un lieu qui baigne dans l’imaginaire avoué de la réalité projetée. Une intention qui touche « le degré zéro » de la musique pour franchir les limites de nos micro-réalités, construites de nos imaginaires éduqués. La musique est un médium exceptionnel pour expérimenter les idées relatives aux possibles, qui se confrontent aux cultures : constituées d'habitudes, de conventions, et autres attitudes hostiles à la liberté de l'art : au faire humain non en devenir, mais au présent. (Le ton n'est-il pas un peu dramatique ? heu).

 

 

intervention possible : ici

 

____________________________________
|____________________________________|

 

 

4 livres détachés (du ciel) devenus autonomes à LA MUSIQUE DU BRUIT DE L'OMBRE DANS LE CIEL mais restant liés (à la musique) :

2 Le Mouvement du Monde
      TOME 1 (jan2012-...2015 : app.13) (miajour.7.5.2016)
   
                ebook, 1ère publication : le 9 novembre 2015 [.pdf 2Mo] eh oui, ou bien non, c'est pas fini : tout, n'est pas encore dit.
      TOME 2 (décembre 2015-... : app.13.2.html (miajour.24.1.2017)
      Traité de politique à l'usage des prétendus, des prétendants, et des électeurs : Croyance & Domination

1Journal Vigilant d'Exemples Médiocratiques, etc. (dec2009-dec2011+suppléments2012 & reprise 2014, 2015 : app.09) (miajour.10.2.2017)
   Illustrations attachées au traité de politique à l'usage des prétendues, des prétendantes, et des électrices : Croyance & Domination

3 La Douleur du Monde (start fin avril 2015) (15.12.2015.miajour.25.4.2016)
   Traité de la PERSECUTION (à la suite de la domination du Mouvement du Monde)
   peines, souffrances infligées, châtiments et punitions à persécuter l'humanité servilisée par la perversion du sens de la vie : Souffrance & Domination

 

« Pourquoi t'écris ça ? »

Je ne suis ni sociologue ni philosophe, je ne me considère pas comme tel (bien que j'ai été étudiant de Gilles Deleuze et Michel Foucault). Mon occupation principale est la musique, de créer de la musique que je m'efforce originale, jusque dans sa théorie, pour une ouverture (évolution ?) de l'esprit humain à sortir de sa bêtise.

Depuis le début de ma carrière de compositeur (après les Cage, Stockhausen et Xenakis), mes projets musicaux sont censurés. J'emploie ce terme, car la politique culturelle de contrôle de l'art a eu un effet direct sur mon travail (et désastreux dans l'ensemble) : de me retirer tous les moyens de réaliser des oeuvres musicales publiques. Toutes mes compositions réalisées sont des « plans d'évasion » d'un joug totalitaire qui interdit tout épanouissement de l'espèce humaine (en développant la dictature de la fadeur) par l'entremise de la médiocratie et de l'insignifiance (Bernard Noël parle de « sensure » = la censure du sens). Faire perdre le sens des esclaves au travail pour les diriger.

Si aujourd'hui j'écris, c'est par alerte. Je constate que personne ne semble vouloir faire le boulot : dévoiler les rouages de la domination et de la persécution que l'espèce humaine de la civilisation occidentale mondialise et dont le revers détruit la fragile humanité (que les dominants ignorent volontairement : « tant que j'en profite » sic), non par une catastrophe, mais par la bêtise ; cultivée à partir de l'enfance : « non, c'est à moi, pas à toi, t'as pas le droit » (sic) et à « assassiner les grenouilles », activités hostiles généralisées et banalisées dans le monde (sérieux, sic) des adultes.

Nous arrivons à un stade de non-vouloir-savoir (ou de ne plus avoir les outils de savoir) qui provoque une hégémonie de l'agression (hostilité permanente) qui empêche l'épanouissement de l'intelligence avec un surpeuplement d'escrocs et de faux philosophes qui développent l'hypocrisie et la médiocratie à un haut degré de nuisance mentale (les faux philosophes, c'est nouveau dans l'histoire de la civilisation occidentale âgée de 2 millénaires. Quelques noms ici, grisés par l'oubli).

La domination patriarcale qui sévit depuis tant de millénaires avec son outil indispensable : la persécution, est banalisée au point de la croire « naturelle ». Et celles et ceux qui s'en plaignent sont considérés être « en délire de persécution » : depuis le XIXe siècle la politique est aidée par la psychiatrie et sa petite soeur, la psychanalyse.

L'épidémie du malêtre des populations mondiales éduquées par et dans la peur (la peur indispensable pour dominer) jusque dans la famille qui n'est pas un espace-temps protégé, crée de telles souffrances que tout être humain est considéré comme un ennemi social dangereux et à l'inverse qui cultive le danger : l'appréhension de quelque chose de terrible qui n'arrive jamais. L'accroissement global (planétaire) de l'hostilité fait de notre planète une prison-poubelle où le voyage des sédentaires est devenu suspect.

Si tous les imbéciles (celles et ceux lâches qui croient savoir) avec leur petit pouvoir (le pouvoir n'est que petit -local- et mesquin dans les conglomérations, même pour les Américains avides) réagissent à leur terreur, on comprend l'instauration du danger que provoque une rencontre entre êtres humains. Par danger, je ne parle pas du faux sens : « risque de mourir » (mourir n'est pas un risque, mais une délivrance de la vie comme la vie est une délivrance de la mort où l'une n'existe pas sans l'autre), je parle d'immobilisation, d'arrestation à ne plus pouvoir agir qu'en souffrant. Un tourment qui VA « mettre en péril l'existence » : la rendre insupportable. L'instauration de l'état de danger permanent installe une paranoïa collective une panique globale qui devient ingouvernable par soi (résultat de l'éducation de l'obéissance et de l'irresponsabilité). La domination patriarcale (par peur de la manipulation féminine) dure (cruelle) qui se réalise aujourd'hui (à l'aide de la technologie : les robots ne vont pas résoudre nos problèmes : ils les amplifient : car ils obéissent à notre bêtise) met en péril l'humanité. Nous sommes tous perdants, même les profiteurs privilégiés « éduqués à te niquer » (sic) = à te « mettre en esclavage t'obligeant par la violence à travaillant pour les gouvernants, des lâches dominants protégés par la police, tout en te croyant libre » (sic).

Pour recomprendre le sens des choses, j'utilise beaucoup l'étymologie, l'histoire du sens des mots pour les replacer dans leur sens, dans leur contexte que toutes les propagandes politique, religieuse et commerciale ont pu brouiller dans les esprits pour obéir, l'obéissance, être obéi ; et que les stratégies de pouvoir restent inaccessibles aux gouvernés. Mais même si l'esprit est utilisé uniquement pour l'hostilité stratégique (« je vais te niquer » sic), la procédure de réflexion est simpliste et accessible à tous, une fois déconditionnés, c'est-à-dire : de ne plus croire n'importe quoi. Le dominant lâche n'est qu'un être humain frustré.

Pour finir,

je n'ai aucun désir d'être publié par « les sauvages hostiles de l'industrie de l'édition » (ni publié par l'industrie du disque qui avec les politiques ont ruiné l'accessibilité à la diversité musicale et à l'originalité musicale) ou être reconnu pour ces textes. Ma joie serait que chacune et chacun décident de sortir de sa bêtise que personne ne veut percevoir, ni agir et qui est pourtant la base de l'humanité : tout être humain est un idiot. Et l'existence nous donne la possibilité de sortir de cette idiotie.

Toutes mes oeuvres appartiennent au domaine public, mon divorce avec les droits d'auteurs (escrocs) date de 1988 (8 ans après mon inscription à la société civile de gestion) en tant que compositeur. Ici, page de la fondation anti-droits-d'auteur depuis 2003.

J'espère donner un terme à l'écriture de ces révélations (apocalypse signifie révélation et non, catastrophe comme il est cru). Ces écritures ont commencé en 2008 : quand les politiques et ses agents de la politique culturelle m'ont insulté publiquement : ça m'a réveillé ! Mais le problème n'est pas encore fini : dévoiler une supercherie en dévoile une autre, en 2015, ça fait déjà 7 ans de dévoilage (à regarder derrière les masques sans les craindre).

Tous ces livres sont des amorces inachevées.

 

4 Les Mondes en Mouvements (miajour 15.12.2016)
    Les conceptions mythologiques de la science occidentale Traités (en écriture) : Savoir & Croyance

 

 

AUTRES ECRITS

CON [SANS IN] SULTE, LA BIBLIOGRAPHIE DU MYSTER SHADOW-SKY  ET  DES AUTRES

Critiques des livres des autres
   Dernière publication : David Toop : Océan de Sons, 1996
   Dernière publication : Marie Hélène Boursier : Queer Zone 1, 2 et 3, 2001-2011
   Avant dernière publication : Pierre Bourdieu : La domination masculine, 1998
   Avant dernière publication : Nancy Huston, Reflets dans un oeil d'homme, 2012.
   Avant dernière publication : critique de l'état d'esprit de Julia Kristeva à travers son livre sur la croyance : Cet incroyable besoin de croire, 2007.

   ...

dernières parutions
ECRAN
   commande de Nicomix pour Stomack n°9 dont la mise en page a été réalisée par Jean-Jacques Tachdjian (sortie : avril 2016)
   à commander à Ruin Co. stomackomix@gmail.com
   publication centrebombe : version Internet mai 2016 : livret de 6 pages composées en decembre 2015.

21 juin : le livre de l'ETE 2016
NU, le livre de l'oubli du reflet : les paradoxes de la Sexualité Solciale
   version légère images jpegisées 44Mo
   version aux images moins altérées 180Mo

 

Livres des autres à la bibliothèque du centrebombe

Eléments Harmoniques, Aristoxène de Tarente (-330) TEXTE ÂGÉ DE 2347 ANS
Eléments Harmoniques, Aristoxène de Tarente ~ -330 (texte en fragments, commentaires et déductions)
  reEA publication Internet libre PIL au centrebombe : 18 janvier 2016

ARS NOVA, Philippe de Vitry (1320) TEXTE ÂGÉ DE 696 ANS
ARS NOVA, Philippe de Vitry ~ 1320 (texte intégral, commentaires et déductions)
  EA publication Internet libre PIL au centrebombe : 28 septembre 2015

John M. Chowning, André Riotte, Karlheinz Stockhausen, Vinko Globokar,

 

 

|____________________________________|

 

 

« © »
Les pensées rédigées ici ne m'appartiennent plus une fois émises,
mais elles de moi-même, m'identifient par mon travail.
Je n'y appose aucun « droit » d'auteur.
Je ne vis pas pour amasser de l'argent ni le gagner,
mais pour vivre des expériences uniques.
Je ne vis pas dans la terreur de manquer pour accumuler aux dépens des autres.
Ceux qui veulent piller mes oeuvres mes idées et mes pensées (ma personnalité)
se trahissent eux-mêmes (trahissent leur personnalité et, me multiplient)
se dissimulant derrière une autre personnalité que la leur :
autrement dit : des lâches, des imitateurs qui vivent par procuration
sans intention ni idée de vie par eux-mêmes
et qui fonctionnent avec une jalousie frustratoire.
Ne se respectent pas eux-mêmes.
J'écris pour communiquer avec celles et ceux qui ne sont pas là,
sinon j'orale, j'agis, par la musique.

 

 

Vivre, a une durée courte et limitée.
Autant essayer de ne pas la gâcher.

 

 

TESTAMENT
en cours de rédaction

(miajour.9.4.2015)

 

 

Ren-contres de Musiciens Qui Pensent

liens internes :
Autres textes
(miajour.3.7.2016) Critiques de livres
(miajour.15.6.2016) Droits d'auteur
Dates des Laboratoires Musiques : CONCERTS de l'auteur
Qui est le myster shadow-sky ?
News of the shadow-sky myster Y
Audio Archives du centrebombe : presque tout l'audio
la BIBLIOgraphie des livres libres de l'auteur

don à l'auteur
[toujours rien ?]

 

re tour
à la porte
du centrebombe ?